Retour sur la grosse truite pêchée dans la Loue au chabot
avatar

laloiJe pense que personne n’a manqué ce gros poisson pris dans la Loue dernièrement à Vuillafans, ceux qui fréquentent les réseaux sociaux ou qui lisent les commentaires n’ont pas manqué de constater l’intransigeance de certains pêcheurs, j’utilise le terme intransigeance pour rester poli.

Certains se sont encore livrés à un véritable lynchage sur le web de ces pêcheurs qui n’ont eu comme seul tort que de faire part de leur prise dans le journal local.

Sur la partie commentaire de l’Est républicain, celle de ce site, sur Facebook, les pêcheurs ont été accusés entre autre d’être des assassins, des cons, des viandards et des braconniers. Je passe le reste….

Si pour moi, comme une très grande majorité de pêcheurs, une personne titulaire d’une carte peut garder son poisson sans avoir à subir les affres de quiconque et à se justifier sans cesse, pourtant un argument m’a mis le doute. La grosse truite aurait été prise au chabot et l’usage de celui ci comme appât serait interdit, ce qui aurait entrainé ipso facto le classement de ces pêcheurs en braconniers.

la loiOr, malgré toute mes recherches, malgré celles d’un chargé de mission d’une fédé connu pour son sérieux, le chabot n’est pas une espèce protégée dont l’usage comme vif est interdit. Tout au plus trouve t’on sur internet un article manquant de sérieux et précisant que ce poisson est protégé à l’état européen, l’auteur de cet article a été banni de ce site en 2012 pour s’être livré à des faux commentaires sous plusieurs identité…..Comme quoi, ne pas faire confiance à Internet sans vérifier.

Nous avons donc vérifié le code de l’environnement, seul à pouvoir préciser si une espèce peut être classée protégée sur le territoire national..Et là rien.

Nous avons donc vérifié l’arrêté préfectoral du Doubs qui pourrait dans le cadre d’une mesure de protection interdire sa pêche ou son usage en appât…Et là rien aussi malgré un arrêté préfectoral très complet, voir indigeste..

Nous avons appelé la fédération du Doubs, mais malgré un contact très sympa avec la secrétaire, le président doit être un homme très occupé pour ne pas daigner répondre à un mail de demande d’information.

Pour info, la liste des poissons qui sont interdits d’ être utilisés comme vifs peut se lire dans mon article; Les vifs autorisées et les vifs interdits.

chabot

 

En conclusion, ce n’est pas parce que le chabot est cité dans la liste rouges des espèces de poissons en France, au même  titre que la carpe qu’il est forcément protégé. De même s’il est cité dans la convention de machin bidule en Europe, c’est le droit Français qui s’applique sur le territoire.

Alors à tout ceux qui ont laissé un commentaire désagréable sur ces pêcheurs parce qu’ils avaient utilisé un chabot, j’attends vos excuses, assumez vos propos !!!!

 

About sylvain l'esoxiste

49 ans, habitant la région du Morvan, spécialiste de la pêche des carnassiers, auteur halieutique. Suivre L'Esoxiste sur Google+
This entry was posted in Editorial - Coup de gueule. Bookmark the permalink.

46 Responses to Retour sur la grosse truite pêchée dans la Loue au chabot

  1. Grég says:

    Par rapport à ce gros débat que je trouve bien stérile, si seulement chacun pouvait exprimer sa vision des choses, sa conception, ou encore comment il en est arrivé là et, ce faisant, en ne prenant pas un autre pour référence, en ne se plaçant pas en opposition par rapport à quelqu’un qui ne voit pas les choses comme lui.

    Exemples:
    Je pêche pour le plaisir et ne considère l’animal que comme un partenaire de jeu.
    Je pense qu’il est nécessaire de relâcher des prises pour s’assurer de pouvoir toujours en toucher dans le futur.
    Pour moi, tuer un animal c’est dégueulasse.
    Je trouve que tuer un animal que l’on a intentionnellement blessé c’est dégueulasse.
    Je suis épicurien et j’éprouve du plaisir à manger des animaux que j’ai cherché à capturer.

