Comment choisir ses lunettes polarisantes en quatre étapes
avatar

Quel pêcheur n’a jamais testé ou entendu parler de lunettes polarisantes, ces lunettes « magiques » qui permettent de voir les poissons ? Personne, et pourtant, je croise assez peu de pêcheurs qui en soient équipés, alors que pour ma part, je serai incapable de m’en passer aujourd’hui, même si je n’ai jamais supporté les lunettes de soleil classiques. C’est que bien souvent les déçus ont surtout essayé des modèles mal adaptés et probablement de piètre qualité. D’où ces quelques conseils pour faire votre choix sans prendre de risque.

Les lunettes polarisantes, comment ça marche ?

 Si en France le principe des lunettes polarisantes s’est popularisé depuis une dizaine d’années, il est en réalité bien plus ancien qu’il n’y paraît. Les Eskimos et les Inuits utilisaient en effet des masques faits en os, en ivoire ou en bois, dans lesquels une fine ouverture horizontale était pratiquée. Placé au plus près de l’œil, le masque permettait de conserver un champ de vision large tout en captant et en réfléchissant les rayons du soleil qui se réverbèrent sur la glace.

Alors que les lunettes solaires classiques se présentent comme de simples verres teintés, qui vont assombrir et diminuer la luminosité, les lunettes polarisantes fonctionnent sur le même principe que les masques eskimo. Il s’agit d’une lentille, teintée ou non (les filtres polarisants pour les appareils photo sont parfaitement transparents), sur laquelle est posé un filtre qui va capter les rayonnements les plus nocifs et violents du soleil. Ces rayonnements, situés entre 550 et 580 nanomètres (nm) sur le spectre de la lumière, correspondent à la lumière jaune, celle qui se trouve également reflétée par le verre ou la surface de l’eau.

Schéma spectre de la lumière. Sur ce schéma, on peut observer que la polarisation élimine et bloque principalement les rayonnements jaunes, situés aux alentours de 550 et 580 nm, et les rayonnements violets, à 400 nm.

 

L’intérêt des lunettes polarisantes est donc multiple :

  • Santé :  généralement anti-UV (comme la plupart des lunettes solaires du marché), les lunettes polarisantes offrent en éliminant les rayonnements les plus  dangereux une excellente protection pour les yeux. En effet, quand on      passe plusieurs heures par jour par semaine sur l’eau, l’exposition au  soleil sans protection oculaire peut entraîner à court terme des troubles  ophtalmiques (et notamment des migraines), mais aussi à plus long terme la cataracte,la DMLA précoce et des photo-kérato-conjonctivites, le tout pouvant mener à la  cécité. Costa del Mar dispose d’ailleurs une technologie permettant  d’éliminer les rayonnements de 580 nm (d’où le nom des verres haut de      gamme, 580G et 580P) qui sont les plus nocifs.
  •  Confort :  comme les lunettes polarisantes diminuent peu la luminosité ambiante, mais au contraire renforcent les contrastes en éliminant les rayonnements violets, il est possible de les conserver longtemps, même lorsque la      luminosité diminue, par temps couvert par exemple.
  •  Performance :  l’élimination des rayonnements obliques de lumière jaune, c’est-à-dire les reflets, permet de distinguer plus facilement les obstacles dans l’eau, d’identifier les différents types de fond, d’herbiers, les poissons     postés, les poissons qui suivent, etc. Bref, indispensable pour les pêches à vue, mais aussi pour repérer le fourrage, éviter d’abîmer son hélice sur  une belle caillasse isolée…

 

Étape 1 : le prix, la marque.

La première étape consiste à définir le budget et le choix de la marque. Il en existe à tous les prix, de 10 à 300 €. D’ailleurs, si vous avez des lunettes de soleil qui traînent chez vous, vous pouvez les tester, il s’agit peut-être d’une paire de polarisantes. Il vous suffit de regarder l’écran d’une montre digitale à travers le verre. Selon l’orientation du verre, l’écran de la montre deviendra noir dans le cas d’une paire de lunettes polarisantes.

 

Deux critères sont importants pour guider ce premier choix (opinion personnelle) :

  • Il faut mettre un minimum de 50 € pour s’assurer de  la qualité, de la performance et de l’ergonomie des lunettes. Si vous  prenez des lunettes de mauvaise qualité, vous ne les porterez pas, la différence ne sera pas suffisamment flagrante en termes de performances.  De manière générale, vérifiez bien que les lunettes que vous choisissez  sont aux normes CE (petit logo à l’intérieur des branches). De même,  méfiez-vous des contrefaçons (notamment quand les prix sont vraiment trop      différents du reste du marché), les lunettes de soleil haut de gamme sont      souvent copiées. Il ne faut pas transiger avec la qualité, il s’agit la      santé de vos yeux avant tout !

