Communiqué: Les AAPPMA de Vouglans en colère contre EDF
avatar

20170421_081616Les pêcheurs sont très inquiets pour l’avenir de la pêche de loisir sur Vouglans et haussent le ton vis-à-vis du groupe EDF qui impose des marnages énormes en période de reproduction de plusieurs espèces piscicoles. Il s’agit bien d’une réelle catastrophe environnementale imposée par le groupe EDF. Des fraies exondées et constatées sur les deux rives de la retenue longue de 35 km ( soit 70 km impactés), des milliers d’œufs au sec, des frayères inopérantes et installées par les AAPPMA dans le cadre d’un protocole scientifique demandé par les services de l’Etat (DDT39) à titre expérimental (protocole 2016-2018), le massacre de certains poissons en période de reproduction, des rampes de mise à l’eau inaccessibles pour les pêcheurs, un préjudice financier et humain pour les AAPPMA.

Les marnages imposés par EDF ont anéanti cette année, l’efficacité des frayères installées le 25 février : la totalité d’entre elles se retrouvant exondées au mois d’avril, période de reproduction de nombreuses espèces piscicoles.

Les périodes fin Mars, Avril, début Mai sont les plus sensibles sur Vouglans pour la reproduction de plusieurs espèces piscicoles (perche / Brochet  en premier lieu puis gardon en mai), faits rappelés par les 2 AAPPMA au groupe EDF le 6 Mars, en présence de la fédération de pêche du Jura.

Pour rappel, les cumuls d’eau considérables de fin février/ début Mars avaient permis à la cote du lac de monter de plus de 10 mètres en 15 jours. Le 13 Mars 2017, la cote 420 était donc dépassée. Le 30 mars, cette cote était peu différente de : 416.75, le 23 Avril 414,49 m. Une baisse du niveau d’environ  6 mètres s’est produite durant tout le mois d’Avril, période clé pour la reproduction des poissons.

variations_niveau_janv-avril_2017

 

Des conséquences directes et gravissimes apparaissent à ce jour :

  1. Une impossibilité pour l’espèce BRO (brochet), de se reproduire sur les supports dédiés à cet effet et installés par l’ AAPPMA, sur les zones de réserves expérimentales.

Le brochet est désormais considéré comme une espèce patrimoniale menacée au niveau national d’où les efforts des AAPPMA pour le protéger notamment sur Vouglans, où sa reproduction est rendue très difficile par l’absence de végétaux ( espèce phytophile) et sa présence très minoritaire sur la retenue. (9% de la biomasse piscicole d’après le dernier rapport de l’ex onema aujourd’hui afb).

  1. Une incapacité en l’état actuel des choses, de mener à bien la phase d’expérimentation demandée par les services de l’Etat ( protocole DDT 2016-2018), via le bureau d’études référent.

De nombreuses fraies exondées ont été constatées durant tout le mois d’Avril en raison de l’assec des supports de ponte.

assec-sur-frayères-25-Avril-2017

 

  1. Un préjudice financier lié au financement des plongées, du suivi, et du rapport scientifique 2017. 10000 euros ont été engagés par l’AAPPMA La Gaule Moirantine pour la seule année 2016. Le suivi scientifique 2017 est également coûteux ( plongées et rapports scientifiques). 
  1. Un préjudice humain et un manque de respect pour l’investissement bénévole. En deux ans, cela représente 1500 heures de bénévolat entre la matérialisation de nos réserves expérimentales et leurs aménagements (briques alvéolées+ frayères artificielles). Cela représente également plus de deux cents m3 de végétaux installés .Au-delà du temps passé à mobiliser des bénévoles ( 23 cette année pour l’installation des frayères) , à monter des dossiers chronophages, à investir sur des fonds propres, les mesures de protection du milieu aquatiquemises en place par les AAPPMA cette année sur Vouglans, ont été réduites à néant, par le biais de ces marnages.
  2. Au mois d’Avril, les marnages d’EDF ont littéralement ruiné les seuls vrais supports de ponte pour le brochet à de telles cotes,car cette espèce phytophile souffre de déficits majeurs d’habitats sur Vouglans. C’est pourquoi les pêcheurs avaient installé ces frayères, dont l’efficacité est avérée à travers des suivis SCIENTIFIQUES, et ne supportent plus les justifications du groupe EDF, rencontré récemment et à de nombreuses reprises.

Autres problèmes majeurs :

Ce pose le problème de l’accès aux mises à l’eau avec l’ouverture du carnassier le 27 MAI. Malgré les récentes précipitations, toutes les mises à l’eau ne sont pas à ce jour accessibles sur cette retenue de 35 km de long. Ce qui est dérisoire.

Au sujet des projets d’EDF concernant la cote estivale :

Perte d’attractivité de la retenue du fait de l’amputation du 1/3 amont de la retenue pour 2 raisons :

  1. a) en cas de baisse de la cote estivale, on condamne l’accès du bord aux pêcheurs sur les rares endroits accessibles de la retenue ( anse de Barésia ( pas d’eau), anse de la Saisse (pas d’eau), et prés de Largillay également exondés, avec des pentes abruptes et des cassures marquées qui prolongent ces plateaux qui ne seront plus inondés.

