Plaidoyer pour la truite arc en ciel
avatar

moulin talla nov 2012139Avec l’ouverture de la truite cette année encore, des milliers et des milliers de truites surdensitaires pour la plupart des arc en ciel ont été déversées dans les rivières et les étangs pour satisfaire les pêcheurs.
J’entends souvent au bord de mes rivières de prédilection tout un tas de réflexions désobligeantes vis à vis de ce pauvre poisson qui ne les mérite pas. La bassine, la poponne, la TAC, l’arc est un superbe salmonidé qui selon moi vaut largement la fario.

Mon premier « vrai » poisson, celui qui m’a donné des émotions était une fario sauvage du Morvan prise avec mon grand père mais celui qui m’a peut être rendu le plus fier n’est qu’une simple arc en ciel prise lors de ma première ouverture de la truite en solitaire, celle pour laquelle j’avais séché les cours.

Oncorhynchus mykiss, qui est son nom latin est un poisson originaire d’ Amérique du Nord qui s’est acclimatée dans quelques coins d’ Europe, pour la France il en existe une population sauvage dans une zone des Pyrénées.

arc 240612

 

Chez nous on la trouve à l’état résiduel à la suite des lâchers d’ouverture, elle n’aime pas les eaux chaudes des étangs en été et succombe en coulant, on ne retrouve quasiment jamais d’ arc en ciel mortes dont le corps flotte à la surface des étangs. Pourtant elle résiste bien mieux à la chaleur que la fario ce qui explique qu’on ne trouve souvent qu’elle en réservoir.

C’est cette truite qu’on retrouve sous cellophane chez le poissonnier à des tarifs la plupart du temps bien moins chers que nos AAPPMA ne les payent au pisciculteur.

concours fragny 201605

 

L’ arc est le poisson dont les piscicultures maîtrisent le mieux l’élevage, elle grossit plus vite que les autres et par le fait coûte moins cher à produire. Les pisciculteurs nous vendent des truites arc en ciel qui ne peuvent se reproduire, dixit un pisciculteur, ainsi et dans l’ absolu ils se gardent un marché pour leurs poissons.

La plupart des gens qui ne connaissent que très peu la biologie des poissons l’ appellent la saumonée, gage de qualité selon eux mais la chair rose de ces truites ne vient que d’un colorant contenu dans les granulés, sinon elle possède la même chair blanche que les autres.

talla 020314 (11)

 

L’arc vit la plupart du temps en bancs qui circulent et recherchent les zones de pleine eau, ce n’est pas un poisson de cache comme la fario, c’est pourquoi en rivière on la trouvera dans les secteurs les plus calmes et les plus profonds. J’ignore si ce comportement est identique au comportement de l’ arc sauvage mais il est indéniable que chez nous c’est ainsi que se comporte ces poissons.
En étang et lac elle est très mobile et circule, ainsi on peut voir que si un pêcheur en prend une, son voisin fera de même dans la foulée.

On accuse sur mon Morvan l’ arc en ciel de bien des maux, pourtant selon moi elle n’a que des qualités. Son combat est extraordinaire, une arc ne se rend jamais, elle pourra vous faire toutes les figures de tous les poissons carnassiers : Sauts, rushs, sondée….Et quand on croit qu’elle est fatiguée elle se réveille et repart de plus belle à la vue de l’ épuisette.

destoc cloix240

 

Il est vrai qu’elle n’a pas la chance d’ avoir la belle robe de la fario mais son dos vert ponctué de points noirs et sa bande latérale rose sont superbes. Nos arcs arrivant de pisciculture sont souvent en piteux état, nageoires atrophiées, gueule abîmée, pourtant si elle survit deux mois et se refait une santé vous aurez face à vous un poisson superbe comme celui ci pris en juillet dans l’ étang familial après un lâcher en avril.

