Communiqué de presse: La FNPF expose ses attentes à la ministre de la Transition écologique et solidaire.
avatar

Une délégation menée par le président de la FNPF, Claude ROUSTAN, accompagné du 1er Vice-président, Jean Paul DORON, du trésorier général, Gérard GUILLAUD et du directeur général, Hamid OUMOUSSA, a rencontré la ministre de la Transition écologique et solidaire, Madame Elisabeth BORNE le 9 janvier 2020.

Alors que la réunion d’installation du conseil d’administration de l’Office Français de la Biodiversité est imminente, le président de la Fédération a rappelé avoir soutenu la création d’un opérateur national majeur de la biodiversité, doté de missions techniques, de connaissances et de police dont le financement serait respectueux du principe « de l’eau paie l’eau ».

Les attentes du réseau associatif de la pêche de loisir en matière de moyens tant humains que financiers, mais également les missions en particulier de terrain sur les volets techniques, de police de l’eau et de la pêche ont été au cœur des échanges.

La ministre s’est montrée rassurante estimant que la création de ce nouvel opérateur devait bénéficier des meilleures dispositions possibles au regard de l’ambition qui lui a été assignée.

Sur les objectifs d’atteinte du bon état écologique des cours d’eau, la FNPF, tout en prenant acte du report des échéances, a précisé qu’elle serait vigilante à ce que cela ne se traduise pas par une dévaluation ni des ambitions en matière de qualité des eaux ni des moyens affectés à la politique de l’eau.

Sur la continuité écologique, la FNPF et la ministre constatent que les cours d’eau connaissaient un taux d’équipement maximal en ouvrages de toute nature dont ceux destinés à la production hydroélectrique.  La FNPF a rappelé que la continuité écologique continuait d’avancer dans les territoires par la volonté conjuguée des propriétaires privées, des collectivités locales, des différents opérateurs publics de l’eau, de l’Etat et des structures associatives de pêche de loisir.

De gauche à droite : MM. Hamid OUMOUSSA, directeur de la FNPF, Gérard GUILLAUD, trésorier général de la FNPF, Madame Elisabeth BORNE, ministre de la Transition écologique et solidaire, Claude ROUSTAN Président de la FNPF et Jean Paul DORON 1er vice-président de la FNPF.

 

D’autres dossiers connexes dont la cartographie des cours d’eau, les différents projets de simplification réglementaire néfastes pour le milieu naturel et la sécheresse ont été évoqués.

Enfin sur la pêche de loisir en mer, la ministre et le président de la FNPF ont convenu que le rapport du sénateur Médevielle constituerait un document de référence notamment dans ses préconisations en termes d’organisation et de structuration.

« J’ai profité de ce moment propice pour d’une part, remercier la ministre et la secrétaire d’Etat, Madame Emmanuelle WARGON, pour notre deuxième siège au Conseil d’administration de l’Office Français de la Biodiversité et d’autre part, émettre le vœu d’une amélioration qualitative et quantitative de nos cours d’eau » déclare le président Claude ROUSTAN.

 

About sylvain l'esoxiste

52 ans, habitant la région du Morvan, spécialiste de la pêche des carnassiers, auteur halieutique pour Planète Carnassiers, 1max2peche et Le Chasseur Français. Suivre esoxiste.com sur Facebook
This entry was posted in communiqués de presse, informations diverses pêche and tagged . Bookmark the permalink.

8 Responses to Communiqué de presse: La FNPF expose ses attentes à la ministre de la Transition écologique et solidaire.

  1. SENGER Robert says:

    Bonjour Sylvain. D’abord toutes mes félicitations pour ton site. Ma question : Avez-vous déjà aborder, concernant les aappma, les obligations de celles-ci qui n’utilisent pas les fonds qui leur sont versés pour alviner et qui n’alvinent pas. Depuis 15 ans je connais une aappma qui n’a jamais alvinée en saône. La fédération ne dit rien. Ne fait rien. Pas moyen de convaincre le bureau de l’aappma. Les comptes bancaires sont pleins. réponse : on ne sait jamais…..Je trouve anormal qu’un président soit aussi négatif pour la pêche. Cette situation a-t-elle des faits similaires dans votre secteur ? Merci d’apporter de l’eau à mon moulin. Cordialement. Robert SENGER

    • Bonjour Robert
      Rien dans les statuts n’oblige une aappma à aleviner malheureusement donc légalement elle a le droit de ne rien faire, néanmoins dans ses statuts elle doit (article 6 des statuts types alinéa 4) mettre en oeuvre des actions du loisir pêche et les alevinages sont une émanation de cet article.
      D’un autre coté aleviner en Saône si un pêcheur pro est sur le secteur c’est lui offrir un revenu..
      Si ça coince dans cette appma cette année 2020 est une année élective, créez une liste et changez tout ça. Pour terminer mes réponses, malheureusement on retrouve cette situation dans de nombreuses AAPPMA, c’est navrant.

