L’aventure des marques pêche : Rapala
avatar

S’il est bien une vraie aventure presque légendaire c’est bien celle de Rapala où comment un petit pêcheur finlandais créera une entreprise qui est actuellement n° 1 mondial en termes de ventes de leurres.

L’histoire commence en 1905 avec la naissance de Lauri Rapala sur une petite île du lac Païjänne  en Finlande. Né de père inconnu on lui donnera le nom de Rapala qui était le nom du village de son lieu de naissance.

La vie était dure en ces temps et Lauri n’eut d’autre choix que d’embrasser le métier d’ouvrier agricole et pêcheur, il vendait ses prises sur les marchés locaux. Une fois adulte, il se maria et partit s’installer quelques années plus tard sur une autre partie du même lac qui l’avait vu naître. Arrêtant de travailler comme ouvrier agricole il se mit à son compte et exploita en la louant une petite ferme à Lyyranmäki.

L’histoire portée par la famille Rapala veut que Lauri était plus attiré par les sorties pêche avec ses copains que par les travaux des bois et des champs, pour autant il ramenait du poisson à la maison et  il en vendait une grande part au marché de Lahti. Pour pêcher Lauri utilisait deux types d’ équipements : des filets, bien entendu et de longues lignes (palangres) équipées d’une centaine d’hameçons.

 

Durant les années 30, la pêche sportive se développait un peu en Finlande grâce à des marques locales qui fabriquaient des cuillers et grâce à quelques leurres Heddon en provenance des USA. Deux de ses cousins pêchaient aux leurres et lui ont semble t’il inoculé le virus. Devant le prix conséquent des leurres US, Lauri eut l’idée de les sculpter lui-même.

La légende raconte que Lauri créea son premier poisson nageur en balsa qu’il entoura de papier d’aluminium de tablettes de chocolat  puis qu’il vernit le tout. Rien dans l’histoire officielle ne parle de ces tablettes de chocolat et du balsa qui semblent sortis de l’imagination féconde d’un journaliste  ou d’un publicitaire. En 1936 le tout premier leurre Rapala qui naquit sous la main de Lauri n’était pas en balsa mais en liège, il était verni, équipé d’une bavette et de trois hameçons triples. Il mesurait 11 cm  et était flottant.

 

Durant 2 ans, Lauri et ses cousins vont produire ce leurre, en liège et juste verni mais c’est en 1938 alors qu’il cherchait à obtenir une teinte plus argentée car le vernis sur le liège donnait une teinte dorée qu’il eu l’idée d’utiliser une feuille de métal argenté qu’un cousin de son épouse pouvait obtenir dans l’entreprise qui l’embauchait.

Autre problème, aucune colle ou vernis à l’époque ne pouvait convenir et c’est encore par le fruit du hasard que la solution arriva. Lauri pêchait et rencontra un autre pêcheur, photographe de son métier. Lauri lui présenta son leurre, son prototype argenté et lui expliqua son souci de trouver une matière pouvant maintenir la feuille de métal. Le photographe lui indiqua que des négatifs photos soudés aux extrémités et assouplis avec de l’acétone pouvaient devenir une sorte de vernis apte à résoudre son problème.

 

S’ensuivit une phase de test puis de commercialisation de ce leurre innovant pour l’époque. Le premier leurre fut commercialisé en Finlande, bientôt suivit par un modèle doré en 1945.

En 1951 ce fut un modèle de 9 cm qui apparu puis une de 13 cm en 1953 et un de 7 cm en 1964. En 1965 le modèle 18 cm inaugurait la nouvelle couleur bleue des Rapala. Puis ce fut encore de nouvelle tailles, de nouvelles couleurs…

 

Revenons en 1945 avec la fin de la guerre, les leurres fabriqués par Lauri étaient alors faits d’écorces de pin et non plus de liège difficile à trouver et assez cher et  toujours vernis à base de négatifs d’appareils photos. Il en vendait  beaucoup sur son secteur mais ça ne nourrissait pas sa famille. Les leurres s’affinèrent pour finalement prendre le profil qu’on leur connaît vers 1948. La production démarra vraiment dans les années 50 lorsque Lauri se fit aider de ses fils pour monter ses leurres en série. C’est de cette époque où il gagna des prix locaux lors de salons agricoles que vient l’ argument commercial des leurres montés à la main et testés un à un en bassin.

En 1951, Lauri rencontra le propriétaire du plus gros magasin de pêche d’ Helsinki qui accepta de vendre ses leurres puis en 1952, l’un de ses fils, chargé de la sécurité des jeux olympiques d’hiver durant son service militaire profitera de cette opportunité pour faire découvrir aux sportifs les leurres de son père dans la boutique d’ Helsinki. Il y a fort à parier que certains leurres partirent dans les bagages pour les Etats Unis.  Par ailleurs, un émigrant finlandais qui avait réussi aux USA revint en vacance à cette époque et repartit aussi avec quelques leurres qu’il fit découvrir à ses amis américains.

