Une sortie truite le 09/04 sur la rivière d’Ain

Après un 1er avril où j’avais fais le choix d’une petite rivière jurassienne riche en truitelle, histoire de m’amuser avec une 29 quand même au D contact de chez smith…
…Après une sortie mercredi dernier avec départ à 15h 30 pour la rivière d’ain en aval de Champagnol alors que les eaux montaient et où, après un décroché au cherry blood, je parviendrai à faire une 28 et une 31 au DD Squirell d’illex en mat tiger, soirée où j’ai délaissé mes traditionnels leurres smith…


…Je suis retourné ce matin sur la rivière d’Ain avec cette fois 2 parcours différents, le premier juste en amont de champagnol, le second vers les sources (Contes pour les connaisseurs).

0°, telle était la température à mon arrivée vers 6h45, et 5° à mon retour1(13h45). Autant vous dire que j’ai grelotté d’autant plus que les eaux étaient froides. J’ai même essuyé des averses de neige!!!

Tactiquement je voulais toucher des poissons un peu plus gros que le week end précédent d’où un retour sur la rivière d’Ain et le 1er déplacement cette année là-bas en haut.

Toute ma pêche s’est faite au Cherry blood de chez smith. Leurre que j’utilise depuis l’été dernier et qui pour l’instant m’a fait délaisser mon traditionnel Jade, du moins pour ce type de rivière. Et franchement, ce leurre est génial et j’ai particulièrement apprécié aujourd’hui son travail dans un courant soutenu et plus particulièrement lorsqu’après avoir jeté 3/4 amont, le leurre porté par le courant vers l’aval remonte celui-ci. Il travaille super bien et c’est à chaque fois à cet instant que j’ai eu mes touches. Près d’une dizaine au total malgré un froid de canard. Au final, après en avoir décroché 2 dont une sur une superbe chandelle, j’en échouerai 3 sur la berge: 34, 36 et 38cm, des superbes truites rayées (bandes estampillées adidas).
Bref, je suis content de ma journée mais il m’ a fallu attendre la fin de la journée pour me réchauffer…
 

Une petite anecdote aussi, afin de vous sensibiliser à l’environnement: ne laisser aucun détritus dans la nature, même un simple morceau de fil de pêche. En effet, approchant un poste, j’observais un oiseau qui s’égosillait à ma vue et ne comprenant pas sur le coup pourquoi il ne se sauvait pas, j’ai constaté qu’il était pris dans un arbre par du fil de pêche. Après un peu d’escalade dans l’arbre et malgré quelques coups de bec j’ai réussi à libérer ce petit animal. 
 

Pêchement vôtre, Olivier
[subscribe2]

About olivier

Olivier BERNOLIN, président le l'AAPPMA le Goujon Cuiserotain, pêcheur de carnassiers passionné, vit en Saône et Loire à Brienne (71).
This entry was posted in reportage de pêche and tagged , , . Bookmark the permalink.

Comments are closed.