Pêcheurs pros, le ras le bol commence à monter
avatar

titi-sale-caractèreUn rapport remis dernièrement au Ministère de l’ écologie, du développement durable et de l’énergie, rédigé par Thierry Boisseaux, ingénieur général des ponts, des eaux et des forêts,  met le feu aux réseaux sociaux et au petit  monde de la pêche de loisirs.

Ce rapport de 37 pages  propose d’augmenter sensiblement le nombre de pêcheurs pros ainsi que le nombres de lots sur le domaine public qui leur seraient attribués mais plus encore, de classer le silure nuisible.

Ils sont à peu près 400 pêcheurs professionnels a exercer leur activité en eau douce dont une majorité de plus de 50 % aux embouchures des fleuves et près de 20 % dans les lacs alpins (selon le rapport). Ce petit chiffre est à mettre en parallèle avec le million de pêcheurs de loisirs.

pecheur pro

Photo Getty Images

Ils sont peu mais sont puissants car dans le cas des décisions administratives relatives aux tailles et aux quotas dans la commission de bassin de ma région, il y a une voix pour les milliers de pêcheurs amateurs mais plusieurs pour la douzaine de professionnels.

Si la pêche pro ne me dérange pas, je comprend qu’elle peut exister mais je ne peux m’empêcher de  penser qu’elle est un frein au développement de la pêche de loisir qui possède un impact plus important en terme de revenus pour le pays.

La différence entre un pro et un pêcheur de loisir est simple : Le pro pêche, le pêcheur de loisir pêche mais aménage, alevine…C’est donc plus un cultivateur de rivière au sens éthique que le pro qui serait un chasseur cueilleur.

La lecture de ce rapport ne m’a pas choqué outre mesure jusqu’à la page 21, le constat est même plutôt objectif bien qu’orienté, c’est  indéniable. Par contre à la page 21, je cite « le pêcheur professionnel comme l’amateur savent que la pérennité de leur activité dépend étroitement du niveau et de la qualité des prélèvements qu’ils opèrent sur le milieu ».

silure-2---287Là je me permet de me marrer !!!!!  Un pro nettoie son lot puis passe au lot suivant, ça c’est la stricte réalité, un amateur n’a qu’un lot donc il fait en sorte de le gérer.

Page 26, le silure n’est pas à la fête !  Ce rapport recommande d’interdire la remise à l’eau du silure et de faire réaliser une étude sur les possibilités de valorisation  et de mise sur le marché du silure afin d’en faciliter la pêche et la régulation (consommation humaine, farines animales, peau..).

Vous pouvez télécharger ce rapport complet pour vous faire votre propre idée en cliquant sur ce lien : Proposition pour une politique de maintien et de développement de la pêche professionnelle en eau douce.

 

A la fin de ce rapport sont cités les personnes ayant été interviewés par le rapporteur et nous trouvons donc quelques uns de nos représentants qui n’ont semble t’il pas été très convaincants :

  • Colombet Nadège  FNPF
  • Guillouet Jérome   FNPF
  • Le Sager François  FNPF/ Fédé Morbihan
  • Marquet Jacky  Fédé Indre et Loire mais aussi pêcheur professionnel (selon le rapport !)
  • Oumoussa David    FNPF
  • Roustan Claude      FNPF
  • Savineaux Serge    FNPF/Fédé Loir et Cher

Outre ce rapport qui dénonce les actes de vandalismes perpétrés par de gros imbéciles envers les pêcheurs pro, actes condamnables de jaloux de pêche ou d’idéologues extrémistes, on constate que le CONAPPED, Conseil National de la Pêche Professionnelle en Eau Douce, une sorte de fédération nationale des pros, est très efficace dans son lobbying et son entreprise de désinformation.

Filet-de-peche

 

Sachez tout de même, chers lecteurs,  qu’en France on paye des pros en leur rachetant les civelles pêchées pour  les relâcher en amont, si ça ce n’est pas se marcher sur la tête !!!!

Une partie de notre cotisation CPMA part aussi à la réintroduction d’alevins de saumons dans nos rivières, saumons qui seront pris dans les filets des pros lors des remontées en estuaire.

Les pros ne sont pas exempts non plus de ne pas respecter la loi, l’un d’eux a été dernièrement jugé coupable de tendre ses filets trop près des barrages sur la Seille et si la vigilance du président de l’ AAPPMA et son dépôt de plainte ne l’avait pas arrêté, il le ferait certainement encore.

