Plus qu’un voyage de pêche: une Aventure !

La pêche en Espagne est particulièrement bien mise en valeur ces derniers temps par les centres de pêche de l’Extremadura. Pourtant l’Espagne est un pays aussi grand que la France et il doit bien y avoir d’autres coins de paradis sur ce magnifique pays. Je suis donc allé mener mon enquête sur place !

Jour 1

De grosses vagues viennent s’écraser  contre la cale de mise à l’eau et je la sens décidément vraiment de moins en bien cette session prespawn en terre ibérique. Après avoir remplis trois fois d’eau ces bottes, Roberto mon guide, parvient à mettre notre frêle esquif dans l’eau et à monter dessus.  Les rafales de vent continues de refroidir l’atmosphère mais surtout mon moral…Apres un petit tour pour vérifier que le moteur électrique sera suffisamment puissant pour remonter au vent nous partons enfin !!!

Je ne suis absolument pas habitué à ces grands lacs de barrage, et j’ai plus l’impression d’être sur la mer méditerranée que sur un lac espagnol. Nous embarquons des paquets d’eau douce, et peinons vraiment à traverser le lac. Alors que nous y sommes presque, le vent redouble ses efforts et nous empêche d’avancer. Je ne sais pas comment vous décrire le sentiment que je ressens alors, mais je n’y crois plus du tout à ces gros bass espagnol que l’on voit dans les magazines

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Eole nous fait un clin d’œil et nous avons juste temps de toucher la rive opposée protégée du vent ! Nous accostons et déjà je sens la chaleur du soleil réchauffé ma carcasse humide et démoralisée ! C’est un autre monde ici, alors que du coté battu par les vents, il fait froid et l’eau est chargée, ici sur la rive protégée des vents il fait chaud et l’eau est translucide. C’est magnifique de voir évoluer son leurre dans plus de 6 ou 7 mètres d’eau.

Sac à dos sur les épaules, deux cannes à la main nous allons pêcher du bord les arbres et arbustes immergés. La pêche est simple, il faut pitcher son jig au plus profond des arbres attendre deux ou trois secondes et commencer à ramener doucement si il n’y à pas de touche.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Les premiers poissons ne se font pas attendre.  Même si d’excitation je ferre avant que les blacks n’aient le temps d’engamer mon leurre, j’arrive rapidement à en sortir trois ou quatre. Ce sont des poissons très curieux. Dés que vous lancez votre jig dans leurs arbres ils se précipitent pour voir ce que c’est et pour l’engamer quatre vingt dix fois sur cents. C’est très amusant, je retrouve chez ces poissons le même comportement que les caranges GT du pacifique.  Les bass qui ont senti une présence rodent autour de leurs arbres comme des carangues tournant autour de leurs patates de corail.

 

Nous ferons tellement de poisson que nous avons les pouces abimés, c’est une forme évolué du sadomasochisme de la pêche.  Le pattern gagnant aura été de  pêcher non pas les berges battues par les vents mais plutôt les berges réchauffé par le soleil, car à la sortie de l’hiver toute la faune et la flore de ces grands lacs sont concentré sur la chaleur qui va relancer le cycle de la vie. Les leurres du jour des jigs qui évoluent doucement dans le arbres !!

Jour 2

Nous décidons d’attaquer une partie du lac encore mieux protéger mais pas forcément évidente à pêcher du bord. Malheureusement le vent s’engouffre dans les falaises et crée un effet venturi qui augmente la force du vent. Il n’y aura donc pas de rives protégées à pêcher. Heureusement la pluie de ses derniers jours va nous permettre de trouver un nouveau pattern. Des petits torrents se jettent ici et la dans le lac. Cette arrivée d’eau douce et de nourriture attire inévitablement les bass.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous pêchons donc consciencieusement toutes les cascades. Régulièrement au pied de chacune d’elle nous trouvons deux ou trois Bass , collé le nez vers la rive attendant l’arrivé de la nourriture.  Les poissons sont assez peu méfiant grâce à la très mauvaise météo que nous avons et qui trouble complétement l’eau.  Il suffit d’envoyer son jig dans la cascade de le laisser dévaler jusque devant le Bass et d’attendre que ce dernier veuille bien le cueillir…

Nous arrivons dans une foret d’arbuste immergés et mon jig ne sait plus ou donner de la tête. Devant le nombre de poste potentiel je suis perdu et ne sait plus ou lancer.  Roberto me donne alors un bon conseil : « Quand on ne sait plus oû lancer alors il faut changer de leurre !!! ». Je décide de me faire plaisir et sors mon plus gros leurre de surface.  Un gros stickbait silencieux de chez Orion. Je lance et commence lentement ma prospection. Mon lancinent walking the dog se fait violement attaquer par ce qui sera le plus gros poissons du séjour !!!

