Les brochetons cuiserotains
avatar

L’AAPPMA de Cuisery gère 10km de parcours sur la Seille, rivière du domaine public. Sur ces 10 km, elle assure le fonctionnement d’une frayère à brochets que je vous ai déjà présentée. En mai, comme chaque année, avant de faire repartir les fingerlings vers la rivière, la Fédération de Pêche de Saône et Loire vient effectuer une pêche d’inventaire pour évaluer la reproduction de maître esox.

La campagne 2014 s’est déroulée le 22 mai dernier et je vais vous la présenter rapidement.

Nous nous sommes retrouvés avec Julien notre technicien ainsi que les agents de développement de la Fédé :Thierry, Didier et Alain. Fabrice et son fils, ainsi que Lionel, membres du bureau étaient présent ce jour là.

Pêche de la frayère du Bief Colas:

Bien rodée, l’équipe de la Fédé met rapidement en place son matériel. Tout le monde est prêt et la pêche électrique peut débuter.

Même Lionel vient donner un coup de main, chargé de tenir et tirer sur les fils électriques qui alimentent les anodes. Mais il adore ça, barboter dans l’eau et c’est un bonheur pour lui que d’être acteur.

 

La pêche électrique s’effectue sur une distance de moins de 100m environ. Il s’agit en fait d’un échantillonage: l’ensemble de la frayère n’est pas pêché. Un filet est placé pour bloquer les poissons et l’équipe se déplace dans sa direction. Malheureusement sur les 40 premiers mètres, c’est la désolation. La veille, sur la frayère de l’AAPPMA d’Omes, où je m’étais rendu avec mes élèves, pas un seul brocheton. Même les poissons blancs semblent peu présents. Je commence alors à m’inquiéter et craints que nos efforts aient été vains cette année.

On constate alors un problème sur l’une des anodes: elle dégage une sorte de fumée. Changement d’anode, de cable mais rebelotte. Que peut-il se passer?? Après tergiversations on finit par se rendre compte que les fils d’anode et catode ont été inversés: l’erreur est humaine! La pêche électrique peut reprendre et c’est un ouf de soulagement.

La friture remonte à foison et soudain c’est le « brocheton » tant attendu qui retentit. Plusieurs fingerlings seront ainsi capturés. Je suis content, c’est encore la preuve que la frayère a fonctionné en 2014.

Mais n’allez pas croire que ça va tout seul, il faut de bonnes crues, au bon moment, la bonne température et surtout il faut placer les bastaings, mi-janvier au plus tard, afin de maintenir un niveau d’eau suffisant dans la frayère sinon elle serait à sec à chaque décrue. Ca c’est le rôle de l’AAPPMA.Tâche que j’effectue chaque hiver avec désormais l’aide de Fabrice et Stéphane du bureau. Transporter des bastaings en chêne sur plusieurs centaines de mètre est fastidieux mais c’est une nécessité. On les installe progressivement et selon le niveau de la rivière.

Après le temps de la pêche vient celui du comptage. Les espèces sont triées, comptées, mesurées, pesées. Tout est ainsi inventorié.

On retrouve ainsi gardons, tanches, rotengles, bouvières, chevesnes, carpettes … et même des goujons!

Mais surtout, les brochetons tant espérés.

Il y aura eu deux pontes cette année puisque l’on a trouvé des brochetons avoisinant les 80/90mm et d’autres plus proches des 120 mm.

C’est une quainzaine de brochetons comptabilisés. Cela peut paraître peu, c’est loin des + de 1000 alevins retrouvés sur la frayère de l’UGPAM sur l’Arroux, mais la pêche n’a été efficace que sur une trentaine de mètres et ce n’est qu’un échantillonnage.

Les brochetons ont alors regagné la Seille dans une zone riche en herbiers. Mais attention, ils ont été répartis un par un afin d’éviter le canibalisme: le premier prédateur du brocheton étant le brocheton lui même.

Les derniers bastaings ont été enlevés pour que la frayère s’assèche et que les vaches accomplissent leur rôle pendant l’été: déposer leurs excréments qui permettront à une micro faune aquatique de se développer.