Je veux bien que les pros défendent leur casse croûte mais vouloir passer de 400 à 1000 pros dans les années à venir en leur ouvrant des lots ne fera qu’une chose : les fleuves et grosses rivières leur profiteront et nous finirons à pêcher seulement en étang privé.

Fini les silures trophées, les grosses carpes de fleuves, les gros sandres de crues qui passionnent les pêcheurs !

Luc Petit, cofondateur du Collectif des Pêcheur de la Région Centre Val de Loire m’a fait passer l’info début mars, j’attendais d’avoir un communiqué officiel de la FNPF sur ce sujet mais je n’ai rien vu venir depuis. Voici le texte de la plaquette que M. Petit  m’a autorisé à publier  sur ce site :

cprc1 cprc2 cprc3 cprc4

Tout le monde s’interroge, quel est le positionnement de nos instances à ce sujet ?  Même le magazine La Pêche et les Poissons en a fait le sujet de son édito d’ avril.  Vouloir développer la pêche pro en eau douce me semble une aberration dans le sens où il y en a déjà bien assez. Faire classer le silure nuisible me paraît encore pire que ça, bien qu’en AG j’entends ça à longueur d’année.

Et dire que les pros se sont associés au WWF !!! Fallait oser non ? Et ben ils l’ont fait !

Réfléchissez un peu à ça et parlez en à votre fédé à l’occasion.

Gardez la pêche

 

About sylvain l'esoxiste

50 ans, habitant la région du Morvan, spécialiste de la pêche des carnassiers, auteur halieutique pour Planète Carnassiers, 1max2peche et Le Chasseur Français. Suivre L'Esoxiste sur Google+ et esoxiste.com sur Facebook
This entry was posted in Editorial - Coup de gueule, informations diverses pêche, Les grandes gueules de la pêche. Bookmark the permalink.

36 Responses to Pêcheurs pros, le ras le bol commence à monter

  1. Lacroix Jean-Marie says:

    Bonjour à tous,
    quelques remarques (peut-être non pertinentes mais ce sont les miennes…)
    1/ dans ces conditions pourquoi continuer à aleviner si le constat est que de toute façon c’st pour les pro qui eux ne font rien et qu si j’en cris ce que je lis videront enexorablement les rivières?
    2/ on manque cruellement de lobbying contrairement aux chasseurs qui eux aussi ne sont pas les amis des écolos et autres défenseurs de la nature de tout poil dûment estampillés.
    3/ il existe un organisme sur le web appelé change.org qui permet de mettre en ligne des pétitions. il faudrait peut-être s’en servir comme par exemple Elise Lucet qui oeuvre contre la réduction des droits des journalistes d’instigation qui vont un peu trop titiller les malversations de certaines industries ou autre (c’est une raccourci mais c’est à peu près ça quand même)
    4/ si c’était fait, il faut le faire savoir pour un max de signatures c’est sûr
    Il faut essayer de sortir de notre cadre pecheur et que d’autrs catégories de gens puissent être sensibilisés (si c’est possible, je rêve peut-être)
    5/ il faut que le texte de la pétition soit fait par les donneurs d’alerte TRÈS BIEN au courant pour des arguments costauds
    6/ même si défendre notre loisir n’est pas le seul argument s’en est un comme un autre et évidemment il en faut d’autres

    JM
    Pour ça, les joirnalistes halieutiques de pêche sportive font partie de ceux sont assez bons il me semble

  2. JOJO l'Affreux says:

    Bonjour,
    Pour conclure ce débat en ce qui me concerne,je crois sincèrement que la pêche associative de loisir sous sa forme actuelle va disparaître,c’est juste une question de temps !

