Le lac de Méquinenza ou Embalse de Mequinenza

NOM PHOTO

 

On l’appelle la mer d’Aragon….

 

Imaginez un lac, dont la largeur la plus importante est de 600 m, un lac qui mesure quasiment 120 km de long, dont la superficie au plus haut est de 77 km² soit 7 700 ha, presque 15 fois la superficie de Pannecière, de quoi donner le tournis à tout pêcheur,

 

Le lac de Mequinenza est un lac de barrage implanté sur le fleuve Ebre (rio Ebro) son barrage sert à la production d’électricité et le lac est perpétuellement pompé pour favoriser l’irrigation de ces terres plutôt sèches. Il est plein au début du printemps et se vide progressivement pour atteindre son point le plus bas en fin d’automne.  Construit à partir de 1964 et achevé en 66, le barrage est situé à l’amont de la ville de Méquinenza en Aragon dans la province de Saragosse. Pour faire simple, trois heures de routes sont à peu près nécessaires pour rejoindre Mequinenza depuis le poste frontière de La Jonquera.

 

Nous sommes allés pêcher une semaine sur ce lac, en octobre 2012 et je vous propose au travers de cet article de vous faire découvrir ce lac, le camping qui nous a accueilli et son  loueur de bateau, nous termineront par la pêche des carnassiers qui est le principal attrait touristique de ce gigantesque plan d’eau.

 

Le lac :

Ce qui surprend avec ce lac ce sont ses eaux bleues, calcaires et cristallines à la belle saison, par la suite le développement de plancton rend l’eau plus verte et moins claire. Les côtes sont sauvages, rocheuses et dénudées, la végétation est méridionale. De longues baies sont interrompues par de nombreuses criques sauvages ou alors ce sont de très longues et hautes falaises qui bordent le lac. Un paysage splendide qui n’est pas sans rappeler quelquefois Vouglans en bien plus aride.

Le lac est situé en plein milieu de nulle part. Pour un européen il devient rare de circuler en France sans croiser un hameau sur 10 km, là bas c’est monnaie courante. Les deux principales villes sont Mequinenza à l’aval et Caspe, située plus vers le centre du lac.

 

En gros nous n’auront pêché que 1/6 de ce lac en une semaine, soit au compteur de mon GPS une distance de 16 km éloignée de notre point de mise à l’eau, ce qui représente plus de 3/4 d’heure de navigation.

La pêche :

Les carnassiers présents sont :

Le black Bass, le silure, le sandre et la perche.

 

Du coté de la réglementation on trouve  tout et son contraire sur les forums et les sites français, la plupart du temps rédigé par certains qui n’y ont jamais mis les pieds. N’étant pas plus malin qu’un autre j’ai demandé au camping qui m’a précisé qu’il était interdit de  remettre à l’eau les carnassiers sauf les bass, le reste ils semblent s’en moquer. Donc si vous y allez demandez directement à un détaillant à Mequinenza qui saura vous répondre car cette réglementation semble évoluer régulièrement.

 

Dernièrement (2012) il semble qu’il soit interdit de pêcher avec des appâts morts ou avec des vifs pris ailleurs que sur place.  J’ai pu le vérifier de visu en voyant des équipages pêcher l’ablette lors de notre séjour. La polémique lancée par le numéro 807 d’aout 2012 de la Pêche et les Poissons semble n’avoir été qu’une accroche destinée à vendre du magazine même si le reste de l’article était plus mesuré que le titre. Avec une économie basée sur et autour de la pêche, il devient difficilement compréhensible qu’on puisse l’interdire ou en gêner la pratique outre mesure.

Pour le permis de pêche, vous pouvez le réserver via le site internet du camping comme ça vous pourrez pêcher le jour de votre arrivée. Il ne coute que 15 euros. Voici pour info la copie du mien:

 

J’ai attrapé des poissons au leurre souple et aussi aux leurres durs mais il semble que certains jours ce soit le souple qui l’emporte. Coté couleurs misez sur le blanc c’est le grand classique, le jaune marche aussi bien mais c’est le blanc à queue rouge qui était le plus régulier lorsque les touches devenaient rares.

Le camping

Le camping Lake Caspe qui nous a accueilli pour cette première semaine d’Octobre 2012 est situé presque à mi chemin entre Mequinenza (25km) et Caspe (15 km). La route est simple car c’est la seule….Le camping est assez bien indiqué et son entrée est située au bout d’un chemin de terre d’environ 200 m de long.