Une cote basse ne laissera donc plus la place aux pêcheurs du bord, ou pour les personnes à mobilité réduite qui voudront s’adonner au loisir pêche.

Article-Le-progrès-Marnages-13-MAI-2017

 

  1. b) disparition d’un écosystème et de végétaux qui seront exondés sur lesdits secteurs : zones de nourrissage et de refuge pour les alevins et juvéniles de nombreuses espèces piscicoles. Toute la chaîne alimentaire sera donc impactée avec pour les alevins qui ont auront eu la chance de naître dans ce milieu hostile, l’impossibilité de se réfugier sur les très rares zones végétalisées de la retenue.

C’est bien l’ensemble des populations piscicoles qui seront impactées négativement.

MARNAGES-VOUGLANS-EDF-vs-AAPPMA-(3)

 

Quelques chiffres :

4500 cartes de pêche vendues par les 2 AAPPMA chaque année en comptant les cartes journalières et hebdomadaires.

DES RETOMBEES ECONOMIQUES MAJEURES : 1Million d’euros par an liés à la pêche de loisir sur Vouglans (étude fédération départementale de pêche du Jura 2016)
Cette pêche de loisir génère 11 emplois dont 10 emplois directs locaux.

Des problématiques centrales :

Comment concilier le fonctionnement d’un barrage et la reproduction des poissons? Quelle est la politique d’EDF alors que la production hydroélectrique est davantage sollicitée et qu’un déficit pluviométrique s’annonce?

Compte tenu de ces constats, une évolution de la réglementation est indispensable pour mieux protéger le poisson dans un milieu où la reproduction ne peut pas se faire normalement. Ce sujet est actuellement traité par les 2 APPMMA qui gèrent les baux de pêche sur le DPF de la retenue de Vouglans.

20170421_081619

 

Pour ce qui est de la pêche, nous avons alerté les élus afin qu’ils prennent la mesure de la catastrophe environnementale qui existe particulièrement cette année sur Vouglans.

C’est enfin et aussi tous les usagers du lac, plaisanciers, touristes, plagistes, commerçants locaux, qui seront immanquablement impactés par les projets d’EDF qui ne font pas du tout consensus.

ARNAUD FOURRIER président de l’AAPPMA la Gaule Moirantine
SERGE DAVID président de l’AAPPMA Les pêcheurs Clairvaliens

 

About sylvain l'esoxiste

51 ans, habitant la région du Morvan, spécialiste de la pêche des carnassiers, auteur halieutique pour Planète Carnassiers, 1max2peche et Le Chasseur Français. Suivre L'Esoxiste sur Google+ et esoxiste.com sur Facebook
This entry was posted in communiqués de presse, informations diverses pêche and tagged . Bookmark the permalink.

6 Responses to Communiqué: Les AAPPMA de Vouglans en colère contre EDF

  1. J2M says:

    eh bien, j’avais prévu d’y passer mes vacances…dur!

  2. Axel says:

    C’est toute la problématique d’un plan d’eau qui est conçu au départ comme une variable d’ajustement du niveau d’un cours d’eau, et d’une production d’électricité.

  3. Frédéric says:

    Bonsoir
    Une pétition signée des pêcheurs ou autres ne serait elle pas la bienvenue ? Cela ferait peut être bouger les choses.
    Bon courage
    Frédéric

  4. Lesfilmu says:

    Bonjour,
    Je ne discute pas du sujet EdF ni du lac de Vouglans, je ne connais ni l’un ni l’autre.
    A la lecture de cet article, il semble que l’implantation du brochet soit très faible et très compliquée du fait du profil de ce lac et comme expliqué, en raison de la typologie et de la biologie, qui ne conviennent pas à cette espèce.
    Une question en forme de « je mets les pieds dans le plat » : dans ce cas, si le milieu ne convient pas au brochet, pourquoi s’évertuer à l’implanter, à coup d’empoissonnement (argent), frayères artificielles (argent et temps des bénévoles et des scientifiques qui suivent le projet) ?
    Il n’y au aucune autre espèce de prédateur qui sache s’accommoder des caractéristiques de ce milieu et jouer leur rôle biologique ? (prédation : éliminer les plus faibles) ?
    Lesfilmu.

  5. Le regulateur says:

    Bonjour, Merci EDF et le profit à outrance, personnellement je ne connais vouglans et la région des lacs qu’en touriste et pas en pêcheur, mais tout les adhérents de ces aappma doivent être fâchés! Ci cette situation arrivait à pannessiere ou autre de nos lacs du morvan, nous en serions outrés ! Pêcheurs du jura continuez à vous battre!!! ☺ .

  6. Crochet says:

    Bonjour Edf en compensation devrait fourniture un alevinage à leur frais sur les espèces menacées,de plus on parle de mise à l’eau :pourries de chez pourries !!!! Dès l’ouverture c’est la merde complet : les plans pas moyen de mettre à l’eau dès les beaux jours à cause de la racaille présente en masse ,les forges c’est interdit le week-end pour les travailleurs et la mer cantine y a des jours plus de place de stationnement sous peines d’amendes que faire ?