L’esoxiste en Irlande 2016, le reportage, première partie.
avatar

irlande 2016081Ça faisait déjà près de 30 ans que j’avais envie d’aller à la pêche en Irlande. Cette destination mythique pour le pêcheur de carnassier fait rêver la très grande majorité d’entre nous mais comme beaucoup un tel voyage demande un budget et du temps, choses que nous n’avons pas tous.

Il y a trois ans je faisais la connaissance de Julien Dusso qui venait de monter son entreprise de guidage-hébergement en Irlande. Tarif très intéressant et  guide sympa m’avaient convaincu de tenter cette escapade irlandaise un jour, et ce fut donc fait la semaine dernière.

Une petite semaine, seulement trois jours de pêche et deux de tourisme, car Catherine et moi ne pouvions pas nous libérer plus longtemps mais trois jours intenses à découvrir ces coins de pêche qui me rappellent un peu chez moi tellement la végétation y est la même, avec les lacs en moins.

irlande 2016125

 

Nous sommes partis le mercredi avec un réveil qui sonne à deux heures du matin puis plus de cinq heures d’  autoroute, la traversée de Paris et ses embouteillages pour arriver finalement pile à l’heure à l’aéroport de Beauvais à 08h00.

A 09h30 avec un décalage horaire d’une heure nous mettions le pied sur le sol irlandais, une terre de bocage à l’herbe grasse  où l’eau est omniprésente.

irlande 2016074

irlande 2016059

 

Petit passage chez le loueur de voiture où je récupère une Polo avec le volant du mauvais coté pour pouvoir conduire du mauvais coté !!!  Pas facile la prise en main avec les vitesses à passer de la main gauche…. Installation du GPS et direction la petite ville de Mohill dans le comté de Leitrim au centre nord du pays.

irlande 2016051 irlande 2016055

 

Après deux heures trente de route, en roulant doucement, avec un arrêt resto sympa, nous arrivons tranquillement à Ballymore House, la grande maison où Julien Dusso et son père Raymond  gèrent le centre de pêche.  C’est Raymond qui nous accueille car Julien est en pêche sur les îles d’ Aran avec des clients de la région de Clermont Ferrand.

Raymond nous fait visiter cette grande bâtisse qui peut accueillir jusqu’à 12 pêcheurs mais là nous ne serons que 6.  Une grande salle, un bar, une chambre très confortable où nous déposons nos affaires avant de partir faire un peu de tourisme du coté de Carrick on Shannon où coule cette rivière légendaire.

irlande 2016105 irlande 2016107 irlande 2016108

irlande 2016096 irlande 2016104

 

Découverte du pub, de la Guiness qui est franchement bonne, les façades multicolores, la pierre grise omniprésente et l’averse bien évidemment !

Nous rentrons en fin d’après midi vers 18h00 pour une petite séance de dégustation de wiskeys irlandais en attendant le retour des autres pêcheurs. Ceux ci rentrent fourbus de cette sortie en mer où ils ont pris énormément de poissons. Je suis aussi fourbu, voir pire encore car me lever à 2 heures du matin et enquiller autant de route fatigue son homme. Julien nous explique que la pêche est difficile tant en lac qu’en rivière mais qu’avec la multitude de lacs à proximité, nous devrions trouver notre bonheur.

irlande 2016057 irlande 2016058 irlande 2016080 irlande 2016084 irlande 2016092 irlande 2016093

 

Le lendemain après un excellent  petit dej, nous embarquons pour un lac situé à une demi heure du gîte. Julien à chargé deux barques sur sa remorque, une alu pour lui et son client Marc, un pêcheur originaire du Maine et Loire, second département le plus beau après la Saône et Loire, bien évidemment ! Les barques sont mises à l’eau sans véritable cale aménagée, du bord tout simplement.  Pas de moteur électrique car ce n’est pas utile dans ces conditions. En Irlande le moteur thermique est autorisé presque partout, tout comme la pêche en barque sur ces lacs naturels. Pas d’ AAPPMA, pas de cartes de pêche, aucune gestion piscicole si ce n’est un quota d’un brochet par jour et seulement de moins de 50 cm.

irlande 2016117 irlande 2016127 irlande 2016129

 