  2. Yoann says:

    Merci Sylvain, je viens de lire ça attentivement, ça m’éclaire un peu plus sur le sujet de fonctionnement de la fédération.

    Même si après lecture, 2/3 points m’ont interpeller (le budget emplois de la fédération est clairement monstrueux: environs la moitié du budget [de la CPAM], par contre je trouve pas normal que le budget communication/gestion courante [etc…] soit… presque au même niveau que la partie « subvention aux loisirs pêche et actions sur le milieu aquatique ; et surtout que [même si se budget semble légèrement augmenter d’année en année] le budget sur le mileu aquatique/loisir pêche soit si faible par rapport au budget global: 4 millions pour 22 millions… à peine 20% du budget [après augmenter le prix de la carte pour financer les emplois surement compétent, qui eux vont faire les projets… j’ai envie de dire, c’est pas une solution et heureusement que les gens dans les AAPPMA sont bénévoles…, pareil je trouve que 1133 dossiers… c’est peu ; itou le rôle du président surêment à revoir) et peuvent expliquer les choses, notamment l’état de la pêche en France, et qui font que je reste sur mon avis de ce premier commentaire (malheureusement mon avis est encore plus pessismiste sur la situation: l’être humain ne dégrade plus qu’il ne répare faute de moyen financier, et la situation pêche se maintiendra elle encore longtemps comme ça ?).

    Merci à toi, cela m’a permi de continuer de forger mon avis plus précisément, et ça aucun autre média sur le net permet de le faire objectivement (je conserve précieusement le lien du rapport financier annuel de la fédé nationale faudra que j’y jette un oeil plus souvent car je ne l’avais pas).

    @+
    Yoann

  3. Yoann says:

    Salut Sylvain, je te remercie pour le communiquer car sans ton blog jamais j’en aurais entendu parler, je comprend, quand tu dit leurs montrer ce qu’on fait car les ministres ne connaissent rien à la pêche.

    Mais, (oui y a un mais) pendant ce temps certains on l’impression que rien ne change à la pêche, où du moins que ça tend pour aller dans le négatif.

    Quand tu vois que… tu vois moins de pêcheur au bord de l’eau (je compte les pêcheurs que je vois au bord de l’eau et 2019 < 2018 < 2017, après peut être que je vais pas au bon endroit pour voir du peuple) ; que le prix de la carte de pêche augmente ; que toi pêcheur lambda au bord de l'eau… tu te casse la tête pour essayer de progresser donc de rentrer du poissons (souvent pas très gros faut bien l'admettre car c'est la vérité), quand tu vois les moyens allouées par la fédération pour nos milieux et souvent… tu vois rien derrière où peu de résultats… Le pêcheur a plein de questions, et peu de réponse(s).

    Tu te demande vraiment si tu dois t'investir dans ton AAPPMA, déjà que tu m'avais dit que rien que pour poser une pierre dans une rivière ou un plan d'eau, il faut un tas de papier de la fédération, une étude de la fédé, son autorisation… Où plutôt passer se temps à la pêche à t'amuser et tenter de progresser.

    Hors ce communiqué, ben je trouve (avis personnel qui n'engage que moi) qu'il n'apporte rien. Et pourtant… on y retrouve des thématiques qui fache là dans le 35 et surement dans le monde de la pêche: cartographie des cours d’eau, les différents projets de simplification réglementaire.

    C'est pareil, le prix de la carte qui augmente, fait que des pêcheurs de mon entourage arrêtent.

    Même si depuis qu'un certain parcours est garder, s'est simple, j'y vois presque plus personne… De là à en déduire que ceux qui y pêchaient avant n'avaient pas la carte…

    De mes 28 ans, je suis un adepte de la fédération, car je pense qu'ils font du boulot, et il y a du gain pour le pêcheur (la réciprocité, c'est génial ! La fédération ouvre quand même des parcours, et communique mieux que les aappma.)mais que la vrai question c'est comment fonctionne la fédération, comment elle communique et comment on fait pour y entrer ?

    Hors je pense que: c'est la que ça coince, entre les aappma et la fédération.

  4. JOJO l'Affreux says:

    C’est bien beau toutes ces grands messes,mais en fin de compte si je comptabilise la multitude de toutes ces rencontres avec un tas de ministres (souvent juste de passage) par le passé cela change quoi en réalité pour nous pêcheurs de loisirs ???

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.