L’ arc est plutôt facile à prendre ce qui enchantera le gamin comme le pêcheur âgé qui ne peut plus crapahuter. Elle mord à tous les leurres, et aux appâts naturels on arrive même à la prendre au maïs.
J’ai le souvenir d’un après midi en rivière à la nymphe ou 16 arcs m’avaient gratifiées de ma plus belle sortie, j’ignorai que l’ AAPPMA avait vidé dans cette partie de la rivière le stock d’ arcs qui restait du bassin de la kermesse du village.

moulin talla 171113 (52)

 

Là où elle est lâchée, elle apportera quelques bénéfices aux truites autochtones. Elle détournera la prédation humaine vers elle car elle sera plus facile à piquer, autre avantage elle ne risque pas de s’hybrider avec une fario (bien que ça existe dans de très rares cas en pisciculture). Etant un poisson de pleine eau, elle va se déplacer et ne bouffera pas la gamelle de la fario en poste à cet endroit.

Cette année dans mon département, le quota journalier de salmonidés est resté à 6 mais avec seulement 3 farios afin de protéger les souches sauvages devenues rares. Je pensais que cette disposition allait favoriser le retour en grâce de l’ arc dans nos lâchers mais nenni, nos pêcheurs n’en ont pas voulu en AG. Mais j’ai dans l’idée que ça changera l’ année prochaine…….

concours talla 2013 (20)

 

C’est quand même étonnant quand on y pense, on vénère le brochet, on porte aux nuées le bass, on idolâtre la fario, on adore (ou presque) le silure, que dire aussi du sandre…..Mais presque tous les pêcheurs se moquent de la truite arc en ciel et de la perche qui restent à mes yeux les meilleurs poissons de sport pour leur abondance et leur pêche accessible à tous. Pauvre arc, elle ne mérite pas ce mépris si français alors qu’elle est adulée outre atlantique.

Gardez la pêche.

 

About sylvain l'esoxiste

50 ans, habitant la région du Morvan, spécialiste de la pêche des carnassiers, auteur halieutique pour Planète Carnassiers, 1max2peche et Le Chasseur Français. Suivre L'Esoxiste sur Google+ et esoxiste.com sur Facebook
This entry was posted in Animaux nature, Editorial - Coup de gueule, réflexions diverses and tagged . Bookmark the permalink.

17 Responses to Plaidoyer pour la truite arc en ciel

  1. pikefisher says:

    super poisson de sport je suis d’accord et très bon en filets fumés mais qui n’a pas sa place dans nos rivières de première catégorie tout cela pour essayer d’instaurer de façon détournée un quota fario à 3 mais en gardant un quota truites à 6. Un peu de courage bon sang !!!!

  2. Tot says:

    Pour information il y a aussi une souche de truite arc en ciel sauvage dans le Jura.

  3. magic says:

    Un poisson que j’adore pécher pour son combat, ses cabrioles et ses rushs !
    Pas de 1ère catégorie par chez moi,
    alors on se consolent avec les TAC en attendant le 1er mai !
    Elles repartent à l’eau et j’ai même eu la surprise d’en prendre en plein été (aux leurres) comme quoi certaines survivent !
    moi ça m’éclate cette pêche ! Vive les Arc >-)))°>

  4. dem says:

    bonjour,
    le fait de dire 6 truites par jour mais seulement 3 farios cela resemble plus a une reduction du quotas journalier,pour ma part il aurait ete plus judiciable de reduire les prises a 4 par jour en evitant de mettre des arcs dans les rivieres.

    • Lesfilmu says:

      Salut,
      J’ai assisté il y a peu à des reportages sur Seasons donnant la parole à des ichtyologues sur le sujet des truites/salmonidés… c’est assez instructif quand on donne la parole à ceux qui savent…
      La réponse sur la question du quota : les populations de truites sont tellement dévastées dans l’immmense majorité des rivières que la seule vraie question n’est pas 10 ou 6 ni le % de farios… ça devrait être zéro et au-delà de 1 c’a n’a aucun impact positif en terme de « gestion du cheptel ».
      Le scientifique en question, pêcheur à la mouche à ses heures, estime qu’en la matière la démagogie est totale et la « gestion » une catastrophe écologique qui perdure depuis plus de 50 ans…
      J’dis ca j’dis rien, hein ?
      Lesfilmu.

