Ils vivent dans nos eaux : L’ épinochette
avatar

pungitius pungitius4Si une très grande majorité de pêcheurs connaissent l’ épinoche,  peu en revanche connaissent l’ épinochette qui vit elle aussi dans une grande partie du territoire français.

Ce petit poisson, cousin de l’ épinoche commun est souvent confondu avec dernier mais ils sont plutôt différents dans leur forme tout en ayant un mode de vie assez similaire.

Pour différencier l’ épinochette de l’ épinoche on pourra prendre en compte le profil plus plat du corps et le coté plus élancé. L’ épinochette est aussi plus petite que l’ épinoche puisque la taille courante va de 4 à 9 cm maximum.

Les plaques osseuses latérales ne se rencontrent qu’ à la base de la nageoire caudale et les fortes  épines  dorsales sont absentes et remplacées par une longue série de petites épines.

pungitius pungitius2

 

On rencontre ce petit poisson sur la moitié nord du territoire français où dans une majorité de secteurs elle cohabite avec l’ épinoche.  L’ épinochette aime les eaux peu profondes et riche en végétation c’est pourquoi son habitat de prédilection est les marais.  On peut aussi la trouver dans les estuaires et dans les marais correspondant avec la mer où elle supporte un taux de salinité assez important.

L’ épinochette se reproduit à l’ identique de son cousin, le mâle construit un tunnel de débris végétaux qu’il fixe grâce à une sécrétion qu’il produit avec une glande. Une fois le nid construit, il y attire les femelles et les féconde, plusieurs de celles-ci viennent pondre dans le nid. Le nid de l’ épinochette serait le plus souvent suspendu aux plantes aquatiques et plus rarement au sol.

Pungitius pungitius1

 

Une fois les petits éclos, ils restent dans le nid sous la surveillance et la protection du père. A noter que celui ci défend aussi le nid mais moins férocement que l’ épinoche.

Un épinoche fraye au printemps qui suit sa naissance, soit environ 1 an  entre avril et juin selon la température de l’eau.

Une fois les œufs pondus, ceux-ci incubent 10 à 20 jours et les alevins quittent peu à peu le nid protecteur.

L’épinochette vit le plus souvent une année, c’est-à-dire qu’elle se reproduit puis  meurt dans les semaines qui suivent mais ce n’est pas une généralité puisque certains individus arrivent à vivre plusieurs années.

pungitius pungitius3

 

Ce petit poisson et l’ article qui lui est consacré marque la fin de cette rubrique entamée depuis 2012 sur ce site, j’aurai eu le bonheur de vous faire découvrir la grande majorité des poissons qui peuplent nos cours d’eau et nos lacs.

Je pense avoir fait le tour complet du panel des poissons français ainsi que des autres petits animaux que vous pouvez rencontrer en allant à la pêche.

Pour retrouver tous les articles de cette rubrique, rendez-vous sur la page « les poissons de France et ce qui vit dans l’ eau ».

Gardez la pêche.

 

About sylvain l'esoxiste

51 ans, habitant la région du Morvan, spécialiste de la pêche des carnassiers, auteur halieutique pour Planète Carnassiers, 1max2peche et Le Chasseur Français. Suivre L'Esoxiste sur Google+ et esoxiste.com sur Facebook
This entry was posted in ichtyologie. Bookmark the permalink.

8 Responses to Ils vivent dans nos eaux : L’ épinochette

  1. Axel says:

    Salut,
    Je suis pour l’introduction de nouvelles espèces dans nos cours d’eau, et ce afin que cette rubrique puisse continuer … :)

    Axel

  2. Gaël MNHN says:

    Bonjour Sylvain,
    Le principal critère pour distinguer l’épinoche et de l’épinochette c’est le nombre d’épines sur le dos justement: 3 pour l’épinoche, 9-10 pour l’épinochette.
    Je vous avais envoyé mon article disant qu’il y avait 3 espèces en France. Vous avez choisi de ne pas en tenir compte. (L’épinochette a visiblement moins d’impact sur les pêcheurs que le brochet 😉 ).
    C’est donc le dernier numéro de la saga « ils vivent dans nos cours d’eau ». C’est fort dommage.
    Bientôt la réédition du livre sur les poissons d’eau douce de France 😉

    • Bonjour Gael
      J’ai bien reçu votre dossier mais il était en anglais et très technique, je l’ai quand même précieusement gardé. J’ai souhaité simplifier pour toucher ceux qui d’ordinaire fuient les publications scientifiques, désolé si quelques erreurs se sont glissées dans l’ article mais ma principale doc est le livre les poissons d’ eau douce de France par le MNHN, vivement la réédition.
      Entre nous il est vrai que la vie et l’ oeuvre de l’ épinochette n’intéressent guère les pêcheurs de carnassiers, ce type d’ article est malheureusement bien moins consulté qu’un article sur la pêche du sandre. le seul article qui a marché sur le sujet des poissons non carnassiers est un article sur le poisson chat, pourquoi, mystère ?

  3. Lavarenne says:

    J’ai pris,tout gamin,(il y a plus de cinquante ans!!!!)des quantités d’épinoches et de vairons dans le Riot,un ruisseau qui coule près de chez moi.

  4. Net says:

    Merci et bravo pour cette rubrique qui était très intéressante et pertinente.

  5. Le regulateur says:

    Salut, j’ai pratiqué de nombreuses années de pêche sur l’autunois et morvan , par contre je n’ai jamais pris d’epinoches! Le seul poisson pris , ressemblant aux photos , c’était des perches goujonniere, dans l’arroux au niveau de surmoulin! Et toi sylvain à tu déjà pris des epinoches dans notre secteur? ?