  3. Bonsoir, nos rivières vont avoir de plus en plus besoin de surveillance et cela à cause de la pollution mais aussi du réchauffement de la planète. La France est un pays à tradition touristique forte, représentant une économie et beaucoup d’emploi. Il y a entre la surveillance de nos rivières et le tourisme la place de reclasser dans d’excellentes conditions une partie des pêcheurs professionnels. Une partie de ceux qui le souhaiteraientt serait désarmé avec une indemnité comme cela existe pour la pêche. Je pense aux plus anciens. Ce désarmement coûterait moins cher que l’importante somme sous forme d’aide qui va être attribuée durant trois ans aux nouveaux pro (500 ) Pour les autres les intégrer dans un organisme pour faire réellement ce qu »ils ne font pas et pourtant disent faire c’est à dire un rôle de surveillant de gardien de nos rivières. Laissons les sur leur bateau, sur leur fleuve puisse que c’est leur passion. Il y a aussi le débouché du tourisme où des régions comme les pays de la Loire qui sont à la recherche de concepts nouveaux pour bloquer le tourisme qui souvent n’est que de passage. Créons durant 4 mois des spectacle autour de la tradition de la batellerie et de la préhistorique pêche au filet. Vous allez me dire mais il n’y aura plus de poisson d’eau douce dans les restaurants et je vous répondrais, a quoi servent les pisciculteurs professionnels; leurs poissons sont surement meilleurs à manger. Il y a des solutions mais il faut s’en donner la peine. Mon sentiment c’est que ce lobbying orchestré admirablement par le président de la CONAPEDD, va dans quelques années se transformer en catastrophe sociale pour certains à qui on aura fait miroiter un avenir dans ce métier, tout cela pour devenir comme bien d’autres en France, une filière qu’il faudra soutenir à coup de subventions. Ce projet est déraisonnable à la fois pour notre environnement, mais je pense aussi à ceux qui vont s’y trouver acteurs.

  4. JVS75 says:

    Pour le silure, c’est une bonne chose, il y en partout …

    • Lesfilmu. says:

      Oui, c’est effectivement une bonne chose qu’il y ait du silure partout. Un milieu déséquilibré en prédateurs est un milieu en grand danger.
      Les poissons dit « fourrage » les plus faibles, les rachitiques (potentiel génétique faible), les malades (qui jouent 2 rôles, mourrir de la maladie tout en la propageant), s’ils ne sont pas éliminés par la prédation, ils contribuent à la baisse du niveau génétique et sanitaire moyen, entrainant une baisse de la masse piscicole totale, voir sa disparition, au moins partielle.
      Il est donc très bon qu’un prédateur « multi-vecteur » comme le silure se développe, il tape dans les nuisibles (sa prédation du poissons chat est connue et démontrée, idem sur les écrevisses par exemple) et dans les populations faibles et malades. Il est d’ailleurs probable qu’il s’alimente aussi avec des cadavres fraichement décédés et jour donc aussi un rôle sanitaire, les cadavres étant le réceptacle le plus efficace pour développer une maladie ou une épizootie.
      Merci donc de ton post, qui va à l’encontre de ce « rapport » fallacieux et tissé de contre-vérité ayant étayé ce décret inique.

      … heu… j’ai bien compris le sens de ton post, hein ? :)

  5. Dom says:

    Tous au combat !!!!!!!!!

  6. didier says:

    bonjour, sur le Rhône entre Beaucaire et Arles le pêcheur pro responsable du lot prélève entre mars et avril sur les frayères environ de 2 à 3 tonnes de sandres la quasi totalité étant des grosses femelles, de plus les autorité sanitaire qui font les recherche sur la pollution au niveau des PCB se servent chez lui et comme par hasard il ne leur fourni que des spécimens de 1 à 2 kg d’ou des taux inférieur aux normes, Et comme tous le monde les sait la pollution en PCB se fait par une accumulation dans le temps, par ce biais il est sur de toujours fournir des poissons en dessous de taux, un vrai délire

  7. BOUJU says:

    Bonjour.
    Tu dis que la pêche pro ne te dérange pas? Sur les biefs que tu pêches, et tu directement concerné?

    Je t’invite à venir pêcher sur la rivière du Doubs, sur les biefs pêcher aux filet et tu verra la différence.
    C’est flagrant que les biefs pêcher aux filets il n’y a plus grand chose à pêcher!
    Si les écoute les dires du pêcheur pro, ils ne font pas de mal à la rivière , au contraire ils enlèvent les poissons indésirables (hotu, chevesne, brêmes, silure…)

    Mais la nature n’a pas attendu après eux pour réguler une espèces surdensitaire!

    Si ils veulent faire de la pêche pro, pourquoi ne font t’il pas cela dans leur étang privé qu’il gèreraient eux même??

