A propos de ce site

Cet édito d’avril est quelque peu bouleversé par le confinement qui nous a tous fait oublier nos rivières à truites au meilleur moment. Pour autant espérons qu’ en ce mois d’avril cette mesure de confinement soit  levée ou allégée et que nous pourrons retrouver sereinement nos habitudes halieutiques.

Permettez-moi d’avoir une pensée pour tous nos détaillants qui ont fait rentrer tout un stock de matériel pour cette période charnière de l’année et qui ne peuvent pas vendre mais qui doivent payer leurs fournisseurs. Dès la levée du confinement, soyez civiques et pensez à eux, allez acheter votre matériel pour garantir ce service de proximité qui manque terriblement à ceux qui n’en disposent pas.

Avril marque une certaine transition puisque pour beaucoup d’amateurs de carnassiers il est dorénavant le mois de l’ouverture. Beaucoup d’entre nous vont déserter les rivières de première catégorie pour leurs lacs préférés et les truites retrouveront de la quiétude en fin de mois.

Cette ouverture du carnassier placée au 25 avril cette année fait grincer quelques dents. Il est probable ou possible que dans certains coins du pays le sandre n’ait pas fini de frayer et là il sera vulnérable, mais faut-il protéger sa fraye à ce point ? Rappelons juste qu’une femelle sandre pond 10 fois plus d’œufs en moyenne qu’une femelle brochet (à poids égal) et que le mâle sandre protège la ponte alors que les brochets l’abandonnent. Interdire toute pêche des carnassiers me semble une mauvaise solution et j’ai maintes fois donné mon point de vue. Selon moi une pêche ouverte toute l’année avec des dates de fermetures par espèces comme c’est le cas pour le bass chez moi me paraît la meilleure solution. Ceci ne pénaliserait pas tous les pêcheurs, leur présence accrue au bord de l’eau pourrait aussi empêcher la prédation des bracos si nos pêcheurs honnêtes appelaient la garderie au lieu de pester contre leur absence sur Facebook !  Cette ouverture au 25 avril me convient, il est vrai que je suis de cette minorité qui préfère le brochet au sandre, je préfère la rudesse à la subtilité, le combat à l’approche…

Dans mon édito du mois dernier je soulignais le fait que les pêcheurs de première catégorie étaient plus consensuels que ceux de seconde. Il semble que je me sois trompé puisque mon article sur les lâchers d’arcs en première catégorie a fait réagir pas mal de monde avec un pic de fréquentation à 10 000 vues le lendemain de sa mise en ligne. L’arc-en-ciel souffre de sa mauvaise image et du fait que les pêcheurs passionnés n’en veulent pas. Bien entendu là où il y a des truites farios natives en nombre suffisant, déverser des arcs est inutile. A l’inverse là où le milieu est dégradé et où les pêcheurs réclament du poisson à pêcher, il faut bien leur répondre, et la TAC semble la réponse la plus pertinente vis-à-vis de la fario atlantique de pisciculture comme j’ai tenté de l’expliquer dans cet article.

A propos du manque de poisson dans nos eaux, ce sujet à semble-t-il fait le tour de la pêchosphère française au début du mois dernier grâce à l’interview de Claude Roustan dans le Fishing Club. Le constat est simple, il y a de moins en moins de pêcheurs, donc de cartes, donc d’argent et le système associatif réciprocitaire va arriver à terme à se casser la binette. Mon analyse a rejoint celle des membres du Fishing Club, pour retrouver de l’argent et agir sur les milieux il faut du poisson ! Pas des écoles de pêche, pas des maisons de la nature et de la pêche, pas de la com, pas du blabla bien pensant en congrès ou dans la presse locale. Ne faisons pas les choses à l’envers. Il est scandaleux qu’un bas de laine immense des AAPPMA dorme sur les comptes en banque. C’est l’argent des pêcheurs et cet argent doit servir à les satisfaire, il faut obliger les AAPPMA riches à dépenser leur pécule et là ça demandera une nouvelle rédaction des statuts. Si on ne les oblige pas statutairement à ne pouvoir garder qu’une année ou deux de budget d’avance, on restera dans la même panade. Cette majorité d’ AAPPMA qui thésaurise croit qu’elle a raison, que dépenser en empoissonnements ou en aménagements est une gabegie, pourtant c’est ce que veut une grande majorité de pêcheurs.