 

Il dispose d’une vingtaine de  bungalows très confortables prévus pour 4 personnes / 2chambres de 2 lits de 90, la literie est excellente (du moins lorsque nous y sommes allés) et les draps et couvertures sont prévus. Il y a de la place pour stationner sa barque sur le coté  et sa voiture devant sans être obligé d’aller garer son bateau à  plusieurs centaines de mètres, un réel avantage.

 

Il dispose d’un restaurant, d’une salle internet avec accès libre sur deux ordinateurs (qui ouvre à 16heures). Le Wifi est en cours d’installation. La télé dispose normalement de deux programmes en français (BFM TV et  TV Mont Blanc)  via le satellite, par malchance il n’y avait que chez nous que ça ne fonctionnait pas.

Plaque de cuisson, micro onde, frigo, tout est prévu pour passer un bon séjour.

 

Il y a même une piscine si vous souhaitez faire mumuse dans la lolo….Pour moi l’eau c’est dans le Ricard ou autour des poissons vivants, un point c’est tout (je plaisante).

 

Au sujet de l’apéro, le bungalow dispose d’une terrasse avec mobilier de jardin, idéal pour boire à l’ombre au retour de la pêche.

Vous pouvez réserver par internet du 1 mars au 10 novembre. Par téléphone, Maria, la gérante parle assez bien le français. Le camping ouvre de 7h00 à 23h00, hors ces horaires il vous faudra laisser la voiture à l’extérieur.

Vous retrouverez les plans et leurs tarifs sur leur site internet : campinglakecaspe.com

La location des bateaux

Le gros avantage de ce camping est qu’on peut louer des bateaux pour la pêche. Ce sont des Jon Boats aluminium  de 4m de marque Xpress motorisé par des 15 cv. Il convient de réserver son bateau au moment de la réservation du bungalow.

 

Petite astuce : Il y a deux sortes de bateaux, ceux avec un coffre central et ceux sans, réservez un avec un coffre central, c’est bien plus pratique pour stocker les gilets, le casse croute etc etc….En plus ils disposent d’un trim électrique, donc plus facile à beacher pour le casse croute.

Au niveau tarif c’est 100 euros par jours et puis dégressif ensuite, nous avons payé 355 euros pour 5 jours et j’ai pris pour 15 euros d’essence en sus de la nourrice prévue pour la semaine (car nous étions trois dans le bateau).

 

 

Le gérant se nomme Carlos et ne parle qu’espagnol ou anglais, mais on peut se comprendre sans trop de difficulté. En cas de panne d’essence vous pouvez appeler Carlos pour un dépannage mais pas trop tôt le matin….

 

Où faire ses courses ?

Le problème du pain ! Pour nous pêcheurs il convient d’être rentré pour 17h00, heure à laquelle ouvre l’épicerie ou généralement les premiers arrivés trouvent du pain congelé du matin, sinon il vous faudra partir à Caspe ou Mequinenza.

Pour le reste, en dépannage vous pourrez trouver le minimum à l’épicerie mais celle ci ne vend pas d’apéritif ni de digestif, par contre vous trouverez des supermarchés dans les deux villes du lac. Attention, les commerces n’ouvrent qu’à 17h00 après la sieste ce qui me fait dire que la nation espagnole aime bien dormir, c’est donc une ibère nation (elle est de moi celle là!).

Pour le matériel de pêche, un tour à Mequinenza vous fera comprendre que parmi les cinq que j’ai comptés vous devriez trouver votre bonheur. Les leurres sont aussi chers qu’en France, il n’y a pas vraiment d’affaire à faire.

 

Quelques bons coins et quelques tuyaux :

Concernant les bons coins vous trouverez sur la carte jointe les secteurs intéressants à cette époque de l’année, pour le reste je ne sais pas, mais à l’amont du camping le secteur de l’Ile est intéressant lorsque le lac n’est pas aussi bas, car là l’île n’en était plus une.

 

Les  sandres se tiennent classiquement sur les pointes et les hauts fonds et le long des falaises, les perches sont plus attirées par les plages et les pointes des reculées mises à découvert par la baisse des niveaux. Une plage qui se termine à 20m du bord par une cassure qui passe de 6m à 3 m et vous serez sûr d’avoir un bon poste.

Les bass se tiennent au cœur des obstacles, au milieu des bois noyés. Il faut les attaquer de loin pour ne pas être vu sinon ils refusent tout leurre. Pour les repérer chercher un petit groupe d’arbre ou d’arbuste et il n’est pas rare d’y voir une chasse toute les dix minutes. Lancez à raz la bordure et préparez vous au combat !