  8. Hé! oui ce fameux décret qui a donné lieu d’abord à une consultation au mois de décembre. Majoritairement sur + de 900 avis, ceux qui été défavorable, ceux qui étaient contre non pas étaient écoutés. Nous voilà, certes avec une modification de code de l’environnement; qui relève la taille légale de capture pour le brochet (60cm) le sandre (50 cm) et le black-bass ( 40 cm) avec une limitation de prises par jour et par pêcheur. C’est très bien, mais c’est aussi une manière de faire avaler la pilule aux pêcheurs de loisir, alors que tout le reste de ce décret, qui a été approuvé par la FNPF, est consacré une fois de plus a accroitre le pouvoir des pêcheurs pros. De qui se moque-t-on ? Qu’appelle-t-on en France la démocratie, quand le MEDD et Mme Ségolène Royale ne tiennent pas compte de la voix des représentants de 900.000 pêcheurs réguliers de loisir. La patience est une qualité et une seconde nature du pêcheur, mais elle a c’est limite…C’est quoi la votre ? Moi ça y est.

  9. pascal millan says:

    on voit encore aujourd’hui le résultat de ce gouvernement rétrograde.un pas en avant deux en arrière.le pire c’est nos instances représentatives incapables de réagir à de telles conneries.après les oiseaux piscivores
    les pêcheurs pro se foutent éperdument du milieu
    ils ne feront pas de cas de poissons en pleine repro et dans vingt ans on pleurera tous car nos rivières seront mortes. la vie piscicole décimée
    classer le silure nuisible. les premiers nuisibles se sont eux.
    ils vont nous faire croir que comme en mer que leurs filets sont sélectifs.allez voir sur la loire entre chalonne et angers et compter les nasses à anguilles et autre et vous comprendrez.
    si cela continue je pêcherais sans carte.il y a marre de tous ces profiteurs et nuisibles en tous genre

  10. regnault says:

    Pêcheurs pros / cormorans / pollution / viandards on est mal!!
    Et nous, pêcheur de loisir on ne peu pas être classé espèces en voie de disparition!!!

  11. JOJO l'Affreux says:

    Salut à tous,
    Dans de nombreux secteurs il y a de graves pollutions du fait des PCB dioxine,du mercure,du plomb etc…..,le poisson imbibé n’est donc pas consommable puisqu’il y a ces métaux lourds qui sont potentiellement dangereux pour les consommateurs.
    Alors pourquoi ne pas faire part de tout ça et en informer des organisations de défense des consommateurs (comme 60 000 000 de consommateurs) sur la situation réelle de nos cours d’eau et du poisson contaminé,peut-être une idée à creuser pour limiter l’emprise des pêcheurs pros.
    Maintenant quelles sont les suites que la FNPF compte prendre ou a pris suite à cette lamentable situation,quels sont les recours juridiques possibles ici.Si la FNPF s’est seulement contenté d’émettre un avis défavorable sur ce texte,c’est un peu léger !!!
    Je rajouterais que sur son site la FNPF affirme haut et fort que la pêche associative se porte bien en France,heureusement que le ridicule ne tue pas !

    • Lesfilmu says:

      « Maintenant quelles sont les suites que la FNPF compte prendre »
      => Aucune. Elle déjà donné son accord, elle cautionne…
      « Si la FNPF s’est seulement contenté d’émettre un avis défavorable sur ce texte,c’est un peu léger »
      => si u moins l’avis avait défavorable, mais çà n’est même pas le cas, elle a rendu un avis favorable…
      Les recours, je ne suis pas certain qu’il y en ait… c’est un décret, signé par la ministre, comme tout décret, sans vote des députés. La même ministre qui donnait des leçons à la terre entière de « démocratie participative » quand elle était candidate au trône suprême.
      J’imagine qu’il faudrait qu’une commission parlementaire se constitue pour critiquer le décret, ceci dans les délais (qui je crois sont assez courts). Menée par qui ? Comment ? Sur quelle ligne ? « fermons les licences de pêches pro et mettons 400 personnes au chômage » ?
      C’est mort…
      Lesfilmu.