  5. Lesfilmu says:

    Bonjour,
    Vaste sujet, difficile d’en débattre dans un post…
    Je ne suis pas « truiteux », pas parce que je n’aime pas mais parce qu’il n’y en a pas chez moi.
    Je suis globalement d’accord avec la tonalité du post, je ne vois pas pourquoi ce dédain…
    … cependant, je ne vois pas non plus ce que les bassinages en milieux ouverts viennent faire dans le débat. L’ARC n’est pas d’ici, elle ne devrait pas y être introduite.
    Tu vas me dire de d’autres espèces ne le sont pas non plus. Et c’est vrai, mais je dirai la même chose que pour ces autres espèces : c’est pas parce qu’on a fait des conneries avant qu’il faut continuer.
    Tu dis que l’ARC ne concurrence pas la fario, j’ai lus et vu des choses sérieuses (pas radio pêcheur) qui démontrent le contraire. L’ARC grandi plus vite et est plus grosse que la fario. Donc elle squatte plus tôt et avec plus d’autorité les meilleurs postes, alimentaires notamment. Car tu je l’ignores pas, ce qui fait l’autorité dans l’eau, c’est essentiellement la taille/poids.
    Le cas ds réservoirs est different. C’est un milieu fermé gèré en vase clos par un gestionnaire en général compétent. L’ARC dans ce cas, c’est parfait, aucun soucis pour moi et son côté sportif est maximisé dans ces endroits, tant mieux.
    Mais en milieu ouvert et à fortiori en « rivière à fario », perso, c’est non.
    J’ai dans l’idée que ce post va faire débat, c’est justement l’idée 😉
    Lesfilmu.

    • Le regulateur says:

      Bonjour lesfilmu, une chose vraie sur tes propos ,c’est que les déversements de surdensitaires ne devraient pas se faire ou se trouvent des sauvages! Il y a des zones en 1 ère catégorie chez nous ou il n’y a pas de truites, on peut appeler ça la zone à barbeaus! La on peut lâcher sans concurrence entre truites autochtones et bassines, toutefois si tout le monde faisait un peu attention une truite née dans le ruisseau à se reconnaît, un peu de no kill de temps en temps pour certains serait raisonnable , c’est ma version en tout cas! Dans l’aappma ou sylvain est secrétaire les bassines et les sauvages se côtoient, j’ai pris des deux sur une même partie de pêche, et de nombreux tributaires de la rivière ternin contiennent de belles truites, toutefois de petites tailles! Si une pollution génétique existe entre farios de souche et lâchées ( ce que je ne sais pas?? A ce moment là pourquoi ne pas lâcher des arcs et c’est tout, pour contenter tout le monde, pour ma part je m’évade souvent en plein morvan à la recherche des truites plus farouches, c’est mon plaisir, et quand l’âge se fera encore plus sentir je ne pecherais plus que les bassines, tant pis! Et même un jour je ne pratiquerais plus du tout, dommage! !! Amitiés. ☺☺

      • Lesfilmu says:

        Salut,
        Les ichtyologues sont tous (tous ceux que j’ai lu/entendus à tout le moins) sur la même ligne : l’ARC concurrence la fario directement (niche écologique identique mais taille supérieure lui permettant de s’imposer sur les meilleurs postes).
        Ne connaissant pas la rivière dont tu parles, je ne me garderai bien de toute conclusion, mais tu sembles constater par toi-même un soucis de taille sur les farios… lien de causalité ou raison autre ?
        Je le redis, je n’ai rien contre l’ARC, mais pas en milieu ouvert.
        On n’est pas la pour convaincre l’autre, juste exposer un avis, ce que je fais 😉
        Lesfilmu.

        • Danxter says:

          Ce raisonnement serait valable si la baisse de population venait d’une pénurie de nourriture, ce qui ne semble pas être le cas.
          Le principal problème serait à mon sens le fait de lâcher un très grand nombre de prédateurs adultes dans un milieu et à un moment où la reproduction d’autres espèces se fait. Ca n’aide pas la croissance des alevins qui ont encore plus de chances de servir de repas et d’autant moins de (re)peupler les rivières.