Nous chargeons nos affaires sur une barque traditionnelle irlandaise en fibre et bois, très spacieuse et Julien nous explique que nos allons chercher l’activité des brochets en traînant au moteur, la traîne étant autorisée là aussi quasiment partout.  Le lac n’est pas très profond et le fond est monotone donc le poisson peut se trouver partout. Je part sur le coté droit du lac qui doit faire 100 ha maximum et laisse Julien sur le coté gauche. Ca ne fait pas deux minutes que je traîne, alors que je croise une pointe que je sens ma bannière se détendre…  Je gamberge une demi seconde avant de piger que le brochet a pris en se rapprochant du bateau, je ferre mais c’est détendu  et le brochet relâche mon leurre…Premier bec irlandais loupé !

irlande 2016136 irlande 2016140 irlande 2016151

 

Je fais le tour de ma partie de lac sans plus de touche et retrouve Julien qui en a pris un petit sur un gros Dexter Shad orange.  Nous nous installons pour une classique pêche en linéaire et en longeant la zone où il a touché. Nous nous ancrons car le vent nous fait vite dériver  l’ancre glisse parfois au fond sans s’accrocher.

Julien en bon spécialiste trouve le poste sur un petite pointe avec un tas de caillou immergé dans deux mètres de fond.  Il enchaîne alors quelques brochets mais pas de grosse taille alors que nous situés à trente mètres du poste ne sentons aucune attaque.

irlande 2016163 irlande 2016216

 

Nous quittons ce lac pour naviguer sur une rivière sauvage qui passe sous un pont minuscule et nous mène à un autre lac. Il faut traverser une bande de joncs qui s’enroulent autour de l’hélice donc passage en force puis une fois passé, nettoyage de l’ hélice.

Ce lac ne donne rien, j’enregistre quand même une touche fugace avant de perdre mon seul Pulse Shad 14 cm en orange au fond du lac…

irlande 2016162 irlande 2016175 irlande 2016178 irlande 2016188

 

Retraversée de la rivière sauvage puis nous remontons à l’amont du premier lac pour pénétrer sur un autre plutôt grand. C’est à proximité d’une île que je me prends une nouvelle châtaigne sur un jerkbait mais ce n’est pas pendu. Cathy abandonne le shad et passe en mode  Miss Blade et monte une lame qui ne la quittera plus. Elle enchaîne quelques perches, au moins ça fait de la touche !

Nous quittons ce lac en fin d’après midi pour rejoindre celui du matin et la zone qui avait donné. Cathy attaque à la lame et rentre un premier petit brochet. Elle en prendra trois sur ce poste avant que Julien ne sonne la fin de la journée à 19h00.

irlande 2016201 irlande 2016203 irlande 2016207 irlande 2016212

 

Bilan 3 à 0 pour Cathy, je ne fais pas le malin avec mes quelques touches loupées  mais je me réserve pour demain. Et, comme je dis toujours, je ne pouvais pas piloter la barque sur des eaux inconnues et prendre du poisson en même temps, je suis un homme galant !! De plus ce sont les matelots qui pêchent, pas le capitaine, lui il dirige la manœuvre !

irlande 2016226 irlande 2016235 irlande 2016254 irlande 2016260 irlande 2016279 irlande 2016295 irlande 2016298

 

Nous terminons cette journée autour d’un bon repas qui fait suite à un passage devant le bar où j’ai encore goûté le divin breuvage irlandais.

irlande 2016011 irlande 2016568

 

La suite des aventures demain…Avec plus de prises de brochets et nous terminerons avec des truites !

Gardez  la pêche.

 

About sylvain l'esoxiste

50 ans, habitant la région du Morvan, spécialiste de la pêche des carnassiers, auteur halieutique pour Planète Carnassiers, 1max2peche et Le Chasseur Français. Suivre L'Esoxiste sur Google+ et esoxiste.com sur Facebook
This entry was posted in reportage de pêche and tagged , , . Bookmark the permalink.

4 Responses to L’esoxiste en Irlande 2016, le reportage, première partie.

  1. JACQUES says:

    incroyable ce qu’on loupe comme touche, nous on a pris des coups de soleil là- bas…

  2. Le regulateur says:

    Bonjour, belles images, quand à la météo ça ressemble au morvan les mauvais jours, ça change du pastis la guinness, à demain pour la suite.

  3. Lilian f says:

    Et ben…. encore plus envie d y aller qu avant… les photos st superbes

  4. Ah! Content de voir que tu as goûté à la pêche à la traîne! Tu as donc vu que c’est plus subtil qu’il n’y paraît… Et ça sert en effet à localiser les poissons actifs. Ensuite, il suffit d’insister sur les spots pour avoir des touches en pêche « normale » :) !
    Hâte de lire la suite!