Cuissardes ou waders du bord ?
avatar

cuissardes dam hydroforce (2)C’est la question que je me suis posé depuis des années lors de mes pérégrinations matinales auprès de mes rivières du Morvan.

Si je me suis fait une idée qui me convient, j’ai essayé au travers de cet article de faire ressortir les pour et les contre pour que vous vous fassiez votre propre opinion.

Le ruisseau de piémont

Oublions la montagne qui demande des équipements spécifiques pour aborder le simple coureur des bois à la truite. Le biotope est sauvage, encombré. Les locaux ne s’embêtent pas y vont en simples bottes à cause des ronces très épaisses et de la faible hauteur d’eau.  Par contre on ne pourra pas traverser car souvent il y a trop d’eau et se décrocher est de même une mission périlleuse. C’est  le seul biotope ou je ne recommande ni cuissardes ni waders car on les tue en une seule sortie !

cathy ternin (1)

 

La rivière de piémont.

Plus large, plus calme mais avec des parties plus agitées et courantes, j’y côtoie des amateurs des deux chaussants. Les cuissardes sont souvent l’apanage de ceux qui vont bouger beaucoup alors que les waders se retrouvent sur les spécialistes.

La aussi j’ai essayé les deux et mon choix s’est porté sur les cuissardes, pour leur légèreté. Elles dépannent s’il faut descendre à l’eau mais ne permettent pas souvent de traverser pour se décrocher d’une branche basse.

La rivière de plaine.

Elle s’ étale assez largement, son cours est lent et elle est souvent profonde. La végétation n’y est pas très dense et les seuls obstacle sont quelques clôtures. On pourra là revêtir ses waders qui permettront d’aller se décrocher ou d’ accéder à une zone impossible à atteindre par le bord.

peche-ternin

 

La grande rivière.

Berges abruptes nécessitent de bon waders qui vous éviteront d’être trempé en cas de glissade. Pour les rivières de type Ain c’est aussi des waders car il m’est arrivé de ne pas pouvoir avancer dans l’eau en bordure du fait d’une trop grande profondeur avec mes cuissardes.

Le lac et l’ étang.

La question ne se pose guère car ces deux équipements n’ ont pas lieu d’ être, une simple paire de botte préservera vos pieds de l’ herbe mouillée le matin.

lucenay 260316-07

 

Cuissardes ou waders ?

Pour ma part en rivière j’ attaque toujours ma saison en cuissarde car les niveaux étant assez hauts  je reste sur le le bord et les cuissardes me permettent d’ affronter les quelques ronces. Généralement une paire de cuissarde néoprène comme je les aime ne me dure pas plus de deux saisons, même une saison il y a deux ans, ces satanées ronces ont le chic pour créer des accrocs et les réparations ne tiennent pas bien.

Lorsque les eaux vont baisser que la végétation du bord aura grandement poussé ce sera le moment de sortir le waders pour progresser dans l’eau. Je pêcherai alors au poisson nageur ou à la mouche et mes waders me permettront de me placer idéalement.

yonne 22031534

 

Vu les tarifs actuels chez Decathlon, équipez vous d’un waders néoprène 1er prix et d’une paire de cuissardes néoprène, vous pourrez ensuite vous faire votre propre opinion  et choisir l’ équipement le plus opportun en fonction de votre pêche du jour.

Gardez la pêche.

 

About sylvain l'esoxiste

49 ans, habitant la région du Morvan, spécialiste de la pêche des carnassiers, auteur halieutique. Suivre L'Esoxiste sur Google+
This entry was posted in Autres matériels, Equipement du pêcheur. Bookmark the permalink.

9 Responses to Cuissardes ou waders du bord ?

  1. dje91 says:

    Le plus economique un short et une paire de meduse…..

    • Ca coûte cher en alcool pour se réchauffer les gambettes en mars :)

      • j2m says:

        Attention, dans certains département un arrêté préfectoral peut interdire de déambuler dans le lit avant le 30 avril (je croyais que c’était dans le code de l’environnement mais j’ai pas retrouvé). Si on est responsable et que l’on veut protéger le frai, et ne pas tasser la zone hyporhéique qui permet de garder une eau fraiche, faut quand même éviter les « randonnées » aquatiques même quand l’arrêté n’est pas pris. non?

        • Cette disposition existait auparavant chez nous mais a été abrogée, en mars en 71 les alevins ont quitté le substrat à l’ouverture donc pas de soucis pour marcher dans l’eau en faisant attention de ne pas gêner les autres pêcheurs du bord.

  2. Patrickb says:

    Bonjour,
    Pour ma part c’est cuissardes mais d’une catégorie que vous n’avez pas citée, c’est à dire caoutchouc, simple pour l’été et doublées néoprène pour l’hiver et début de printemps. Pas de problème avec les ronces, et un confort inégalé quand il fait froid (plus besoin de caleçon sous le pantalon). Alors même si le prix est élevé (cuissardes Le Chameau Néoprène) c’est certainement un de mes meilleurs achat dans les vêtements de Pêche. J’ai les miennes depuis + de 10 ans maintenant et elles sont toujours impéccables.
    Cordialement

    • Le regulateur says:

      Bonjour Patrickb, tu dis que t’es cuissardes sont caoutchouc l’été et neoprene l’hiver, est ce que le neoprene est amovible? ? Autrement il faut 2 paires! Mais des cuissardes qui durent aussi longtemps ça vaut le coup! !

      • J’ai eu des caoutchouc, c’est le top niveau solidité mais ça craque au plis si on ne les stocke pas verticalement et c’est super chaud en été.

      • Patrickb says:

        Bonjour,
        Je parlais de la catégorie caoutchouc, effectivement il faut 2 paires, des simples pour l’été doublées comme des bottes classiques, certes un peu chaude si les températures sont élevées, mais pour aller dans l’eau (ce pour quoi elles sont faites),les rivières fraîches permettent de rafraîchir, et des doublées néoprène l’hiver . Oui il faut les stocker à la verticale, au moins pendant la période ou on ne les utilisent pas.Je n’ai personnellement jamais eu de problème de craquelures. Question résistance il n’y a pas photo. C’est comme des bottes.
        Cordialement

  3. Le regulateur says:

    Bonjour, pour ma part je préfère les cuissardes, exemple le long du ternin que tu connais bien ,on marche beaucoup et le plus les chaussures sont lourdes, plus vite on fatigue !! Quand aux ruisseaux du morvan encombrés de ronces, les bottes suffisent, quand au décrochage dans ces ruisseaux pour moi c’est facile, je ne les pratique qu’au toc avec bas de ligne 14 ctiemes, et une partie de pêche me coûte souvent 7 ou 8 bas de ligne, les montant moi même le coût n’est pas trop important! A plus!