Le leurre souple : Craw, worm, frog, larves et créatures

NOM PHOTO

 

Les leurres souples et leurs utilisations : Les craws, les worms et presque tout le reste de l’univers leurre souple.

 

Un peu d’histoire

Le premier leurre souple qui fut crée fut le Wiggle Worm de Nick Creme à la fin des années 40 lorsque la technologie des plastiques est devenue abordable par le commun des mortels. Ce fut le premier appât plastique aux caractéristiques proches de la réalité bien qu’on découvrait des vers en caoutchouc sur le catalogue Manufrance 1928.

Désormais ces leurres sont salés et gorgés d’attractants pour provoquer une prise en bouche plus longue par le carnassier mais les premiers n’avaient comme senteur que le plastique.

 

 

 

 

 

 

 

Le worm

Le Worm serait donc le premier « vrai » leurre souple qui a ensuite donné l’idée à des bricoleurs de génie puis des industriels du leurre de fabriquer dans un premier temps des vers et des larves puis de les décliner ensuite en ce que nous connaissons actuellement avec des shads, des virgules puis tout un tas de trucs qui prennent du poisson.

On trouve en gros deux types de worm, celui qui imite le plus fidèlement possible un bon gros vers de terre, comme le Flick Shake d’ Illex ou le Ridge de Sawamura et celui qui imite un truc vermiforme, qu’on appelle aussi cigare, le meilleur exemple étant le Senko de Gary Yamamoto.

Par le passé on trouvait un worm équipé de marabout en queue, ces plumes très connues des moucheurs s’animent et se gonflent au moindre petit mouvement.

 

La craw

Second leurre souple créature par son utilisation massive, la craw imite une écrevisse de façon plus ou moins fidèle. Très souvent elle est montée sur un rubberjig pour la pêche du bass mais les sandres et les brochets adorent une grosse craw imitative montée sur tête sabot lorsqu’ils se gavent d’écrevisses en été sur les zones de bois noyés.

La craw avec ses deux grosses pinces est aussi souvent utilisée comme trailer de spinnerbait et de chatterbait, le modèle Boogie Craw de  Gunki est en un bon exemple avec ces pinces fines qui flappent dont les perches sont très amatrices.

 

Le Slug

Voilà un leurre souple inventé pour imiter une limace et leurrer le bass qui a connu un énorme succès pour la pêche du bar car il imite aussi un lançon. En eau douce et pour le brochet, la perche, le sandre ou le silure, on ne pêchera pas comme au bass, le slug deviendra un leurre à darter, un leurre de réaction.

Le X Layer Megabass est la légende des slugs, j’ai toujours eu du succès avec lui sur les percidés et comme trailer de chatterbait je ne changerai pour aucun autre.

Le One Up Slug de Sawamura est lui aussi très efficace, en drop shot il permet de piquer de belles perches. les slugs sont pour la plupart assez rigides, toniques. Il existe pourtant des modèles particulièrement souples qui font craquer les sandres en verticale en hiver, les Hazedong de Megabass et Mother Worm de Madness en sont les plus parfaits exemples.

 

La créature, shrimp et autres

Le Golgoth d’Illex, un leurre disparu du catalogue

La créature essaye d’imiter un triton ou un lezard, peu utilisée en France sauf par les amateurs exclusifs de bass, elle demanderait à être testée par les pêcheurs de brochets en début de saison. Par le passé j’avais découvert que les brochets adoraient se nourrir de tritons en avril au moment de la reproduction de ces bestioles. Avec une ouverture en mai, on peut toujours essayer avec un triton monté en tirette ou en carolina, ceci pourrait faire la différence sur des poissons éduqués.

il existe d’autres modèles de créatures sous la forme d’une bestiole allongée comportant plusieurs appendices comme ce modèle Golgoth d’Illex qui n’est pas vraiment une créature mais plutôt un mix de plusieurs leurres, la bonne idée est l’ajout de poils pour  rajouter un type de vibration.

J’ai découvert la shrimp (crevette en anglais) très récemment et j’ai pu constater sa redoutable efficacité sur les percidés, la multiplicité des tentacules et appendices semble grandement intéresser les perches, deux modèles se dégagent pour leur efficacité : La Dolive Shrimp d’ OSP et la Scissor Comb d’Illex.

 

Les machins (frog, beaver, chunck, larves, fries, tubes et autres)

Il existe des leurres souples que je qualifie de machins tellement le choix est important. On trouve des imitations de larves aquatiques, d’insectes, de têtards, de grenouilles mais aussi de trucs qui n’existent pas comme les frites, les X, les beaver.

Ces leurres sont soit de modèles destinés au bass avec des tailles et poids plus conséquents, soit destinés à la pêche de surface des petits carnassiers. La seule limite de création est l’esprit humain et on sait que celui-ci est infini.

Il existe aussi les frogs, souvent un LS flottant avec des pattes qui vont brasser l’eau. La plupart de ces modèle possèdent un corps épais pour y noyer un hameçon texan afin de pêcher au cœur des nénuphars ou dans les coins les plus scabreux.

 

Les utilisations de ces leurres souples

Le worm a plus de qualités qu’on ne pourrait le croire, s’il s’utilise principalement en wacky avec un simple à large ouverture, on peut l’utiliser avec deux simples piqués aux extrémités dont le supérieur sera coulissant, la nage obtenue sera un ver qui se plie et se déplie sous les tractions de la ligne. La plupart des worms ont une forme en S afin de nager ou de donner un semblant de nage en les laissant simplement couler. Les anciens modèles comme ces Megabass, demandaient une subtile animation mais ils étaient très efficaces. Plus étonnant, j’ai eu de la réussite avec un gros worm en verticale monté sur une tête plombée, ça ne nage pas mais ça gigote un peu avec le mouvement. Ma pêche préférée reste en étang sur les bordures où on repère les carnassiers comme le bass ou le chevaine en maraude, il faut lancer le ver non plombé à 30 cm derrière lui et laisser simplement couler, touche assurée dans les secondes qui suivent.

 

Il existe pour le ver en wacky et le cigare des lests en forme de clou qu’on va enfiler à une extrémité, ça va déséquilibrer le montage et le rendre plus attractif. On pourra même leut introduire un rattle en ver ou en acier pour les rendre bruiteurs.

On peut utiliser toute la famille des leurres souples vermiformes, en forme d’ écrevisses ou de créatures sur des têtes plombées classiques, ça fonctionne très bien en verticale mais les shrimps et créatures vont préférer une animation plus planante comme le carolina ou le drop shot.

 

Ces leurres souples, souvent éclipsés par les shads et les virgules ne sont pas à négliger, ayez au moins une pochette de worms en coloris marron, une de craws en coloris naturel et une de shrimp en coloris translucide, ça pourrait vous sauver une partie de pêche.

Gardez la pêche

Voir les créatures chez notre partenaire

Relire nos articles sur les shads et les virgules 

bass3-287

Comments are closed.