Méquinenza 2014, mardi et mercredi
avatar

mequinenza 2014109Mardi matin, la pluie annoncée sur ce coin d’Espagne est bien là, selon la météo ces orages devraient s’en aller vers 09h00, ce sera donc une matinée d’attente que la pluie cesse.

Le pauvre bass boat qui avait commencé à doucement sécher hier est de nouveau trippé naillé. La moquette est imbibée d’eau et ça pue !!!

Deux équipes sur les quatre mettent à l’eau et partent pour 8 heures, Seb et Mat, aussi courageux que nous décident d’attendre. Et nous attendons, confortablement installé sur la terrasse du bungalow à peaufiner les montages puis à aller discuter chez le voisin.

A 09h30, la pluie ayant redoublé c’est l’ouverture des hostilités au blanc qui nous ragaillardit. Tout ça nous pousse à 11h30 où enfin cette satanée pluie s’arrête. Nous embarquons le casse croûte et mettons à l’eau (à la main!), il est midi nous mettons le cap sur les nombreuses criques et bordures face au monastère de la Magdalena, un peu avant le Mas de la Punta pour ceux qui connaissent.

mequinenza 2014154

 

La pluie ayant cessé c’est un soleil de plomb qui nous fait transpirer, en octobre on a des températures estivales.

Je décide de passer l’après midi à la recherche des bass et cible les fonds de baies et les arbres noyés. Et ils sont là et en activité les diables verts !

mequinenza 2014442

 

Je réalise un véritable carton avec un stick bait Megabass mais surtout sur de petits diablotins énervés.

Je réussis quand même à en prendre deux de plus de 30 cm qui font chanter le frein et plier le carbone.

mequinenza 2014444

 

Arrivé sur une pointe où un tamaris laisse baigner ses branches dans l’eau, je me dit « hum hum, ça sent vachement bon là ! ». Je lance mon stick bait à ras la berge et Vlan, gros bouillon sur un attelage d’un joli bass.

Le combat est réellement puissant et le poisson qui est encore à 30m de moi montre des velléités de sauter hors de l’eau. J’essaye de le contrer en plongeant la canne dans l’eau mais trop de fil est sorti.

mequinenza 2014474

mequinenza 2014480

 

Un ou deux rushs puissant puis un bond en l’air où le bass secoue sa gueule comme dans les meilleurs films sauf que là je vois mon leurre voler.

Peu importe c’était un fabuleux moment, ce n’est qu’après avoir examiné mon leurre que je comprend ce qui s’est passé. Voici ce qu’un bass espagnol peut faire à un hameçon triple, hameçon de qualité qui équipe d’origine un leurre Dog X Junior de Mégabass.

mequinenza 2014508

mequinenza 2014481

La journée passe et je prends une belle perche en cherchant le bass au tail spin.

Sur une dérive pile poil contre un cassant Cathy me chope une belle grosse tatane de 42 cm et sa petite sœur de 40 cm . Elle prendra aussi un sandre par accident dans une queue à Bass par deux mètres de fond au ver.

mequinenza 2014466

mequinenza 2014449

 

Patoche prendra lui deux tatanes et décrochera un sandre.

mequinenza 2014494

mequinenza 2014498

 

Nous arrêtons à 16h15 car il fait trop chaud et nous avons prévu de descendre à Méquinenza faire le plein car mes allers et retour dans le lac m’ont déjà fait brûler 19 litres d’essence. Nous avions rendez vous à 17 heures avec Seb et Mat mais nos voisins sont tombés sur les perches sur un spot et on fait un carton. Ce n’est qu’à 18 heures que nous partiront en ville.

mequinenza 2014512

mequinenza 2014507

 

Après le plein de la nourrice, pas possible de ne pas faire un petit arrêt chez David de MéquiFish, un détaillant de pêche dans un magasin minuscule qui regorge de leurres. Au cas où David parle assez bien le français et pourra vous renseigner, il loue aussi des barques et s’occupe de l’hébergement si Méquinenza (sous le barrage) vous tente plus que le camping où nous étions.

Je repart avec un joli tee shirt souvenir et quelques bricoles. Ce soir là c’est nous qui recevions à domicile pour l’apéro. J’ai compris le truc, je tourne au Ricard, ça donne moins mal au carafon que le Whisky.