  2. Biglione valentin says:

    Je reprend, Vous auriez trouvez autres chose a dire; pêche a l’étiage, harponnage, ou je ne sait quoi encore!! de plus une vielle truite comme ça mérite d’être gardez et montrer c’est un trophée magnifique, moi je dit bravo a ces deux pêcheurs d’avoir sortie une pièce de 14kg, peu importe comment ils si sont pris faut pas oublier qu’il y a un combat puissant sur un tel poisson!

    • michel says:

      Bonsoir,
      J’ai lu tous les commentaires … une bien belle analyse de lesfilmu et je retiendrai simplement cette phrase que je partage de Mr Vigroux : Il y a d’autres moyens plus respectueux du sport que de claquer un poisson en période de sécheresse avec des méthodes « douteuses »… Cela résume en quelques mots l’agitation inquiétante et justifiée que la prise de ce magnifique spécimen à provoqué… dans cette affaire j’ai l’impression que nous avons plutôt reculés alors que le monde de la pêche aurait bien besoin d’une autre image…

  3. Michel 71 says:

    Bonjour
    L e seul reproche que l’ on pourrait faire à ces pêcheurs serait la photo parue dans le journal or il apparaît que celle-ci n’a pas été soumise aux intéressés avant publication.
    Pour plus de renseignementsil faut aller voir le blog de Nicolas 39 qui met les choses au clair.
    Salut amical et halieutique

    • Lesfilmu says:

       » il apparaît que celle-ci n’a pas été soumise aux intéressés avant publication »

      Bin oui, çà s’appelle la « liberté de la presse ».

      Je ne porte pas tous les journalistes dans mon coeur, en particulier dans le cas présent, mais ce n’est pas une raison pour leur renier leur droit le plus « naturel » : rendre compte de ce qu’il veulent, comme ils veulent (y compris quand c’est mal fait, tout le monde ne peut pas être bon tout le temps…). Les endroits du monde où çà se passe autrement, c’est pas des coins super sympas… 😉

      • Pour abonder dans ton sens, s’il fallait la permission pour publier les photos, il n’y en aurait pas beaucoup… Un jour un pêcheur m’a menacé de procès parce que je l’avais pris en action de pêche sans son consentement, mais il ignorait que sur le domaine public on peut prendre n’importe qui en photo pour de l’info sans par contre en faire un usage publicitaire.

    • tranxen says:

      D’accord, mais il a fallu qu’ils acceptent de poser.
      Le blog en question est dithyrambique. La photo des deux pêcheurs est tout de même plus respectueuse du poisson.

