Le sandre, biologie, pêche et tout le reste.

NOM PHOTO

 

S’il est bien un poisson qui passionne les pêcheurs de carnassiers c’est bien le sandre. Mais pourquoi ? Ce poisson n’a pas la défense furieuse du brochet ni la puissance de la truite, ni la robe de la perche, ni la ruse du bass mais il a deux atouts pour lui : Il possède une chair excellente à cuisiner et sa pêche exige finesse et discrétion.

Pour le pêcher au mieux, différentes techniques spécifiques ont été mises au point dont la plus célèbre que fut le manié initiée par Albert Drachkovitch. Vint ensuite la verticale puis toutes les déclinaisons des techniques finesses actuelles.

sandre-pannecière-

 

Une touche de sandre en verticale c’est la décharge pure d’adrénaline, le choc dans le poignet et quelquefois une touche ratée c’est aussi ça qui explique qu’on puisse se passionner pour sa pêche.

Il y a encore une trentaine d’année, on accusait le sandre de tous les maux, d’être le requin d’eau douce, le fossoyeur des autres espèces de carnassiers. Il a même été classé nuisible car porteur sain dans son intestin  du ver nématode Bucephalus Polymorphus  dont les larves s’enkystaient dans les muscles des autres poissons en provoquant leur mort. Cette maladie est appelée la bucéphalose larvaire .

Depuis tout a changé et c’est le silure qui a pris la place du grand méchant poisson, jusqu’à ce qu’un autre le détrône un jour….

 

Les sandres dans le monde :

sandre 68 torucy 110514 (11)Étonnamment l’espèce sandre en général n’était pas présente en Europe occidentale avant son introduction au vingtième siècle. On retrouve des espèces de sandres en Russie, dans le Danube mais aussi sur le continent nord américain.

Il est fort possible que les glaciations successives en Europe aient empêché l’expansion du sandre qui grâce à une reproduction très efficace est un poisson apte au développement et à la colonisation.

Le sandre est appelé Sander lucioperca par les scientifiques mais il était auparavant nommé Stizostédion lucioperca.  On le retrouve sous cette appellation dans plusieurs sites internet étrangers.

Il existe actuellement plusieurs variétés de sandres dont deux autres dans l’Est et deux en Amérique du Nord en plus de notre sandre habituel.

Le plus connu est le Doré américain, très jaune, plus petit que le notre. C’est le Walleyle canadien pour lequel on fabrique des bateaux Walleyle boat spécifiques à sa pêche.

Stizostedion-vitreum

 

On retrouve aussi le Sauger ou doré noir, celui ci est aussi très commun là bas

stizostedion canadense

 

Dans les pays de l’Est on trouve le sandre rayé ou sandre de la Volga, lui aussi très commun.

stizostedion volgensis

sandre-volga

Terminons avec une rareté, un sandre plus inféodé aux estuaires ou au milieu marin qui occupe une aire de répartition située en Russie.

sudak-sea

L’hybride sandre perche existe bel et bien, il a scientifiquement été découvert en 2011 et reconnu par l’université d’Helsinki après sa pêche dans le delta du Kokemäenjoki. Selon les scientifiques cet hybride peut se reproduire.

hybride perche sandre

 

 Le sandre en France, historique, implantation

Historiquement le sandre est apparu en France lors du début du 20 ième siècle. Les premiers capturés en Europe de l’ Est l’ont été dans le Rhin en 1888 puis en France dans la Meuse en 1912, le Doubs en 1915 et la Saône et 1920.

De là est ensuite venu son expansion avec de plus la maîtrise de sa reproduction en pisciculture. C’est un nommé Zoltan Corchus qui le premier maîtrisera parfaitement la reproduction de ce carnassier dans une pisciculture située à Sylvereal en Camargue. Père spirituel de l’élevage du sandre, il sera l’un des acteurs qui auront œuvré à son introduction sur la totalité du territoire Français à partir de 1953 et qui auront permis son acclimatation.

sandrillonSi le sandre a été honni durant une époque c’est que sa capacité d’expansion est forte. Il pond beaucoup d’œufs et sa ponte est défendue par le mâle, de ce fait les chances de voir grandir un bon nombre d’alevins sont plus importantes que des œufs abandonnés aux éléments comme peuvent l’être ceux des brochets.

