Les viandards et les nokillistes, y’en a marre
avatar

penseurL’ être humain est tellement complexe et tellement difficile a aborder  dans sa complexité qu’on en arriverait quelquefois à souhaiter que nous soyons tous pareils à des abeilles pour être tranquilles mais on s’emmerderaient et cet article n’aurait pas lieu d’ être. Celui ci devrait vous faire réagir, surtout pour sa partie consacrée à certains nokillistes, lisez le dans sa globalité avant de le commenter et s’il vous plaît restez calme, ce n’est que de la pêche !

Autour de la  position de pêcheur raisonné que je défend depuis toujours, c’est à dire de pêcheur qui sait relâcher ses prises mais pas tout le temps et selon le biotope, la saison, la réglementation et sa propre envie.. Gravite une frange radicale, voie extrémiste qui nous pourrit la vie continuellement : les viandards et les nokillistes.

Commençons par les viandards, terme que je n’aime pas car la viande n’est pas le poisson mais il ne m’en vient pas d’autres plus explicite. Le viandard pêche plus de poisson qu’il n’en peut consommer, c’est la hantise du gestionnaire d’ AAPPMA, celui qui pille et réduit à néant les efforts de gestion piscicole faits pour le bien commun des pêcheurs.

peche-panneciere9Il existe plusieurs sortes de viandards, on trouve ceux qui ont toujours fait comme ça car leur père ou grand père le faisait  à une époque où le poisson valait cher et qu’il était une source de protéine non négligeable.

On trouve aussi le viandard atavique qui ne peut pas remettre un poisson à l’eau même s’il ne fait pas la maille, il n’y peut rien, il est comme ça.

Vient ensuite le viandard gourmand ou heureux de faire plaisir aux voisins et amis et par la même passer pour un grand pêcheur car la population ne fait des louanges qu’à ceux qui ramènent des prises non des photos.

Terminons avec le viandard intéressé qui négocie ses prises chez le restaurateur ou les anciens du patelin, voir qui rempoissonne son étang privé avec les poissons pris sur les lots d’ AAPPMA .

Désormais avec les quotas de carnassiers, les interdictions de transport de carpes vivantes, cette viandardisation arrive à son terme. Il ne restera plus que des braconniers qui ne sont pas à proprement parler de simples viandards mais des délinquants et quand on voit un délinquant on appelle la garderie au lieu de  crier au loup sur facebook !!!

reflechirBien entendu si un brochet est mal piqué, mais même tout autre poisson, je n’irai pas le relâcher pour qu’il crève une heure plus tard et finisse en putréfaction au bord de l’eau. Je le mangerai !

Le pêcheur raisonné ne va pas à la pêche pour se nourrir mais il n’est jamais contre un bon repas de poisson. En cela il se rapproche du chasseur qui choisit ou non de tirer et mettre à mort un animal pour le manger, car nous sommes omnivores n’en déplaise aux végans que la télé met à la mode.

La position du pêcheur raisonné est plutôt complexe car la raison et les raisons ne sont  jamais les  mêmes entre individus. Le fait de manger son poisson permet peut être d’ excuser le fait qu’on aime jouer et faire du mal à un animal vivant ? Eh oui, planter un hameçon dans la gueule d’un poisson, le treuiller, le sortir de son élément pour en être fier est plutôt tordu si on y réfléchit. D’ailleurs pour des raisons d’ éthique les Suisses et les Allemands ont interdit le nokill, justement parce que ce n’est pas moral selon eux de faire souffrir une bestiole juste pour se la jouer, d’autres pays réfléchissent aussi à interdire le Nokill, poussés par des associations de protection animale. Personnellement l’acte de prédation ne me gêne pas du tout, étant né à la campagne je sais que la viande savoureuse se trouve dans les animaux vivants et non dans des barquettes de polystyrène de chez Leclerc. Jeune à la campagne, j’ai arraché des pattes à des grenouilles, fait fumer des crapauds, déniché des nids…Fait souffrir et mis à mort nombre d’ animaux et je continue en étant chasseur et piégeur agrée. Avec tout ça certains me traiteront de vilain psychopathe mais je pense être aussi équilibré que la très grande majorité de mes contemporains.

brochets breuil 25051410

 

Venons en au nokilliste, par le passé vu comme un saint, un esprit supérieur, mais qui désormais véhicule l’image du chiant extrême au possible et ça tout simplement à cause des réseaux sociaux ou des blogs.

