L ‘ Escape 165 cs Alumacraft par Rod et Pod
avatar

La société Rod et Pod installée depuis de nombreuses années en France commercialise la marque de bateaux US Alumacraft depuis des lustres.  J’ai choisi cette année de vendre mon bass boat et de m’ équiper d’un walleye boat et mon choix s’est porté sur l’ Escape 165 CS.

Rod et Pod propose des packs prêts à naviguer, néanmoins selon vos goûts et vos besoins vous pouvez demander des aménagements supplémentaires ou une électronique différente.

Pour ma part j’ai choisi d’équiper ce bateau avec une électronique Humminbird, un moteur Minn Kota et une remorque Sunway.

Pourquoi un Escape et pas un autre modèle ?

Tout d’ abord à cause de son tarif, je suis comme de nombreux pêcheurs, mon budget bateau est limité et l’ Escape rentrait dans les tarifs que je m’ étais fixé.  J’étais parti au départ sur l’idée d’un Escape 145 sans console mais mon associée (mon épouse) dans ce projet a eu le dernier mot (comme toujours) et je ne le regrette pas.

Le confort d’un bateau équipé d’une console est appréciable sur les grands lacs où il faut souvent naviguer pas mal avant d’ atteindre le poste. Contrairement à ce que je pensais au début, cette console n’est pas gênante à l’usage, sa plateforme est même pratique pour y stocker des accessoires.

j’ai essayé d’autre modèles depuis des années et dans cette gamme de prix l’ Escape 165 sortait du lot, mon choix a donc été vite fait.

 

Les caractéristiques du bateau :

L’escape 165 est une coque de  5 m de long et de 1,93 de large.  Il est équipé d’une plateforme avant qui dispose d’un pied de siège, d’un grand espace de rangement en soute avec un accès par  deux portes latérales et d’un vivier de 76 litres couplé avec un rangement d’environ 30 x 20 cm ; idéal pour y stocker une trousse de secours et quelques accessoires de taille réduite.

 

Dans le coffre avant Rod et Pod a installé deux batteries gel  de 110 ampères pour l’ alimentation du moteur électrique  Terrova  BT 80 Lbs en 24v.  Ce coffre accueille en outre un chargeur de batterie astucieux puisqu’il me permet de charger en même temps mes batteries couplées en 24v et une autre batterie de démarrage en 12v.

 

La partie centrale est équipée de 3 pieds de siège, on peut embarquer 5 personnes pour 567 kg de charge.

Le franc bord, partie entre le pont et le bord est haut de 56 cm  au niveau du pilote ce qui permet d’ affronter les grands lacs.

Le bateau dispose d’un coffre à cannes latéral pouvant accueillir les cannes jusqu’à 2,43 cm  et un autre coffre latéral assez spacieux pour ranger ses affaires. J’y stocke mes gilets de sauvetage, mes pare-battages et autres accessoires de sécurité obligatoires comme l’ extincteur par exemple.

 

La mini plateforme arrière est en fait un coffre qui accueille la nourrice et la batterie moteur + sondeur. Sa façade est amovible par glissières pour pouvoir ôter la nourrice. Il reste de la place pour insérer un bidon d’essence de secours de 10l. C’est plus un banc qu’une plateforme et grimper dessus en pêche n’est pas le plus confortable.

La batterie arrière démarrage et accessoire est une Optima Bleue, c’est une batterie à lames hélicoïdale qui possède plus de puissance et d’endurance. Elle alimente un Onix 8 très gourmand en énergie et un Helix 10 en plus d’assurer le démarrage et le fonctionnement des pompes.

 

Le poids du bateau seul est de 315 kg auquel il faudra rajouter le poids du thermique, du moteur électrique, des batteries et de la nourrice de 25 litres. La batterie  arrière est équipée d’une série de coupe-circuit. Le premier est un général en soute qui va gérer le démarrage moteur mais aussi le trim ainsi que les sondeurs, le second est installé au poste de pilotage et gère les interrupteurs des équipements que sont la pompe de vivier, la pompe de cale et les feux.

A l’avant on trouve aussi en soute un disjoncteur qui ne gère que le moteur de façon à ce que si on oublie d’éteindre le moteur en coupant ce disjoncteur comme je le fais on évite de tirer sur la batterie lors du stockage du bateau.

 

L ‘épaisseur de coque est de 2 mm pour un bateau riveté et soudé. La coque supporte deux virures latérales qui l’ ancrent sur l’ eau lors de virages à grande vitesse. Il s’agit d’une coque dont la forme commence avec un v prononcé pour bien fendre la vague et se termine par un V très léger qui fait que le bateau gîte très peu lorsque qu’on se tient debout sur un côté.

En navigation

A l’essai en navigation, le bateau est très stable même dans les courbes, les deux larges virures et la forme de la coque le plaquent bien sur l ‘eau et il ne glisse pas du cul.  En pêche on peut positionner deux pêcheurs du même coté sans qu’il ne penche, très rassurant.

