la tirette

brochet panneciere

 

La tirette, une technique incroyablement efficace à redécouvrir.

Pour ceux qui ne connaissent pas, la tirette c’est simplement ramener un vif à fond en utilisant un plomb coulissant pour que le carnassier ne sente pas l’inertie du plomb.

Montage tirettte avec plomb Tyrolien

La tirette se caractérise par deux paramètres, la finesse et la discrétion. Finesse dans le montage qui s’adresse en priorité au sandre, finesse dans le bas de ligne, dans l’hameçon. Discrétion dans le posé, dans le poids du plomb et dans l’animation.

 

 

Détaillons à présent les diverses techniques de tirette et le matériel spécifique. près avoir pratiqué la tirette quelques temps avec une canne truite je suis passé depuis plusieurs années à une canne spéciale tirette. Celles-ci ont un scion en fibre de verre ou en carbone plein qui ploie à la moindre tirée et permet de visualiser les touches même les plus discrètes. On arrive quelquefois même avoir dans le scion l’affolement du vif avant l’attaque.

Canne Garbolino Magister Tirette

Pour le bord une canne de 2.7 à 3m est indispensable ; elle permet d’avoir un bras de levier suffisamment long pour brider un joli poisson car la tirette s’adresse de la perche de 25 au brochet de 1.2m. Pour la barque, Garbolino propose une canne de 2.10 largement suffisante et d’un emploi plus aisé lorsque la place manque.

Moulinet Shimano Symetre

Coté moulinet un simple tambour fixe de qualité en taille 2500 capable d’embobiner la tresse sans perruque mais le plus léger possible.

L’animation est d’une simplicité déconcertante. On lance et l’on ramène en faisant trainer le plomb sur le fond, on peut faire des pauses (conseillé) ou ramener très doucement en grattant le fond. L’important est de bien sentir la touche. Avec les tresses et les nouvelles cannes pas de souci, on ressent l’attaque et on la visualise en voyant plier le scion en fibre de la canne. Avec une autre canne on peut tirer doucement le fil à la main comme font les pêcheurs au toc afin de bien ressentir l’attaque.

A la touche, il suffit de laisser partir quelques secondes puis de ferrer amplement. C’est une technique toute en finesse et en subtilité, par contre ne pensez pas couvrir trois kilomètres dans la matinée. Afin de bien explorer une zone il vous faudra au moins 3 minutes ou plus par lancer, compter une dizaine de lancer par zone, vous voyez que ce n’est pas du power fishing aux leurres. Par contre, cette technique est la plus gourmande en vif que je connaisse. Pour une matinée, prévoir 20 à 30 vifs (6 à 10 cm). N’oubliez pas la boite de gros vers qui peut vous sauver une partie de pêche si vous tombez sur des zébrées de 25 cm.

 





Détaillons maintenant les divers montages :

La tirette classique utilise une olive coulissante sur le corps de ligne, Le bas de ligne d’environ 50 cm est attaché par un émerillon. Le vif est accroché par un simple n° 4 à 1, n’oubliez pas le petit morceau de caoutchouc pour éviter que le vif ne se décroche intempestivement.

Seconde évolution arrivée il y a quelques années, le plomb sabot spécial tirette qui permet de basculer sur les pierres et qui relève le montage de deux ou trois centimètres du fond de façon a préserver la zone du nœud de l’abrasion. Je glissai une petite gaine plastique en force afin de faire mieux coulisser ma tresse. Parce qu’a mon sens, pour cette pêche tactile, la tresse est indispensable afin de bien ressentir le montage mais la tresse n’aime pas trainer sur le fond et s’use prématurément. J’ai trouvé une solution en utilisant le plomb tyrolien. Il est parfait pour les zones encombrées ou l’on perd un montage par lancer, parce qu’a la tirette on laisse du montage au fond, donc mieux vaut en prévoir d’avance.

plombs tyroliens pour la tirette

Le plomb tyrolien, après moult tests trouve ses limites à la belle saison. Il n’est pas assez discret pour Messieurs les sandres en été. Donc je reviens au plomb balle ou au plomb spécial tirette. Je place aussi un bas de ligne en fluorocarbone plus long, un mètre devient la longueur correcte pour l’été en eaux claires. Sinon j’ai utilisé avec pas mal de succès un montage au pendu dont le poids était une chevrotine pincée au bout qui se détachait en cas d’accroc avec le fond.

L’une de mes connaissances, fin pêcheur à la tirette joue la finesse à fond. Il coupe des olives longues en deux pour pêcher en 2.5g et monte un bas de ligne en 14/16 centième. Chaque année il prend pas mal de poissons mais corollaire à cette finesse, il en perd autant et se fait très régulièrement couper par les becs. Je préfère en prendre moins mais avec moi ils ne finissent pas avec un bas de ligne coupé et planté dans la gueule. Lorsque je pêche avec des diamètres aussi fins, j’utilise au posé des cannes anglaises et des moulinets adaptés.

Différents plombs pour la tirette

Comme je le disais précédemment, avec la tirette on accroche beaucoup alors certains ont mis au point des montages astucieux. A voir sur le site carnassiers.com un plomb à tirette qu’on adapte sur une tétine de pêche à l’anglaise. De cette façon on ne perd que le plomb, cliquez sur le lien suivant CARNASSIERS .COM

La touche à la tirette est caractéristique, une tape suivie d’une petite autre. En ce cas on baisse immédiatement la canne pour donner du mou et l’on ouvre son pick up. Si le fil se tend pas de problème, sinon ne pas ferrer mais tendre doucement le fil à la main pour voir ce qui se passe. Il est fréquent que le poisson, ne sentant aucune résistance ait engamé la proie sans se déplacer. Avec la perche vous n’aurez pas ce souci, la touche est franche et se résume à un coup de mitraillette dans la ligne, le brochet et le sandre vous ferons quelquefois ce type de touche mais plus fréquemment un simple tape alors restez concentré et laissez vous aller à la tirette.

Gardez la pêche, à la tirette bien sûr !!

 




Comments are closed.