Les postes à truites incontournables en période d’ouverture
avatar

Dans un peu plus d’un mois arrive l’ ouverture de la truite et pour beaucoup de pêcheurs qui ne sont pas des spécialistes se pose toujours la question de leurs tenues en rivière ou en étang à cette période de l’année.

La mi-mars avec sa météo aléatoire va cumuler eaux basses, claires et très froides puis eaux teintées, hautes et plus chaudes à cause des giboulées. Voyons donc où devraient se trouver les truites dans ces deux cas de figure.

 

Eaux basses et claires :

Les petits matins qui piquent les doigts, où la tresse gèle et où les anneaux se remplissent de glace sont l’apanage du mois de mars dans ma région morvandelle. Ces matinées froides sont caractérisées par des eaux très claires et plutôt basses, les herbiers de renoncules n’ont pas encore poussé et seules quelques roches éparses vont offrir un contre courant au centre de la rivière. On trouvera les truites farios lâchées quelques jours avant en plein centre de la veine d’eau la plus puissante dans les zones assez calmes. Evitez les chutes d’eau, préférez leur aval pour trouver ces farios qui ne seront guère actives qu’au lever du jour puis aux heures où elles avaient l’habitude d’être nourries aux granulés. Ces truites ne s ‘écartent guère des places où elles ont été lâchées, ne les cherchez pas en pleine jungle, plutôt au pied des ponts ou près des chemins d’accès.Petite astuce, dans ces conditions la cuiller est reine et surpasse les autres leurres.

 

Les farios sauvages, dans ces conditions hydrologiques seront cavées dans des trous et ne sortiront quasiment pas leur nez de leur cachette, d’autant que le bruit du piétinement leur aura fait comprendre qu’il vaut mieux rester cachées.

Les arcs-en-ciel seront d’humeur vagabondes, certes elles chercheront les zones les plus profondes mais on pourra les trouver sur une grande partie du linéaire et si vous en trouvez une, allez-y car elles sont rarement seules. Elles mordront aussi plus tard dans la matinée parce qu’ elles n’ont pas peur du soleil.

 

Eaux teintées et niveaux hauts

Hors le cas de la crue ou tous les poissons seront sur les bordures, les eaux hautes suite aux giboulées feront bouger tous les poissons. Si ça se produit à l’ouverture, cherchez les zones profondes et calmes ou les farios d’élevage se seront fait pousser par le courant. Elles seront plus près des bordures, souvent dans les amas de branches ou de racines qu’on trouve souvent en fin de virage. Oubliez les zones très rapides, les radiers pour cibler les amortis, les fosses, voir les tributaires s’ils coulent moins.

 

Les farios sauvages pourront être de sortie, de très bon matin, ensuite le bruit des pas et les ploufs dans l’eau les feront se planquer pour le reste de la journée.

Les truites arc-en-ciel se laisseront porter par le courant et atterriront dans le premier trou venu, il sera donc facile de les prendre si ces conditions d’eau sont réunies.

Dans ces circonstances ce sont les appâts naturels ou le vairon mort manié qui seront meilleurs que la cuiller et les poissons nageurs.

 

En lac et étang

S’il fait froid et qu’il n’a pas plu depuis des jours, les eaux seront claires et les truites arc-en-ciels auront tendance à rester près de la surface avant qu’elles  comprennent que la nourriture est au fond. Là aussi elles resteront près des bordures et se promèneront en les suivant, on pourra guetter leur activité en scrutant la surface s’il n’y a pas de vent. Concernant les farios c’est le mystère car en lac leur comportement est imprévisible.

 

S’il pleut ou s’il a plu fort, cherchez des arrivées d’eau qui vont teinter à leur embouchure avec l’ étang. Toutes les truites seront attirées par cette eau différente et même si elles n’ont connu que les granulés, leur instinct va les pousser à venir là car ça sent la nourriture. En cette période d’ouverture ne cherchez pas les poissons à 50m du bord, elles y seront une semaine plus tard mais durant les deux/trois jours de l’ouverture ont trouve les poissons entre 5 et 20m du bord. Astuce, amorcez avec du granulé et pêchez à la bombette eschée d’une grosse teigne, c’est du classique mais ça fonctionne très bien.

Gardez la pêche.

 

About sylvain l'esoxiste

53 ans, habitant la région du Morvan, spécialiste de la pêche des carnassiers, auteur halieutique pour 1max2peche et Le Chasseur Français. Suivre esoxiste.com sur Facebook
This entry was posted in Techniques et astuces and tagged , . Bookmark the permalink.

3 Responses to Les postes à truites incontournables en période d’ouverture

  1. Bonjour, tu a tout dit sur ces truites d’ouverture, lâchées ou sauvages, leur pêche et l’état des eaux, la technique à employer aussi! Il reste évidemment les sauvages, dans des endroits reculés de notre beau morvan, la ! seule , la technique ne joue pas, mais l’endurance du pêcheur aussi ! Tu connais ces endroits perdus, mais plus on vieillis et plus on peine à y accéder, n’est ce pas? Ça fait plaisir d’avoir de beaux articles sur la truite, et l’envie d’arriver à cette ouverture proche maintenant, va me rendre de plus en plus fébrile, comme un gamin! ☺ ☺! @+.