 

Le Pré des Saules:

La pêche achevée, tout le matériel est démonté pour prendre la direction du Pré des Saules.

Le Pré des Saules est un petit plan d’eau propriété de l’AAPMA situé au Pont de Cuisery et qui jouxte la Seille en rive droite. Il sert à l’AAPPMA pour effectuer des lâchers de truites à l’ouverture et un concours truite enfants. Il est également en no-kill black-bass puisque nous y effectuons des alevinages. Il comprend le plan d’eau avec des fossés qui alimentent une zone humide.

Un projet d’aménagement de ce plan d’eau est en cours mais je vous en reparlerai. Aussi, une pêche d’inventaire avait eu lieu en juin 2013, mais hormis la présence de cyprinidés, la présence de brochetons n’avait pas été décelée.

L’AAPPMA ayant loué un autre petit plan d’eau pour les lâchers de truites (il en faut pour tous les pêcheurs), le choix a été fait de laisser le Pré des Saules tranquille. Ce petit plan d’eau communique avec la Seille par un trop plein qui est aujourd’hui bouché et par une canalisation souterraine (réalisée par les anciens de l’AAPPMA dans les années 80). Une trappe permet de vider le trop plein d’eau. Cette hiver, j’ai donc décidé, malgrés les crues, de maintinir un  niveau d’eau élevé sur le plan d’eau. Ceci a permis de remplir les fossés et d’immerger totalement la zone humide riche en carex et autres plantes propices à la reproduction du brochet.

Julien, notre technicien, gérant le projet d’aménagement avait décidé de renouveler la pêche d’échantillonage.  En raison du camping en amont et des nuissances d’une zone humide avec les moustiques, j’avais commencé d’assécher la zone humide. Seuls les fossés étaient encore en eau.

Le matériel en place, avec une seule anode, la pêche électrique débute. Julien et Thierry sont à la manoeuvre.

Sur le premier coup, Julien annonce « brochets »:

 

La pêche se poursuit dans les fossés sans réussite si ce n’est de la blanchaille.

Julien essayera à nouveau à l’entrée du fossé et fera remonter un second brocheton. Puis, il pasera l’anode en bordure du plan d’eau et là, il fera remonter quelques brochetons à notre grande surprise et mon grand bonheur.

Vient la période de tri où tout le monde met la main à la pâte. L’identification n’est pas toujours aisée, même pour un pêcheur averti.

Mon fils s’initie également.

Tout est inventorié pour que Julien puisse effectuer le rapport d’étude.

Le bilan est positif pour cet année 2014. Le Plan d’eau du Pré des Saules a montré son potentiel. La plupart des brochetons ont dû regagner le plan d’eau, d’où leur absence dans les fossés mais ils sont bien là.

On retrouve, là aussi, 2 tailles différentes: 80/90mm et 120mm.

Le projet d’aménagement du Pré des Saules devrait permettre d’améliorer la connexion avec la Seille et ainsi le retour des brochetons dans la rivière. Aujourd’hui on peut observer les brochetons dans le Pré des Saules en bordure des herbiers. Ils sont bien représentés et doivent mesurer entre 15 et 20cm. Espérons que les pêcheurs sauront les laisser tranquille. La maille est passée à 60cm dans notre département ce qui devrait permetttre une meilleur reproduction dans les années futures. Du moins, on peut l’espérer!

Merci à la Fédération et à son personnel pour ce travail méconnu et qui nous permet d’avancer. En tout cas ce fut aussi un moment d’échange agréable où on laisse de côté nos conceptions de pêcheurs pour écouter l’analyse et l’approche de vrais professionnels.

Ainsi va la vie d’une petite AAPPMA.

Pêchement vôtre.

Olivier BERNOLIN

 

About olivier

Olivier BERNOLIN, président le l'AAPPMA le Goujon Cuiserotain, pêcheur de carnassiers passionné, vit en Saône et Loire à Brienne (71).
This entry was posted in AAPPMA, ichtyologie, pêche, reportage de pêche, Vie des AAPPMA et des fédés and tagged , , . Bookmark the permalink.

Comments are closed.