    • Bonsoir, nous avons sur Tours fait analyser des dérivés tels que des terrines de rillettes de poisson à base de silure, carpe, barbeau. Des poissons considéraient comme bio accumulateur. C’est un laboratoire spécialisé en agro-alimentaire à qui nous avons fait appel. Les résultats nous ont été communiqués brut de décoffrage, c’est à dire que les analyses faites c’est à nous ensuite de les décrypter. Pour cela nous avons fait appel à des organismes comme celui que vous citez. Nous n’avons pas d’accusé de reception, et encore moins de réponse. Cela a duré un moment, nous ne voulions pas faire paraître ce document sans être sur. Finalement nous avons eu par une personne travaillant dans ce domaine la réponse à nos questions. Cependant entre temps ANSES organise officiel qui détermine les taux et les normes a descendu celles qui étaient appliquées pour déterminer si un lieu aquatique, des poissons ou des dérivés étaient conformes ou consommables. Résultats, les eaux du Cher qui étaient considérées comme au-dessus de la norme donc le poisson impropre à la consommation, redevient consommable, et deux pêcheurs pros devraient s’installer bientôt.

  12. Axel says:

    Ben ouais, c’est moche, hein ?
    Remarque, par chez moi, je ne suis pas vraiment concerné. Les eaux de la Moselle sont archi-polluées (usines chimiques en amont de Nancy), et il n’ y a pas de pêcheurs-pro qui risquent de s’installer dans les environs … Ce qui est pathétique, c’est que cela reflète la réponse que j’ai eu de la part de nos instances de la pêche lorsque j’ai posé la question qui fâche : Mais qu’est-ce que fait notre fédé et nos instances contre ce grand port-nawak ?

    Axel

  13. Grosbob says:

    Le WWF nous hait, car pêcher pour le plaisir est un péché mortel ! (cf déclaration sur les droits de l’animal) L’alliance avec les viandards pros n’est pas surprenante

  14. Leap says:

    Je vais me faire l’avocat du Diable:
    1. Entre une problématique d’alimentation (nourrir la population, pêcheurs pro) et une problématique de loisir (plaisir égoïste, pêcheurs de loisir), le décideur politique aura vite fait son choix.
    2. Les retombées économiques des pêcheurs pro sont locales, se chiffrent en emplois locaux; celles de la pêche de loisir remplissent les poches des fabricants américains, japonais, chinois, et leurs distributeurs français.
    3. La consommation locale du poisson d’eau douce est la plus écologique qui soit: elle est contrôlée directement par l’Etat français qui peut gérer plus facilement la ressource; elle incite à maîtriser les pollutions et la qualité de l’eau de nos rivières (si c’est pour manger, alors on s’en préoccupe mieux); le poisson est consommé localement (bilan carbone positif); cela n’affecte pas notre balance commerciale (pas d’importation). Car en consommant du poisson d’eau douce, en particulier le silure qui a une chair très délicate, on consomme moins de thon (espèce très menacée), moins de saumon d’élevage (impacts écologiques négatifs), moins d’autres poissons marins (ressources menacées difficilement maîtrisables), moins de pangasius ou de perches du Nil (importés d’Asie et d’ailleurs)… C’est pourquoi évidemment, le WWF soutient la pêche locale et s’est associée avec les pêcheurs pro.
    4. De plus en plus de pêcheurs de loisir pratiquent le « No-Kill » afin d’avoir des poissons-trophées à pêcher, car c’est un vrai plaisir de sortir un silure de 2M+ ou un brochet métré. Néanmoins, philosophiquement, cette pratique est discutable: même si l’on ne sait pas scientifiquement si le poisson souffre ou pas, les gens acceptent de moins en moins de nos jours l’idée que l’on puisse stresser et/ou blesser des animaux par loisir. Les pêcheurs pro ont judicieusement pointé cet aspect philosophique dans le rapport.

    Voilà, étant moi-même pêcheur de loisir, je vous ai donné les arguments, pertinents et difficilement critiquables, de la Partie adverse. Tous les contre-arguments que j’ai pu lire ici et là, en défense de la pêche de loisir, me semblent pour l’instant être complètement à côté de la plaque.

    • C’est votre avis, je pense exactement la même chose des arguments de la pêche pro, à coté de la plaque !

      • ludo71 says:

        Sylvain, essaie d’être objectif.

        Mon cœur pense comme toi: je suis pêcheur de loisir et n’aime pas trop la pêche pro. Mais ma tête me force à constater que les arguments ci-dessus sont ultra-pertinents, irréfutables.