  6. Nico says:

    Mais tu sais que chez nos cousins d’outre atlantique l’arc en ciel est appelée saumon arc en ciel… d’ailleurs depuis quelques années les biologistes s’accordent sur le fait que la souche originelle de l’arc est plus proche du saumon que de la truite… hé oui.. d’où sa défense certainement!!
    en faisant une recherche rapido j’ai trouvé ça ce qui confirme ce que j’dis..
    http://www.pac.dfo-mpo.gc.ca/fm-gp/species-especes/salmon-saumon/facts-infos/steel-arc-fra.html

    En tout cas pour ma part, péchant régulièrement en réservoir je confirme que quand cette espèce est acclimatée c’est un sacré poisson de sport au même titre que le brochet ou le black…
    sa mauvaise répute vient du fait qu’elle est déversée à la va comme j’te la mets dans les cours d’eau histoire de satisfaire les gens qui veulent de la pêche de rendement.. celà dit jusqu’à preuve du contraire elle ne créée pas de déséquilibre écologique.. c’est juste bête d’être obligé d’en arriver à des déversements pour une tradition d’ouverture à la con qui rime plus avec tuerie qu’avec pêche raisonnée et respectueuse de l’environnement.. c’est plus ou moins la même caricature que les inconnus avec leur lacher de galinette et on a franchement pas besoin de ce genre de publicité, déjà qu’à la base dans l’imagerie populaire le pêcheur n’a pas une très bonne répute…

  7. Entierement d’accord avec toi Sylvain , moi je les adore les arcs et je m’amuse enormement avec .

  8. Le regulateur says:

    Bonjour sylvain, tu a raison, les arcs sont de beaux poissons de sport et quand on voit l’état des nageoires des farios lâchées, autant ne mettre que des arcs en surdensitaires, car c’est la que ça devient ridicule le quota de 3 farios! Si tout le monde était raisonnable et ne gardait pas toutes les sauvages, ( qui se reconnaissent parfaitement) , on pourrait lâcher aussi des farios et tout le monde serait content! Un autre poisson surdensitaire à qui j’ai eu parfois affaire, est le saumon de fontaine et qui pour moi combat aussi bien que les arcs! Mais il s’en lâche très peu et c’est dommage! A plus!☺☺

  9. Jebiwan says:

    Salut Sylvain toujours un plaisir de lire tes aventures :o)
    Bravo pour ton plaidoyer sur l’arc je pense comme toi.
    Les arc mouchetées que je pêche à la mouche en réservoir ont une robe magnifique.
    Dans ce réservoir il y a des farios, saumons de fontaines et arc. Seules les arc me font des chandelles et ne se rendent jamais un vrai poisson de sport.
    Faut que je teste ma GR70 plus j’attends de tes news sur la tienne.
    Bonne continuation.

  10. David says:

    Bel article pour ce poisson si couramment pêché mais finalement méconnu.
    Juste un petit commentaire quant au comportement de la truite arc-en-ciel :
    elle ne s’agglutine en zone calme et profonde que dans les premiers jours suivant les alevinages. Après quelques semaines, c’est au contraire en plein courant, même violent, qu’elle va se positionner. Par expérience (à la mouche surtout), elle n’hésite pas à se tenir dans des zones extrêmement rapide, y compris au pied de chutes d’eau, surtout si le taux d’oxygène baisse. Cela se voit notamment dans les rivières alpines. Elle passe également très vite à un régime alimentaire plus « naturel » lorsqu’elle se positionne dans le courant (vers, poissons et larves aquatiques pour l’essentiel). C’est après ces quelques semaines qu’elle attaque franchement les leurres. Un inconvénient tout de même : sa voracité qui peut poser problème si la nourriture à disposition dans la rivière est insuffisante…

  11. benoit says:

    Je pense que dans des secteurs ou la fario se reproduit et dans ceux ou des alevins de farios sont lacher les arc font du dégâts sur les alevins et truitelles. Pour moi ce poisson ne devrait être déversé que dans les cours d eau ou la fario pour différents facteurs ne peux plus subsister naturellement.