Un peu de nettoyage
avatar

nettoyage 2015 gaule lucenois03La matinée d’hier aura été pour moi l’occasion de donner un petit coup de main à mon AAPPMA pour les nettoyages de berges. La nature reprends très vite ses droits et si on ne fait rien durant un ou deux ans le secteur devient vite impraticable.

Donc direction Lucenay l’ Eveque de bonne heure avec l’ ami Patoche et nos serpettes.

Bonne surprise ce matin avec la présence de 9 personnes pour cette petite séance de lifting de rivière.  Presque 10 % du nombre de sociétaires en cartes adultes, correct !

nettoyage 2015 gaule lucenois01

nettoyage 2015 gaule lucenois03

nettoyage 2015 gaule lucenois07

 

Le président, après nous avoir payé le café au bistrot du village nous a indiqué le secteur à nettoyer, une zone très fréquentée à l’ouverture où les rejets et les ronces s’en étaient donnés à cœur joie pour essayer de boucher le chemin.

Avant et après….

nettoyage 2015 gaule lucenois20

nettoyage 2015 gaule lucenois10

nettoyage 2015 gaule lucenois09

nettoyage 2015 gaule lucenois04

 

A 9, le boulot a vite avancé et à l’heure du casse croute nous avons changé de secteur pour un rapide nettoyage amont des branches basses où se piquent les cuillers des pêcheurs maladroits.

nettoyage 2015 gaule lucenois14

nettoyage 2015 gaule lucenois12

nettoyage 2015 gaule lucenois17

 

à 11h45, fin des hostilités, environ 500m de rivière sont dorénavant prêts pour affronter la horde des pêcheurs de l’ouverture.

nettoyage 2015 gaule lucenois05

nettoyage 2015 gaule lucenois18

 

Il reste encore deux séances les samedi prochains, si l’aventure tente nos amis du coin ou d’un peu plus loin, rdv à 9h00 au café du bourg.

Gardez la pêche.

 

About sylvain l'esoxiste

49 ans, habitant la région du Morvan, spécialiste de la pêche des carnassiers, auteur halieutique. Suivre L'Esoxiste sur Google+
This entry was posted in AAPPMA, Vie des AAPPMA et des fédés. Bookmark the permalink.

3 Responses to Un peu de nettoyage

  1. Romuald Cosson says:

    Bonjour Sylvain,
    je tiens à vous tirer mon chapeau pour vos actions d’entretien des parcours de pêche.
    Mais je ne peux m’empêcher de glisser un peu de poil à gratter, comme bien souvent quand j’apporte un commentaire à l’un de tes articles.
    Je pense que tout pêcheur connaît ou subodore l’importance de la ripisylve pour la qualité d’une rivière et de sa population piscicole. Je n’y reviens donc pas. Malheureusement, quand je longe certains cours d’eau, que ce soit en tant que pêcheur ou dans le cadre de mes fonctions de de technicien rivière, je vois souvent des entretiens de pêcheurs ou de propriétaires riverains que je qualifie de « bien dégagés derrière les oreilles ». Je m’explique : à vouloir trop bien faire, lors de ces entretiens, on coupe souvent toute « la broussaille » susceptible de gêner la pratique de la pêche. Or, au sein de cette broussaille se trouvent les jeunes aulnes, frênes, saules… de 0 à 2-3 ans qui assurent le renouvellement de la ripisylve. Les entretiens répétés de ce type conduisent donc à créer de véritables trous dans les classes d’âges, altérant la qualité des boisements et par effet de conséquences de la rivière et de son peuplement piscicole.
    A des débroussaillages systématiques, il est préférable de réaliser des débroussaillages par placettes. Non seulement, ces débroussaillages à intervalles réguliers n’entravent pas la pratique de la pêche et permettent de peigner toute la rivière, mais les interventions d’entretien sont plus rapides (donc moins fastidieuses) et surtout cela permet de garder les truites sur la berge entretenue. Sur une berge « bien dégagée derrière les oreilles », les poissons n’auront plus les conditions nécessaires à leur maintien et iront trouver ailleurs un secteur accueillant et immanquablement nous entendrons le jour de l’ouverture « Y a plus de poissons dans cette rivière ! ! ! »
    Donc tout le monde trouve son compte à des interventions d’entretien raisonnées.
    Bonne ouverture à tous.

    • Bonjour Romuald
      On ne débroussaille qu’une rive pour justement garder des caches et des abris de l’autre coté. De plus on ne débroussaille qu’environ 1/3 du parcours, celui accessible au plus anciens et aux jeunes où sont déversées des surdensitaires. Pour le reste on laisse faire la nature.

  2. Jacques says:

    Photo 3: on se croirait à la DDE: 1 qui travaille, 3 qui regardent…..
    Plus sérieusement, bravo aux courageux qui font ce travail et ainsi évitent d’avoir des bords passés au broyeur et sans arbres comme dans de nombreux ruisseaux.