Vent et lune, ont ils une influence sur la pêche des carnassiers ?
avatar

montaubry-06111.jpgJe suis d’un naturel hyper méfiant et très terre à terre, vous vous doutez donc avec cette première affirmation que je suis très dubitatif relativement à l’action de ces éléments  sur la pêche.

Néanmoins je vais essayer au travers de cet article de mettre en avant les actions que peuvent avoir la lune et le vent sur la pêche.

Vent du nord, rien ne mord

Ca vous n’avez pas manqué de l’entendre si vous êtes pêcheur, le vent du nord clouerait le bec des poissons !  Si je dis clouerait c’est bien évidemment que nombre de constatations infirment ce dicton et que d’autres le confirment. Pas facile de comprendre pourquoi.

Le vent à une action sur l’eau, pas sur le poisson, tout simplement parce qu’il n’en sent pas directement les effets mais indirectement.

On sait que nos carnassiers préférés sont à un moment donné de l’année dans une couche d’eau spécifique parce qu’elle est à bonne température, oxygénée comme il faut et que le fourrage s’y trouve aussi.

brochets breuil 25051401

Que va faire le vent ? En soufflant, il va tout d’abord créer des vaguelettes puis des vagues, celles ci par brassage vont capturer l’oxygène de l’air, la partie supérieure de la couche d’eau sera donc à ce moment théoriquement la plus oxygénée.

En hiver, le vent du nord arrive des régions polaires et est toujours froid, il va donc refroidir tout ce qu’il touche. L’eau bien évidemment se refroidira puis  dès qu’elle aura atteint la température de 4 ° c, là où elle est la plus dense, elle coulera entraînant avec elle l’oxygène dissous par le vent.

breuil 061214 (5)

On peut donc conclure sur ces faits :

En hiver, en lac, la partie sous le vent sera moins oxygénée et moins froide que la partie poussée par le vent. Si ce refroidissement est brutal  et fait suite à une période de chaleur sans vent, les poissons vont rechercher le confort de l’oxygène dissous, encore que…

Vent d’est, pêcheur chez toi reste !

Ca c’est un autre adage que j’ai inventé mais mon beau père ne va pas à la pêche en cas de vent d’est, plutôt rare dans nos régions.

Le vent d’est est un vent aussi très froid qui va donner les mêmes effets que le vent du nord, néanmoins il n’apporte pas la même baisse ou hausse des pressions atmosphériques.

barrage panneciere

 

Cet élément est aussi à prendre en compte car la pression se retransmet dans l’eau, la pression atmosphérique c’est le poids de l’air qui appuie sur l’eau et par conséquent plus ça pèse plus il y a d’échange gazeux entre l’eau et l’air et en plus tout ceci dépend aussi de la température de l’air par rapport à la température de l’eau à l’instant T.

Voilà les certitudes à peu près scientifiques qu’on m’a communiqué car je n’aurai pas la prétention de dire que je suis un scientifique, maintenant passons aux usages courants.

Vent d’ouest, tout bon pour la pêche !

Le vent d’ouest apporte de l’air marin, soit des précipitations soit des températures moyennes, c’est donc bon pour le pêcheur, le poisson j’en doute. En effet le poisson vit dans l’eau et ne va pas ressentir comme nous les températures de l’air qui changent car l’eau fait tampon et met du temps à se réchauffer ou se refroidir.  Une petite pluie d’orage, un coup de vent font ils mordre plus ?

Mystère, après l’orage j’ai constaté des pics d’activités carnassières ou non, ça dépend, donc je n’en tirerait aucune vérité. Il n’y a qu’en rivière qu’un orage fait sortir les truites et ça ce n’est pas une légende mais c’est surtout parce que l’orage trouble l’eau.

panneciere 19071526

On nous dit de pêcher la berge battue par le vent car elle pousse la nourriture contre cette berge et tous les poissons sont évidemment dessus. Cette affirmation là est plutôt vraie, je l’ai constaté à maintes reprises. Peu importe le sens du vent mais lorsque ça souffle le poisson à tendance à suivre le sens du vent.  De même le brochet est plus mordeur lorsque la surface de l’eau est un peu agitée, ça aussi je l’ai remarqué et je ne saurais l’expliquer autrement que par le fait que les vagues nous cachent un peu aux yeux du brochet.

Il va de soi que ces affirmations empiriques ne fonctionnent pas en rivière ou en petit biotope mais fonctionnent en fleuve et en lac.

panneciere 20061505

 

Et la lune ?

