L’été n’est pas une fatalité

 

Juillet, Aout sont un des passages obligés de nos vacances de  pêcheur. Nous passons à cette période beaucoup de temps au bord de l’eau dans des conditions qui ne sont pas  toujours optimales pour la pêche.  Cette période est de loin la plus difficile à pêcher pour deux raisons majeurs : le comportement des poissons et le monde sur l‘eau. Il existe pourtant de nombreuses astuces pour tirer son épingle du jeu et se forger de bons souvenirs, le plus important pour des vacances !!!

 

Le comportement des poissons

Il faut connaître un peu l’activité de nos partenaires de jeu pour bien comprendre la pêche  en  été. Au printemps il arrive souvent de trouver de grands bancs de bars qui sortent de la fraie. Ces poissons sont regroupés au petit large et sont très localisés sur certaines têtes de roches. Dès l’été les bancs se disloquent et les poissons se rapprochent beaucoup plus de la cote. Les bancs sont beaucoup moins denses et les poissons bougent beaucoup en fonction de la journée et surtout de la marée. Dès l’automne les poissons se regroupent de nouveau pour se  préparer pour l’hiver et surtout pour la frai. En action de pêche cela implique qu’il ne faudra pas s’acharner sur une tête de roche qui marche d’habitude ou qui à marché l’an dernier. Vous devrez être mobile et chercher les deux ou trois poissons de la tête de roche qui donnera ce jour, et il faudra recommencer tout votre petit tour dès le lendemain.

Un peu de finesse dans un monde de….touriste

Chaque année on vous en parle ! Les filles veulent maigrir à tous pris pour porter leurs plus beaux maillots et bien c’est la même chose pour vous !!! Rangez moi vos bas de ligne en 35 et 40 centièmes de l’automne dernier, cachez moi ces slug de plus de 8’ et 10’ pouces que je ne saurais voir et rentrer moi aussi vos ventres en action de pêche ! Vous lisez un magazine de pêche sportive ou non ??? En raison des conditions climatiques l’eau s’éclaircit en été, il faut donc s’adapter en conséquence. Bas de ligne entre 20 et 30 centièmes de deux mètres minimum et une tresse fine (PE 0.8 – 1.2) améliorerons votre présentation. A cette période des petits leurres correspondront aussi mieux au régime alimentaire du bar qui chasse les alevins de l’année…Alors chaque année on vous le répète mais c’est pour la bonne cause !

L’herbe (ou l’algue) est plus verte ailleurs

Il se peut que vous soyez dans un coin particulièrement touristique, et dans ces conditions la pêche est souvent impossible….Quand ce n’est pas un jet ski qui vient faire des ronds dans l’eau à cent mètres de vous c’est un voilier qui menace de vous éperonner si vous refusez de bouger. Toute cette agitation à tendance à stresser le poisson qui peut soit décidé de ne pas mordre ou juste de quitter la zone. Mais à 1 ou 2 heures de route il y a forcement un coin beaucoup plus calme à pêcher. Sachez donc faire des kilomètres ou des miles pour trouver ce que l’on appelle dans notre jargon « Des petits coins de Paradis ». Ces spots beaucoup plus sauvages sont des zones de replis pour les poissons. C’est cette petite heure de route ou de navigation qui peut faire toute la différence.  « L’herbe est bien plus verte de l’autre coté de la rive, parce qu’elle est tout simplement plus loin… »

 

