Recherche de patterns…

Il est 21H3O et je commence tout juste à sortir des bouchons parisiens pour aller chercher le bateau. Là ; je retrouve Thomas et Sébastien qui viennent de Tours. Nous sommes tout début juin et Il règne dans l’air cette odeur si particulière des premières chaleurs à la sortie de l’hiver. Nous avons 5h de route et nous partons bien tard, mais la passion ne se conjugue pas avec raison.

 

Nous arrivons vers 2h du matin au camping, c’est bien…il faudra se lever vers 4H du matin pour aller sur le premier spot…

Après 1H de sommeil réparateur, nous nous affairons de nouveau autour du bateau. L’obscurité et l’odeur de l’herbe mouillé confèrent à ce moment la saveur des trips de pêche des passionnés

30 min de route plus tard, nous mettons à l’eau rapidement et direction le premier spot. La marée est parfaite et le soleil pointe ses premiers rayons sur une eau sans ride.  Moteur électrique en position « ancre » nous commençons à peigner la berge.

 

Nous prenons tous des tapes inférables…Ils sont bien là. Mon one up bleu 5 pouces se fait agresser… mais pas coffrer. On commence l’enquête pour trouver le bon pattern. A 3 sur le bateau nous allons vite maximiser nous chance de trouver. Thomas rentre son premier sandre sur un leurre en 4 pouces. Nous passons tous sur du 4 pouces et les premiers sandres au montent bateau. Mais il y a encore trop de frappes inférables. La taille semble validée mais pas la couleur….

Sébastien nous ouvre la voie… Un sandre a complètement coffré son shad 4 pouces dans les coloris verts pailletés. Le voilà.. le pattern !!! Les poissons prennent vraiment mieux et il n’y a quasiment plus de touches loupées. Les poissons ne sont pas gros, mais actifs et en quantité. Nous ferons perches et sandres sur ce premier spot avec une perche de 45cm comme poisson notable.

La marée commence à faiblir, il va falloir trouver du courant si nous voulons trouver du poisson. C’est un peu la traversé du désert, nous faisons de longues dérives avec un poisson par si un poisson par là, mais impossible de trouver des concentrations.  Le courant reprend et derrière un bel épis, nous faisons pas mal de touche. Rien de gros une fois de plus mais de l’activité. Le pattern est toujours le même c’est juste que les poissons chassent et oscillent dans les zones de courant. Un coup ils sont en haut de la cassure , un coup en bas.

Vers 4h nous décidons d’aller vers les grands lacs pour faire du brochet. Le problème c’est que 2 jours auparavant se tenait là-bas le World Predator tour avec une centaine de bateau. C’est risqué mais il faut le tenter.  Nous mettons à l’eau, et premier signe annonciateur…. Personne à la mise à l’eau.

Nous allons sur tout de suite sur les grands plateaux. au loin je vois Kevin Hernandez peigner une berge. Après 2 h sans la moindre touche et de nombreuses dérives nous décidons de retourner aux sandres. Point intéressant à signaler Kevin n’a pas bougé d’un millimètre…Cette capacité des grands pêcheurs à ; peigner ; peigner et encore peigner….

Nous retournons dans une fosse au pied d’un épi rocheux. Les sandres sont dans les 9 m à l’écho, mais manifestement le pattern à changé. C’est Thomas qui se fait coffrer son finess 5 pouces en coloris Fire Tiger… Je change mon finesse coloris Arkansas Shiner pour du Atomic Chicken et les touches commencent !!!  De son côté Sébastien bricole, un coup aux vibrations, un coup drop shot, il fait également des touches mais un peu moins régulière.

Nous finissons cette journée sur les rotules avec le gout de la quantité mais pas de la qualité…

Il n’y a pas de secret, pour faire du poisson sur le long terme il faut prospecter. Pour cette deuxième journée, nous partons à l’aventure sur la rivière. La mise à l’eau est idyllique, et une douce brise nous réveille. Le bateau est promptement mis à l’eau. Cette première partie de la rivière à de nombreux ouvrages d’art et donc nous attaquons toutes les structures sans idées reçues.