Auparavant le nokilliste vivait sa passion dans son coin, incompris mais pas moqué par les autres. il était un modèle qu’on n’osait pas encore imiter. Il expliquait à quelques personnes qu’il préférait rejeter les poissons à l’eau sans s’étendre sur le pourquoi. Ce pêcheur  était toujours un excellent technicien et un fin connaisseur des poissons et du milieu aquatique.Ce mouvement qui a commencé avec les pêcheurs de truites, surtout les moucheurs, s’ est étendu ensuite aux carpistes modernes puis au carnassier quelques années plus tard. Il est à l’origine d’une prise de conscience qui a amené à augmenter les tailles minimales de captures et mettre en place des quotas de prises. Parallèlement Facebook est arrivé et s’est développé et le niveau a été bien vite tiré vers le bas.

reflexion2Le réseau social dans lequel on peut aussi classer les blogs à cause de la possibilité de commenter les articles des auteurs, donc d’ interagir avec la publication a permis à une minorité d’ inonder l’espace virtuel d’ échange d’une pseudo morale qui  devient plus proche du taux zéro de l’ intelligence au fur et à mesure que le temps passe. Il y a encore cinq ans les échanges étaient courtois et constructifs ou presque mais maintenant c’est juste une foire d ’empoigne. Ce rigorisme érigé en dogme, porté par la mode actuelle du bien être animal est comme tout dogme, il ne souffre aucune critique de ses partisans. En cela il rappelle ceux qui se prosternent béatement devant une divinité et qui prennent ses évangiles pour une règle absolue.

Quasiment plus personne n’ose, à moins d’ aimer se faire vilipender, poster une photo de sandre un peu sombre. J’ai même eu en 2013 un intelligent qui me certifiait que mon sandre pris par 11m de fond  à l’entrée d’une buse entre deux étangs était sur un nid. Facebook et certains petits blogs permettent à ceux qui n’ont que très peu de culture halieutique de s’exprimer librement en toute impunité et petit à petit la gangrène s’étend et on s’offusque de tout. Ouh le poisson mal tenu, ouh le poisson qui saigne, ouh le poisson pris pendant sa période théorique de reproduction, ouh…….

les adeptes du nokill plus anciens doivent quelquefois se la pincer en découvrant la connerie des nouveaux.  Si certains pourraient encore servir de modèles par des idées novatrices et pertinentes, la plupart des nokillistes actuels ne sont que des  nombrilistes qui ne font pas dans la demi mesure. Si vous gardez un poisson, vous êtes un salaud de viandard, si vous pêchez au vif ou au mort manié vous êtes un salaud de viandard ! Ces mêmes néo-nokillistes se sont découvert une fibre écolo en plus, sauf qu’ils ne connaissent rien à la biologie des poissons, ne savent pas faire la différence entre un potamot et une cératophylle, ne savent pas différencier une bouvière d’un spirlin. Ils pêchent avec des nylons, des leurres en plastiques, des têtes plombées qui restent au fond de temps en temps et veulent nous faire croire qu’ils protègent la nature ? En gros ils répètent bêtement ce qu’ils entendent sur les réseaux sociaux car personne n’y critique jamais le nokill sans s’y faire insulter comme le plus immonde des meurtriers. Par contre le nokilliste ira commenter avec sa morale radicale  et ses termes fleuris tous les articles qu’il ne juge pas honorable.

titi-sale-caractèreJuste à titre d’exemple dans un article récent d’ Axel Beschler sur ce site, un certain pikenokill (pseudo explicite) nous raconte en commentaire qu’il faut protéger les gros brochets qui eux protègent mieux leurs nids !!! C’est exceptionnel d’ignorance et ça donne bien le niveau de la plupart des adeptes de la nouvelle religion que j’appelle les potapoissons.

