Le leurre souple : le shad et le finesse

NOM PHOTO

 

Les leurres souples et leurs utilisations : Le soft swimbait encore appelé shad ou finesse

Un peu d’histoire

Mes recherches ne m’ont pas permis de découvrir la paternité de celui qu’on appelle le plus souvent shad, néanmoins de vieux modèles  Mister Twister sont ce que je possède de plus ancien.  Le terme shad désigne l’ alose c’est-à-dire un poisson plutôt trapu.

 

Depuis leur création les shads (appelons-les comme ça pour plus de compréhension) ont acquis une multitude de formes, ils peuvent être plats, fins, segmentés, allongés, courts, complexes

 

Les différents soft swimbait, du shad au finesse en passant par le grub

Différencions deux types de leurres souples, ceux qui nagent et ceux qui ne nagent pas, et encore on pourrait différencier ceux qui nagent mais qui ne sont pas conçus pour…. Nous allons dans cet article nous intéresser à  ceux qui ressemblent vaguement ou précisément à un poisson, tous les autres  feront l’objet d’un autre article.

Nous avons donc deux types de soft swimbait : les shads et les finesses. On reconnaît du premier coup d’ œil un shad par son battoir caudal qui est remplacé par une queue bifide chez un finesse.

 

Le shad

Chez le shad, le mouvement est mis en œuvre par le paddle, ce dernier qui subit la pression de l’eau se tord dans un sens et remonte jusqu’à ce que la matière plastique résiste et par effet de ressort ne renvoie le battoir dans l’autre sens. Si le juste milieu n’est pas trouvé, le shad tournerait sur lui même entraîné par sa queue. On obtient cet effet de renvoi soit en ayant un appendice supportant le battoir assez épais, soit un ayant un corps profilé plat qui va agir comme une quille.

Cette énergie transmise au leurre par la queue va lui permettre d’obtenir du rolling, plus ou poins important selon la forme de l’avant du leurre, l’épaisseur de l’appendice caudal et la taille du battoir.

 

Autre élément, l’angle du battoir par rapport à l’axe du leurre, plus il sera vertical (45°) plus il résistera à la pression de l’eau et plus son mouvement pourra être important. On utilise cette astuce pour mettre en action une queue avec une vitesse d’animation très faible pour la verticale, alors qu’un battoir orienté à plus de 45 ° demandera de la vitesse d’animation pour se mettre en action, donc plus efficace en linéaire.

Certains battoirs sont plus petits que d’autres, ou possèdent une forme en goutte d’eau inversée, voir en patte de canard, voir même rectangulaires mais la plupart sont classiquement ronds ou ovales.

Un shad à corps comprimé latéralement sera plus quillé dans l’eau, il aura normalement moins de rolling et pourra être ramené plus vite qu’un shad comprimé verticalement mais la forme de la tête plombée influera aussi sur sa nage et son rolling, pas simple tout ça.

 

On trouve des shads simplissimes avec par exemple l’ Easy Shiner Keitech, des shads avec un étranglement du corps pour favoriser la souplesse d’une partie comme le One Up Shad de Sawamura.

D’autres shads possèdent des yeux 3 D, des picots, des rainures sur le flanc pour générer des perturbations subaquatiques et retenir le gel attractant. Le meilleur exemple est le Ripple de Berkley

Les shads les plus récents tendent à s’approcher le plus possible d’un profil réaliste du leurre avec une peinture s’approchant au plus près des coloris naturels, une forme scannée à partir d’un vrai poisson  mais c’est surtout l’action de la caudale qui semble être à l’origine de la touche dans la plupart des cas.

 

Le finesse

Ce leurre ne possède aucune nage propre si ce n’est que la forme de son corps va générer des ondes subaquatiques. Certains finesses ont un corps simple et lisse d’autres au contraire sont équipés de rainures ou d’ ergots, voir de nageoires, le but étant là d’imiter visuellement une proie sans trop générer de vibrations.

Le marché du finesse est bien plus restreint que celui  du shad c’est pourquoi les marques n’en proposent pas de nombreux modèles. Il est surtout utilisé en verticale et en pélagique mais le shad lui vole de loin la vedette.

Un finesse peut être utilisé en linéaire mais ce n’est pas son utilisation principale hormis pour les leurres souples segmentés de type Javalon (Imakatsu) qu’on trouve sur le marché en nombre très réduit. Ces leurres fonctionnent très bien en animation « manié » près du fond.

 

Les utilisations du soft swimbait

On peut fort bien, si on le souhaite, oublier ses leurres métalliques et ses leurres durs et ne pêcher plus qu’au souple tellement son usage est large. Nombre de pêcheurs ont délaissé pour des raisons de coûts les leurres durs et ne pêchent plus qu’avec des souples qui ont encore cet avantage de coûter moins cher et de pouvoir être recollés s’ils sont abîmés par les dents des brochets.

Un shad peut se monter avec une tête plombée, une tête à visser, un hameçon texan, une monture manié….Il s’utilise en surface, près du fond, en linéaire, en grattant, en verticale.. Les pêcheurs de truite l’ont redécouvert récemment et nos farios où nos arcs sont tout autant attirées par sa nage que les brochets ou les sandres.

 

Le cas du Shad à palette

Né à priori en France pour pêcher le brochet dans le lac du Bourget le long des pentes abruptes, le shad à palette est un shad préplombé en corps dont la caudale est remplacée par une palette. La vedette fut longtemps le Divinator et depuis nombre de leurres qui s’en inspirent sont sortis sur le marché. Le shad à palette ne crée que des vibrations de sa palette mais il fait craquer les sandres en animation sur le fond, il fonctionne parfaitement sur le brochet en traction et même en linéaire. Le côté shad ne semble être là que pour le décor mais s’il marche, on ne va pas s’en priver.

 

 

Gardez la pêche

Voir les shads et les finesses chez notre partenaire.

Relire un article sur les différentes animations du shad

sandre-71-287

 

Comments are closed.