  4. Lesfilmu says:

    Je lis, ici et ailleurs, les commentaires liés à cette affaire.
    Je ne partage pas l’ensemble de ce billet de Sylvain, mais pour autant que je sache, on est en démocratie…
    Par ailleurs, pour ceux qui viennent sur le terrain légal, il faut un peu de rigueur intellectuelle : quand on avance sur le Droit, on prend les textes EN VIGUEUR… donc le code de l’environnement. C’est bien de reprocher un billet « approximatif » de Sylvain, mais quite à le faire, autant avancer des arguments qui ne le sont pas… Or, le Code de l’Environnement est le seul en vigueur… donc côté approximation… J’dis çà, j’dis rien, hein ? lol
    Comme certains ici, j’ai d’abord pensé que la pêche au chabot mort était interdite (espèce en danger) en particulier en première catégorie (j’étais resté sur le fait qu’en première cat seul le vairon manié était autorisé).
    J’avais faux, j’ai fait un mea culpa (sur un autre site) et je garde la leçon en tête.
    Il reste que comme plein d’autres ici, je suis choqué par la philosophie derrière cette capture : le poisson a été repéré plusieurs jours avant, pêché plusieurs fois, j’imagine avec des techniques différentes, pour finalement être capturé de cette façon.
    Je ne partage pas ni ce type de traque (les conditions notamment -fort étiage), ni le fait de le tuer, ni les raisons qui y ont amené (pas se nourrir, mais se faire mousser -car naturaliser un poisson à l’ère du numérique c’est comme qui dirait… anachronique), mais en l’espèce, rien n’étant illégal, il est « non fondé » de venir sur le terrain du Droit 😉
    Ensuite, l’éthique, chacun à la sienne… et désolé, mais même si moi-même je relâche mes prises je ne vois pas en quoi çà serait plus « vertueux » qu’une autre éthique… tant que cette autre éthique reste dans la légalité…
    Reste alors ce dernier point : la légalité. Si on veut aller sur le terrain de la réglementation, on peut effectivement utiliser certains éléments de cette affaire pour faire avancer les textes :
    – faut-il autoriser la pêche dans certains endroits en période de fort étiage qui sédentarise les poissons, en particulier les gros ?
    – on casse les pieds à plein de leurristes dans les 1er cat (tailles de fil et j’en passe) alors qu’en même temps on laisse pêcher au poisson mort ? Cohérent ?
    – le débat sur la pêche au vif/poisson mort doit-il être ouvert ? (pour les raison exposées dans mon commentaire plus bas, ou d’autres d’ailleurs)
    – etc.
    Comme beaucoup, je suis « choqué » (disons « interpelé ») par ce qui est sous-jacent à cette capture et « l’état d’esprit » qu’elle laisse entrevoir, mais ce n’est pas sur le terrain de la légalité qu’il faut aller (cette piste est vaine avec les textes en vigueur), mais au contraire se servir de çà pour faire de l’Education et susciter l’interrogation auprès des gens : est-ce « bien » dans notre monde actuel ?
    Et susciter l’interrogation auprès des autres est toujours plus constructif (et efficace) que de juger et d’imposer… On accepte bien mieux une idée quand on est arrivé soi-même au résultat en se servant de son propre cerveau qu’en assenant aux autres notre vérité à nous…

  5. Xander says:

    On est d accord sylvain .

  6. Hervé says:

    Et ben y a de l ambiance ici ! Perso j aime bien une friture de perche de temps en temps et dès que ma santé ira mieux je me ferais plaisir en allant pecher une friture de gardon en riviere !
    Ohhhhhh les gros viandarts que nous sommes !!!!! :)

  7. le régulateur says:

    pourquoi critiquer les pècheurs gardant leurs prises, ca fait partie du jeu, moi qui suit chasseur et pècheur, j’ai souvent relaché des poissons, mais a la chasse les gibiers que j’ai réussi a tuer malgré ma maladresse il était beaucoup plus difficile de les relacher, a bon entendeur salut!

  8. loic says:

    Ne pleurez pas cette truite trophée, essayez plutôt d’imaginer le mal qu’un tel poisson pouvait faire subir à ses congénères.
    Aucun intérêt pour l’équilibre d’une rivière déjà fragile que de protéger cette truite cannibale est très certainement mauvaise reproductrice.
    Réfléchissez .

  9. http://legifrance.gouv.fr/affichTexteArticle.do;jsessionid=3484345AA150DAE2C716276299C03A0E.tpdila11v_1?idArticle=LEGIARTI000006856980&cidTexte=LEGITEXT000006064818&dateTexte=19891103
    oui, mais bon, la loi …! je suis un mauvais con au même titre que le coup du fameux leurre de chez Rapala ou je me suis fait insulté jusqu’à ce que je mette dans le nez de tout le monde la notice du fabricant qui dit clairement qu’il y a trois hameçons et que de ce fait: VERBOTEN en eau douce ! Après silence radio! fréquence RAS! trop facile y compris pour des gens qui ont « pignon sur rue, et, pour certains des guides gravitant dans les hautes sphères.. de reconnaître qu’ils en sont au point de prendre du poissons à tout prix même illégalement! Un décret reste valable jusqu’à preuve du contraire… alors Monsieur le spécialiste qui a pris ses renseignement en FD…! Je veux voir si un agent « verbalisateur « rend compte à Monsieur le Procureur de la République( dans ce cas de figure par procès verbale) si les « mauvaises langues ‘ ont tord ? près la jurisprudence nous dira! En l’état des choses…..!
    Nous vivons dans un monde ou pêcher le silure de nuit au vif n’est pas une faute et ou la loi n’y peut rien! N’est-ce pas Monsieur le spécialiste du carnassier ? Il y a des codes , des règles…tous les poissons pris en dehors de celles-ci ne valent rien!

