Une ouverture carnassier réussie au Grand Large (69)

Faire son ouverture chez soi, c’est ce qui nous a motivé durant de longues années, puis l’envie d’aller voir plus loin est arrivée. Cette année 2012 c’est donc en  compagnie de Pierre LEGROS (Morvan Pêche) et de Fabien PAUTET, que nous avions décidés pour une fois de faire l’ouverture ailleurs que dans notre Saône et Loire.

Depuis longtemps, et le visionnage d’une vidéo de la pêche et les poissons, je caressais l’espoir d’aller au Grand Large, un nom qui invite à l’évasion…

Fabien qui gardait un excellent souvenir de ce lac avec un bec d’1m20 pris lors d’une manche AFCPL nous parlait régulièrement de ce lac. JV DUBRESSON, fidèle lecteur, m’en avait dressé un portrait très flatteur  il y a deux ans et m’avait invité à venir découvrir de superbe plan d’eau. 

JV et un superbe sandre du Rhône

 

Donc, n’y tenant plus, nous avons pris la route samedi à 04h00 pour arriver à 06h00 pile à la mise à l’eau ou déjà s’alignait un cortège de véhicules attendant leur tour.  Nous étions les troisièmes à notre arrivée donc notre patience n’ a pas eu à souffrir. JV en local habitué était déjà en train de pêcher et nous attendait.

15 minutes plus tard nous étions à l’eau fin prêts à en découdre avec les becs légendaires du Grand Large.  Coté météo, c’était ciel bas et gris mais pas de pluie et peu de vent, ça n’allait pas durer…..Pierre et fabien sont arrivés une demi-heure plus tard.

 Nous avons attaqués suivant les conseils de JV au niveau des palplanches pour ensuite se laisser dériver vers la mise à l’eau mais pas de touche sur cette première dérive, seulement une vision fabuleuse de cette eau claire profonde de 2.5m et tapissée d’algues qui montaient jusqu’à 1.5m.

 

Les copains Pierre et Fabien étant arrivés nous sommes partis vers le centre du lac en les suivant et avons commencé des dérives. Difficile de tenir un point à l’électrique tellement le vent poussait la barque, nous dérivions pas mal mais ceci nous permettait de battre du terrain. Le sondeur était inutile, il ne voyait que des herbiers à perte de vue:

Patoche fut le premier à s’exclamer « pendu » avec ce petit bec vorace pris au jerk.

Je le suivrai quelques minutes plus tard avec cette autre miniature pris au BKS 110 de Tackle House, presque aussi grand que lui.

Nous ramenons pas mal d’algues à chaque lancer et il faut nettoyer le leurre chaque fois, c’est en le secouant pour le débarrasser d’algues que je verrai mon BKS couler au fond du lac, l’agrafe était ouverte…..ARGH !!!!!!!

 Patoche est passé  au spinner bait pour le reste de la journée pour pouvoir  ramener au dessus des herbiers quand à moi j’essayerai les gros leurres souples mais sans succès.

 Nous voyons au loin Pierre et Fabien batailler et ramener quelques prises. Cathy tente le leurre souple en taille moyenne sans résultat.

 

C’est au Buster Jerk que j’accrocherai un beau poisson qui me donnera du fil à retordre, la touche fut violente tout comme le combat avec pourtant une canne big bait montée en tresse 20 centièmes avec laquelle j’aurai pu treuiller une petite voiture.

Le brochet finit par se rendre dans l’épuisette, ses couleurs sont exceptionnelles, une robe claire et ponctuée de zébrures jusque sur le coté de la gueule. Il mesurait 75 cm  et se sera battu comme un diable.

 

A 08h30 la pluie est arrivée, vent fort, forte pluie. Le casse croute de 09h00 n’a pas été des plus réussi. Nous nous sommes rejoints sur un ponton pour boire un coup et échanger les infos. JV avait pris quelques poissons  mais pas de gros, Fabien et Pierre idem. Mon 75 cm était encore le record de la journée.

