Aménager sa barque pour la pêche au leurre ou au mort manié

bateau-n-287

 

Après les pages aménager sa barque pour la pêche au vif et aménager sa barque pour la pêche à la verticale, nous nous attaquons au dossier des aménagements pertinents pour la pêche au leurre et vous verrez qu’ils peuvent être nombreux si on se penche sur le sujet.

Les pontages

Généralement, le pêcheur au leurre qui achète sa première barque ne rêve que d’une chose, la ponter complètement, et puis après avoir fait tout ça il le regrette ! Les barques ne sont pas des bateaux et une fois pontés totalement, elles manquent de stabilité. Mieux vaut alors effectuer un pontage sur le quart avant et un sur le quart arrière de façon à libérer une bonne partie au milieu.

 

Mais au milieu, que trouvons-nous la plupart du temps ?  Un banc ! Ce banc est très rarement là pour le confort il est juste là pour rigidifier la coque. Si l’idée de le supprimer vous vient à l’esprit, essayez de mettre quand même une pièce de renfort à cet endroit  et ne le dites pas à votre assureur car votre barque aura perdu son homologation si vous ôtez un tel équipement.

Pour la pêche au leurre moderne, la plupart du temps la position du pêcheur sera debout canne orientée vers le bas. Pour cela les bass boat sont très bien étudiés avec un large plancher et très peu de franc bord pour ne pas gêner les mouvements sur des animations cannes basses. Par contre sur des zones où les vagues se forment cette quasi-absence de franc bord n’est pas sécuritaire.

En fait le plancher au ras de l’eau et l’absence de francs bords ne sont utiles que pour les pêches cannes basses, pour le leurre souple à gratter par exemple, cela ne sert à rien. Avoir une mini plateforme avant et arrière permettra donc de pêcher confortablement en power fishing  et l’ espace intérieur sans plateforme sera un plus lorsque ça secoue ou lorsqu’on pêche à gratter canne haute ou au manié.

Si vous voulez ponter totalement votre barque, faites un plan avant pour voir si vos coffres seront bien accessibles et mettez du polystyrène là ou il n’y a rien, c’est mieux pour la flottabilité. Profitez en pour passer aussi deux ou trois gaines vides, au cas où !

 

Les coffres

Pêcher au leurre s’est s’encombrer de tout un tas de leurres de toutes tailles et coloris pour finalement ne pêcher qu’avec trois ou quatre modèles. Le pêcheur au leurre aura donc besoin de places pour ranger ses boites et des coffres aménagés dans le plancher ou sur les côtés sont un choix pertinent.

Par contre pour placer des tels coffres il faut souvent découper une partie de la structure du pontage ou des bancs  et libérer un espace dessous qui est souvent moussé pour la flottaison. Il existe des coffres tout prêts en plastique avec des portes renforcées qui résistent au poids d’un pêcheur normal mais on peut les fabriquer soi-même avec des charnières inox qu’on trouve dans les magasins de nautisme.

Si vous avez la place, un coffre latéral à canne est plutôt utile en libérant de l’ espace dans votre voiture lors du trajet. Pensez juste à le moquetter pour éviter les chocs sur les blanks.

 

La disposition de l’électronique

La pêche moderne au leurre s’accompagne le plus souvent de l’usage d’un moteur avant couplé avec un GPS qui pilote le bateau seul pendant que son heureux capitaine peut pêcher sans avoir à effectuer d’incessantes corrections de trajectoires.

Actuellement (2018) les deux grandes marques que sont Minn Kota et Motor Guide proposent un modèle équivalent de bonne qualité, pour les autres marques la précision d’ancrage et des trajectoires est encore à améliorer.

 

Le pêcheur au leurre aura tout intérêt à avoir au moins un sondeur de qualité comportant les vues latérales et verticales en plus du 2D et du GPS.  Ce type de sondeur assez onéreux sera à placer à la console ou près du pilote car c’est lui qui l’utilisera le plus pour se guider ou prospecter. A l’avant un simple sondeur 2D GPS est largement suffisant puisqu’on ne l’utilisera qu’en action de pêche, de plus on pourra le brancher sur la sonde incorporée au moteur et éviter les problèmes de parasitage avec une sonde posée sous le moteur.

Le GPS sera important puisqu’il indiquera les Waypoints enregistrés pour mieux se caler. l’idéal est une mise en réseau des deux sondeurs mais là encore on peut s’en passer, il suffit de transférer de temps en temps ses points.

Pensez à bien dissocier alimentation du moteur et alimentation du sondeur, certes ça oblige à embarquer et ranger deux batteries mais ça évite les parasites et l’une pourra dépanner l’autre si elle claque !

 

Les sièges

Si certains sont partisans de sièges bicyclette sur la plateforme avant, pour y avoir goûté depuis des années je trouve que ce n’est pas confortable. Un vrai siège sera plus opportun pour se reposer le dos, le reste du temps on pêche debout à côté.

Pour les autres emplacements, même chose, un vrai siège est plus approprié et reposant. J’ admire les jeunes qui pêchent debout durant des heures mais les vieilles carcasses comme la mienne se satisfont plus de bon sièges confortables.

 

Conclusion

Peu ou avec des francs bords, ce n’est qu’affaire de goûts personnels et aussi des biotopes pêchés par contre pour être efficace un bon moteur avant avec GPS de type Ipilot est un réel plus qui vous facilitera la pêche. Un bon sondeur est aussi très important, plus que de ponter totalement votre barque.

 

bateau-m-287

Comments are closed.