    Pour le « excuse me » please!
    désolé ! la pêche au chabot comme au vairon mort non ramené, animé à la verticale au tour des souches (interdit en Haute Loire et Puy de dôme pour cette dernière) sont des méthodes de braconniers issues d’un temps ou les gens pêchaient pour ce nourrir….! Pour quelqu’un qui représente la pêche SPORTIVE par voie de presse ayant pignon sur rue , je n’en pense pas moins !
    Il y a d’autres moyens plus respectueux du sport que de claquer un poisson en période de sécheresse avec des méthodes « douteuses ».
    Pour le reste ! Autant je RESPECTE un pêcheur qui garde un beau poisson pris sportivement et qui veut se faire plaisir en famille autant sur ce coup …. un grand BOF..BOF pourquoi pas le C4! ça va bien aussi! et pis c’est sport quand ça pète ! Une idée d’article la pêche au C4!

    • A force de me répéter, ça en devient usant. ces articles du code rural sont abrogés par publication du code de l’environnement. hors ce cas légal, votre philosophie de la pêche est la votre, la mienne est la mienne et la norme est celle règlementaire, pas douteuse mais règlementaire. Si ça ne vous convient pas, contactez votre député et proposez lui un amendement ou une loi.
      Pour le reste, le C4, votre commentaire est outrancier et là ce n’est pas Facebook, donc un prochain commentaire aussi « extrême » sera modéré.

  10. Biglione valentin says:

    Les pêcheurs de grosse truites rendent fou! la jalousie provoque des crise de foie! Cela fait des année que les pêcheurs de Dranse ce font martelé par des propos de ce type, on a accusée ces pêcheurs de tout est n’importe quoi;pêche a l’eau basse, pêche au lasso, vente de poissons, on les aà même accusée de marcher dans l’eau!!! le monde de la pêche en France prend une direction bien désagréable.Je me bats aujourd’hui pour que l’on puisse garder sont poissons si on le souhaite, ce qui a toujours existé et ce sont les lois actuel! Le respect du poisson a des limites faut arrêté de ce prendre pour la WWF que les pêcheurs reste a leur place! Les fonctionnaire n’ont qu’à faire leur travail! Biglione Valentin Président de l’amical des pêcheurs de Dranses.

  11. lecocq Loïc says:

    Bonjour Sylvain,

    Je ne vais pas m’excuser auprès de personnes qui pêchent en période d’étiage en plombée avec une éspèce dans la liste rouge des éspèces protégés en france, tout ça dans une rivière de 1er meurtri par les différentes pollutions ces dérniéres années….et qui en plus casse la nuque des poissons trophés de leurs rivières pour aller au café du village et sur le journal se faire mousser.

    C’est peut-être legale mais c’est dégeulasse de pratiquer ainsi, pour moi c’est pas de la pêche….au mois de mai j’éspère que si il y a un article dans le journal sur un carton de gros sandre charbonnier ( carnassier ouvert et aucun quota dans plusieurs départements ) tu ne feras pas 2 articles pour défendre ces pêcheurs qui aurront pratiqué légalement…..

    Je passais souvent sur ce blog, mais avec les positions prisent dans les 2 derniers articles ( defensent de pêcheurs utilisant des procédés legaux mais totalement immorale) pas sur que votre blog m’interresse encore…..