 

Lorsqu’il y a des vagues et qu’on navigue on ne se prend pas d’embruns, c’est très agréable de ne pas finir douché après dix minutes de pilotage lorsque ça moutonne un peu.

Dernier point, je ne sais pas si c’est l’ hélice 4 pales du Mercury ou le choix pertinent dans le pas de l’hélice mais ce bateau déjauge en 10m à deux pêcheurs, ce qui est réellement impressionnant d’ efficacité. A trois pêcheurs et des sacs de leurres en partie arrière, le déjaugeage se fait en moins de 20m !  La vitesse atteinte avec le 50 cv varie entre 45 et 55 km/h selon la charge.

 

Le travail de Rod et Pod dans le câblage et la pose des moteurs et accessoires est digne d’éloges, rien à redire de ce côté.

j’ai aussi choisi une superbe remorque freinée de marque Sunway, équipée de feux à leds étanches, d’un support de plaque d’immatriculation qui pivote pour mettre à l’ eau et de rappels de feux latéraux montés sur un support souple, idéal pour les manœuvres un peu difficiles où ces rappels servent de gabarit. La remorque dispose aussi de deux guides latéraux, de moyeux de roues à roulements étanches donc prévus pour être immergés sans soucis. Elle possède aussi deux marchepieds pour monter ou descendre en sécurité du bateau.

 

Le bateau repose sur des patins feutrés, aidé de rouleaux sur berceau mobile en position centrale qui rendent la mise à l’eau très facile même avec peu de pente, on pousse d’une main et le bateau quitte la remorque.

Pour la remise sur la remorque, contrairement à ma précédente, il faut juste noyer le cul et le bateau monte alors tranquillement  jusqu’à la butée d’ étrave, impressionnant d’ efficacité.

Cette remorque comporte des freins à disques et une tringlerie inox, gage de durabilité dans le temps. Les freins sont hyper efficace, j’en ai fait l’expérience puisque le frein de parking s’est déclenché alors que je roulais à 30 km en ville à la suite d’un passage d’un ralentisseur, la voiture a stoppé net en quelques mètres. Je devais certainement avoir mal débrayé le frein à main !  Dorénavant je fais attention et ça ne m’est plus arrivé depuis.

 

Rod et Pod propose un autre modèle de remorque, vous pouvez aussi choisir une  CBS, bien moins chère mais à titre personnel  j’ai préféré la sécurité et la qualité.

Après une saison d’utilisation avec pêche au Bourget, au Léman, à Alcantara, en Saône, A Grandval  Garabit, à Orient Amance, à Vassivière et pas loin de chez moi je peux en toute objectivité dire que ce bateau est excellent. Nous y pêchons à trois régulièrement et c’est un régal. Si vous cherchez une telle coque, as besoin de trop vous gratter la tête, vous pouvez me faire confiance.

 

Contactez Rod et Pod pour toute demande d’information ou devis.

Gardez la pêche

 

About sylvain l'esoxiste

51 ans, habitant la région du Morvan, spécialiste de la pêche des carnassiers, auteur halieutique pour Planète Carnassiers, 1max2peche et Le Chasseur Français. Suivre L'Esoxiste sur Google+ et esoxiste.com sur Facebook
This entry was posted in Barque et electronique embarquée, barques et bateaux and tagged . Bookmark the permalink.

6 Responses to L ‘ Escape 165 cs Alumacraft par Rod et Pod

  1. Jérémy says:

    Bonjour,

    C’est un superbe bateau, félicitations pour cette acquisition dans le bon timing. Parce que maintenant avec les taxes américaines, je n’ose imaginer la flambée du prix des coques américaines …C’est bien dommage.

    Jérémy

  2. Yoann says:

    Salut Sylvain, superbe bateau et qui a l’air confortable !

    Après avoir lu ton article, j’ai remarquer ça: « Elle alimente un Onix 8 très gourmand en énergie et un Helix 10 » d’où ma question que tu va trouver bête: Pourquoi avoir 2 sondeurs sur un bateau ?

    Yoann

    • Bonjour Yoann
      Ta question n’est pas bête du tout, j’ai un sondeur à la console de pilotage qui fait GPS, Side imaging, down imaging et dd classique pour l’exploration des postes et un sondeur à l’avant juste pour moi quand je pêche qui ne fait que du 2d et Gps pour bien maîtriser mes dérives. C’est juste une question de confort, quasiment tous les bateaux en eau douces font ainsi.

      • Yoann says:

        Salut Sylvain, je prendre note de ta réponse, et je serais moins bête en me couchant ce soir !

        Petite question au passage (qui n’a rien avoir avec ce sujet), peut on réparer une coupure d’environs 1cm dans une botte ? (juste au dessus de la semelle) Je ne sais pas comment j’ai fait ça, surement lors d’une session wading… Et mes waders prennent l’eau… pas du tout agréable… Et a part ça… elles sont niquel mes waders… fait chier de les jetter.

        Je tente de coller ça mais cela tient… 2 semaines max si j’utilise pas trop puis sa lâche, je pense coller et mettre du silicone par dessus où coller à la colle pare brise…