La truite à la bombette

NOM PHOTO

 

La pêche de la truite à la bombette

J’avais pris une habitude depuis plusieurs années pour l’ouverture de la truite.

Le samedi je la pêchais en rivière au vairon manié ou au leurre et le dimanche je la  pêchait en lac. Il faut dire que cette dernière méthode à l’avantage d’être très courante dans les zones urbanisées où l’AAPPMA locale dispose souvent du lac communal pour satisfaire les pêcheurs.

Mais là, diantre, que les truites étaient et sont encore difficiles. Même après un lâcher massif vous pouvez passer la matinée sans en prendre une, je ne compte plus les fois ou cela m’est arrivé. Qui plus est lorsque vous pêchez fin et technique et qu’a coté de vous pêche un gamin avec une gaule de 4 m et une ligne en trente centième et qui vous sort deux belles arcs sous le nez.

J’ai vainement tout tenté durant de nombreuses années, sans résultats probants. J’ai terminé par la pêche à l’anglaise à la teigne qui semblait être la moins mauvaise technique et la plus régulière.

Puis, un matin, j’ai vu un papy pêcher au buldo. Il utilisait une canne d’1m80 et avait du mal à lancer son montage à plus de vingt mètres. Il attendait de repérer quelques marsouinages et lançait à proximité puis ramenait très lentement. Il en prenait le bougre, et tous les jaloux de pêche venaient tendre leur lignes à cotés de lui.

J’ai tout de suite entrevu le potentiel de cette technique mais je n’avais pas le matériel qui convenait.

Après m’être documenté et avoir visionné un film (Techniques de pêche à la bombette que je vous recommande chaudement), j’ai trouvé sur un catalogue papier (eh oui, le net n’était pas encore aussi développé) ma première canne bombette et mes premières bombettes de marque Milo.

Je ne vous  raconte pas ma première sortie à la truite !! Cinq lancers, cinq truites, le quota établi je rentrai chez moi au bout de 10 minutes sous les yeux ébahis des autres pêcheurs.

Et depuis ça marche du tonnerre, le plus souvent lorsque j’y suis  je ne reste qu’une demi heure à la pêche, le temps de trouver la profondeur dans laquelle les arcs évoluent et vlan les touches se multiplient.

Généralement j’ai droit à la question « C’est quoi ton machin là? »  Et je pars pour un cours de cinq minutes sur la méthode.

Parlons un peu technique:  Une bombette est un lest d’un poids donné pour évoluer à une profondeur déterminée.




 

La bombette permet de lancer loin, voir très loin. Il faut alors ramener lentement son appât, le plus souvent une teigne ou deux, accrochées à un hameçon  de six placé au bout d’un bas de ligne en fluorocarbone de 16 centièmes de deux mètres de long. Le corps de ligne n’a guère d’importance mais je préconise au moins du 22 centièmes pour encaisser le poids du lancer de la bombette.

On peut ramener linéairement ou lorsque rien ne marche on peut effectuer des tremblements qui semblent réveiller les poissons. La longueur du bas de ligne peut sembler importante mais c’est elle qui est déterminante, ne descendez pas en dessous d’1,50 m sous peine de ne plus avoir guère de touches.

Pour fixer votre bas de ligne on peut utiliser un ressort à bombette, l’illustration ci dessous vous montre comment l’employer:

 

Attention, cette technique fait vraiment vriller le fil, penser à intercaler un émerillon quadruple  entre le corps et le bas de ligne.

Pour éviter un emmêlage lors de l’amerrissage, pensez à freiner la sortie du fil ainsi le long bas de ligne va se déployer avant de  toucher l’eau

 

Chez Milo il existe plusieurs types de bombettes mises au point par l’inventeur de la technique:

la flottante lorsque les truites marsouinent, la semi plongeante (0,5 m de profondeur) lorsque l’activité est en surface, la plongeante (3m) et la super plongeante (au plus profond selon la vitesse de récupération). Détail d’importance, ces caractéristiques sont marquées sur les bombettes ce qui permet de ne pas se tromper.

La bombette est super efficace pour la truite en lac, très amusante pour les perches, efficace sur le sandre et le brochet (si, si, j’en ai pris!).

Lorsque vous en avez marre de lancer, posez votre canne. Votre appât au bout de ses deux mètres de bas de ligne va évoluer et pêchera seul. J’ai déjà fait plusieurs truites et carpes avec cette méthode.

Vous cherchez comment réussir votre ouverture en lac, investissez dans la bombette. Avec trois ou quatre bombettes différentes et une pochette d’émerillons multiples vous pourrez faire face à la situation si vous possédez une canne anglaise ou à truite d’une puissance d’au moins 20 grammes. Sinon une canne bombette vaut autour de 50 euros, c’est correct pour le nombre de prises qu’elle vous rapportera.

Doc fabricant

 

Cette technique, très meurtrière si elle est bien utilisée, permet de prendre ces truites surdensitaires ou de bassines qui de toute façon vont crever dès les premières chaleurs, alors n’hésitez pas, faites vous plaisir..

En recherchant dans mes affaires j’ai retrouvé cette notice, distribuée il y a quelques années avec ces bombettes, c’est technique mais clair, désolé pour la qualité c’est un scan d’une notice:

 

 

 

Gardez la pêche !!




Comments are closed.