Mequinenza 2014, les premiers jours
avatar

mequinenza 2014163Oh que je l’attendais ce séjour ibérique ! C’est donc avec fébrilité que je me suis réveillé ce matin du 27 septembre à 04h00 du matin. Vite une douche, un café et c’est patoche qui arrive avec le Duster.

L’Esoxiste III est vite attelée, tout avait été préparé la veille, seul un feu de position refuse de fonctionner sur la remorque, tant pis pour lui.

Le voyage débute à 05h00 calmement mais concentrés comme rarement, évidemment nous nous voyons déjà sur le lac de Méquinenza à faire rugir le Mercury et plier du carbone sous les rushs des tatanes.

Chalon passe, Lyon passe, je récupère le volant vers Valence où nous buvons un café et rencontrons des amis chalonnais qui eux aussi partent pour un séjour à Mequinenza.

mequinenza 2014002

 

Départ pour le prochain arrêt, la Jonquera où bien évidemment je fais un arrêt pour nous approvisionner en boissons diverses. Nous prenons aussi un casse croûte à la « maison del jamon »  un petit établissement qui vend des charcuteries et propose des sandwiches maison succulents au jambon.

mequinenza 2014351

mequinenza 2014352

 

Patoche reprend le volant à nouveau et pousse jusqu’à l’arrivée, prévue pour 16h00 et devinez quoi ? Nous arrivons à la porte du camping à 16h00 pile après avoir traversé Barcelone et son autoroute où ça circule beaucoup. Passé cette agglomération et en direction de Lleda la circulation devient aussi aride que le paysage et nous voici arrivés. Dixie le teckel féroce aura passé ces 12 heures de voyage à nos pieds.

mequinenza 2014353

mequinenza 2014357

mequinenza 2014354

 

Nous nous engageons sur ce petit chemin de terre qui mène au paradis des pêcheurs, petit arrêt à l’accueil pour récupérer nos permis de pêche et nos clés puis c’est le déchargement suivi du rangement, pour ma part c’est désinfection du bateau. Carlos me fait un tour rapide au karcher et me ponctionne 5 euros pour être en règle et avoir le certificat, une véritable petite escroquerie ce truc !!

mequinenza 2014017

mequinenza 2014021

mequinenza 2014028

 

Le temps de tout faire, il est déjà l’heure de l’apéro, nos 7 copains arrivés plus tôt n’ont pas pu résister à une mise à l’eau et une partie de pêche. Nous préférons prendre notre temps.

mequinenza 2014030

 

Le soir venu nous nous retrouvons tous pour un apéro qui tournera à tour de rôle de bungalow en bungalow, évidemment et comme toujours, ce soir sera le prélude à une bonne migraine mais je l’ai cherché.

Dimanche 6h30 du matin, mal de tête et pluie qui tombe mais pas très fort. Nous mettons à l’eau vers 08h00. Le lac est très haut (-2 ou 3m seulement) et la   mise à l’eau peu pentue, il faut énormément reculer pour sortir le bass boat au thermique en risquant d’inonder la voiture.

C’est ensuite le départ et le 60 cv libéré peut enfin hurler plus de deux minutes. Nous mettons le cap sur les zones de l’année dernière mais les grosses perches ne sont pas très coopératives, plutôt les sandres qui sont mordeurs. J’en prendrai 6 dont 3 ragnoles de 40 cm qui iront retrouver leurs copains.

mequinenza 2014362

mequinenza 2014373

 

A ce sujet, il est toujours interdit de relâcher sandres, perches et silures…Il n’y a pas de maille de 45 cm et de quota de 6 sandres par jour comme j’ai pu l’entendre de la bouche d’un pêcheur, c’est la Gardia Civil qui a expliqué à l’un d’entre nous qu’il fallait tout tuer et tout garder sinon PV. Donc faites s’échapper malencontreusement ce que vous ne voulez pas garder !

La pluie redouble d’intensité et nous nous prenons un véritable déluge sur le coin du museau, même mon pantalon de pluie déclare forfait sous ces trombes d’eau au bout de deux heures. A 14h nous arrêtons, le bateau a du mal à déjauger, je découvrirait plus tard qu’il y a au moins 100 l d’eau dans le fond.

mequinenza 2014377

mequinenza 2014388

 

Cathy et Patoche feront 3 perches et un sandre pas très gros. Le secteur pêché était un secteur à perche, nous changeront demain.

Lundi matin, le soleil montre enfin son nez et nous promet une belle journée sans trop de vent, juste de quoi rider la surface. La brume arrive pourtant et masquera le soleil une grande partie du matin jusqu’à midi.

A la mise à l’eau je me prends une bonne leçon qui aurait pu être tragique. Comme elle est peu pentue avec cette hauteur du lac et que je ne veut pas mouiller mes petons, je sort le bateau au moteur….Là très dur, le bateau refuse de quitter la remorque.

Je laisse donc le moteur tourner en marche arrière et me met à sautiller sur le pont arrière. Erreur n° 1.

