L’électronique embarquée en float tube

float-tube2-287

 

L’électronique embarquée a pris une part prépondérante ces dernières années pour la pêche des carnassiers. Il ne reste plus que quelques rares pêcheurs, souvent spécialiste d’un plan d’eau, qui rechignent à l’ utiliser. Pour les autres où la pêche se conjugue avec la découverte de nouveaux lacs et rivières, pêcher sans échosondeur est certes possible mais ce sera plus dur.

La pêche des carnassiers à radicalement changé en 25 ans. Dans ces années  là seuls quelques passionnés avec des moyens derrières pouvaient se permettre des voyages de pêches ou des sorties de pêche lointaine. Ils partaient alors pour plusieurs jours car il fallait découvrir le lac, pas d’amis Facebook pour les tuyauter, pas de points GPS pour trouver rapidement la cassure qui va bien.  Désormais on n’hésite pas à partir pour la journée à 200 km de chez soi et en ce cas on n’ a pas de temps à perdre en pêchant le grand néant.

 

Le sondeur

Si en bateau tout est assez facile puisqu’on n’aura pas à se poser la question de l’ encombrement du sondeur, en float tube ce n’est pas la même chanson. Un sondeur et sa batterie, ça tient de la place et ça va forcément gêner les mouvements lors de la pêche.

La plupart des float tubeurs ont résolu cette délicate équation de la taille et des performances du sondeur par rapport à leur float. Ainsi, la vue side n’est d’ aucune utilité en float, pas qu’elle puisse vous aider à trouver un accident de terrain mais parce qu’en float on ne peut tenir une vitesse de croisière suffisante pour un bon affichage des fonds en side.

Privilégiez donc la vue 2D et la vue down qui en plus tourneront sur une sonde de taille normale, pas la grande tige des sondes side.

La carto en direct est maintenant présente sur la plupart des modèles, elle vous sera très utile pour comprendre un poste, voir comment vous poster pour mieux pêcher une pointe par exemple.

 

Il existe diverses façons de fixer un sondeur sur son float, les bricoleurs sont à la fête avec des montages divers pouvant accueillir le sondeur sur une embase contenant la batterie mais la plupart du temps on fera confiance au fabricant du float pour les bons supports et une batterie déportée placée derrière le siège.

Concernant l’encombrement, les grands écrans sont inutiles, vous aurez votre sondeur en permanence à 60 cm de vos yeux, un 10 pouces est inutile et trop encombrant. Un 5 pouces ou un 7 pouces vous donneront une bonne définition pour un encombrement acceptable. Il vous faudra installer la sonde sur une canne déportée fixée au boudin, certaines permettent même de fixer le sondeur.

La batterie n’a pas besoin d’une énorme puissance, une simple batterie de moto suffira pour alimenter un 7 pouces sur une journée. Calez la bien dans une boite ou un bakkan étanche pour qu’elle ne se renverse pas. Il existe de petites batteries lithium de très faible encombrement, c’est très pratique mais il faut investir un peu.

Dans tous les cas, assurez votre sondeur par de très bonnes fixations, il serait dommage de le voir couler sur un faux mouvement.

 

La stratégie de pêche en float avec un sondeur

Oubliez les bordures et tentez un peu le large car une pêche de power fishing sur les bordures peut bien se passer sans sondeur. Grâce à ce dernier, cherchez une cassure, un accident de terrain, un lit de rivière englouti, une zone caillouteuse au milieu d’une zone vaseuse…

L’idéal est de pratiquer à plusieurs pour s’échanger des informations car vous serez limité en distance et en vitesse par vos jambes. Choisissez chacun une zone pas trop loi les uns des autres et pêchez en sondant et en cartographiant. L’un des pêcheurs finira par trouver une zone favorable et les autres n’auront qu’à le rejoindre.

Si vous avez un copain sur place c’est encore mieux, il pourra vous donner quelques points GPS qui vous feront gagner du temps. Si vous pêchez toujours ou très souvent le même lac ou étang, tentez d’en cartographier le plus possible en ne pêchant jamais les mêmes zones. Une fois ce fastidieux travail effectué vous aurez une grande connaissance de la topographie du coin et vous comprendrez mieux les tenues des poissons selon les saisons.

 

Le down vous servira à confirmer que ce que vous voyez au 2d est bien des poissons et non des herbiers, hors ce cas il ne sert pas à grand-chose, mieux vaut avoir un écran partagé avec 2D et carto.

Dernier petit conseil, mieux vaut investir au début dans un bon sondeur que dans une canne hors de prix, vous aurez le temps de l’acheter la saison suivante pour mieux pêcher les coins découverts au sondeur !

Gardez la pêche.

sandre-71-287

Comments are closed.