On sait que la population de sandres a explosé durant un temps avant de redevenir plus stable.  Les pêcheurs n’ont vraiment découvert sa pêche que vers la fin des années 60 lorsque certains ont découvert des techniques qui permettaient de les attraper par dizaines.

Ces pêches miraculeuses ont fait croire à une énorme surpopulation de sandres et bien entendu on a crié haro sur ce poisson en l’accusant de tout manger. Or actuellement il n’en est rien et le sandre ne semble pas influer outre mesure sur les populations d’autres carnassiers, bien que étant là, il a piqué la place, ou tout du moins la nourriture des autres.

 

Les différentes robes de sandres

Le sandre ne semble pas être amateur de robes albinos ou jaunâtres, je n’en ai trouvé aucune lors de mes recherches. On peut constater qu’il arbore soit une robe assez claire tirant sur le gris en milieu clair soit une robe cuivrée avec du marron dans les milieux acides.

sandre settons 010613

 

Les sandres charbonniers sont un cas intéressant car on sait que lors de la surveillance de son nid, un mâle sandre est bourré d’hormones le rendant agressif et qu’il s’habille d’une robe très sombre. Mais, des sandres sombres sont légions hors le temps de la reproduction, comme tout poisson il prend la teinte de son environnement et des sandres presque noirs ne sont pas forcément sur leurs nids.

 

Les défauts physiques

Par deux fois j’ai pu voir ce type de poisson à la dorsale plutôt étonnante, car manquante en partie. Accident, génétique ? Mystère mais ceci méritait d’être souligné. Contrairement au brochet je n’ai jamais constaté aucune « gueule cassée » chez ce carnassier.

sandre-manque-dorsale

 

La dentition, la gueule fermée

Ce qui surprend le pêcheur ce sont les canines du sandre. D’énormes chicots qui sont impressionnants, ils sont placées en avant de la gueule et renseignent sur sa façon de tuer. Ces dents percent la proie et la tuent rapidement mais pas de très grosses dents latérales comme le brochet qui la maintiennent prisonnière à coup sûr.

gueule-sandre

 

Lorsqu’on prend un sandre il est commun qu’il ferme la gueule si fort qu’on n’arrive pas à lui ouvrir. Sa gueule se déforme en bec et il écarte les ouïes. Pour avoir entendu claquer du bec un sandre de 70 cm, claquement impressionnant qu’on entend bien, je peux vous assurer que je n’irai pas mettre ma main dans sa gueule.

sandre-martinet-240411-3

 

La puissance de la mâchoire est surprenante, l’attaque du sandre est rapide et le coup de gueule hyper puissant, c’est pourquoi les touches sont si fortes.

 

La biologie du sandre, reproduction, vie

Le sandre est un poisson qui comme la perche aime vivre en banc de même taille, plus il sera gros plus il aura tendance à devenir solitaire.

Un sandre grossit assez vite, un sandre âgé d’un an peut mesurer jusqu’à 25 cm si la nourriture est abondante. A deux ans il peut atteindre 35 à 40 cm et devient apte à se reproduire mais la plupart du temps c’est à trois ans. Il grandit ensuite d’environ 10 cm par an mais c’est une moyenne qui varie en fonction des biotopes et des individus.

La taille maximale moyenne est d’un peu plus d’1m pour 15 à 20 kg.

sandre-90

 

La zone de confort thermique de ce poisson semble être dans les 24 à 29° donc un poisson qui profite le plus dans les eaux chaudes, c’est pourquoi il semble particulièrement apte à se développer  en Espagne.

sandre-martinet-du-091009Si on a longtemps cru que le sandre vivait exclusivement sur le fond c’est parce que ces observations venaient de pêcheurs qui ne le pêchaient que sur le fond…Mais les dernières observations de plongeurs et de pêcheurs font qu’on constate que le sandre se comporte comme tous les autres, il se positionne dans la couche d’eau qui lui convient le mieux et chasse même en pleine eau.