On accuse la FNPF de tous les maux mais c’est mal connaître sa puissance sur ses troupes, des pouvoirs elle n’en a pas beaucoup. La FNPF n’ a en fait que deux pouvoirs, un de représentativité vis-à-vis des instances administratives de notre ministère de tutelle et un autre de redistribuer aux fédés les subsides récoltés. Certes on aimerait un président de la FNPF à l’image de celui des chasseurs, engagé, réformateur, défendant bec et ongle ses ouailles, très présent sur la scène médiatique, innovant, charismatique… Et même si un jour nous en avons un comme ça, il sera vite muselé par les fédés qui détiennent le vrai pouvoir, ce sont elles qui dirigent la barque et c’est souvent une cacophonie pour donner les ordres de manœuvre. Eh oui, dans le grand bateau pêche il n’y a pas un commandant de bord mais une centaine de capitaines qui veulent tous commander, comment voulez vous que la ligne soit claire, comment voulez vous que ça avance ? Là aussi il faudrait réformer tout ça pour une autorité pyramidale bien plus efficace que le pseudo-consensus, celui-là même qu’on retrouve en AG de fédé quand les présidents d’ AAPPMA veulent se faire entendre et qu’il en ressort qu’il est urgent d’ atttendre !

Tout le système est à réformer, car il profite de moins en moins aux pêcheurs qui payent et subissent les augmentations régulières sans que leur pêche ne soit améliorée.

J’aborderai ou je tenterai d’aborder les sujets suivants en avril

  • Page : Remorque à bateau, le bon vocabulaire
  • L’aventure des marques pêche : Mitchell
  • Truite : S’échapper en ruisseau pour trouver des sauvages
  • Le coin du débutant : Avril, le réveil de la pêche
  • L’évolution sociétale de la pêche depuis 40 ans
  • Le RCD Knife  Sharpener de Rapala
  • Le bakkan SG Boat and Bang Bag M de Savage Gear
  • Le moulinet Prorex V LT de  Daiwa
  • La canne corégone Booster 175 de Vertigone JMC
  • Un jour un leurre : L’Erratic Shiner 50 de Live Target
  • Un jour un leurre : Le chatterbait Swinger de Sakura
  • Un jour un leurre : L’ondulante Heaven de Smith
  • Un jour un leurre : La cuiller ondulante Ondulix de Suissex

 Et d’autres articles sur l’actualité, les sorties pêche etc etc…Et les éventuelles contributions de nos autres auteurs que je remercie d’avance.

Sylvain l’esoxiste

Pour les visiteurs qui viendraient sur ce site pour la première fois, rendez vous directement dans  la rubrique « les articles – le blog de l’esoxiste », la partie magazine où vous seront présentés les mardi, jeudi et dimanche des news en rapport à la pêche, des reportages,  des articles sur le matériel et les poissons, des vidéos…. Pour simplifier tout ce qui fait un magazine de pêche carnassier.

Dans la rubrique « Dossiers » vous découvrirez des thématiques et des reportages complets sur les techniques, la pêche en barque, le casting, sans oublier les coins de pêche, les recettes de cuisine, l’ichtyologie nature aquatique.

 

Voici les autres rédacteurs de ce site:

Tahitifish  n’est pas un inconnu puisque on le retrouve sur de nombreux forums. Il a commencé la pêche en traquant les bars puis il est parti vivre en Polynésie Française où il a pu se mesurer aux espèces exotiques. Pêcheur en mer et en eau douce il nous parlera de ses sorties pêches avec le coté pêche en mer qui nous manquait.

Natif de Beaulon, petit village des bords de Loire, Lionel BOUGNOT est le cuisinier pêcheur qui nous présentera de savoureuses recettes à base de poisson:  » Passionné de cuisine et de pêche depuis tout jeune, ce métier m’ a permis de découvrir des gens passionnés dont Gerard Raymond à Bourbon Lancy,  mon maître d’ apprentissage,  et Jacques Lameloise à Chagny. Grace à eux j’ ai pu faire des petits extra à l’ étranger  ( république tchèque  et au Japon ) maintenant j’ enseigne le métier de cuisinier dans un centre de formation d’ apprentis dans l’Allier. Concernant  la pêche, je pratique aux leurres depuis plusieurs années en Loire , en lac et depuis peu en canal qui nous réserve  de bien belles surprises.  »

AxelAxel BECHLER  a rejoint l’équipe des auteurs en fin d’année 2015, il a 50 ans et est  chef d’entreprise. Je lui laisse la parole pour se présenter: « Principalement adepte de la pêche aux carnassiers et de la  truite aux leurres et au mort-manié, j’essaye de garder un esprit curieux et ouvert, mais aussi parfois critique, sur le monde halieutique.Remettant le plus souvent mes prises à l’eau, je m’autorise néanmoins de temps à autre à conserver un poisson. Mon activité professionnelle me laisse peu de temps libre à partager entre ma famille et mes sortie au bord de l’eau, je suis simplement un pêcheur, what else ? »

 

Sylvain l’esoxiste

 ———————————-

 

Le leurre du mois: L’ Erratic Shiner, une ondulante innovante selon Live Target

 

 

L’image fun du mois:  Quand le confinement sera levé et qu’il faudra emmener nos filles à la pêche

 

 

La belle photo du mois: La truite tiger, un superbe hybride, image Facebook, auteur inconnu

 

 

Le dessin du mois:  le confinement du pêcheur

 

 

La pêcheuse du mois:  

 

 

Bonne visite et gardez la pêche !

 

Comments are closed.