Les AAPPMA non réciprocitaires, doivent elles encore exister ?
avatar

carte 2014A l’ère actuelle où les pêcheurs commencent à avoir la bougeotte et parcourent de plus en plus d km pour assouvir leur passion, on peut se demander si payer une vignette nationale ou presque alors qu’il existe encore des AAPPMA non réciprocitaires est pertinent.

Une AAPPMA non réciprocitaire est une association de pêcheurs qui dépend d’une fédé départementale mais qui ne joue pas le jeux du partage comme les autres.  A notre époque où on peut désormais pêcher quasiment partout en France sans prendre X cartes, il reste des irréductibles qui veulent rester maître chez eux, pourquoi pas ?

Sur les eaux closes, on peut fort bien monter une association de pêcheurs sans que ce soit une AAPPMA, il y a pas mal d’exemples avec des petits étangs communaux ou des étangs privés.  Si l’eau est libre c’est plus complexe, on peut encore y arriver en faisant classer le plan d’eau en pisciculture à valorisation touristique  mais ce n’est pas le sujet et ça ne concerne que de petits plans d’eaux.

Dès lors qu’il y a des eaux libres et des parcours du public, la réglementation est claire, c’est une association agrée de pêche et de protection du milieu aquatique qui va gérer le truc.  Celle ci a quelques obligations qui sont de rendre des comptes au Préfet car elle est agrée et de se fédérer départementalement car elle va encaisser et reverser la CPMA.

cannes martinet (1)

 

Ainsi via une cotisation qui sera la même pour tout le monde, cette association pourra toucher des subsides de sa fédé et bénéficier de son appui technique et d’expertise.

Désormais la plupart des AAPPMA sont réciprocitaires sur un département donné, il s’agit d’un accord décidé en CA de l’ AAPPMA et acté sous l’égide le la fédé. Ça veut dire qu’on permet au pêcheur d’ a coté de venir sur les lots de l’ AAPPMA  sans avoir à prendre une cotisation supplémentaire. C’est tellement rentré dans les mœurs que beaucoup de pêcheurs ignorent que la réciprocité n’est pas de mise partout.

Eh oui, rien ne peut contraindre une AAPPMA qui est une association à laisser pêcher librement les titulaires d’une carte de pêche. Par contre, dès lors qu’elles deviennent réciprocitaires il est normal qu’elles adoptent le même règlement que les voisins.

Orient 2016-118

 

Pourquoi certaines refusent ?  Des AAPPMA ont la chance d’avoir des parcours renommés à grosses truites et la fréquentation touristique apporte de l’ argent pour leurs caisses. On rencontre ce cas de figure très couramment dans le jura avec des parcours rivières où il faut une carte différente tous les deux kilomètres  avec AAPPMA ou parcours privé.

On rencontre aussi cette non réciprocité dans de grands lacs, par exemple les lacs de la forêt d’Orient où l’ AAPPMA gestionnaire refuse la réglementation  des fédérations pour mettre en place une autre plus restrictive sur les quotas et les tailles. Le cas de la forêt d’Orient est intéressant puisque désormais on y vient de toute la France en saluant une gestion des carnassiers qui permet une bonne population. On paye une carte journalière un peu plus cher mais ça vaut le coup.

lac crescent (11)

 

Reste quelques petites AAPPMA qui sous des prétextes de garder pour eux leur étang interdisent complètement les pêcheurs étrangers à la commune, interdisent même de leur vendre des cartes. L’esprit  mutualiste qui prévaut dans la pêche actuelle leur échappe totalement et c’est bien dommage qui plus est lorsqu’elle gèrent un plan d’eau public !!!

Les AAPPMA non réciprocitaires doivent elle encore exister ? Je pense que oui, si elles portent un projet bénéfique au pêcheur qui en payant un peu plus cher pourra se faire plaisir et non si ce n’est que pour se garder pour soi un coin de pêche.

Gardez la pêche.

 

About sylvain l'esoxiste

50 ans, habitant la région du Morvan, spécialiste de la pêche des carnassiers, auteur halieutique pour Planète Carnassiers, 1max2peche et Le Chasseur Français. Suivre L'Esoxiste sur Google+ et esoxiste.com sur Facebook
This entry was posted in Editorial - Coup de gueule and tagged . Bookmark the permalink.

18 Responses to Les AAPPMA non réciprocitaires, doivent elles encore exister ?

  1. humbert says:

    Bonjour,
    Réciprocitaire ou non une aappma ne peut faire de la discrimination sauf pour des motifs légitimes du type infraction à la règlementation ou atteinte au fonctionnement de l’association… et , le règlement intérieur doit être soumis à l’approbation de la FD.
    Dans notre coin les aappma non réciprocitaires ( à 90 % ) ne remplissent pas leurs obligations statuaires … laxisme de la FD ou laisser aller des administrateurs pour des raisons de paix  »halieutique » … allez savoir
    On peut encore constater une grande disparité de fonctionnement d’un département à l’autre… et ce n’est pas fait pour clarifier les explications quand nous avons de nouveaux jeunes adhérents .