    • C’est dommage Loïc mais je ne suis pas là pour être un pape ou un ayatollah de la pêche, je laisse la morale ou plutôt les morales à ceux qui aiment s’en draper.
      pour info c’est le chabot du Lez, et non le chabot commun qui est sur la liste rouge…..
      Une petite excuse ? :)

      • lecocq Loïc says:

        « En conclusion, ce n’est pas parce que le chabot est cité dans la liste rouges des espèces de poissons en France, au même titre que la carpe qu’il est forcément protégé »

        c’était pas précisé dans ton article que seul le chabot du Lez était sur la liste rouge…..

      • Rom1_25 says:

        Bonsoir Sylvain,

        Je rejoins assez l’avis de Loïc et j’aimerai apporter quelques précisions.

        Je crois que Loïc soulève un point intéressant, à trop respecter la loi, ne s’enferme-t-on pas ? L’histoire de la peche du sandre quand c’est « ouvert » mais qu’il fraie est un argument intéressant que soulève Loïc non ??
        Ce qui me chagrine, c’est de dire que finalement on peut pêcher au chabot mais malheureusement les populations de ce petit poisson ne se portent pas aussi bien partout ailleurs…

        Je pense que beaucoup sur le net s’enflamment un peu vite. On ne peut pas juger quelqu’un sur le simple fait qu’il se soit emporté. Au regard de la première photo… Je comprends. La technique ? No comment… La période ? Le lieu de capture ?? On va s’arrêter là.

        J’ai l’impression qu’il faille à tout prix mettre les pêcheurs dans un camp : ultra No kill ou bien viandard. Je pense qu’au contraire, beaucoup ne pensent pas forcément soit comme l’un ou comme l’autre. Je n’ai pas tué un poisson depuis un moment mais s’il faut en garder un pour une raison x ou y, c’est sans remord ni à me justifier. Je le ferai bien-sûr en réfléchissant au lieu de la capture et à l’espèce.

        Réduire finalement la pêche en France à deux camps, l’un tout petit qui fait du bruit et la majorité silencieuse, me gêne un peu. J’espère qu’il n’en est pas ainsi. Il y a quelques nuances entre le noir et le blanc (et pas de mauvais jeux de mots… ;-).

        Je trouve que ton site se veut vivant et c’est donc bien normal qu’il y ait des prises de becs.

        • Je suis heureux de voir quelqu’un qui pense comme cela, le débat est interessant et positif, il amène à réfléchir, c’est pourquoi j’avais lancé les grandes gueules de la pêche. Mais lorsque que quelqu’un devient agressif ou outrageant c’est normal de lui dire de quitter les lieux.

    • Tavaneuse says:

      @lecocq Loïc: Quand une émission ne vous plaît pas à la télé, vous changez de chaîne je suppose. Sur le web c’est la même procédure…
      J’offrirais avec plaisir une boîte de mouchoirs à Sylvain de ne plus vous voir sur son blog. Juste une question, vous les tuez comment vos poissons que vous prélevez?

    • rémi says:

      Merci loic ! Je suis bien d’accord avec toi !
      De même je ne suis pas près de m’excuser de mes commentaires sur le 1er post relatif à cette prise. Les viandars vont nous dire que nous sommes justes des rageux et des jaloux mais cela n’à rien à voir, de toute façon ils ne peuvent pas comprendre notre philosophie de la pêche.
      Je rajouterais même que votre blog figure dans mes favoris depuis plusieurs années mais certains de vos articles plus qu’approximatifs, et vous voir tout heureux de conserver 10 perchettes pour l’apéro à chacun de vos articles commence à me lasser fortement, c’est bien dommage.