 

  • Privilégiez les marques d’opticiens. De nombreuses marques de matériel de pêche proposent des lunettes polarisantes dans votre catalogue. Cependant, il n’y a aucune indication sur la provenance  de ces verres, sur leur fabricant, et donc sur la qualité de la  polarisation. Bien souvent il s’agit de la même usine chinoise travaillant  pour des dizaines de marques différentes. Avec des fabricants purs et durs de lunettes, vous vous assurez d’un minimum de qualité et traçabilité. En bas de gamme, la marque Polaroid convient bien. En moyen de gamme, Julbo et Bollé font très bien le job. Pour le haut de gamme, le choix est plutôt varié, avec Vuarnet, Oakley, Maui Jim ou encore Costa del Mar. La    différence entre une monture à 50 € et une à 250 € ? La clarté du verre, sa qualité, la performance de la polarisation et l’ergonomie de la  monture !

 

Étape 2 : le choix de la monture

 Le choix de la monture est l’étape suivante. Là encore, si les lunettes sont trop lourdes et inconfortables, vous ne les porterez pas. Plusieurs critères sont à prendre en compte :

  • La forme : il y a deux formes principales,  masque ou lunettes. Alors que les lunettes reposent sur l’arête du nez, le      masque va plutôt reposer sur les pommettes. De fait, ce dernier est beaucoup plus couvrant, il offre une meilleure vision et le poids de  l’ensemble est mieux réparti. En revanche, les montures ont souvent un look  très sport, moins esthétique (mais ça dépend vraiment des goûts). Pour ma  part je préfère vraiment les masques pour la pêche (et je me moque (un  peu) de l’esthétique). En ce qui concerne la matière des branches, je n’ai pas vraiment de conseil à ce niveau, le nylon est souvent plus léger et  relativement solide.

 

Crédit photo Costa Del Mar

  • La taille et l’ergonomie : attention, tous les  modèles n’existent pas dans toutes les tailles. Veillez bien à ce que le      modèle qui vous plaît soit dans la bonne taille, c’est fondamental pour l’ergonomie. De même, lorsque vous testez vos lunettes, vérifiez qu’elles ne glissent pas de votre nez, qu’elles tiennent bien si vous secouez la tête, qu’elles tiennent bien lorsque vous les portez sur le crâne, qu’il y ait des pads antidérapants de bonne qualité, etc.
  •  L’esthétique : ça, c’est votre problème !

 

Étape 3 : verre ou plastique ?

 Il existe deux types de verres : en plastique (polycarbonate) ou en verre. Chacune de ces matières dispose de ses avantages et de ses inconvénients, et il s’agit principalement d’une question de budget. Pour ma part, je préfère le verre parce que j’apprécie la durabilité du produit et la facilité d’entretien. En revanche, j’ai appris à utiliser constamment un cordon. Je trouve en revanche qu’avec une utilisation normale, les verres en polycarbonate se rayent quand même plus rapidement, obligeant à les changer au bout de quelque temps.

 

MATIERE

AVANTAGE

INCONVÉNIENT

VERRE
  • ne        raye pas,
  • meilleure        vision.
  • peut        casser en cas de chute,
  • un        peu plus lourd que le polycarbonate,
  • un        peu plus cher que le polycarbonate.
POLYCARBONATE
  • ne        casse pas,
  • plus        léger que le verre,
  • moins        cher que le polycarbonate.
  • raye        facilement,
  • la        vision est moins bonne (surtout quant les lentilles commencent à se rayer).

 

Étape 4 : quelle teinte de verre pour quel usage ?

