Vif : Le montage au vif décollé
avatar

Un grand merci à Manu Gautheron qui a partagé cette astuce de montage  avec nous, le montage au vif décollé vise à empêcher ce dernier de se cacher dans le substrat (feuilles, vase) et ainsi pouvoir échapper au regard des carnassiers.

Souvent en plombée au vif on se retrouve avec un vif qui au lieu de s’agiter de façon appétissante pour un brochet ou un sandre se retrouve à se planquer au fond pour échapper aux regards pleins d’appétit de ceux qui aimeraient les croquer.

On découvre que son vif s’est planqué sous un tapis de feuille en remontant la ligne et en trouvant des feuilles accrochées à l’hameçon. Pour le rendre attirant il faut donc que le vif bouge et soit visible donc le décoller du fond.

Souvent en plombée j’observe sur le bord le comportement de mon vif et le gardon par exemple peut tout autant tenter de gagner la surface que se poser, voir se cacher sur le fond. En plombée on essaiera d’oublier les espèces de fond tels que les goujons, les carpettes et les petites tanches qui vont chercher à se cacher et ne plus bouger.

 

Un gardon, une bremette seront plus efficaces bien que le gardon aime se planquer, l’idéal étant en plombée un rotengle qui cherchera toujours à monter vers la surface.

Il existe un moyen simple et efficace qui consiste à adjoindre au vif un cube de polystyrène qui l’obligera à nager. Le montage que nous propose Manu est simple et connu de tous les pêcheurs d’expérience qui pratiquaient le vif dans les années 80/90 avant que cette pêche ne décline au profit des leurres.

Le cube de polystyrène sera enfilé sur le bas de ligne et maintenu en place contre le vif au moyen d’un nouveau passage dans le cube sinon il coulissera sur le bas de ligne et sera moins efficace. Ce cube ne gêne en rien la pêche, les carnassiers comme le sandre, le silure, la perche ou le brochet ne s’offusquent pas de sa présence et le vif est gobé de la même façon que s’il n’avait pas eu cet attribut en queue.

Laissons la parole à Manu pour les explications:

« Une fois loché le polystyrène doit être au plus près de la queue, on repasse en travers pour le bloquer contre la queue. Au ferrage il se défait tout seul.

A utiliser avec une longueur de bas de ligne que l’on veut sur une plombée en rivière ou étang. Je plaçais le tout sur un détecteur. A utiliser avec des triples ou des doubles dont on rentre la longueur de la hampe sous la peau.

Perso j’utilisais ce montage pour pêcher dans un étang ou il y avait des écrevisses qui bouffaient mes vifs, donc je faisais des bas de ligne de 70cm ».

 

 

Cette petite astuce simple permet de maximiser l’action d’un vif en plombée et d’avoir plus de touches tout en le protégeant des écrevisses. Merci Manu pour ce montage et les photos qui l’accompagnent.

Retrouvez Manu Gautheron sur son blog Gauthmanu et sa page Facebook

Gardez la pêche.

 

About sylvain l'esoxiste

52 ans, habitant la région du Morvan, spécialiste de la pêche des carnassiers, auteur halieutique pour Planète Carnassiers, 1max2peche et Le Chasseur Français. Suivre esoxiste.com sur Facebook
This entry was posted in Techniques classiques, Techniques et astuces. Bookmark the permalink.

10 Responses to Vif : Le montage au vif décollé

  1. serge says:

    bonjour Sylvain,
    pour faire tenir le polystyrène sur la queue tu repasse la crinelle dans celui ci afin d’obtenir un nœud, je vais essayer afin de décourager les chats merci de ta réponse

  2. Le hotu says:

    Bonjour à tous,
    en utilisant un morceau de polystyrène, ne craignez-vous pas que celui si se désagrège lorsqu’un poisson mordra, et que les morceaux finissent par accroître le nombre des déchets plastiques qu’on retrouve dans nos cours d’eau ?