Le brochet est tellement bien équipé niveau capteurs sensoriels qu’il est capable de chasser en étant totalement aveugle, j’ai donc bien du mal à croire qu’il se sera goinfré les nuits de pleine lune et donc que la pêche en journée sera moins efficace à cette période.

Idem pour les autres carnassiers qui sont capables de chasser dans le noir total car ils sont pourvu d’autres sens aussi efficaces que la vue pour la chasse de leurs proies.

Quelquefois dans des magazines ont voit des tables solunaires, ces trucs nous indiquent que tel jour ça va mordre, tel jour mieux vaudra rester à la maison.

Et la marmotte, elle met le papier d’ alu ? Vouloir croire ces prédictions c’est admettre sa naïveté, rien de plus.  Ces conneries de prédictions sont comme l’astrologie ou la numérologie, des attrape-couillons.

ouv panneciere 2015183

Vous y croyez ? Peu importe, il y en a bien qui  croient en dieu ou à l’honnêteté des politiques !

Je ne crois que ce que je peux expliquer ou que ce que je vois de mes propres yeux. On aura beau me dire que le calendrier  maya a  prévu une belle journée de pêche demain, ça ne me fera pas y aller. Par contre s’il a plu la nuit, qu’un petit vent d’ouest est annoncé, ça me dira que la température des eaux de surface aura changé et que peut être l’activité des carnassiers démarrera avec ce changement.

Ou pas !

En attendant, le mystère de la pêche ne peut pas s’expliquer par le vent ou la lune,  les étoiles, ou Nostradamus, on ne peut que percer une partie du voile de son mystère qu’en allant à la pêche le plus souvent possible. C’est là que nos observations nous permettront d’en tirer des vérités ou presque !.

Gardez la pêche.

 

About sylvain l'esoxiste

50 ans, habitant la région du Morvan, spécialiste de la pêche des carnassiers, auteur halieutique pour Planète Carnassiers, 1max2peche et Le Chasseur Français. Suivre L'Esoxiste sur Google+ et esoxiste.com sur Facebook
This entry was posted in Non classé, pêche, Techniques classiques. Bookmark the permalink.

14 Responses to Vent et lune, ont ils une influence sur la pêche des carnassiers ?

  1. Joubert-Laurencin says:

    Peu de poissons pour moi lors des pleines lunes mais des gros.Lors des phases de lune noire, beaucoup plus de poissons.J’ai regardé sur mes anciens agendas Tortue ou je marquais mes prises.Je me sers d’un calendrier lunaire depuis 3 ans et je n’attends pas que ce soit bon ou très bon pour pécher mais je reconnais qu’il est fiable en dehors d’un changement notable de conditions (orage, crue…).

  2. Axel says:

    Et n’oublions pas le fameux « année à foin, année à rien! » qui m’a été asséné au comptoir de la boulangerie un matin de novembre …

    Axel

  3. Sam says:

    Pour en avoir le cœur net, rien ne vaut un carnet de pêche bien tenu où figure les relevés de vent, lune, pression… et derrière un calcul statistique qui montre si oui ou non, par espère ou technique de pêche, certains éléments ont une influence.
    Pour cela, le logiciel MAH-Profishing (français et gratuit) répond à la problématique.
    A titre perso, j’observe des résultats truite assez marqués en fonction de la lune. Et pas ce que l’on a l’habitude de dire.

  4. Tavaneuse says:

    L’eau n’est pas compressible donc il n’y a pas d’incidences sur les basses et hautes pressions. Je pense que la température de l’eau est le facteur X.
    Ensuite à nous d’adapter la technique* en fonction.
    *profondeur, vitesse, couleur

  5. Hello Sylvain , pendant plusieurs saisons j’ai noté la phase lunaire ainsi que le sens du vent correspondant à mes sorties pêche sur mes fiches de resultats .Ma conclusion : aucune incidence !!!J’ai pris du poisson à toute les positions de la lune et sous tous les vents .

  6. Lesfilmu says:

    Vaste sujet… impossible à trancher 😉

    Pour ce qui est du vent, je suis un peu d’accord, le poisson le ne ressent pas, mais ses effets. Par contre, il me semble que tu oublies une donnée, qui elle, est très importante : la pression atmosphérique.

    Elle, elle est ressentie par les poissons et a donc forcément un impact sur leur comportement (je me garderai bien de le décrire, j’ignore lequel !!).