 Les lunettes sont un peu comme un set de combos canna/moulinet : il faudrait plusieurs teintes de verres pour s’adapter à toutes les conditions de luminosité. Cependant, s’il fallait n’en choisir qu’une, ce serait la teinte Gris ou Copper (cuivre/marron), voir le top, une base Copper avec un filtre miroir comme le Silver Mirror de chez Costa del Mar. Pour les couleurs, voir le tableau ci-dessous :

 

TEINTES

CONDITIONS

Gris/Gray (Silver   Mirror)

Polyvalent

Vert/Green (Green   Mirror)

Temps très lumineux   (eau douce)

Bleu/Blue (Blue   Mirror)

Temps très lumineux   (mer/exotique)

Cuivre/marron/Copper

Polyvalent

Ambre/Amber

Temps couvert

Rose/Pink – Jaune/Yellow

Faible luminosité   (uniquement aube ou crépuscule)

 Attention, les verres roses ou jaunes sont conçus pour des conditions très spécifiques, car ils protègent très mal des rayonnements nocifs du soleil. Il faut donc les réserver pour l’aube et le crépuscule, quand la luminosité est très faible. Pour la petite histoire, Costa del Mar a longtemps refusé de faire des verres jaunes pour des raisons sanitaires (la société a été fondée par des opticiens passionnés de pêche sportive). Elle n’a cédé que récemment sous la pression des demandes de pêcheurs. En revanche, je ne connais pas l’utilité des verres orange qu’on peut trouver chez d’autres marques.

 

L’entretien des lunettes polarisantes

 Quand on met un prix conséquent dans ses lunettes, il est primordial de les entretenir correctement. Dans un premier temps, si vous avez opté pour des verres en polycarbonate, vous devez prendre un maximum de précautions : toujours les entreposer dans leur boîte sans rien d’autre, ne jamais les essuyer à sec, toujours utiliser une serviette microporeuse ou des lingettes spéciales (les essuyants/absorbants ne sont pas conseillés), en veillant à utiliser du liquide pour lunettes ou vitres. Ou encore du produit vaisselle. Le verre est nettement moins contraignant, car il ne raye pas, mais l’usage d’un cordon est obligatoire pour éviter qu’elles ne tombent au sol et se brisent.

 

Lorsque je discute de lunettes polarisantes avec des pêcheurs passionnés, j’entends souvent les mêmes remarques : « je n’aime pas les lunettes de soleil », « j’ai trop peur de les faire tomber » ou « je les perds toujours ». Je dois reconnaître que je ne comprends pas vraiment ce type de remarques, tant les lunettes polarisantes sont devenues indispensables à mes yeux (ah ah), au même titre qu’une canne. Quand certains sont capables de mettre plus de 600 € dans des cannes, qui pourtant peuvent se briser tout aussi facilement, comment refuser l’investissement dans une paire de polarisantes de qualité ? Alors, je vous le promets, essayer des lunettes polarisantes, c’est les adopter.

Moniteur et entraîneur de voile pendant sept saisons, je porte des lunettes polarisantes depuis l’âge de 18 ans. Aujourd’hui, je fais partie du pro-team de Florida Fields [www.floridafishing.fr], le distributeur français de la marque américaine Costa del Mar. J’ai été d’ailleurs formé par ces derniers pour les représenter sur leur stand lors de l’EFFTEX 2012 à Paris

 

 

About Breizh Angler

Depuis toujours attiré par le milieu marin, j'ai trouvé dans la pêche sportive une source de sensations, d'émotions et de liberté, complémentaire à ma passion pour la voile. En mer ou en eau douce, en France ou à l'étranger, seul ou avec des potes, je recherche constamment de nouvelles expériences de pêche, exclusivement aux leurres (bon, ou presque), et j’aime partager une vision de la pêche fun, technique, sportive et respectueuse de l'environnement. Je suis sponsorisé par hPa et Florida Fields (St. Croix, Lew’s, Costa del Mar, Castaic, Northland, etc.) et je collabore régulièrement à la revue Predators
This entry was posted in Autres matériels, Equipement du pêcheur, informations diverses pêche and tagged . Bookmark the permalink.

11 Responses to Comment choisir ses lunettes polarisantes en quatre étapes

  1. Kaczor Stephen says:

    article parfait , moi je n’envisage pas de pecher sans … qque soit la peche …..au dela de la truite , combien de fois ai je vu des brochets se retourner au dernier moment de mon leurre en bateau ou depuis du bord ou mes collègues pechant sans n’ont rien vu ….. cela permet d’insister là ou on pense qu’il n’y a rien …. NB: choisissez bien et documentez vous .. dans certains cas de fonds très clairs , certaines pola peuvent filer un mal de crane sans pareil ( je ne dirai pas les marques ) , par contre d’experience les couleurs ambre donnent moins ce mal , mais cela peut aussi etre du tout simplement a la qualité du verre …. je peche avec 2 marques qui après multiples tests semblent quasi les meilleures …. pour la mer idem ….. au bout d’une heure de peche , mettez des lunettes de soleil classiques un petit moment puis repassez aux pola , je vous le conseille pour eviter maux de tetes !