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le pattern du jour : pêcher les cascades avec n’importe quel leurre du moment que ca passe sous le nez d’un poisson. Nous pêcherons surtout quand même avec des leurres souples en texan et des jerks

Jour 3

Je suis sur un petit nuage, mon besoin de gros bass étant assouvi je demande à Roberto de voir « autre chose ». Nous nous dirigeons donc vers un des plus beaux lacs de la région, « le lac de cortes ». C’est un superbe lac de barrage  et il faut être membre du club pour y pêcher.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Malheureusement, la pêche à encore changé et les conditions ne nous sont vraiment pas favorables. Nous alternons des passages pluvieux et venteux et le niveau du lac est beaucoup plus bas que la normal…Nous ne voyons aucun poisson. Enfin après 4 heures de pêche nous apercevons un gros bass qui profite des maigres rayons de soleils de la journée.  C’est Roberto qui fera ce superbe poisson.

Le pattern du jour : une pêche quasi impossible, en raison des conditions hydrographique et climatique

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Jour 4

Derniers jours de pêche et c’est pour moi l’occasion de faire découvrir à un ami qui m héberge  les joies de la pêche au bass. Direction donc de nouveaux lacs que nous pouvons pêcher du bord.

Je confie à mon ami, une canne spinning, un shad en texan et lui explique qu’il faut lancer et ramener doucement.  Roberto et moi peinons à trouver un pattern gagnant dans ce nouveaux lacs, quand nous entendons mon ami hurler !!  Un gros bass vient de taper son leurre à 20 mètres de la berge, un gros combat commence et après une ou deux chandelles le poissons est au sec.

Je saute de joie, mais mon ami reste flegmatique, et n’a pas l’aire de comprendre qu’il vient de mettre au sec un monstre.  Eh oui tout le monde n’à pas le virus de la Pêche !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Il nous reste trois heures avant la tombée de la nuit et Roberto veut me montrer là ou il appris la Pêche au Bass.  Nous arrivons dans une orangerai bordée de petit canaux de part et d’autres. Il faut pichtcher son jig dans des petits trous d’eau de 10 à ou 15 centimètre de diamètre. C’est la pêche dans le pire cover que j’ai jamais vu ! Nous sortirons quelques petits bass dans ce coin absolument paradisiaque.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Pattern du jour : Jig et Texan….très original je sais

Conclusion

Ces 4 jours de pêche sont évidement passez bien vite.  Ils m’ont permis de découvrir une pêche que je ne connaissais pas du tout. La pêche de ces immenses lacs ou les poissons se regroupent à tel ou tel endroits en fonction de paramètres très précis, d’où l’intérêt d’un guide ! Les poissons ne sont pas ci faciles qu’il n’y paraît, car il faut beaucoup marcher pour trouver les poissons. Et le récit que je décris tiens plus de la véritable aventure que du voyage tout organisé et tranquille de l’Extremadura. Je voulais donc vérifier qu’il n’y avait pas que la région de l’Extremadura pour la pêche, c’est chose faite.

Encart pratique

Le  pré – spawn

Nous sommes à la fin du moi de mars et les poissons ont besoin de se nourrir pour assurer une bonne fraie. Même si l’eau est encore froide, les grosses femelles sont en chasse et prête à attaquer vos leurres ! De début mars à la mi avril en fonction de la météo c’est le créneau parfait pour ceux qui ne vienne pas chercher la quantité mais la qualité.  A cette période de l’année vous croiserez donc les grosses femelles qui se feront beaucoup plus discrète tous le reste de l’année.

Le Matériel

Comme dans tout voyage de pêche on ne connait véritablement jamais les conditions que l’on va rencontrer. J’avais pris énormément de matériel et au final, j’ai du me servi de 15% de ma boite de pêche. Niveau canne je préconise de prendre une canne medium heavy fast d’environ 7 pieds pour pêcher aussi bien au jig, qu’au spinner ou au jerk. Si vous avec les moyens une canne cranks et une canne swimbait trouveront tous leurs intérêts dans ce genre de grands lacs. Niveau leurre il faut prévoir de nombreux jigs dans les coloris naturel de ¼ à ¾ de oz. Beaucoup de leurre souple pour pêcher en texan et tout le petit matériel qui va avec. N’oubliez surtout pas vos jerks, top water, spinner et swimbait ils pourraient vous être très utiles.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le guide

Robeto Martinez Monton n’est pas un guide à plein temps. Il ne guide que des clients étrangers une fois de temps en temps quand son emploi du temps le lui permet (entre un documentaire sur la pêche ou un voyage chez Patrick Sébile en floride). C’est un type compétent et qui à le sens du contact. Il ne parle pas français mais son anglais est excellent. Roberto ne compte pas son temps sur l’eau car nous y étions du lever au coucher ni les kilomètres en 4 jours nous avons fait plus de 900 kilomètres. Au niveau matériel vous pouvez venir les mains dans les poches Roberto à tous ce qu’il faut !