      • Pour être précis, je n’ai conservé que deux fois des perches pour l’apéro depuis l’ouverture, c’est donc que vous ne me suivez pas autant que vous le dites. Plus sérieusement, vous semblez être un donneur de leçon intransigeant et vous aussi vous me lassez, donc allez voir ailleurs, ce sera bénéfique pour nous deux.
        Mes articles sont approximatifs, désolé, je ne suis pas un professionnel mais je prends au moins 5 minutes à vérifier les infos pas comme vous.
        Allez salut !!

    • JACQUES says:

      et écrire sans fautes non plus….. légal pourtant mais pas correct….. lol

  12. Tranxen says:

    Il serait plus simple d’interdire toute pêche au vif.

    • Pourquoi pas aussi les hameçons pendant qu’on y est ?

      • Tranxen says:

        Il me serait utile de comprendre le lien entre votre réflexion et la mienne (vif en rapport avec les hameçons). Nous savons qu’il existe des pays où la pêche au vif est interdite. En quoi demander la même application en France mérite-t-elle votre ire et votre réaction étonnante ?

        • C’est vrai, mon commentaire se voulait ironique mais pas négatif et je conçois que le débat sur l’interdiction du vif soit possible. Désolé j’aurais du mettre un smiley mais je ne maitrise pas bien ces accessoires 😉

          • tranxen says:

            En fait, je pose la question car cela m’étonne fortement que la pêche au vif soit autorisée en 1e catégorie (en Lozère, où je vais parfois, la pêche au vairon manié et même au leurre souple est interdite en début de saison). En 2e catégorie, je vois tous les week-ends des papys jetant quatre lignes de vifs et bloquant des baies…

          • Bonjour Etienne, j’ai vérifié, elle l’est. Ce n’est pas parce qu’un département est plus sévère que cela s’applique à tous. Dans mon département on peut pêcheur au vif en première catégorie.

      • Lesfilmu says:

        Bonjour,

        J’ai déjà lu ce genre d’argument… d’ailleurs, pourquoi ne pas interdire la pêche, tant qu’on y est ?

        Note que pas mal de pays (Irlande, Je crois Hollande, Suisses, peut-être d’autres) ont déjà interdit le vif.

        Les raisons recevables (qui au moins alimentent le débat) :
        – sanitaire : dans la majorité des cas, les vifs sont pêchés ailleurs que là où ils servent d’appât, ce qui est vecteurs de maladies en contaminant un plan d’eau avec des pathogènes qui n’y sont pas forcément présents (argument valable aussi pour le poisson mort d’ailleurs). En Irland,e par exemple, où le mort est autorisé, il est obligatoire de le pêcher sur place.
        – ethique : tuer un poisson (je ne connais pas de vif qui retourne à l’eau… envie), pour en attraper un autre qu’on ne va pas forcément consommer, çà me pose, perso, un petit problème… et quand bien même on le consommerait ;). S’il n’y avait pas le choix, çà se discuterait, mais ce ne sont las les techniques alternatives qui manquent…
        – technique : intrinsèquement, le vif est cause d’engamage profond (appat trop petit, et donc avalé, triple ancré bien souvent bien trop loin, donc relâche du poisson impossible ou en tout cas très compromise)

        Sur ce dernier point, je sais ce que tu vas dire, et je n’y oppose pas, je suis loin d’être un intégriste du No-Kill. Je dis juste que le sujet mériterait d’être débattu… pas forcément (dans un premier temps) pour le faire globalement, mais localement, comme les « parcours machin ou parcours truc ». Pour faire avancer les mentalités, car à partir du moment ou les solutions alternatives existent, il n’est pas question d’empêcher untel ou untel d’aller à la pêche et pratiquer sa passion… juste d’améliorer certaines choses qui peuvent l’être…

        • Bonjour
          Pour l’argument sanitaire je suis d’accord avec toi, les autres sont plus sujets à discussion. je reviendrai justement là dessus avec un article en cours d’écriture sur vif vs leurre à paraître en fin de semaine.