Mercredi matin, beau temps gris avec brume, toujours un peu d’humidité qui empêche le bateau de sécher. Le plein étant fait, direction 20 km plus loin pour ces baies un peu moins pêchées. Le moteur ronronne et le bateau vole sur l’eau sur un lac très calme.

mequinenza 2014513

 

D’entrée nous trouvons les perches et comme la Guardia ne s’aventure pas là nous n’avons plus à nous préoccuper de faire semblant. C’est environ 30 perches que nous prendrons sur la journée et nous n’en garderont que 7 qui font plus de 40 cm. Je reste abonné à la 42 cm, pas moyen de faire tomber mon record.

En milieu de matinée, nous traversons le lac pour une grande baie sauvage aux multiples queues. Nous prenons celle de droite, la plus petite, et Cathy nous prouve que le ver de terre ça marche toujours puisqu’elle se pend après un pépère sandre qui lui met la misère. Le combat ne s’éternise pas longtemps et le gros sandre se décroche malheureusement. Dommage, là il y avait un bœuf au bout !

mequinenza 2014536

 

Nous prenons encore quelques sandres avant de quitter le coin pour rejoindre notre baie du casse croûte face au monastère où nous retrouvons les copains pour un petit repas de midi sympa. Eux aussi ont cartonné et ces beaux sandres pris en verticale sur de gros shads montrent que le lac est vraiment poissonneux.

mequinenza 2014509

mequinenza 2014527 mequinenza 2014548

 

Nous arrêtons la pêche en début d’après midi car j’ai prévu d’aller visiter Fayon Fishing à 50 kilomètres de là sur le lac de Riba Roja, je vous présenterait plus tard ce camping de pêcheur.

mequinenza 2014114

 

Bilan de cette journée 8 sandres gardés et 7 belles tatanes que nous gardons également. Ouf, une première belle journée conforme à nos espérances.

A bientôt pour le dernier reportage de ce séjour.

 

 

About sylvain l'esoxiste

50 ans, habitant la région du Morvan, spécialiste de la pêche des carnassiers, auteur halieutique pour Planète Carnassiers, 1max2peche et Le Chasseur Français. Suivre L'Esoxiste sur Google+ et esoxiste.com sur Facebook
This entry was posted in reportage de pêche, Tourisme pêche des carnassiers and tagged . Bookmark the permalink.

14 Responses to Méquinenza 2014, mardi et mercredi

  1. ludo says:

    slt SYLVAIN,

    vraiement un régal de lire tes reportages !!!! je vais à méquinenza fin octobre….eh oui quelle chance !!! j’aurai aimé que tu m’expliques le montage au vers de terre qu’utilise miss BLADE .

    merci par avance

  2. Alban says:

    Hé ben vous avez du faire une sacrée cure de poisson ! La couenne du bon vieux sanglier à du en prendre un coup ! J’ai bien aimé la photo des bad boys à fond les ballons sur le bateau ! Sinon ces poissons ont vraiment l’air abondants, c’est à cause de ça que les relâcher est interdit ? Ou juste une règle ispanopinguistique tordue ?

    • Là bas, les écolos ont fait fort, par lobbying le parlement de région a pondu un règlement pour protéger les espèces endémiques et donc exterminer les espèces exotiques. On a le même truc en Suisse avec l’interdiction de relâcher un poisson.
      Tout ça montre qu’entre les partisans extrêmes du no kill et ceux du tout kill, il y a un sacré bout de chemin.

  3. FALCO says:

    Bonjour Sylvain
    Joli reportage et photos petite question pour pêcher à Méquinenza quelles sont les formalités pour le bateau et le permis de pêche
    Cordialement

  4. merci pour le report avec de belles photos…

  5. Bravo , vous vous etes bien amusé visiblement.De belles prises pour toute la team.

  6. BLOMME JC says:

    Avez vous utiliser sonart charts en Espagne????

  7. BLOMME JC says:

    Bravo pour ce reportage et ces très belles photos.

  8. Hervé says:

    merci pour ce reportage !!! 😉

  9. Albatar 74 says:

    Méquinenza ca doit être le paradis des viandars avec cette interdiction de remettre un poisson à l’eau…… Et dire qu’Orellana c’est no kill total