Mike Iaconelli dans son livre sur la pêche « Fishing on the Edge» dit que la différence entre le bon pêcheur et le pro ,réside dans la capacité du pro a sortir de son schéma mental et d’essayer toutes les combinaisons possibles. Nous essayons donc tous les types de structures.

Derrière une pile de pont nous déclenchons l’attaque d’un banc de perche. Elles répondent bien présent sur des petits shads 4 pouces en coloris Pro Blue ou Arkansas Shiner. Tout au long de la journée nous allons faire des touches par ci par là. Les coloris naturels pailleté vert sortent du lot.

Dans la deuxième partie de rivière il n’y a plus que des épis rocheux. La pêche ressemble à celle du bar, car sandres et perches se trouvent dans le courant.  Certains épis donnent du poisson d’autres sont totalement vide. Nous n’avons pas encore trouvé les raisons pour lesquels un épi donne plus qu’un autre, mais quand nous en trouvons un qui rapporte des touches nous insistons et rentrons régulièrement du poisson.

En fonction du courant nous remarquons que les poissons bougent beaucoup. Parfois on les fait en hait de la cassure dans 4 metres d’eau, parfois nous les faisons dans 6-7 mètres en bas de la cassure. Cela nous oblige à garder un périmètre large, et l’on sent vraiment les phases d’activités. Le passage des péniches brassent l’eau et semblent parfois déclencher des attaques.

Cette deuxième journée est légèrement meilleure. La taille à un peu augmenter et nous sommes encore à un peu plus de 50 poissons à la journée.

Conclusion

Nous espérions vent et pluie pour avoir des brochets actifs, nous avons eu chaleur et pas de vent. Nous avons adapté notre pêche en fonction de ce qui nous semblait le plus intelligent, mais quand on regarde les résultats des autres bateaux on peut se poser des questions. En effet, sur le bateau nous avions clairement des profils pêche dans le courant et nous avons péché des spots qui nous parlaient. Alors qu’un autre bateau plus orienté brochet c’est cassé les dents sur la rivière et a cartonné sur les brochets….

Au final c’est avec le sourire aux lèvres que nous reprenons la route, car la quantité de touche nous a permis de souvent mettre en évidence des comportements de poisson.  Ces deux jours auront été une pêche d’adaptation et de recherche continuelle.

 

 

Niveau Matos

Vertical :

J’utilise deux cannes

  • Spinning: la Rainshadow 62 MX IMMWS  5-15 grammes Moulinet Daiwa taille 2500 tresse PE 0.6
  • Casting: la MHX SJ 783 HM  Moulinet Shimano taille 51 tresse PE 0.6

Linaire :

Pêche du sandre/perche à gratter

  • Spinning : North Fork Composite  : Drop Shot 6107-1 IM Moulinet Daiwa taille 2500 tresse PE 0.6
  • Spinning : North Fork Composite  EFX MB703-1IM Moulinet Daiwa taille 2500 tresse PE 0.8

Pêche du brochet

  • Casting Phenix UMBX-707MH-B : Moulinet Shimano taille 201 tresse PE 1.5

Les leurres

 

A la différence de la suède, on ne pèche pas trop avec des énormes leurres le brochet là-bas. Très souvent c’est 14cm max. Sinon la pêche est comme en France à la différence que les hollandais utilisent plus de finesse que nous. Les coloris majeurs sont souvent le Arkansas shiner et le chartreux, après il n’y a jamais de vérité absolue à la pêche.

Sur ceux Bons venst, Bonnes Mers et Bonne Rivière 😉

About Tahitifish

Passionné d'écailles et de mucus, je pêche tout et partout. Grosse prédilection pour le Bar et le Black Bass, je ne dédaigne pas les brochets et les perches...en pêche aux leurres presque exclusivement. A pied en Float tube ou en Bateau tant que je suis près de l'eau c'est bon!
This entry was posted in informations diverses pêche and tagged , , . Bookmark the permalink.

2 Responses to Recherche de patterns…

  1. Salut Laurent, très bon article. Il est vrai que sortir d’un schémas mental ou de vieilles habitudes est difficile, je le constate par moi même à de nombreuses reprises. C’est ce qui fait les bons, leur capacité d’ adaptation.