    Or, il a une corrélation assez forte entre la pression atmosphérique et la direction du vent. En gros, le vent de secteur Ouest (Sud-Ouest/Nord-Ouest) est un vent qui accompagne presque toujours une phase dépressionnaire, donc de baisse des pressions, souvent accompagnée de pluies. Et les vents de secteurs Nord et Est sont en général des vents liés à des phases anticycloniques, donc souvent un temps sec et des pression stables et élevées.

    Le secteur sud amène de la douceur l’hiver (ce qu’on a depuis 2 mois) et des orages l’été (souvent) mais lui aussi, est souvent associé à des variations de pression, dans les 2 sens selon les cas.

    Perso, je pense que le sens du vent en lui-même n’a pas grande importance, sauf « pousser les blancs » et comme tu le dis, la « bonne » direction dépend du plan d’eau, par contre, les variations de pressions atmosphériques, oui. Et comme les deux sont assez liés, on peut, je pense, en tirer des « tendances ».

    Maintenant, à titre perso, je n’ai aucun avis sur ce qui est bon ou pas, en plus çà va dépendre des saisons… par exemple, l’un des plus d’eau que je fréquente souvent, le meilleur vent, et de très loin, c’est… le vent d’Est 😉 … donc perso, les adages, je les écoute, mais je ne m’y arrête pas… 😉

    Vaste sujet en tout cas 😉

    Lesfilmu.

    • Bonjour,
      Selon un copain scientifique les poissons ne sentiraient pas tant que ça la pression atmosphérique car l’eau fait tampon.

      • Lesfilmu says:

        Je ne suis pas scientifique, mais ce dont je suis à peu près certain (si tant est qu’on puisse être certain de quoi que ce soit à la pêche), c’est que les variations de pression les font bouger, en particulier les baisses de pression, et que les hautes pressions stationnaires ont tendance à les tanker… alors je ne sais pas si c’est lié directement à la pression ou aux autres éléments qui en découlent (vente en force et direction, températures, etc.), mais c’est une « tendance lourde » je trouve.

        Par ailleurs, on a tous, je pense, en souvenir plus ou moins ému, de cessions « de folie » avec du temps orageux, voir sous l’orage. En eau douce, en mer, j’ai des exemples dans les deux cas. Or, sous un orage, la pression augmente, parfois beaucoup et parfois sur une durée très courte… 😉

  7. raux says:

    Bonjour,
    Bel article avec lequel je suis tout à fait d’accord, j’ai souvent essayé de l’expliquer et toujours on a essayé de ma prouver le contraire…
    dicton que mon grand père disait; « peche de bise (vent du nord) leisse tes cannes à la remise. »
    bravo pour le blog

  8. j2m says:

    Dans la Manche aussi les adages ‘vent du nord, poisson mort’ & ‘vent d’est, poisson pas leste’ se répètent au comptoir! Pour moi, le mieux reste d’appliquer la technique du « Oubli que tu as aucune chance et vas-y pêche, sur un malentendu ça peut toujours marcher » :)

    « De même le brochet est plus mordeur lorsque la surface de l’eau est un peu agitée »:
    En effet, peut être que les vagues cache le pêcheur, mais je formerais plutôt l’hypothèse que clapotis et vaguelettes cachent aussi et surtout le poisson. C’est à dire que les vagues forment probablement un « bruit ambiant » dans l’eau dissimulant les déplacements des prédateurs. Les poissons-proies se jettent sur la nourriture remise en suspension. Les petits brochets ont moins de chance de se faire repérer par les grosses femelles et les proies… les gros brochets sont plus discrets malgré leur taille et ils ont donc plus de chance de faire bonbance… d’où une activité des proies-prédateurs plus soutenue.

    • Lesfilmu says:

      J’ai beaucoup pêché au surf casting dans le sud-Ouest l’été.

      Tous les matins on était calé sur la pression et les vents, en espérant qu’un anticyclone se place très au nord et provoquerait le « retour d’Est ». Et à chaque fois, BIM. Marée de ouf.

      Le vent d’Est creuse les rouleaux qui montent très haut et claquent plus près du bord, faisant rentrer le poisson. C’est de très loin LE meilleur vent sur la côte l’été 😉

      Ce que je disais plus haut : les dictons, çà ne vaut que de là où çà vient… en admettant que çà valle quelque chose (mais je pense que localement, selon des éléments très spécifiques, oui, ces dictons donnent une tendance. Pas une assurance, mais une tendance 😉 )