Pêcher le Chaos

La pêche n’est décidément pas un art mathématique, et cela arrangera donc beaucoup d’entre nous…Alors que trois lignes au dessous je vous décrivais l’équation selon laquelle moins il y a du monde plus et plus il y a de poissons, je vais vous faire la démonstration inverse. L’excellent pêcheur et professeur de mathématique avec qui je pêche souvent appellerais cela surement une équation à double inconnu. Alors que l’océan se couvre d’engin nautique de toute  sorte et que les zones habituellement calmes deviennent  « agitées », il est temps de revenir dans les environnements « agités » toute l’année : les ports. Eté comme hiver il y a du bruit et de la nourriture. Certes il y a plus d’agitation, mais cela fait partie du cycle annuel. Il est interdit de pêcher dans les ports et je ne vais pas vous y inviter! En revanche les bars rentrent et sortent continuellement de ces zones et il faut trouver les zones de passage. Des compétitions de pêche au bar ce sont gagnées à 100 mètre de l’entré du port, et moi-même j’ai pris parmi mes plus gros bars dans les chenaux d’entré de ces gardes mangers. Les abords directs des passes, les pilles de ponts en sorties de port, les digues extérieurs sont des lieux de prospections obligatoires

La pêche appartient à ceux qui se lève tôt se couche tard et pêche de nuit

En été il n’y a pas de secret il faut savoir être le premier sur l’eau, pour bénéficier du calme avant la tempête de touriste, ou sortir vers 19h quand tout le mode rentre. En plus de l’avantage de n’avoir personne sur l’eau vous n’aurez personne sur l’aire de mise à l’eau. Dans ces pêches du matin ou soir, n’hésitez pas à sortir les leurres de surface. Tôt le matin et tard le soir je privilégie les spots de bordures ou les poissons bars sont ou vont venir chasser. Une fois de plus servez vous des oiseaux pour repérer les zones d’activité. Vous pourrez faire bouger les poissons les plus agressifs. La nuit est un des moments privilégiés pour la pêche du bar en été. Les poissons s’aventurent vraiment très près du rivage pour chasser. Des poissons de plus de 60 cm pris dans un mètre d’eau de nuit sont des prises courantes. La pêche de nuit en bateau est tout à fait possible mais il faut respecter certaines précautions. Soyez bien en règle, c’est-à-dire que vos feux sont en parfait état de marche et que vous savez où se trouve tous votre matériel de sécurité. Enfin avant de partir, donnez à vos proches l’heure à laquelle vous serez rentré et le périmètre de votre pêche.  En action de pêche ayez toujours votre gilet et une lampe étanche sur vous. De nuit cherchez la proximité des plages et les têtes de roches qui ne découvrent pas (pour ne pas prendre de risques). Je privilégie les leurres blancs et une animation très lente du leurre sur le fond. Je me souviens d’une pêche de nuit, ou les bars chassaient comme des fou dans 1 mètre d’eau, toutes les couleurs et les leurres de ma boite était passées sans succès, j’ai alors décidé de poser le leurre sur le fond deux à trois seconde après chaque animation. C’est alors que j’ai commencé à faire un poisson, un lancer. Les bars ne se fatiguaient pas à chasser, ils ramassaient les proies sur le sable… Les premiers moments de pêche de nuit sont très déroutant et il vous faudra peut être plusieurs sessions pour vous y habituer.

Vingt mille lieux sous les mers

Un autre moyen pour retrouver la quiétude du monde du silence est de pécher le plus profond possible. Alors que tôt le matin et tard le soir je vais privilégier les abords de la cote, je vais chercher le calme des profondeurs durant la journée. Si vous n’avez pas les moyens de vous éloignez des touristes sur un plan horizontal, pensez à l’axe « vertical »dans les deux sens du terme. A partir de 40 mètre de profondeur le tumulte de la surface à beaucoup moins d’effet sur le comportement des poissons…

 

Sortie pluvieuse, sortie heureuse

L’avantage de la Bretagne comme celui de la Normandie, c’est qu’il fait beau plusieurs fois par jour ! La pluie est le meilleur ami du pêcheur l’été, elle chasse tous les plaisanciers à la recherche d’escapade estivale. Une belle averse vous assure une journée seule en mer. Ces moments de calme sont propice à l’apparition de belle chasse. L’avantage de la pluie c’est que madame n’insistera pas pour que vous l’accompagnez sur la plage.  Prenez votre courage à deux mains, équipez vous et sortez !