Durant ces années 50, Lauri arrêta son travail de fermier et de pêcheurs professionnel pour se mettre totalement à la production et à la commercialisation de ses leurres, nombre de voisins travaillèrent alors pour lui comme sous traitants en sculpture en plus de ses fils, . Les archives Rapala précisent qu’entre 1936 et 1955, la famille Rapala réalisa 51 404 poissons nageurs. Même si à la fin les Rapala père et fils  ne faisaient que les peindre, les armer et appliquer le revêtement, tout cela était fait entièrement à la main !

 

En 1956, Rapala signa un contrat pour exporter 10 000 leurres en Suède. Alors que la famille ne pouvait produire que 3 000 leurres par mois et que la demande allait croissant, fut crée la société Lauri Rapala et fils. Lauri voyagea en Suède pour trouver un sous traitant et des méthodes plus novatrices et découvrit que le Balsa serait plus approprié pour constituer le corps de ses leurres.

En 1959, deux pêcheurs et hommes d’ affaires de Minneapolis, Ray Ostrom et Ron Weber, ont découvert le poisson nageur lors d’une partie de pêche entre amis. L’un de leurs amis qui pêchait avec un Original Floating attrapait poissons sur poissons alors qu’eux ne faisaient qu’une pêche pitoyable.

Ces hommes  ont pressenti  que le grand potentiel du Rapala pouvait leur faire gagner de l’argent et Ray Ostrom, alors gérant d’un magasin de pêche et de bateaux à Minneapolis a adressé un courrier à la société Rapala en Finlande par l’intermédiaire du Consul finlandais aux USA. Le 23 septembre 1959 ce courrier proposait à Lauri de distribuer ses leurres sur les Etats Unis, quelque temps plus tard naissait aux USA The Rapala Company.

 

Le Rapala ne partait pourtant pas avec tous les apparats du gagnant niveau marketing. Il était léger donc difficile à lancer, le bas de ligne entravait sa nage et surtout il coûtait trois fois plus cher qu’un leurre US néanmoins il fit son chemin comme il l’avait fait en Europe du Nord quelques années avant. Ray Ostrom se servit de ses contacts dans les magazines, dans les radios pour promouvoir sa trouvaille. Il mit en place une compétition et invita des pêcheurs renommés mais c’est la visite d’un journaliste de Life Magazine venu réaliser un reportage sur une équipe de football locale qui lui donna l’opportunité de faire connaître ce leurre aux USA. L’année suivante, soit en 1962, un article paraissait sur le magazine le plus lu des Etats Unis et heureux hasard, ce magazine titrait « les mémoires de Marylin » qui venait de décéder. Ce fut l’une des plus grandes ventes et l’article consacré aux Rapala et à son inventeur, petit pêcheur finlandais, eut une remarquable audience.

 

Bien évidemment, à partir de ce moment, les poissons nageurs Rapala s’arrachèrent littéralement chez les détaillants et la légende veut que certains malins les louaient 5 dollars par jour !!

En 1964 la société finlandaise se mit à distribuer du matériel Français dont les mouches Ragot et les hameçons VMC. Et l’histoire continue toujours à l’heure actuelle avec cette coopération franco-finlandaise.

Vinrent plus tard les autres modèles que nous connaissons, le Countdown, le Jiggin rap, le Jointed, le Fat Rap, le Shad rap, le Rattlin Rapala, le Super Shad Rap……Et tout dernièrement avec les familles des Shadows Rap et autres enfants de la marque.

 

Lauri Rapala décéda en 1974, son fils Risto prit la relève et l’histoire se poursuivit. Le 100 millionièmes leurre Rapala a été construit le 05/02/88, à ce moment je débutais dans la pêche aux leurres !

Aujourd’hui, Rapala est la première marque mondiale de leurres de pêche. L’entreprise fabrique annuellement 20 millions de leurres dans des usines en Estonie, en Finlande et en Indonésie. L’usine de Finlande fabrique les corps des Rapala, l’usine d’Estonie (à 3h de route de celle de Finlande), peint les leurres, mets les hameçons, teste et mets en boite. L’usine d’Indonésie fait de l’injection de plomb, de plastique souple et travaille l’acier pour les marques Blue Fox et Storm. Chaque Rapala est individuellement réglé à la main et testé en cuve pour une action de nage parfaite, tout comme Lauri le faisait auparavant.

 

Rapala restera dans toutes les mémoires des pêcheurs d’une génération comme le tout premier poisson nageur acheté et le début d’une collection. Pour ma part ce fut un Countdown coloris raimbow trout.  Rapala fut si célèbre que le nom devint générique et désigne un poisson nageur tout comme Mobylette ou Frigidaire avant lui. Le tarif de ces leurres est abordable et la finition de certains modèles vaut la finition japonaise. Avec un Rapala, on est sûr d’avoir en main un leurre fait pour pêcher et pas seulement pour être collectionné.

Gardez la pêche.

Crédit images: Rapala

Voir les leurres Rapala chez notre partenaire

About sylvain l'esoxiste

53 ans, habitant la région du Morvan, spécialiste de la pêche des carnassiers, auteur halieutique pour 1max2peche et Le Chasseur Français. Suivre esoxiste.com sur Facebook
This entry was posted in Hommage aux grands de la pêche, informations diverses pêche, Leurres carnassiers and tagged . Bookmark the permalink.

Comments are closed.