Voici un peu plus sur le guide

http://www.eu.purefishing.com/blogs/fr/sebile-team-france/2012/02/22/trip-espagnol/

http://killtherutine.blogspot.fr/

La région de valence

La région de valence est absolument superbe. Il y a plus de 20 lacs à pêcher. Nous en avons pêché plus de 5 en quatre jours et nous aurons fait du bass absolument partout. N’hésité pas à regarder du coté de l’océan car il y a aussi de très belles pêches de thons, liches et sérioles à faire. Enfin et surtout on y mange bien et après une bonne partie de pêche il est important de pouvoir se délasser dans un bon bar à Tapas

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Les poissons :

Evidement le poisson que nous recherchions principalement sur ces lacs étaientt le black Bass, mais de nombreuses autres espèces peuvent nous surprendre à tous moments.  Les brochets et les sandres sont des poissons que l’on peut régulièrement toucher en pêchant le Bass, d’ailleurs nous nous ferons couper plus d’une fois…Le silure le barbeau et la truite sont quasiment inexistant sur les plans d’eaux de la région valencienne.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Introduction

Fishing in Spain is particularly well highlighted recently by the Extremadura fishing centers. Yet Spain is a country as large as France and there must be other corners of paradise on this beautiful country. So I went to conduct my investigation on the spot!

Day 1

Large waves crashing against the water slipway and I really feel decidedly less well in this session prespawn Iberian land. After three times of water filled these boots, my guide Roberto manages to put our frail craft in the water and ride. The continuous winds cool the atmosphere but especially my moral … After a walk to check that the electric motor is powerful enough to go upwind we leave finally !!!

I’m definitely not used to these large reservoirs, and I have the impression of being on the Mediterranean Sea as a Spanish lake. We ship freshwater packages, and really struggle to cross the lake. While we’re almost there, the wind redoubled its efforts and prevent us from moving forward. I do not know how to describe the feeling I feel then, but I no longer believe at all these big Spanish bass that we see in magazines

Eole us a wink and we just have time to touch the protected opposite bank of the wind! We dock and already I feel the warmth of the sun warmed my wet carcass and demoralized! It’s a different world here, while the side windswept, it’s cold and the water is loaded here on the shore protected from winds it’s hot and the water is translucent. It’s wonderful to see her evolve lure in more than 6 or 7 feet of water.

Backpack on the shoulders, two rods in hand we go fishing the edge submerged trees and shrubs. Fishing is simple, the pitcher must jig deep trees wait two or three seconds and start gently back if there are no bite.

The first fish do not wait. While excitement I shoe before the blacks have time to took my lure, I quickly reaches out three or four. They are very curious fish. As soon as you launch your jig in their trees they rush to see what it is and for took   ninety times cents. It’s great fun, I found in these fish behave the same as the GT jackfishes Pacific. The bass have felt a presence prowling around their trees as trevally turn around their coral heads.

We will do so many fish we thumbs damaged, it is a form of sadomasochism evolved fishing. The pattern winner has been fishing the banks not windswept but the banks warmed by the sun, because at the end of winter all the flora and fauna of these lakes are focused on the heat that will revive the cycle of life. The lures of the day jigs gently moving in the trees !!

Day 2

We decide to attack a part of the lake even better protection, but not necessarily obvious to fish the edge. Unfortunately the wind rushes into the cliffs and creates a venturi effect that increases the strength of the wind. There will be no protected shores to fish. Fortunately the rain of the last days will allow us to find a new pattern. Small streams flow here and in the lake. The arrival of fresh water and food inevitably attracts bass.

So we fish carefully all the stunts. Regularly at the foot of each of them we find two or three Bass, stuck his nose to the shore waiting for the arrival of food. The fish are not very wary due to very bad weather that we have that completely cloudy water. Just send a jig in the cascade of the way to let him slide down the Bass and wait it wants to pick out the …

We arrive in a shrub forest submerged and my jig does not know which way to turn. Given the number of potential job I’m lost and does not know or launch. Roberto then gives me good advice: « When one does not know where we need to change then launch decoy !!! « . I decided to treat myself and go my biggest surface lure. A big stickbait muffler at Orion. I start my exploration and starts slowly. My lancinent walking the dog is violently attacked by what will be the biggest fish of the stay !!!