  2. lg03 says:

    Bonjour,
    Je viens de me faire faire une paire de lunette de vue progréssive, je n’en portais pas auparavent.
    Bien sur la question des polarisantes c’est posé immédiatement, donc en 2ème paire théroquement pour 1 €, j’ai demandé si je pouvais avoir des polarisantes. On m’a répondue oui, mais que c’était plus cher, il fallait compter 60€ la paire. Bien entendue je les ai pris et j’ en suis trés satisfait.

  3. Joubert-Laurencin says:

    J’en porte depuis plus de 15 ans,les premières des De Charette puis des Décathlon jaune pour pécher et noir/bleu tribord (qu’il ne font plus cette année)pour conduire car il faut voir la différence pour la conduite avec ou sans sur les éclats de soleil sur les voitures.
    Impossible de m’en passer.

  4. steph verdunois says:

    pour repondre a la question est ce que l opticien peut mettre des verres pola sur la deuxieme paire au lieu des verres solaire et ben oui ! il vs faudras compter entre 30 et 50 euros le verre de votre poche ! j ai poser la question au miens ya 2mois ! en ce qui me concerne je ne l ai pas faire mais j utilise une paire de pola rapala forme masque que je met par dessus mes lunettes de vue et qui les dissimules entièrement !!!

  5. Frère Valéry says:

    Il est effectivement surprenant de constater qu’aussi peu de pêcheurs aux leurres portent des « pola ». Moucheur depuis une dizaine d’années elles me sont vite devenues indispensables. Dans un premier temps je me suis équipé d’une paire à environ 30€, verres trop sombres, fatigue visuelle et mal de crâne en fin de journée… J’ai fini par m’offrir une pair de Maui Jim, certes au moins cinq fois plus cher mais tellement plus confortable, et fini le mal de tête lors des coups du soir. Dorénavant je ne les portent plus que pour la mouche mais aussi pour les pêches aux leurres, voir pour du repérage et de l’observation. Il faut en avoir porté une paire de qualité pour se rendre compte que c’est un plus indiscutable.

  6. Chapeau bas pour cet article super complet, merci de ta participation, je pense que désormais les « pola » n’ont plus de secret pour nous.

  7. mecazen says:

    Question! et oui il en faut
    Je porte des lunettes de vue sans lesquelles il me faudrait un chien pour choisir un leurre… du coup je ne peux porter des lunettes polarisantes malgré le fait que je sois entièrement convaincu de leur intérêt.
    Du coup que faire? porter comme j’ai vu des sur lunettes qui du coup éloignent encore le filtre polarisant de l’oeuil ou bien les opticiens font ils des verres solaires et polarisants?
    Lorsque j’ai fait faire mes lunettes de vues j’ai eu le droit a une pare solaire à 1€, vous savez bien il est fou! mais du coup est ce qu’à ce « prix » là les verres peuvent ils être polarisant?
    Merci en tous cas pour cet article fort intéressant!

    • Alain89 says:

      Il existe (entre autres chez Ardent ) des surlunettes polarisantes tout à fait correctes.Par contre, attention à bien choisir une taille adaptée à tes lunettes de vue.

    • Breizh Angler says:

      Bonsoir Mecazen,

      C’est vrai, l’article occulte un peu la problématique pour ceux qui portent des lunettes. En gros, il y a trois solutions :

      – les surlunettes : plusieurs marques, dont Cocoons, offrent des lunettes polarisantes destinées à aller sur les lunettes de vue. Le problème, c’est que l’offre est peu étendue et il ne s’agit pas de modèles haut de gamme avec les meilleures performances de polarisation.
      – les lentilles : mettre des lentilles et porter des polarisantes.
      – la meilleure solution : beaucoup de fabricants offrent la possibilité de faire des verres polarisants à votre vue. C’est le meilleur plan vu que certaines mutuelles proposent le remboursement des verres polarisants. Il faut juste penser à demander.

    • carnphil says:

      Bonjour
      Je confirme. Il fond les verres polarisant pour 1€ de plus. C’est ce que j’ai fait et j’en suis super content, cependant soit vigilant sur l’épaisseur des verres, mais tout dépend du type de correction nécessaire.
      Philippe