    Bien cordialement

    • JOJO l'Affreux says:

      Bonjour,

      vous avez parfaitement raison et ce d’autant plus que les statuts des AAPPMA dans leur article 7 alinéa 7 sont pourtant clairs l’AAPPMA doit participer à toutes les actions de la pratique et du développement du loisir pêche en favorisant en particulier la réciprocité.
      Ce que confirme en plus l’article 7 alinéa 1 des statuts des fédérations départementales.
      Il est tout à fait clair que de nombreuses FD et AAPPMA s’assoient sur les statuts,d’où la situation d’une autre époque que nous connaissons tous !!!

  2. JOJO l'Affreux says:

    Quand la pêche associative que nous connaissons actuellement se sera cassée le nez ce qui finira bien par arriver grace à cette politique d’un autre temps et avec la multitude de parcours privés qui s’ouvriront forcément un peu partout,ce sera bien plus simple pour nous.Il nous suffira juste d’ouvrir un peu plus notre porte-monnaie !!

  3. JP says:

    De toutes façons les seules appma non réciprocitaires sont celles qui ont des rivières à truites (pas forcément que des rivières réputées).
    A partir du moment où arrive la 1ère catégorie ça devient n’importe quoi tu peux pêcher 200m en réciprocité et plus pendant 5km avant de retomber sur un morceau pêchable ça en devient ridicule ….

    En tous cas c’est comme ça dans le Doubs et j’en suis réduit à aller pêcher la truite en haute saône où toutes les appma sauf 2 sont réciprocitaires.
    A croire que les appma qui gèrent de la 1ère catégorie ont oublié ce que sont les valeurs de la pêche (partage et échanges …) mais bon quand on voit ce que sont devenues les grandes rivières du doubs on se demande si ce repli sur soi à un interêt quelconque ….

    Si j’avais le pouvoir de décider je ferai un permis unique pour la france et réduirait drastiquement les prélevement autorisés car bon se renseigner des heures sur le net ou autre source (car bon faut déjà en vouloir pour trouver une carte correcte des parcours réciprocitaire dans le département du doubs) pour savoir si on a le droit de pecher ce coin de rivière découvert en ballade ça rebute pas mal de potentiels pêcheurs à mon humble avis.

    Enfin bon encore un bon exemple de la ridicule gestion du patrimoine aquatique et halieutique français.

    • Lesfilmu says:

      Si seulement c’était le cas… mais plein d’endroits sont dans une situation aussi débile y compris en 2de catégorie… regarde dans le 78, ce qui est réciprocitaire ou non… alors qu’en Aveyron TOUT l’est Y COMPRIS EN PREMIERE CATEGORIE.
      Ce n’est qu’une question de volonté, balancée par la connerie de quelques-uns.
      Le problème, c’est qu’avec l’espérance de vie qui s’allonge, on n’est pas près de les voir disparaitre du paysage…

  4. Lesfilmu says:

    Salut,
    Vaste sujet, probablement plus complexe que beaucoup le pensent (et moi y compris, au début…).
    Mon avis « binaire » : la réciprocité devrait être la norme et à partir du moment où une FD adhère, les AAPPMA (qui en dépendent….) ne devraient avoir le choix ni d’y entrer ou non, ni de quelle partie des baux y entre ou non. On est dedans ou on est dehors et si on est dedans, c’est tout entier.
    Les arguments alakon qu’on entend partout, « y vont manger mes poissons », « je gère mieux mon parcours’, toussa toussa, c’est pure foutaise et c’est irrecevable.
    Maintenant, un exemple de cas particulier qui fait que ce n’est pas si simple… Il était un plan d’eau non close dont une partie est une réserve ornithologique gérée par une association en relation avec a LPO et l’autre « normale » gérée par une AAPPMA. Du fait de la nidification des oiseaux et de cette réserve, toute une partie du plan d’eau est totalement interdite à toute circulation, y compris des pêcheurs.
    Ces restrictions sont bien entendues listées dans le règlement intérieur.
    Bin oui, sauf que… le RI ne concerne que les encartés du plan d’eau, pas les autres qui y viendraient via la réciprocité. Car (presque) tout le monde l’ignore, mais le RI n’est pas opposable en Droit, seule la loi pêche l’est.
    Dans le cas de notre plan d’eau, çà veut dire quoi ? Qu’un pêcheur qui viendrait vis la réciprocité mais qui irait pêcher dans la partie interdite ne pourrait pas être verbalisé, ni expulsé, puisque le RI n’est pas opposable aux non-sociétaires…
    Donc dans ce cas, pas de réciprocité possible, ou pas d’AAPPMA et pas de pêche…
    Le problème de fond de la réciprocité se situe là : la loi pêche est inique et ne permet pas une gestion ni intelligente ni efficace, donc les AAPPMA l’améliorent via le RI, mais il n’est opposable qu’aux sociétaires… pas simple, hein ?
    On va me dire « sauf s’il y a un arrêté préfectoral ».
    Et bien non… le préfet ne dit pas le Droit, il ne précise que des modalités administratives ou réglmentaires A L’INTERIEUR DU TEXTE DE LOI. Autrement dit, s’il prend un arrêté pour préciser une disposition qui n’est pas prévue à la loi, et bien il n’est pas opposable (enfin, il est contestable, avec toutes les chances de gagner).
    Les quotas (avant la nouvelle loi), les taille différentes des tailles légale (avant la nouvelle loi), les… réserves (toujours maintenant), tout çà n’est (n’était) pas dans la loi, les préfets ne pouvaient pas le décider. .. bien qu’ils l’aient presque tous fait !!
    Pas simple… hein ?
    Lesfilmu.