    • Effectivement et je râle lorsque je retrouve ces cubes de polystyrène sur le bord mais il n’y a rien d’autre de comparable en non polluant. Relativisions un peu, si le polystyrène est polluant, le nylon, la tresse, les plombs, les peintures des bouchons le sont tout autant, il y a bien moins de déchets de polystyrène émanant des pêcheurs que du batiment par exemple. Il existe me semble t’il des trucs d’emballage en amidon de mais qui feraient l’ affaire mais où en trouver?

      • Yoann says:

        Salut Sylvain, ce que tu dit est vrai !

        Pas une session en vilaine sans ramasser dans l’eau avec mon épuisette de gros bout de polystérène… C’est pas les pêcheurs qui l’y mettent. Que dire alors des autres déchets que je ramasse…

        En tout cas serait dommage de se passer d’une technique qui a l’air d’être éfficace: perso, Je l’essayerais cette été où cette hiver !

        Par contre, je me pose une question… Sur l’impact de la pêche au leurre. Je ne suis pas écolo où vegan, mais je me la pose quand même:

        Que deviennent les leurres plastiques dur (poissons nageurs) une fois que ceux ci sont perdu dans l’eau ? Combien de temps mettent ils à « se détruirent » ?

        Je récupère à titre personnel… Un Grand Nombre de Leurre chaque année que Mère Nature m’offre car des pêcheurs… sont malchanceux.

        Tu te souviens peut être d’un de mes mails où je te posais plein de question, et notamment sur le fait que j’avais perdu Mon [Précieux] Deep Diving Chubby Red Craw.

        Ben en passant au bord de cette étang le 26 février… au bord dans l’eau près d’une touffe de jonc, je vois une petite masse rouge flottant: Je pique un sprint pour récupérer chez moi mon épuisette et… Mon Deep Diving Chubby récupérer Intact: Pas MËME UNE EGRATINURE ! Bon manque juste, 2 triples à remplacer mais je m’en sors bien 😀 😀 😀

        Le lendemain… je retourne là bas pour donner du pain sec au canards tout content, le vent souffle et à amasser tout les déchets flottant vers la bonde… je vais voir par curiosité… Je trouve 3 Poissons nageurs flottants (un wild eyes storm, un pn barn caperlan, et un crank inconnu), point commun ? Tous ont plus de triples.

        J’imagine que si c’est de la ferraille ça finit par rouiller et basta… mais le plastique lui… En rivière, ça doit finir dans l’océan… Puis bon un pn dans un arbre itout, le fil casse, les hameçons aussi et le pn tombe… dans l’eau. J’ai même cette hiver sauver un martin pêcheur, car sur la berge en face de moi, ce dernier a (sans doute) vu un stickbait mer caperlan flotté dans l’eau dans une saule sec, l’a prit mais… la tresse bloqué dans l’arbre a… bloqué le leurre qui s’est prit dans sa jambe. J’ai pas vu la scène mais j’ai vu le martin pêcheur tête en bas essayant de s’en débarrasser… J’ai écourter ma session de pêche pour rentrer à patte, prendre la voiture et revenir en float avec pince, gant, épuisette et sauver l’animal qui est partir dé liberer et après avoir attendu 25 min sur une branche de l’arbre le plus proche est repartie dans son nid (j’écris ces lignes et je me rend compte que j’aurais du prendre du désinfectant, bref on pense pas à tout).

        Cordialement
        Yoann

  3. Le regulateur says:

    Bonjour, une vieille main m’avait déjà parlé de cette technique, pour éviter que les vifs se planquent au fond, je l’ai utilisée dans un étang privé, ou il y a peu de fond, efficace, j’ai aussi essayé cette méthode à la sorme, ou ce ne sont pas les écrevisses qui bectent nos vifs, mais les goinfres de poissons chats! Si la touche du carnassier est rapide ça va, par contre au bout de quelques minutes les chats, trouve le moyen de monter sur les vifs, c’est pénible dans un plan d’eau comme la sorme avec le potentiel carnassier qui s’y trouve! A quand le montage vif auquel les chats ne s’interresse pas du tout??.à plus!