Vif : quelques bons postes à connaître
avatar

Pêcher au vif requiert un minimum de stratégie, il est loin le temps où jeune pêcheur, je m’installais là où il y avait de la place sans me soucier du relief du poste.

Je suis souvent revenu à la maison bredouille et lorsque le lac ou la rivière baissait c’est là que je me rendais compte que je pêchais dans le grand néant.

On peut généralement continuer de pêcher sur les postes aménagés, où l’herbe est écrasée, les branches coupées car ce sont souvent de bons postes bien fréquentés  mais si on veut un peu innover il existe un petit appareil très intéressant.  Avec un sondeur Deeper plus de surprise, on peut trouver une cassure, un haut fond, le contour subaquatique d’un arbre noyé et ainsi pêcher plus efficacement.  Mais on peut aussi se servir simplement de ses yeux comme l’ont fait nos aïeux durant des lustres.

 

En lac

Selon l’espèce choisie on ne tendra pas ses lignes ni au même endroit ni à la même heure.  En lac on cherchera les plages en pente douce l’été pour pêcher sandre et brochet le matin. Le fretin aime fréquenter ces endroits le matin car l’ eau s’y réchauffe plus vite et la nourriture y est plus abondante, les carnassiers sont souvent là aux aguets.

Avec de petits vifs chercher les plages à partir de juin puis dès août on verra arriver les perches pour des razzia sur les alevins.

Toujours en été, les falaises ou coin ombragés pour le confort de l’ombre et la capacité des gros rochers à stocker la chaleur et à la redistribuer la nuit.

En toutes saisons les endroits où poussent des arbustes dans l’eau car ils recèlent des invertébrés, des mangeurs d’invertébrés et des mangeurs de mangeurs d’invertébrés !

 

Un pointe s’ avançant dans l’eau est un spot toujours à pêcher en priorité car il abrite quasiment tout le temps un carnassier actif qui va se tapir sur la cassure avant de lancer sa chasse sur la pointe. C’est l’un des spots les plus réguliers selon moi. Il abrite tous les carnassiers : Brochets, perches, sandres et aussi silures.

Un haut fond au large, là aussi poste de chasse car il concentre la blanchaille. Pêcher la partie haute du haut fond mais aussi sa cassure en bordure.

 

En rivière

Les postes sont plus faciles à lire en grande rivière mais c’est quasiment toujours une zone différente du relief habituel qui abrite les carnassiers.  Une zone profonde en fin de virage sera un poste de choix.

Les grandes zones plates avec peu de courant vont abriter des ablettes, c’est un bon poste pour pratiquer le matin à la recherche du sandre.

Une zone encombrée d’embâcles sera une zone de repos de silure ou une zone d’ affût pour le brochet.

 

La zone étroite où un contre courant longe le courant principal est excellente, les poissons n’ont pas d’effort à fournir pour y rester. Une zone ou le courant s’enroule peut être aussi excellente.

En plein été, bien entendu l’ aval d’une chute ou d’un barrage et en hiver la proximité d’un tuyau d’eaux sales de sortie de station d’épuration sont des postes de choix.

 

Le Deeper

Revenons un peu sur cet accessoire si pratique. Si vous pêchez régulièrement vous aurez remarqué que les poissons évoluent dans des profondeurs différentes entre les saisons  pour des raisons de confort thermique ou de taux d’oxygénation.  En aquarium un poisson a tendance à longer les vitre, en lac aussi il longe le bord de sa zone de confort, c’est-à-dire que si la zone est à 5m il tournera dans cette profondeur. Pour faire simple si vous trouvez des échos à 5m, pêchez entre 5 et 7m de fond, ne pêchez pas des fonds de 3m qui seront vides de vie. Par contre dans 5 à 7m de fond, rien de  vous empêche de régler votre fond à 3m car un brochet montera pour un joli vif.

 

Ce type de pêche requiert de très bien connaître le relief du lac ou de l’ étang, en rivière on n’a pas cette particularité sauf en grand fleuve. L’idéal est de connaître une dizaine de postes différents pour choisir celui qui vous semblera le meilleur.  Soit après sondage méticuleux soit au petit bonheur la chance et il arrive que cette dernière fonctionne très bien.

Gardez la pêche

 

About sylvain l'esoxiste

53 ans, habitant la région du Morvan, spécialiste de la pêche des carnassiers, auteur halieutique pour 1max2peche et Le Chasseur Français. Suivre esoxiste.com sur Facebook
This entry was posted in Techniques classiques, Techniques et astuces and tagged , , , . Bookmark the permalink.

2 Responses to Vif : quelques bons postes à connaître

  1. Bonjour, la pêche au vif du bord reste ma pêche principale, il est vrai qu’en vieillissant, au carnassier comme à la truite , on
    Sait pêcher à l’instinct, on sent le bon spot, après bien sûr, il reste à bien gérer son matos et sa technique, et aussi il reste une part de chance qu’il faut savoir provoquer! Malgré tout je connais des jeunes très doués, plus que moi à l’époque, et des anciens restant limités! Mais l’essentiel est de prendre plaisir à cette pêche au vif, n’en déplaise aux purs leurristes, moi je pratique les deux, tout en ayant une préférence au vif, astreignant parfois, tiens samedi je vais pêcher, et n’ayant pas de réserve de poissonnets, il me faudra prendre des vifs la veille au soir, ..

  2. jéjé pecheur vendéen says:

    Salut Sylvain bon article sur la peche aux vifs.Je t’invite a consulté l’article du ouest france vendée « il peche un poisson enorme »lors de la fermeture 2020 sur un lac de barrage près de chez moi…je crois qu’il s’agit du record de vendée.
    Comme quoi quand ils ont décidé de mordre!!!