La chronique de Ridique le pêcheur de janvier 2016
avatar

chronique-ridique-300Ah  la période bénie des fêtes de fin d’année, on bouffe sans arrêt du saumon et moi j’aime bien ça ! Ce pauvre poisson, pauvre saumon qu’on trouve insipide toute l’année sauf à Noël.

On en bouffe des tonnes mais personne ne connaît vraiment Robert le Saumon, j’ m’ en vais vous raconter sa vie et ses aventures qu’un truite de mer m’a contée lors dune partouze ichtyophile où je m’étais égaré un soir d’été..Le problème avec les poissons c’est qu’en été ça sent fort et que l’odeur persiste et signe.

Par conséquent, et par Odin, prenez du febreeze sinon tout le monde aura compris votre perversion, qui est d’ailleurs une perversion originale pour les puristes.

saumonJe disais donc, plutôt j’écrivais car je ne vous parle pas, même si le ton est familier, tout comme un thon qui vous ferai des bisous dans une partouze ichtyophile, que le saumon se fait bouffer à Noël et bouffer de préférence en filet, toujours ce rapport avec la pêche.

Robert le Saumon est né en 2012 dans l’ Allier, une belle rivière qui aurait du passer à Saint Etienne, comme ça on aurait pu dire Allier les verts !!  Une rivière qui fut un temps la ligne de démarcation entre les méchants allemands et les potes des alliés, sans le faire exprès ils ont réussis à allier les deux alliers/alliés ce qui en fait trois en tout ! Bien que Troyes soit plus au nord.

Robert n’a pas connu ses parents, ces salauds l’ont abandonné dans les cailloux de la rivière. Son frère s’est appelé Pierre  et comme il était né dans les cailloux ce fut Pierre Cailloux le saumon alors que Robert encore à l’état d’œuf fut emporté et il naquit entre les seins d’une belle nageuse, on l’appela donc Robert Lenichon.  Je ne vous parle pas de philippe Castorquisefaitenculerparunragondinlematin, car il était coutume de nommer les saumons abandonnés par leurs parents par le fait le plus important qui se soit déroulé à leur naissance !

le nord galabruRobert à vite grandi parmi les tacons dont quelques uns qui formaient un réel tas d’ cons  au sein de la population de l’ Allier. Robert aimait bien le rugby, il jouait ailier gauche mais il se blessa à la nageoire annale sur un môle contre l’équipe du Cher.

C’est la nageoire anale en chou fleur que Robert décida de se smoltifier. Rien ne le retenait dans cette rivière alors que l’inconnu (celui qui vous offre des fleurs) l’attendait à chaque méandre aval jusqu’à la mer.  Ils se mit alors en nage, pas en marche parce qu’un saumon n’a pas  de jambes ! Il se laissa porter par le courant, du 220  pour être précis, il rencontra une truite saumon n’est, c’est évident,  et au bout d’un moment arriva au bec d’ Allier.

michel delpech Là vous vous attendez tout à une péripétie, voir une péripétie pas esthéticienne… Mais non, il ne se passa rien de rien et Robert dévala dans la vallée du Nevada ou presque.  Puis un jour ou peut être une nuit, près d’un piquet il s’était endormi. Quand soudain semblant crever le ciel et venant de nulle part surgit un cormoran noir.. C’est beau non ?  C’est de moi, si si si, sans dec, quoi Barbara ? De toute façon elle était consentante la bougresse, ah bon c’est pas ça ?

Robert évita le volatile et arriva à la mer au bout de deux mois de voyages, sans ampoules car il n’avait pas de pieds et n’avait pas non plus l’électricité, sans mal au dos car il n’avait pas de sac à dos et sans sévérino car il aimait la bonne musique.

Là, il se mit à grossir en bouffant des sprats, des éperlans, des dauphins et des bébés phoques tout blancs. Tant est si bien qu’au bout de deux ans il pesait déjà 15 kilos. Pourtant un truc le titillait, et comme il n’avait pas de main pour se titiller le machin, ça le titillait encore plus. N’ écoutant que son courage et un mail de Jackie et Michelle qui l’invitait à un flash teub, il se mit en tête de remonter l’Allier pour y trouver une femelle bien chaudasse.

phoque attaque L’histoire de Robert Lenichon s’arrêta dans l’embouchure de la Loire où des pêcheurs pros le prirent dans leurs filets. On l’ écorcha prestement pour le vendre à la criée alors qu’il était toujours puceau. C’est con la vie d’un saumon.

On l’a bouffé au réveillon, il était bien bon ce con ! Ca lui apprendra à courir la gueuse à la période des fêtes.

Les photos c’est juste un hommage à Robert Lenichon, les phoques, Michel Galabru et Michel Delpech, ça n’illustre pas vraiment ce superbe article mais j’avais envie de les insérer.

Si vous avez cru ce que je viens de dire c’est qu’il faut changer vos pilules rapidement car votre médecin se fout vraiment de vous depuis le temps…

Ptet ben au mois prochain

 

About ridique

JC RIDIQUE, JC comme un gars qui parlait tout le temps de pêcheur il y a 2000 ans et RIDIQUE parce que !! Humour décalé et jeux de mots finauds sont mes préférés. Ne prenez jamais au sérieux ou au premier degré ce que j'écris, c'est pour de rire !!!!
This entry was posted in Fun. Bookmark the permalink.

One Response to La chronique de Ridique le pêcheur de janvier 2016

  1. raph says:

    Je commencais a m inquieter il n y avait pas de phoque au 3/4 du recit.