          • Lesfilmu says:

            Les « grands esprits se rencontrent  » (n’y voir aucune forfanterie de ma part, la phrase n’est pas de moi lool ) 😉

  13. Patrick says:

    Article 44

    Créé par Décret n°85-1385 du 23 décembre 1985 – art. 28 (Ab) JORF 28 décembre 1985 en vigueur le 1er janvier 1986) A(Décret 89-805 1989-10-27 art. 2 JORF 4 novembre 1989

    Il est interdit d’appâter les hameçons, nasses, filets, verveux et tous autre engins avec les poissons des espèces dont la taille minimum a été fixée par les articles 18 et 19 du présent décret, des espèces protégées par les dispositions des articles 3 à 5 de la loi du 10 juillet 1976 susvisée relative à la protection de la nature et des espèces mentionnées aux 1° et 2° de l’article 413 du code rural.

    L’utilisation du chabot comme appât est interdite dans les eaux de la 1re catégorie.

  14. lacouane says:

    http://legifrance.gouv.fr/affichTexteArticle.do;jsessionid=3484345AA150DAE2C716276299C03A0E.tpdila11v_1?idArticle=LEGIARTI000006856980&cidTexte=LEGITEXT000006064818&dateTexte=19891103

    pour les ignares et autres leches bottes …….. pondre des articles sans fondements en denigrants les propos et avis des pecheurs …..

    • Bonjour, votre lien ne fonctionne pas, j’ai essayé, désolé donc nous ne savons pas ce que vous vouliez nous dire.

      • Remy says:

        Bonsoir,

        L’article cité dessus provient du Décret n°85-1385 du 23 décembre 1985 pris pour l’application de l’article 437 du code rural et réglementant la pêche en eau douce.

        C’est l’article 44 de la Section V : Procédés et modes de pêche prohibés
        ci-joint le lien du décret complet se rendre en section V pour lire l’article 44

        Mais le code rural ne fait plus office de texte de loi pour la pêche et l’environnement.

        De plus à la lecture du fameux décret n° 85 1385 et de le l’article 44, il apparait que celui-ci est abrogé depuis 1989.

        Voilà pourquoi la question est difficile est ambiguë.

  15. Voilà qui est bien dit ! Je pense exactement comme vous, mais je n’aurais pas eu le talent de le formuler si bien … J’ai un jour essayé de défendre un pêcheur qui publiais la photo de ses prises sur  » pêche à la mouche » et qui s’était proprement fait insulté par des pêcheurs qui relâchent leurs poissons … je ne vous dis pas de quoi ces gens si soucieux des poissons m’ont traité !
    Je comprends mieux les lapidations dans certains pays .
    Bravo pour votre courageux article qui remet la vérité en place !
    Robert

    • Merci Robert, il est vrai que je vais à l’encontre de la bien pensance mais je pense que la majorité des pêcheurs pense comme moi, mais ce ne sont que les minorités qui font du bruit…

  16. Damien says:

    Bonjour,

    Merci pour ce point d’explication. Il est vrai que cette affaire a fait beaucoup de bruit (pour rien ?).
    Par contre, certains s’appuient sur le Code Rural qui stipule bien l’interdiction du Chabot comme leurre… (Décret n°85-1385 du 23 décembre 1985 – art. 28 (Ab) JORF 28 décembre 1985 en vigueur le 1er janvier 1986) A(Décret 89-805 1989-10-27 art. 2 JORF 4 novembre 1989).
    Bien cordialement,

  17. desgranges says:

    Pour compléter ,un collègue a eu plus de chance en obtenant une réponse de la Fd du doubs ci dessous:
    ’espèce chabot n’est pas une espèce potégé mais patrimoniale.
    Aucune taille légale de capture n’est appliquer sur cette espèce, cependant il peut être pêché seulement à la canne.
    Il faut parfois ce genre d’évenement pour eclaircir certains points de la réglementation ,pas dejà simple comme tu as pu le lire sylvain ,pour le doubs et surtout sur un point trés sensible comme la loue .