  5. WALLY says:

    bonjour je pêche dans plusieurs départements pas spécialement le carnassier mais j aimerais une carte pour toute la France car pour l’ instant je suis obligé de prendre 3 cartes de pêche je préfère une carte plus chère mais qui regroupe tous et je pense que toi sylvain tu est dans la même situation !!! sa parait archaïque alors que l’ont regroupe les régions ??? chercher l’erreur

    • Effectivement mais en face il y le principe de propriété qui date de la révolution et qui laisse le choix de mettre ou non son bien à la disposition de la collectivité. Perso je demande depuis longtemps une réciprocité nationale et on y arrive petit à petit sauf pour certains lacs ou cours d’eau bien précis mais on peut espérer que ça s’arrange dans une cinquantaine d’années :)
      A + pêcheur d’aloses géantes.

  6. Micka says:

    Article à mettre en parallèle avec celui là, qui a un point de vue opposé :

    http://www.eu.purefishing.com/blogs/fr/jimmy-maistrello/cest-ma-riviere-cest-la-votre-aussi/

    Je comprends la volonté de vouloir préserver le milieu, mais n’ayant pas la chance d’habiter à côté d’aussi beaux terrains de jeux, c’est assez frustrant de se dire que même avec une carte réciprocitaire on ne pourra pas faire un tour au bords de l’eau …

  7. le régulateur says:

    salut sylvain, je suis d’accord pour la non reciprocité dans les eaux closes, la société du coin peut se faire quelques sous, pour les rivières pas d’accord , imaginons pour mon cas de pêcheur de truite ; lucenay , anost , roussillon , autun , etc… nons réciprocitaires, pour varier tes coins de pêche ta carte va être multipliée par combien ?? en tout cas voilà mon avis, est il le bon?, je n’en sais rien! mais un peu de libérté dans les endroits ou aller pêcher pourquoi s’en priver.

  8. Lionel says:

    Bonsoir
    Les AAPPMA en France permettent une pêche démocratique qui permet au plus grand nombre de pratiquer son loisir pour un coût modique et c’est très bien ainsi
    Toutefois pour gérer et entretenir les parcours elles ont besoin d’argent et ce sont des bénévoles qui gèrent très souvent un budget serré
    Peut-être que certaines associations considèrent que leur parcours est mieux que celui du voisin et qu’à ce titre il vaut plus que celui du voisin
    Il y a aussi ceux qui veulent éloigner l’étranger qui vient leur prendre leurs poissons
    Hélas ça existe aussi
    Pour prendre un exemple que je connais très bien, il se trouve que dans d’autres pays les choses ne se passent pas ainsi
    Prenons l’exemple de l’Irlande ou l’Ecosse
    Dans chaque village il y a une association qui gère un morceau de rivière
    Toutes ces associations acceptent les pêcheurs non membres à condition de payer un permis journalier ou hebdomadaire
    Si c’est pour la truite la somme peut-être très modique il n’en va pas de même pour le saumon que je peche là bas depuis trente ans
    Le minimum est de 25€ par jour mais ces sommes peuvent grimper à plus de 200€ jour sur des parcours privés
    Tout ceci satisfait beaucoup de monde au vue de la fréquentation des parcours
    Je pense que ce modèle n’est pas transportable en France et que la peche associative restera la norme
    Cordialement
    Lionel

    • Lesfilmu says:

      Bonsoir,
      Je ne connais pas l’écosse, mais l’Irlande, si.
      En Irlande, dans le « public » (ce qui est géré par les « fisheries », l’équivalent de nos FD, sachant qu’il n’y a pas d’équivalent à nos AAPPMA), aucun permis n’est requis, nulle part.
      Sauf pour les migrateurs, truite de mer et saumon, pour lesquels il faut un permis (une licence), qui est unique et nationale.
      Les cas dont tu parles, ce sont des parcours privés… qu’effectivement on ne peut pas utiliser sans payer… comme chez nous, en fait…
      Mais chez eux, pas besoin de « réciprocité » puisqu’il n’y a pas de permis… 😉
      Lesfilmu.