Qui fait donc avancer la pêche dans ce pays, les viandards, bien sûr que non, les nokillistes, eux le croient mais en réalité c’est cette énorme majorité de pêcheurs silencieux et passionnés, prêts à donner de leur temps pour les autres et pour le milieu pourvu qu’il serve à la pêche. Cette majorité de pêcheurs raisonnés et raisonnables, ayant un  faible impact sur le cheptel piscicole devrait ouvrir sa gueule de temps en temps pour faire fermer celle des autres.

A bien y réfléchir il est vrai que pêcher est un acte cruel au même titre que la tauromachie ou la chasse mais ces deux derniers n’ont pas des opposants dans leurs propres rangs. Comment peut  on se dire amoureux et très respectueux de la nature si en réalité on n’est qu’un simple tortionnaire de poisson ?

Si je relâche mes prises c’est seulement dans un intérêt de gestion piscicole, en espérant les retrouver plus gros, s’étant reproduits pour me donner plus de prises donc plus d’émotions et surtout pas parce que je « respecte  mon frère  le fish ». Le respect serait plutôt de ne pas faire souffrir inutilement un animal et c’est là que se montre la limite des valeurs du nokill. Il accepte et apprécie faire du mal aux animaux mais veut nous faire croire que sa morale est plus élevée que la nôtre.

gueule-sandre

 

Le nokill et le viandard sont deux opposés  qui se rejoignent sur un point, ils aiment tous pêcher, ressentir cette adrénaline du combat avec l’inconnu, exhiber fièrement sa proie en photo ou en vrai juste pour se dire qu’ils ont gagné le match. Mais si les premiers le font au détriment de tous les autres en terme palpable, les seconds  le font aussi mais sous une forme plus sournoise dont il n’ont quelquefois pas conscience, celle de vouloir faire de nous des bisounours loin de la réalité de la nature.

Bien évidemment mon propos comme d’habitude s’égare dans une légère outrance, je connais énormément d’ adeptes du nokill qui ne sont pas des ayatollahs et qui ne font pas la morale dès qu’un pêcheur garde un poisson.  Tout comme je connais beaucoup d’ anciens viandards qui ont massacré des tonnes de sandres à une certaine époque et qui maintenant sont des modèles de pêcheurs très raisonnables.  Et tout ceux ci sont aussi une grande majorité, reste cette minorité de bracos et de moralistes à la con qui nous pourrit la vie régulièrement jusqu’à nous donner envie de supprimer la possibilité de laisser des commentaires sur les blogs et de fermer sa page Facebook.  Mais non, je continuerai de l’ ouvrir quoiqu’en diront les « chevaliers blancs » de la pêche moderne et je vous exhorte aussi, vous les pêcheurs normaux, les raisonnables, à l’ouvrir aussi le plus souvent possible.

avatar-esoxiste14J’ai donc décidé de modérer tous les commentaires qui désormais n’ iront pas dans le sens d’une simple pêche raisonnable, je ne souhaite plus donner la parole à des ignares fanatiques  ou à des pêcheurs qui  placent les poissons ou le reste de la nature au dessus des valeurs humanistes. Je me suis aperçu que comme nombre de sites ou blogs, celui ci servait de tribune à des idées  que je ne partage pas, sauf que c’est moi qui paye le serveur alors que  l’ accès est libre et gratuit pour tous. Dorénavant ceux qui voudront s’exprimer en faveur du rigorisme écolo n’auront qu’à ouvrir un blog ou une page Facebook !

Gardez la pêche.

 

About sylvain l'esoxiste

53 ans, habitant la région du Morvan, spécialiste de la pêche des carnassiers, auteur halieutique pour 1max2peche et Le Chasseur Français. Suivre esoxiste.com sur Facebook
This entry was posted in Editorial - Coup de gueule and tagged , . Bookmark the permalink.

Comments are closed.