La vision du sandre a fait couler beaucoup d’encre car il possède une rétine qui réfléchit la lumière et beaucoup plus de cellules réceptrices pour la vision en noir et blanc (nocturne). Indéniablement il possède de grandes facultés pour se nourrir la nuit ou aux moments les plus sombres mais j’ai en pris en plein soleil.

Pourtant cette faculté expliquerait peut être les difficultés à prendre de gros sandres hors crues en rivière. Nous avons tous vu des pêches de lacs ou abondaient les sandres de 80/90/100 cm que personne ne prenait plus depuis des années. Une explication plausible voudrait que ces poissons ne se nourrissent plus que la nuit et ainsi échappent à la prédation des pêcheurs qui n’ont pas le droit de pêcher le sandre la nuit.

 

La reproduction

nid-de-sandreLorsque vient le moment de la reproduction, qui s’étale d’avril à juin en moyenne, le papa sandre va construire un nid de 0,5m à 1m de diamètre, y attirer sa femelle et féconder la ponte. Ce nid pourra être fait de branches, de végétaux mais aussi de simples cailloux.

Généralement il est placé dans une profondeur faible (1 ,5 à 3m) afin de bénéficier de la chaleur du soleil mais des nids ont été découverts jusqu’à des profondeurs importantes.

Une femelle peut pondre jusqu’à 200 000 œufs par kilo de son poids ! Le mâle se positionne sur le nid et protège la couvée des prédateurs. Il passe sont temps à ventiler les œufs pour éviter de les voir recouverts pas des sédiments.  Il attaque alors tout ce qui passe à sa portée, même un plongeur de dix fois sa taille. C’est pourquoi la pêche « sur les nids » est si facile et si peu sportive néanmoins et contrairement aux idées reçues, un sandre pris sur un nid y retourne si vous le relâchez dans de bonnes conditions. J’ai déjà fait l’expérience  et le sandre pris une première fois,sera repris deux heures plus tard sur son nid avant d’être relâché à nouveau.

L’incubation des œufs dure 100 à 110 degrés jours, donc 8 jours à 14° à peu près. Une fois éclos les alevins vont se nourrir de zooplancton puis vont vite passer aux alevins d’autres espèces.

sandre-settons-111112

 

Cette abondance d’alevins explique qu’il est courant de voir des plus gros sandres ou des perches dégueuler des alevins de sandres en été.

 

Les différentes techniques de pêche du sandre

Le sandre se pêche de multiples manières, vifs, leurres, plomb palette,  toutes les techniques sont évoquées dans ma page consacrées aux techniques de  pêche du sandre que je vous invite à relire.

 

Conclusion

Vous en savez dorénavant un peu plus sur ce fantasque carnassier qui est si frustrant, un jour il mordra sur une peau de saucisson maniée et le lendemain rien ne saura le dérider.  Un jour il sera pendu à 5m de fond, le lendemain c’est à 13m qu’on le trouvera…

sandre 50 cathy 180513 (1)

 

Sa pêche est passionnante et permet d’orienter la prédation en dehors de celle du brochet, plus facile à prendre et à la reproduction bien moins efficace.

Si je préfère le pêcher l’hiver à la verticale ou au fire ball, il n’est pas rare que tôt le matin en été je lui consacre une petite heure de traque avant de passer à d’autres espèces.

La défense d’un sandre dans mon froid Morvan ne vaut même pas celle d’un gardon, pourtant en Espagne ou en plein été la chaleur décuple les forces de ce poisson qui devient alors un combattant intéressant pour nous et qui possède la faculté de facilement se décrocher, j’en fait l’amère expérience tous les ans.

Gardez la pêche.

 

NOM PHOTO

Comments are closed.