 

Sous le monastère de la Madeleine se trouve un poste classique, rien d’extraordinaire au sondeur mais des boules de poissons qui fixent les sandres et surtout une ombre protectrice le matin mais toutes les autres falaises sont bonnes.

Le haut fond du mas de la Punta est un lieu réputé mais il était envahi de teutons qui pêchaient à poste fixe au vif et ne semblaient pas apprécier la compagnie des français

 

La navigation :

Tous les bateaux sont autorisés, si vous voulez amener le votre il suffit de le faire immatriculer, la procédure est assez complexe mais si vous êtes patient vous y arriverez, d’ailleurs nombreux sont les pêcheurs français à venir avec leur propre bateau. Procédure en fin d’article.

On peut conduire un 13,5cv sans permis mais les bateaux du camping sont des 15 cv et le loueur nous a indiqué qu’il n’y avait pas besoin de permis pour ses bateaux.

La rampe de mise à l’eau du camping est idéale car vraiment bien faite, en béton avec une bonne pente elle permet la mise à l’eau de tous types d’embarcation de la barquette au gros bass boat Nitro. Il en existe d’autres moins bien aménagées mais j’avoue mon ignorance pourtant j’y ai vu une quinzaine de gros bass boats se mettre à l’eau au milieu de nulle part.

 

Ce qui m’a décu :

Les teutons, jaloux de leurs spots, qui pêchent au vif à poste fixe et qui m’avaient piqué mon poids de barque lors de la première journée. Ils étaient venus en bus  et leur chauffeur devait vraiment s’ennuyer car il faisait tourner le bus dès les 7 heures du matin. Qui plus est ils passent à coté de vous  lorsque vous êtes en pêche  et vous envoient une méga vague alors qu’ils auraient pu s’écarter. Je n’ai pas pu résister à la joie d’insulter un de ces imbéciles pour ce type de comportement.

La saleté : La station d’épuration du camping ne doit en avoir que le nom, à la rampe de mise à l’eau ça schlingue vraiment tous les jours et ça part semble t’il directement dans le lac… Les pêcheurs du bord laissent tous leurs détritus au sol ou mieux ils les mettent en sac poubelle et les laissent là en pleine nature. Si on s’approche des bords on constate que c’est réellement cradingue à certains endroits.

Les siluristes à la bouée qui laissent les bouées, les carpistes qui laissent les repères d’amorçage, mais on a les mêmes chez nous ! Nous aussi, on peut nous reprocher notre saleté avec tous les leurres en plastique que nous laissons accrochés….

 

 

Ce qui m’a plus :

La zone aménagée pour fileter les poissons : Une installation à coté de la cale de mise à l’eau avec éviers et plans de travail en marbre. Le tout est carrelé et se nettoie au jet. C’est idéal pour lever ses filets sans emboucaner le bungalow et il y a de la place pour 4 équipages à la fois.

 

L’absence de tri selectif : Vive l’Espagne où il n’y a qu’une poubelle et un bac à verre, pas besoin de s’arracher les cheveux pour savoir si la brique de lait va dans la jaune ou la bleue…..

La densité de poissons : C’est réellement surprenant, les sandres attaquent décollés, les perches sont énormes et voraces, les bass très nombreux si on se donne la peine de les chercher exclusivement. Et les carpes, il y en a des milliers, qui sautent partout à coté de votre barque. De belles carpes franches que j’aurai bien aimé pêcher à la ligne.

Pour terminer je citerai la gentillesse des personnels du camping : Maria et ses employés sont très sympa, vous leur demandez quelque chose et ils se cassent en deux pour répondre à votre attente et ceci toujours avec le Ola ! Et le sourire.

Ils ont la pêche !

Immatriculation d’un bateau de pêche sportive sur l’ebre à Mequinenza:

 

  • Rendez vous sur le site: http://www.chebro.es/
  • Puis sur bassin (la cuenca  – dans le bandeau supérieur)
  • Puis état et qualité de l’eau (estado y calidad de las aguas)
  • Puis navigation (navegacion), descendez en bas de page…
  • Puis déclaration responsable ( en francais )
  • Et terminez par instructions et conditions ( en francais )
  • Remplissez le modèle en Français puis faites de même sur celui en espagnol que vous renverrez à l’adresse indiquée. Vous recevrez ensuite votre immatriculation avec la somme à payer qui est en fonction de la puissance moteur et du type de bateau.

Comptez un mois de délais pour être en règle.

Retrouvez mes derniers articles sur le sujet : Mequinenza 1Mequinenza 2  et Mequinenza 3

Gardez la pêche !

[subscribe2]

 

 

Comments are closed.