 

Vers 09h30 nous sommes reparti pêcher trempés et la pluie nous oubliera vers les 10h30 mais le vent bien installé ne faiblira pas, tout au plus il changera de direction nous facilitant les dérives en nous poussant des palplanches vers le bord.

 Patoche prendra un joli brochet de 65cm au spinner bait River2Sea, encore une robe magnifique. Il en prendra d’autres mais plus petit tout au long de la journée.

 

Toujours au spinner je l’entends s’écrier pendu et vois sa canne Kaede plier, le Stradic Ci4 rend de la tresse et le combat s’annonce, c’est gros et c’est violent. Au bout d’une vingtaine de seconde le bec remonte du fond et nous gratifie d’une superbe chandelle à 20m du bateau et c’est le décroché….

Le spinner est explosé, le brochet faisait plus de 80…

 

Nous nous arrêtons pour un petit apéro où nous sommes rejoint par JV . Les conditions de pêche sont difficiles, beaucoup de barques ont replié. Il nous annonce qu’un équipage vient de faire un joli bec d’1m20, ça laisse rêveur. Après quelques tournées, limitées par la taille de la fiole et quelques tranches de saucisson lyonnais de JV, nous retournons au charbon et c’est presque toujours dans la même zone située en gros au centre du lac que nous touchons quelques poissons mais pas très gros. Peu importe, le combat est spectaculaire, ces becs sont les plus nerveux qu’il m’ait été donné de combattre. Un brochet de 55 cm se bat comme un 75 de chez nous. Les touches sont très violentes et vous arrachent presque la canne des mains. Ca vient du fait que les brochets sont embusqués dans les algues et se jettent à fond sur les leurres. 

Un grand merci à notre sponsor…Depuis 1932

 

J’aurai la touche de mon brocodile dans l’après midi au big bait articulé. Une touche puissante, un rush énorme que j’arrive à contrer alors que le bec me prend 5m de tresse avec un frein très serré. Ma canne big bait ploie comme jamais, je m’éclate. C’est tout en puissance et je ne peux que subir, puis d’un coup, plus rien. Décroché, je n’aurai même pas eu la chance de le monter pour le voir. A l’examen le triple ventral du leurre (leurre de 25 cm de long et triple au moins 2/0) avait une branche bien tordue, il fallait de la force pour tordre cet hameçon. Le poisson était gros c’est tout ce que je peux dire, dans ma tête il fait le mètre mais je ne le saurai jamais.

 

J’en louperai un autre du même acabit que mon 75cm, je le verrai attaquer mon buster mais il se décrochera rapidement.

Cathy moins chanceuse décrochera un bec de 60 cm juste avant l’épuisette. C’est fou le sang qu’ont ces poissons, même épuisés par le combat, ils trouvent encore la force de se débattre un bon coup avant l’épuisage et c’est là qu’ils se libèrent.

 

Fabien nous démontrera qu’il est toujours le meilleur en prenant ce joli 98cm tout fin comme une anguille. Lui aussi a décroché un gros pépère quand à Pierre il a pris plusieurs becs mais rien de plus gros que 65 cm.

 

Nous replions à 16 h00, sous un vent très fort et pressé par la multitude de voiliers qui se sont emparés du lac. 8 brochets au compteur pour l’équipage et 4 décrochés dont deux jolis.

 

Je n’ai qu’une seule envie, y retourner pas beau temps et sans trop de vent. JV m’a dit que l’ont voit alors les brochets sortir des herbiers et se jeter sur les leurres, un spectacle étonnant.

Merci à lui de m’avoir fait découvrir ce coin. Vous trouverez  un descriptif de ce lac avec localisation de la mise à l’eau et renseignements divers dans la rubrique coins de pêche.

 Gardez la pêche.

 

 

About sylvain l'esoxiste

53 ans, habitant la région du Morvan, spécialiste de la pêche des carnassiers, auteur halieutique pour 1max2peche et Le Chasseur Français. Suivre esoxiste.com sur Facebook
This entry was posted in reportage de pêche and tagged , , , , . Bookmark the permalink.

Comments are closed.