La bonne utilisation du sondeur au carnassier
avatar

Vis-à-vis du sondeur on retrouve deux types d’utilisateurs : Les Geek qui vont passer du temps dessus et aller dans tous les menus pour affiner les réglages et les pas Geek pour qui appuyer sur le bouton On-Off est le maximum qu’ils peuvent faire

On peut fort bien réussir sans effectuer aucun réglages mais c’est se priver des capacités du sondeur, voyons donc ensemble comment bien utiliser son sondeur sans besoin de devenir ingénieur.

Une fois allumé votre sondeur éclaire l’eau et le fond comme un faisceau de lampe électrique, facile à voir la nuit avec un peu de brouillard. Il s’ agit d’un cône qui éclaire plus au centre que sur les côtés donc les détections seront plus précises au centre, surtout avec les sondes dual qui équipent la majorité des sondeurs.

 

Un sondeur matche lorsqu’il détecte un poisson, il vous l’inscrit à l’ écran mais impossible de savoir pour vous s’il est devant ou sur le côté du bateau, il est dans le cône….Et par forte profondeur votre cône peut avoir un diamètre de 20m.

La première chose à faire c’est de régler votre sensibilité. c’est souvent le premier réglage disponible sur votre appareil.

Si les eaux sont chargées et que votre sensibilité est à 20, vous aurez un écran sale où vous ne distinguerez aucun écho de poisson, au contraire par eaux très claires, montez la sensibilité.

L’idéal est de travailler avec un écran limite sale comme ça vous verrez les plus faibles échos.

 

Oubliez le fish ID c’est de la connerie en boite et surtout désactivez le bip de ce menu car c’est une horreur pour les autres pêcheurs d’entendre un sondeur biper toutes les deux secondes.

Une fois la sensibilité réglée, par exemple à 1 pour le silure ce qui évite de détecter la blanchaille.., oubliez le reste qu’on ne règle qu’une fois pour toute. La luminosité par exemple se règle à 7 ou 8 car à 10 ça bouffe de la batterie plus que nécessaire. Le contraste est affaire de goût ou de spécialiste, lla vitesse de défilement aussi,  réglez-les comme il vous plaît.

 

Démarrez votre prospection en passant sur les postes les plus prometteurs et marquez des waypoints sur les plus beaux échos. Si votre sondeur ne fait pas GPS vous vous privez du plus intéressant et du plus pratique ! Donc vendez-le et achetez un combiné.

Une fois ces points marqués, repassez à côté et affinez votre détection, vous trouverez dans ce site des images de détection qui vous montrent des poissons actifs.

Si vous constatez que les échos s’écartent à votre arrivée et surtout lorsque vous faites halte, coupez les pings de votre sondeur ainsi il sera silencieux car les clicks peuvent faire peur au poisson. Votre GPS vous permettra de savoir si vous êtes bien positionné par rapport au point.

 

Si vous possédez les autres fonctions comme le down et le side, vous pouvez encore affiner et faire la différence entre un buisson noyé et un banc de vifs. Si vous avez la carto c’est encore mieux, vous comprendrez mieux les tenues des poissons.

N’oubliez pas de vous arrêter à une vingtaine de mètres de votre point, pas dessus comme beaucoup le font, approchez-vous et pêchez ce point où vous aurez détecté de l’activité car si vous arrivez dessus il y a fort à parier que le poisson s’écartera.  Ce conseil n’est pas valable en hiver pour la verticale, là on s’arrête pile poil sur le waypoint.

Pour le choix des fréquences c’est cette règle, moins c’est profond plus la fréquence doit être élevé.

 

Le 200 Khz ne doit pas être utilisé par plus de 20m de fond même moins car il perd en précision. Le 83 Khz  fonctionne mieux à partir de 10m de fond jusqu’à 50m  en moyenne. Ce qui suffit largement pour les lacs de barrage les plus courant.

Voilà pour les réglages de base et pour la tactique à mettre en œuvre, c’est simple et c’est très utile à la pêche. Plus vous manipulerez votre sondeur, plus vous le comprendrez et serez à même d’affiner au mieux les réglages qui parfois font la différence entre un sondeur quasi aveugle et un qui détecte tout. Allez-y, tripotez votre sondeur au moins 1/4 d’heure par sortie de pêche, vous ne le regretterez pas.

Gardez la pêche.

 

About sylvain l'esoxiste

53 ans, habitant la région du Morvan, spécialiste de la pêche des carnassiers, auteur halieutique pour 1max2peche et Le Chasseur Français. Suivre esoxiste.com sur Facebook
This entry was posted in Barque et electronique embarquée, Sondeur and tagged , . Bookmark the permalink.

Comments are closed.