Une sortie silure en Saône sans silure au bateau
avatar

Ca faisait longtemps que j’attendais cette sortie, pensez donc, la chance de passer une journée sur le bateau de Lilian Fautrelle à traquer les moustachus. Malheureusement la dure réalité de la pêche s’est rappelée à nous, des fois ça mord et des fois pas…..Pourtant nous avons tout essayé ou presque.

Récit de cette journée en compagnie de Lilian et Manu que je remercie chaleureusement de leur disponibilité.

Nous sommes arrivés à 05h30 à la cale de mise à l’eau du port de Chalon sur Saône ou nous attendais déjà Manu Gautheron et Lilian Fautrelle qui préparaient leurs bateaux.

 

Petit café et discussion rapide sur la journée qui s’annonce ensoleillée mais venteuse. Patoche embarque avec Manu alors que Cathy et moi montons dans le Marcraft de Lilian.  cette coque « Tiller » sans console de pilotage donne énormément d’espace au pêcheur. Le prochain bateau que j’aurai sera un Tiller. Le moteur à barre franche se manœuvre sans aucun soucis, j’aurais cru que ce serai plus dur avec un gros moteur mais le 50 cv Mercury se pilote sans forcer sur le bras.

 

Direction ensuite la zone amont du secteur chalonnais, les coins habituels et très connus du pont de Bourgogne et de Nozal. Il caille ….Le vent du nord nous transit de froid mais l’espoir d’un combat titanesque me réchauffe.

 

Lilian me monte un carassin en fireball. Premier étonnement pour moi: La taille des fireballs, 130, 160 g et des simples 4/0 au moins.

Le carassin est dans l’eau depuis moins de 10 m que je le sens s’énerver d’un coup puis grosse lourdeur, puis plus rien. Le silure est venu le saisir puis l’a relaché. Dommage mais ça commence bien.

 

Lilian m’explique les réglages sondeur, la façon de pêcher au fire ball, les postes du moustachus à cette saison et tout un tas d’autres trucs qui me serviront lorsque j’y retournerai.

Nous pêchons jusqu’à 9h00 sans plus de touche et c’est alors le moment du casse croûte ou nous échangeons nos impressions devant un verre de blanc. C’est dur dur, Lilian qui pêche au ver se fait « téter » quelques lombrics sans que le poisson, certainement petit ne se pique. Manu et Patoche essuient eux aussi des refus et se font téter les appâts par des petits poissons.

 

Nous reprenons la pêche et Lilian accuse deux beaux refus au sondeur, joli glane  qui aura détecté la tresse avec ses barbillons.

Puis sur un tout petit secteur c’est la touche, Lilian remonte à la main un petit silure mais il se décroche sous le bateau. Seconde dérive, nouvelle touche et ferrage, c’est au bout….Je saisis la canne pour mouliner l’excédent et ferre lorsque Lilian lâche la ligne à la main mais malgré un ferrage d’homme le poisson se décroche, là c’était un poisson correct selon notre guide du jour…Pas de bol.

 

13h00 arrive et le vent qui n’a pas baissé est quand même moins froid. Nous déjeunons sur un ponton des produits diététiques à base de cochon arrosé d’un Viré Clessé et d’un Givry rouge, sans avoir oublié l’apéro bien entendu !!!

 

Le reste de l’après midi sera consacré à des dérives en plein centre ville puis jusqu’au pont sud de Chalon. Lilian m’a équipé d’un montage à soutenir équipé de vers et de lanières d’encornet.  A un moment je sens une légère lourdeur et j’attend le coup de tête mais rien, le silure m’aura sucé un ver.

Nous pêchons jusqu’à 19h00 et de temps en temps, c’est un petit silure qui viens téter les vers…Pas moyen d’en attraper un malheureusement.   Pourtant j’y crois et c’est avec plaisir que nous reprogrammerons une nouvelle partie de pêche au glane avec Lilian et Manu. Patoche nous a rejoint sur le Marcraft laissant Manu qui avait des obligations familiales

Spéciale dédicace à Patoche le grand dans la photo suivante:

 

 

La team les remercie de leur patience et de leur partage. Nous reviendrons lorsque les silures auront plus d’appétit, certainement que la fraye se profilant les incitait plus à la reproduction qu’à la nourriture.

Peu importe ce sont les lois de la pêche, ils mordront bien un jour….Et nous y seront !!!

Gardez la pêche.

 

About sylvain l'esoxiste

53 ans, habitant la région du Morvan, spécialiste de la pêche des carnassiers, auteur halieutique pour 1max2peche et Le Chasseur Français. Suivre esoxiste.com sur Facebook
This entry was posted in reportage de pêche. Bookmark the permalink.

Comments are closed.