The pattern of the day: fish stunts with any illusion as long as AC passes under the nose of a fish. We especially will fish still with soft lures and jerks Texas

Day 3

I’m on cloud nine, my need big bass being sated I ask Roberto to see « something else ». So we head into one of the most beautiful lakes in the region, « the cortes lake. » This is a great reservoir and must be a club member to fish.

Unfortunately, fishing again changed and the conditions are favorable we really do not. We alternate rainy and windy passages and the lake level is much lower than the normal … We see no fish. Finally after 4 hours of fishing we see a big bass that benefits lean suns rays of the day. This is Roberto will make this beautiful fish.

The pattern of the day: fishing almost impossible, because of the hydrographic conditions and climate

day 4

Last days of fishing and for me the opportunity to tell a friend that m hosts the joys of fishing bass. So towards new lakes that we can fish the edge.

I entrust my friend, a spinning rod, shad in Texas and explain that you should run and bring slowly. Roberto and I struggle to find a winner in this new pattern lakes, when we hear screaming my friend !! A big bass just type its lure 20 meters from the shore, a big fight begins and after one or two candles the fish is dry.

I jump for joy, but my friend still phlegmatic, and did not understand that the area has to dry a monster. Yes everyone does not have the virus Fishing!

We have three hours before dusk and Roberto wants to show me there or learned Fishing Bass. We arrive in a small ORANGERAI lined channels either side. It takes its pichtcher jig in small water holes or 10 to 15 cm in diameter. This is fishing in the worst cover I’ve ever seen! We will release some small bass in this area absolutely heavenly.

Pattern of the Day: Jig and Texan … .very original I know

Conclusion

These 4 days of fishing are obviously go quickly. They allowed me to discover a fish I did not know at all. Fishing for these huge lakes or fish will gather to particular places according to very specific parameters, hence the importance of a guide! The fish are not one easy it looks, because you have to walk a lot to find the fish. And the story that I describe more like the real adventure trip organized everything and quiet of Extremadura. I wanted to check that there was not the Extremadura region for fishing, it’s done.

inset practice

Pre – spawn

We are at the end of March me and the fish need to eat for good spawning. Even if the water is still cold, large females are hunting and ready to attack your lure! From early March to mid-April, depending on weather it is the perfect niche for those who do not pick the quantity but the quality. At this time of year so you will come across large females who will be much more discreet all the rest of the year.

Fishing Stuff

As in any fishing trip we ever truly know the conditions we will encounter. I took a lot of material and in the end, I have served me 15% of my fishing box. Cane Level I advocate taking a fast medium heavy rod of about 7 feet to catch both the jig, spinner or that jerk. If you have the means cranks a cane and cane swimbait find all their interests in this kind of large lakes. Level lure there must be many jigs in natural color ¼ to ¾ oz Many lure to fish in Texas and everything that goes with small equipment. Do not forget your jerks, top water, spinner swimbait and they could be very useful to you.

The guide

By Roberto Martinez Monton is not a full-time guide. It guides that foreign customers from time to time when his schedule allows him (among a documentary about fishing or a trip to Patrick Sébile in Florida). He is a competent and kind to the sense of touch. He does not speak French, but his English is excellent. Roberto does not count his time on the water as we went from sunrise to sunset or the miles in 4 days we have more than 900 kilometers. Hardware-you can come hands in pockets Roberto all it takes!

The valence region

The valence region is absolutely superb. There are over 20 lakes to fish. We have caught more than 5 in four days and we have done the bass absolutely everywhere. Do not hesitate to look at the side of the ocean, there are also beautiful tuna fisheries, liches and amberjacks to do. Finally and most importantly the food is good and after a lot of fishing it is important to be able to relax in a good Tapas bar

Fishs:

Obviously the fish we were looking primarily on these lakes were t black bass, but many other species may surprise you at all times. Pike and Zander are fish that can regularly hit by fishing Bass, moreover we will cut more than once … The barbel catfish and trout are almost non-existent in terms of water the Valencian region.

 

About Tahitifish

Passionné d'écailles et de mucus, je pêche tout et partout. Grosse prédilection pour le Bar et le Black Bass, je ne dédaigne pas les brochets et les perches...en pêche aux leurres presque exclusivement. A pied en Float tube ou en Bateau tant que je suis près de l'eau c'est bon!
This entry was posted in informations diverses pêche and tagged , , , , , , , . Bookmark the permalink.

2 Responses to Plus qu’un voyage de pêche: une Aventure !

  1. Lavarenne says:

    Beau reportage,c’était où en Espagne.Je parts en avril à Alcantara. et espère « trouver » quelques bass!

  2. picart says:

    bonjour,

    Beau reportage ca donne envie tout ca malheureusement ca manque de black bass dans nos eaux.bonne continuation.

    cordialement.