Truite, appâts naturels ou leurres ?
avatar

truite ternin 060414 (6)Pour nombre de pêcheurs, cette  question pour la truite ne se pose pas tellement ils sont devenus des spécialistes qui ne pratiquent plus qu’une technique mais pour la majorité ce choix n’est affaire que de coup de cœur et non d’une décision logique face à la rivière rencontrée.

Voyons ensemble quelques exemples parlants qui pourront aiguiller votre choix à la veille d’une ouverture ou d’ une sortie lointaine où il vaut mieux ne rien louper.

Personnellement et après quelques déconvenues qui ont marqué ma longue carrière de pêcheur, je ne pars pas faire mon ouverture sans ma canne à vairon manié et quelques vifs, ma canne à leurre et ses  leurres  et une canne au toc et quelques teignes ou vers. J’ai heureusement arrêté d’emmener aussi mon nécessaire à mouche au cas où !!

Si cet encombrant matériel reste pour la plupart du temps dans le coffre, il s’ avère qu’il sert plus souvent que prévu.  Une soudaine averse en fin de nuit et la rivière est montée et coule fort, rendant ma sortie prévue aux poissons nageurs caduque. Heureusement que j’ai mon ensemble toc et quelques beaux vers qui me permettront de sauver cette sortie et de ne pas rebrousser chemin à peine arrivé.

truite patoche du 160314 (3)

 

On peut pêcher à toutes les techniques et en privilégier une comme je le fais avec le vairon mort manié  mais n’en choisir qu’une est suicidaire.

Personne, à part un copain habitant à côté de la rivière, ne pourra vous dire quelles seront les conditions que vous allez rencontrer en cours de pêche.  Chez moi dans le Morvan,  les rivières peuvent être très basses et claires, donc favorables à la cuiller, ou hautes et sales donc favorables au toc.

ouverture truite 201419

 

Bien entendu on pourra pêcher au toc comme je l’ ai longtemps fait par eaux basses et claires  mais le peu de courant et la nécessaire discrétion poussée à son paroxysme deviendront un challenge difficile à supporter pour le pêcheur moyen.

L’idéal est d’ adapter sa pêche aux conditions rencontrées mais là encore ce n’est pas une vérité absolue.  Bien que vous ayez trois ou quatre cannes dans le coffre, il se trouvera toujours un moment où vous ne voudrez pratiquer que votre technique préférée, pas parce qu’elle serait dictée par les conditions rencontrées mais parce que vous aimez plus que de raison cette technique.

truites ternin 120317 (1)

 

Combien de fois me suis-je mordu les doigts d’être parti au vairon  alors que ça coulait trop fort mais j’avais envie de cette pêche tactile et efficace, qui pourtant ce jour-là ne m’a amené que des problèmes. Il faudrait être sage comme un vieux sioux pour résister à sa pulsion de lancer un poisson nageur là où un ver serait plus opportun !

Dans certaines circonstances l’ appât naturel sera plus efficace : eaux mâchées, eaux fortes, surprise l’ été, eaux très froides.  Dans d’autres ce seront les cuillers ou poissons nageurs : Eaux basses, courants normaux, pools, radiers.. Et le plus souvent le vairon manié passera à peu près partout  sauf sur des pêches précises à ras les cailloux et encore, j’ai eu des touches en laissant rouler un vairon sous une roche comme je l’ aurais fait avec un vers.

ouche 201744

 

Il n’y a pas de réelle réponse au titre de cet article, chacun fera au mieux avec ce qu’il a mais ceux qui essayent plusieurs techniques pourront trouver celle du jour, et pas les autres.

Gardez la pêche.

 

About sylvain l'esoxiste

51 ans, habitant la région du Morvan, spécialiste de la pêche des carnassiers, auteur halieutique pour Planète Carnassiers, 1max2peche et Le Chasseur Français. Suivre L'Esoxiste sur Google+ et esoxiste.com sur Facebook
This entry was posted in Techniques et astuces and tagged . Bookmark the permalink.

6 Responses to Truite, appâts naturels ou leurres ?

  1. Pascal says:

    Bonjour Sylvain
    J’ai une petite question concernant la première catégorie. A-t-on le choix entre appâts naturels (teignes, vers …) et leurres (souples, PN, cuillers, vairon manié…) pendant la période du 10 mars au 1er mai?

    • Bonjour Pascal, oui, on peut pêcher à ce que l’ on veut, tout du moins dans mon département car c’ est l’ arrêté préfectoral qui dicte tout ça.

      • Pascal says:

        Ok, merci pour ces précisions. Je pensais que l’on n’avait droit qu’aux appâts naturels jusqu’au 1er mai. Nous sommes dans le même département, j’ai ma carte à l’AAPPMA du Goujon Cuiserotain.

  2. Le regulateur says:

    Bonjour, je crois que tu a tout dit, sur les techniques pour la truite! Pour ma part ma préférence va au toc à n’importe quel niveau des eaux, mais j’ai toujours ma canne et ma boîte à leurre, dans la voiture et souvent cela m’à sauvé d’une brecouille! Le sens contraire aussi, pêchant au leurre la canne au toc étant la, brecouille évitée aussi! Et malheureusement, d’autres fois en essayant plusieurs techniques, brecouilles retentissantes! Par contre au vairon , plus ou moins, les truites sont souvent preneuses, seul le niveau de l’eau peut conpromettre la pêche;! Mais bravo pour tes conseils, à moins d’être un super pro dans une technique, je suis d’accord avec toi, toujours amener plusieurs cannes ,même si c’est encombrant, on peut ainsi tirer son épingle du jeu! A bientôt! ☺ ☺ ☺

    • Axel says:

      Pas mieux … Il faut pouvoir être en mesure d’aborder dans les meilleures conditions la pêche du jour.
      Axel

      • Le regulateur says:

        Bonjour axel, il est vrai qu’ il faut aborder au mieux les conditions de pêche du jour, tu a entièrement raison, mais  » aborder les meilleures conditions de pêche du jour », je ne sais que le faire au toc, par habitude et expérience! Pour toutes les autres techniques j’avoue avoir des lacunes! A plus!☺.