Un jour un leurre : Le Nautilus de Megabass
avatar

nautilus megabass (3)A cette époque de l’année il convient d’aller chercher les carnassiers aux leurres dans les zones les plus profondes de nos lacs ou rivières, ainsi les leurres lourds et compacts atteindront plus vite le fond même en cas de courants forts.

Pour cela les tailspins sont très efficace mais dès qu’on atteint une certaine taille et un certain poids, il se décrochent plus que d’autres leurres plus classiques. Le Nautilus de Megabass semble être la réponse à ce type de problème.

Les tailspins sont des leurres diaboliquement efficaces et si vous ne les utilisez pas encore je vous enjoint de le faire au plus vite. Avec eux j’ai pris la grande majorité des carnassiers d’eau douce, gros comme petits, en été ou en hiver.

Cette cuiller, car fondamentalement c’en  est une, permet d’aller gratter le fond et de réveiller les carnassiers.

nautilus megabass (5)

 

Le seul défaut de ce type de leurres est leur tendance à se décrocher de la gueule des carnassiers dès qu’ils atteignent un certain poids. Les mouvements de tête du poisson et leur masse font qu’ils sont éjectés rapidement.

Megabass a réfléchi avec efficacité au problème et a pondu deux modèle, le Bismark que je vous ai déjà présenté et monté en assist hook et triple ventral rotatif et le Nautilus, objet de ce test, monté sur un astucieux système d’hameçon mobile.

nautilus megabass (6)

 

Le principe est simple, on passe un bas de ligne dans le corps du leurre et le triple vient buter sur la partie ventrale. A la touche, le leurre sera éjecté et le triple restera planté  dans la gueule sans que le poids du leurre ne puisse le décrocher.

C’est simple, ça ne rajoute pas d’émerillon ou autre et c’est diablement efficace. Qui plus est on  peut mettre un triple de la taille que l’on souhaite sans être obligé de sortir sa pince à œillet.

nautilus megabass (7)

Recherchant le brochet, c’est le bas de ligne acier que je passe dans  ce leurre, la boucle d’attache du triple éloigne même celui ci du leurre et évite des emmêlages habituels. En plus  ce leurre n’est pas armé en queue donc encore moins de risque de s’emmeler.

Le Nautilus est proposé en taille 42 mm pour un poids de 22g, ce qui le destine à la recherche de poissons marins, de rivières à courant ou de lacs assez profonds. Néanmoins rien n’interdit de pêcher avec dans 2m d’eau.

nautilus megabass (2)

 

Un tailspin qui vient s’ajouter aux plus classiques et moins lourds, il va à merveille sur les perches.

Il est disponible en 5 coloris.

Gardez la pêche

Acheter un tailspin Nautilus de Megabass

Relire l’article sur le Bismarck de Megabass

 

About sylvain l'esoxiste

49 ans, habitant la région du Morvan, spécialiste de la pêche des carnassiers, auteur halieutique. Suivre L'Esoxiste sur Google+
This entry was posted in Leurres carnassiers, Leurres métalliques and tagged . Bookmark the permalink.

6 Responses to Un jour un leurre : Le Nautilus de Megabass

  1. Pas con. Mais trop cher!! 20€ pièce, je préfère le bricoler moi-même avec des vieux leurres et une perceuse!

  2. Tavaneuse says:

    Sans être pointilleux, l’agrafe utilisé sur la photo est fiable pour le carnassier recherché?

  3. Nico says:

    Sympa le concept mais je me pose une question, lorsqu’on dandine sous le bateau, le leurre ne s’éloigne pas de l’hameçon en coulissant à la descente? sachant que rien ne le retient près de l’hameçon vu qu’il est coulissant…

    • Je ne l’ai jamais constaté, l’hameçon ne pèse rien et le leurre 22g, sans trailer pour le ralentir l’hameçon va rester en contact.

      • Nico says:

        ok ok.. c’est vrai qu’il fait quand même 22g le bestiau et puis l’hameçon n’oppose quasi aucune résistance à l’eau donc…
        au passage bonnes fêtes de fin d’année 😉