Vu que mes habits de la veille sont trempés, chaussures aussi, je me suis mis en tong avec semelle lisse. Erreur n° 2

Je monte sur l’extrémité arrière (sur de l’ alu mouillé) et bien entendu je glisse…Erreur n° 3..Je tombe à l’eau, mes patraches glissent sur la rampe et je perds l’équilibre…Mon sweat est happé par l’hélice et le Sylvain suit le mouvement….

Heureusement pour moi l’hélice se débraye après avoir enroulé mon sweat, mon tee shirt et tenté d’enrouler mon dos. C’est ce que donne le combat d’une hélice contre un tee shirt, le sweat est dans un état pire. La peau du dos est rappée et un joli hématome couvre une superficie d’une bonne assiette.

mequinenza 2014457

 

Heureusement pour moi, j’ai la tête hors de l’eau mais je suis attaché et plaqué contre l’hélice, j’arrive à ouvrir enfin ma fermeture éclair du sweat pour pouvoir me détacher.

Les copains ne me voyant plus affluent et coupent le contact, je me suis libéré au bout de quelques interminables secondes….Mon téléphone est noyé, je suis intégralement trempé mais je n’ai pas grand chose, j’ai juste un peu plombé l’ambiance. Bilan des courses, j’ai vaincu un moteur avec mon dos, j’ai quand même eu du bol et ça pique encore une semaine après.

S’en suit un petit changement d’habits, hors de question de louper une partie de pêche et nous y retournons, cette fois ci on pousse le bateau à la main !

mequinenza 2014397

 

Je mets le cap sur la zone dite de l’huilerie où pas mal de petites baies peu profondes m’appellent. C’est un bon choix car j’aurai la chance de mettre au sec une grosse mémère de 42 cm qui m’a donné un combat d’anthologie. Ces perches ibériques se battent comme des bars et ne lâchent rien, je n’ai jamais vu de combat aussi puissants avec des poissons de 35 à 40 cm. J’enregistre aussi deux suivis de sandres au bateau, du jamais vu pour moi.

mequinenza 2014393

mequinenza 2014401

 

Cathy et Patoche ne sont pas en reste puisqu’ils prennent aussi quelques poissons, sandres, perches, bass et silures sont plutôt mordeurs.

mequinenza 2014403

 

Au fond de cette baie, ça sent bon le babass et effectivement il y en a. Du petit certes mais qui nous amuse bien au leurre de surface. Quelquefois c’est jusqu’à 8 bass de 20 cm qui suivent le leurre, une densité incroyable.

mequinenza 2014412

mequinenza 2014414

Nous quittons une première baie pour une seconde, une troisième, etc etc jusqu’à 15h00 où nous rentrons au chalet avec 8 grosses perches de 40 et plus, 3 sandres de 55 et un petit silure de 70 cm pour le déguster à l’apéro. Quelques poissons plus petits nous auront encore malencontreusement échappé des mains ! Qu’est ce que ça glisse ces bestioles !

mequinenza 2014421

 

Le soir à l’apéro mon aventure de baigneur lardé alimente la conversation, ça m’apprendra à faire le malin et à oublier les règles les plus élémentaires de prudence….Heureusement que comme tout bon vieux sanglier j’ai une bonne épaisseur de couenne !

A demain pour la suite de nos aventures. Ola !

Gardez la pêche.

 

About sylvain l'esoxiste

50 ans, habitant la région du Morvan, spécialiste de la pêche des carnassiers, auteur halieutique pour Planète Carnassiers, 1max2peche et Le Chasseur Français. Suivre L'Esoxiste sur Google+ et esoxiste.com sur Facebook
This entry was posted in reportage de pêche and tagged . Bookmark the permalink.

15 Responses to Mequinenza 2014, les premiers jours

  1. Fred says:

    Bonjour sylvain
    Quel est le modèle de spin tail sur la photo ou tu est avec la belle perche

  2. Content que tu t’en tire sans trop de bobo, rien que d’y penser j’en ai froid dans le dos.

  3. RONCIN says:

    Bonsoir ,franchement chaud l’épisode de l’hélice, tu as flirté avec le drame…
    Sinon plutôt sympa les prises, original la règlementation !
    Bonjour à l’équipe,
    Greg.

  4. Lionel F. says:

    Pas glop ça, pas glop…

  5. fred says:

    Pfiouw tu as eu chaud! Heureusement ça n’a été qu’un rappel à l’ordre.

    ps : quelle précision dans le découpage au ras de la mascote esox 😉

  6. philibert says:

    Oulala quelle mésaventure Rater les tatanes pour une histoire de tongs …
    Heureusement que le ricard n’est pas en cause !

  7. ic-ermel says:

    Il y a des hélices enfermées dans des cages , ça peut valoir le coup!
    Bonne continuation.

  8. Joubert-Laurencin says:

    éh bien, tu l’a échappé belle.
    On a failli te perdre,cela aurait pu virer au drame,cette histoire tragique.

  9. BLOMME JC says:

    Plus de peur que de mal et c’est tant mieux.Très belle journée de pêche.Vivement mon tour.

  10. Tahitifish says:

    Il serait bon que tu décrives ton accident dans un poste dédié! Ca peut servir a tous le monde….Sinon superbe journée ca donne envie