Vif : Bien s’organiser au bord de l’eau
avatar

La pêche au vif qui supplante encore la pêche aux leurres, n’en déplaise à ses détracteurs, demande de bien s’organiser au bord de l’eau afin d’être le plus efficace possible.

Cette pêche nécessite d’emporter plusieurs cannes, de quoi s’asseoir,  un contenant pour les vifs et bien entendu quelques objets de confort.

C’est du côté des équipements des carpistes et des pêcheurs au coup qu’on trouvera son bonheur, voici une liste des indispensables pour aborder sereinement une sortie de pêche au vif.

La housse à canne

Une housse permet de garder ses cannes hors de la poussière une fois remisées, de plus elle préserve les nylons de l’action des UV. J’ai un faible pour des housses semi-rigides avec logement pour le moulinet qui protègent les cannes en cas de chute légère ou de matériel qui se renverse dans le coffre de la voiture.  Une bonne housse doit avoir une longue fermeture éclair, une bretelle solide pour le transport car les postes sont souvent éloignées des voitures

 

Le panier siège

Un simple panier siège vous permettra de ranger vos accessoires de pêche de façon ordonnée et de pouvoir vous poser quelques minutes confortablement. Pas besoin d’une station de pêcheur au coup mais une caisse Rive F2 d’ occasion est ce que j’ai trouvé de plus pratique.

 

les piquets et les détecteurs

On peut fort bien faire comme nos aïeuls et tailler des bouts de noisetiers mais des piques en alu sont quand même bien plus pratiques et plus stables. Pensez juste à enrouler dessus un morceau de scotch orange pour les retrouver plus vite dans l’herbe. Les détecteurs ne sont pas non plus obligatoires mais ils apportent un confort de pêche inégalé. On peut lire ou rêvasser sans crainte de louper une touche. De plus, je tendais mes cannes à 30 m de moi pour plus de discrétion (et ça marche), les détecteurs m’avertissaient des départs.

 

le seau à vif à panier amovible

Les seaux actuels disposent d’un panier amovible qu’on placera dans l’eau de l’étang ou de la rivière le temps de la partie de pêche, ainsi plus besoin de bulleur qui fait un boucan d’enfer. Prenez le seau le plus gros possible pour que vos vifs ne souffrent pas d’un manque d’oxygène durant le voyage.

 

La bourriche anglaise

Si on souhaite conserver une prise dans les meilleures conditions, pour la manger, la relâcher à la fin après les photos, une bourriche anglaise est l’idéal. Elle contiendra assez de volume d’eau pour que le poisson y survive sans problème. Prévoir juste un sac de transport étanche pour cet accessoire qui laisse toujours un délicat parfum dans votre voiture.

 

L’épuisette :

Pour le brochet une grosse épuisette carnassier, au vif pas besoin de mailles caoutchoutées mais c’est quand même mieux pour préserver le mucus du poisson. Le manche devra être choisi solide car un brochet pèse vite lourd.

 

Le parapluie

Du bord on peut toujours se protéger du soleil ou de la pluie en se plaçant sous un arbre mais un parapluie de pêcheur au coup apporte beaucoup de confort et protège aussi votre matériel de l’inondation.  On trouve aussi certains abris pliants mis au point par les carpistes, c ‘est encore mieux.

 

La table de carpiste

Cette mini table de camping aux pieds guère plus hauts que 20 cm est idéale pour y poser sa pince et ses petits accessoires qui ne se perdront pas dans l’herbe. On trouve chez Decathlon au rayon randonnée ces petites tables pliantes pour un prix très intéressant.

 

Le joker : Le caddie

Si vous avez tout ça avec vous, vous me maudirez lorsqu’il faudra se déplacer sur de longues distances. Pour éviter plusieurs aller-retours il existe un accessoire pratique qui se nomme un caddie. Le tout est d’avoir suffisamment de sandows pour tout attacher dessus. Il vous permettra de parcourir de longues distances sans avoir la bretelle du panier siège qui vous scie l’épaule.

 

Une sortie vif comme celle-là s’apparente à une expédition les premières fois, ensuite avec l’habitude on arrive à emmener le moins d’affaires possibles pour ne pas s’encombrer. Certes c’est plus lourd et plus gros qu’une simple canne leurre et deux boites mais ça a son charme de pouvoir se poser tranquillement en regardant ses bouchons tressauter.

Et pour ceux qui ne comprennent pas qu’on pêche au vif, dites-vous qu’un jour, l’ âge aidant, vous ne pourrez plus marcher sur de longues distances alors préparez-vous !

Gardez la pêche.

Relire ma page sur la pêche moderne au vif

About sylvain l'esoxiste

52 ans, habitant la région du Morvan, spécialiste de la pêche des carnassiers, auteur halieutique pour Planète Carnassiers, 1max2peche et Le Chasseur Français. Suivre esoxiste.com sur Facebook
This entry was posted in pêche, Techniques classiques and tagged , , . Bookmark the permalink.

5 Responses to Vif : Bien s’organiser au bord de l’eau

  1. Le regulateur says:

    Bonjour, le plus dur à la pêche au vif, c’est d’accéder à la place désirée avec tout le matos! Mais qu’est ce qu’on est bien une fois posé! Pas trop loin de la voiture, pour la glaciere garnie de bonnes choses! Et voilà! J’amene maintenant le minimum , si il faut marcher un peu! A une époque je pratiquait le vif différemment, une seule canne et mon seau de vifs , quelques accessoires de rechange dans un sac à dos, et je longeaie le plan d’eau ou plus souvent la rivière , mais ça c’était avant! ☺ ☺. !

  2. Bonjour, je suis adepte de la pêche au vif; comme tu dit avec le temps on s’habitue à amener le strict minimum! Et quel soulagement que de pouvoir se poser! Dans tout le matos énuméré, il me semble que tu a oublié la glacière, remplie de bonnes choses! ☺ ☺ !

  3. Pascal says:

    Encore une fois, très bon article. Je me retrouve bien dans tes recommandations.
    Personnellement lorsque je pratique cette pêche, je n’utilise que trois cannes à vifs car je ne supporte pas l’attente sans rien faire. Donc je pêche au coup au milieu de mes cannes (une en amont et deux en aval du coup).
    Ceci à l’avantage de concentrer du fretin à proximité des vifs et d’attirer les carnassiers. Et au cas où une chasse de surface aurait lieu, il est facile de délaisser la canne au coup pour un lancer léger équipé d’une cuiller ou d’un poisson nageur déplié et installé à proximité du poste. Cela a déjà payé par le passé!!!
    Par contre tu as omis (bien que tu en parles très succinctement dans ton autre article) un accessoire primordial dans cette pêche d’attente qui mobilise toute une matinée, voire la journée : c’est la glacière ou le panier avec le casse-croûte qui va bien avec !!! A moins que tu nous fasses un article juste sur ce point là !!!
    Car il faut bien le reconnaître, une partie de pêche sans le casse-croûte ce n’est pas tout à fait une partie de pêche.
    Surtout que c’est souvent l’élément déclencheur des départs!
    Qui n’a jamais juré la bouche pleine, le verre de blanc tout juste rempli, un bout de saucisson et de pain dans une main, le couteau dans l’autre lorsqu’un bouchon se fait la malle alors que c’était le calme plat depuis deux heures ou plus ….
    Mais c’est aussi pour cela que l’on aime cette pêche : c’est toujours plein d’agréables surprises!