Draguer les vielles

La vielle, croqueuse de leurre souple par excellence est trop souvent considérée comme une plaie par les pêcheurs de bar, alors que péchée avec un matériel adapté elle est un véritable poisson de sport. Certain de ces poissons peuvent atteindre de très belles tailles et faire des combats titanesques. Faites donc des concours de vielles, que vous pourrez si vous le voulez continuer à terre dans les bars du port  le plus proche…Soyez nombreux sur le bateau, prenez des petites cannes avec une tresse bien résistante, mettez vous au dessus de petits plateaux rocheux, faites descendre un petit leurre de quatre pouces, serrez bien votre frein, et passez un bon quart d’heure de fou rire. C’est une pêche facile et ludique qui vous apportera des souvenirs uniques.

Les moments de désespoirs

Aucun pêcheur n’est à l’abri de la terrible bredouille. Quand les poissons ne sont pas là ou ne veulent juste pas mordre j’ai observé des comportements très étranges chez mes camarades de pêche. L’attitude devient molle et l’on pêche allongé sur le boudin, avec une action plus que minimaliste… d’autre encore mette la radio à fond et essaye de donner à leurs slug le rythme endiablé du tube de l’été. Certains font des montages astucieux : un jig accroché à un leurre de surface pour être sur de couvrir la totalité de la colonne d’eau…Je vous demanderais de rester particulièrement discret sur ces techniques, la « crazy fishing » reste une pêche un peu confidentiel…

Le pêcheur, ayant profité tout l’été, se trouva fort dépourvue quand la bise fut venue

Ces périodes de l’année ou la météo nous permets de rester plus longtemps sur l’eau, sont des moments à exploiter pour chercher des postes pour la saison de Septembre à Novembre ou il faudra être le plus efficace possible. C’est l’occasion d’explorer au sondeur de nouvelles zones à pêcher et faire avec pour prétexte une ballade en famille…Pour prospecter sans pêcher,  il faut passer son sondeur sur les fréquences 83 ou 50 KHz étudier. Cherchez des laminaires, chercher de belles cassures, chercher du poisson fourrage. Vous pourrez ainsi gagner beaucoup de temps quand il faudra chercher des zones propices en septembre. Des zones où vous trouverez une grande quantité de nourriture sera à coup sur de très bon coin de pêche une fois que vous aurez déterminé le bon moment de la marée.

La famille avant tous

Que cherchons-nous dans la pêche ? Est-ce d’attraper les plus gros poissons ou de passer des bons moments sur l’eau…l’un ne doit pas conditionner l’autre. Il y a un temps pour tous, si l’été n’est pas la saison pour faire les plus beaux poissons c’est la plus belle période pour se faire des beaux souvenirs de famille au bord de l’eau. Ce sont des moments privilégiés pour transmettre notre passion pour la pêche, alors profitons en !!! Une pêche de maquereau ou même de vielle peuvent être des moments de partage unique.

Certes l’été n’est pas la meilleur période pour la pêche mais elle n’en reste pas moins l’une des meilleurs pour passer de très bons moments au bord de l’eau. Faire beaucoup de poissons en cette période  est un challenge.  Les conseils décrient ci-dessus ne sont pas exhaustifs, la pêche en été est un mode de pensé. Il faut chercher les moyens d’avoir des conditions adéquates que les autres pêcheurs n’auront pas. C’est une pêche qui fait appel à notre inventivité, et sur ce domaine je sais vous nous avons ce qu’il faut pour réussir

About Tahitifish

Passionné d'écailles et de mucus, je pêche tout et partout. Grosse prédilection pour le Bar et le Black Bass, je ne dédaigne pas les brochets et les perches...en pêche aux leurres presque exclusivement. A pied en Float tube ou en Bateau tant que je suis près de l'eau c'est bon!
This entry was posted in pêche and tagged , , , , , . Bookmark the permalink.

One Response to L’été n’est pas une fatalité

  1. Très bel article complet, j’ai un excellent souvenir de notre sortie de l’année dernière mais ton concours de vieilles dans les bars du port, ça tu ne m’en a pas parlé !! 🙂