      • Lionel says:

        Ce que vous dites est tout à fait exact concernant la peche des poissons blancs ou des carnassiers
        Un bout de rivière, un lough, on descend et on pêchepour la truite parfois aussi
        Pour les migrateurs, je ne peche que ces poissons là, il y a du public et du privé
        Exemple à Cork la rivière Lee, free fishing au dessus du barrage au nord de la ville, mais dead Water-polo, aucun intérêt donc
        Licence obligatoire et permis journalier ou hebdomadaire
        Lee fishing association ou ESB fishery
        Rivière voisine la Bandon, peche libre en aval du pont d’Innishanon au dessus, Bandon association ou pêche privée Kilcolman ou Manch par exemple. Je connais les trois
        Pour l’Ecosse pour la rivière Spey par exemple association avec tarifs acceptables (Grantown on Spey par exemple) ou peche privée très chère (Delfur, Castle Grant etc)
        Par contre pour la truite proche de Grantown il y a le Loch Indorb où on arrive, on se gare et on peche
        Tout ceci s’éloigne du sujet de Sylvain et je m’en excuse
        Cordialement
        Cordialement

        • Lionel says:

          Et pour être tout à fait complet, et si ça peut intéresser quelques lecteurs, je peux aussi vous parler de la peche du saumon sur la merveilleuse rivière Miramischi au Nouveau Brunswick, de la peche de la mythique truite steelhead sur l’île de Vancouver parce que j’ai péché ces endroits et ces rivières
          Sans oublier la peche à la mouche du tarpon sur Islamorada au sud de Miami
          J’y ai pris un 70 lbs à la mouche
          Je peche aussi les poissons carnassiers tropicaux comme les carangues, les carpes rouges ou les cobias
          Je vis et travaille une partie de l’année en Afrique
          Tous ces poissons et ces voyages sont merveilleux et je les souhaite très sincèrement à tous ceux qui en rêvent
          Tout ça pour dire qu’il y a d’autres pêches possibles sous d’autres horizons mais que je suis aussi très content de pouvoir pêcher le sandre ou le brochet dans nos eaux hexagonales avec une carte et le timbre egho
          J’ai été trop long
          Bien cordialement

  9. BINEAU Philippe says:

    Question : vous dites  » garder pour soi un coin de pêche. » Aujourd’hui on peut prendre un carte d’une APPMA non réciprocitaire sur Internet. Une APPMA a t’elle la possibilité de refuser un pècheur qui souhaite y prendre une carte ?

    • Bien sûr, j’ai le cas à deux pas de chez moi, si elle n’est pas réciprocitaire elle peut faire comme elle l’entend. c’est ça que je trouve le plus injuste car l’eau publique est un bien commun.

  10. Sébastien says:

    bonsoir,
    cela fait un moment que suis vos publications, et meme si je ne suis pas toujours d’accord avec le fond (et tant mieux sinon ça n’aurait pas d’intéret!!!) j’en salue la qualité!
    j’ai été particulièrement touché par votre article… en effet j’habite en plein milieu d’une société non réciprocitaire! pour etre honnete il y a quelques beaux parcours pour la truite, une portion de rivière de 2eme catégorie et un petit lac de barrage de 44ha. tt ça ne casse pas trois pattes a un canard et ces gens malgré un changement de présidence de l’AAPPMA sont réfractaires a la réciprocité et pas mal de pecheurs en ont un peu ras le bol (les jeunes surtout!). et pourtant, en dehors du fait de pouvoir aller pecher ailleurs je pense qu’on pourrait avoir a y gagner sur la gestion du lac ou les résultats sur le carnassier sont déplorables et incompréhensibles, peu ou pas de sandres pris et la rareté des brochets maillés en est proverbiale alors que les sifflets de 25 a 45cm sont légion (sur une année ou je fais plus de trentes brochets, un seul de maillé!) a noter aussi la prolifération de l’écrevisse signal. c’en est au point que pour l’ouverture du carnassier cette année ils n’ont rien trouvé de mieux que de déverser 400Kg de truites de 40cm dans ce lac alors que c’est presque le seul endroit de cette société ou on peut espérer prendre du carnassier…

    bien cordialement,
    Sébastien.