        • Nanard07 says:

          Ce n’est pas parce que l’on déploie ses arguments avec (semble t’il) conviction et que l’on affirme dans la foulée que ces derniers sont irréfutables… qu’ils le sont vraiment.
          1-un peu de sérieux, ce n’est quand même pas très pertinent d’indiquer que 400 pêcheurs pros exerçant en eau douce seraient la solution à la problématique alimentaire d’un pays comme la France qui inonde en masse de l’agro-alimentaire dans le monde entier.
          2-sur le plan économique, la balance penche très largement en faveur de la pêche de loisir avec 2 milliards d’euros annuels de retombées (qui génèrent forcément de l’activité et donc de l’emploi) par rapport aux 10 millions de chiffre d’affaire des 400 pros (source GEDD). Certes, les producteurs de matériels sont majoritairement basés en extrême orient, mais rien ne dit que ce n’est pas également le cas du matériel utilisé par les pros…
          3-Ce n’est pas la première fois que le WWF affiche des soutiens à géométrie variable (cas des producteurs d’huile de palme par exemple)…et s’il suffisait de professionnaliser l’exploitation des milieux naturels pour en assurer leur protection, la planète ne serait pas dans l’état où elle se trouve…
          4- La pratique du Nokill est encore loin d’être majoritaire chez les pêcheurs de loisir français. Se servir de cet argument pour les discréditer lorsqu’on connait les abus passés ou encore présents de la pêche pro (civelles, saumons,…) est d’un cynisme sans fin…

          Je terminerais en restant pour ma part modeste. Je n’ai pas la prétention d’affirmer que mes arguments sont difficilement critiquables…et reste ouvert au dialogue tant qu’il n’est pas de mauvaise foi.

    • Lesfilmu. says:

      Mon cher pêcheur pro qui se cache (pardon… « Leap »).

      Je n’ai pas connaissance de problèmes d’alimentation en france qui nécessitent de développer la pêche pro (c’est toi qui parle de « consommer local »). Par ailleurs, dans les pays où elle est pratiquée massivement, on sait à quoi s’en tenir : les fleuves et rivières sont vides.

      C’est pas compliqué : les milieux sont beaucoup trop dégradés pour soutenir de façon « normale et équilibrée » un recrutement naturel qui permette 1) des densités normales 2) des prélèvements aux engins, filets en tête.

      D’ailleurs, silure/PCB, c’est une corrélation établie…

      Les retombées. 400 emplois dans la pêche pro (c’est pas moi qui le dit, ce sont les rapports) pour moins de 300 millions de CA contre 2,5 milliards pour la pêche de loisir, tout autant « non délocalisables » : hôtels, gites, guides, emplois dans les magasins d’articles de pêche, et j’en passe. Par exemple, il y a plus de guides de pêche (emploi directs) que de pêcheurs pros. Ton point 2 est une vue de l’esprit et totalement irrecevable…

      Le point 3 est risible… je passe directement au 4… qui l’est tout autant. Le No-Kill n’a pas seulement pour vocation de rechercher les trophées, mais aussi d’impacter le moins possible le milieu. Si on ne prélève pas, ils vont grandir. Tu n’es pas sans ignorer que le recrutement est lié à la fertilité et dépend du poids de corps des femelles. Une femelle de 6kg produit plus du double d’oeufs qu’une femelle de 3… et ainsi de suite.

      Pour les animaliers, effectivement, leur pouvoir de nuisance est actuellement largement sous-évalué… l’anthropomorphisme c’est la « science écolo du 21eme siècle »… il faut bien trouver des combats « faciles » basé sur des argumentations fallacieuses pour justifier le non résultat sur les « vrais » problème d’écologie, dégradation des milieux et j’en passe…

      Lesfilmu.

    • eaux glacées says:

      ajoutez à cela que les pêcheurs pros sont en baisse constante, vous obtenez le cocktail classique des décideurs : la minorité se protège toujours contre la majorité.
      plus on tape sur cette minorité plus ils seront protégés, à bon entendeur.

  15. Le regulateur says:

    Salut, que les pros continuent à bosser c’est un fait, il y a assez de chômage en France, de là à doubler leurs effectifs, pas d’accord ,ensuite il n’y aurait plus de fin et les rivières seraient pillées avec l’accord des hautes instances. Pour le cas du silure je ne vois pas en quoi il est plus nuisible que le brochet par exemple, c’est un prédateur voilà tout, une comparaison de chasse (en s et l , le lapin est nuisible et pourtant il peine à se maintenir ). Tous ces technocrates feraient mieux d’aller dans la nature, derrière un bureau on se rend moins compte de la situation et ensuite on pond des lois idiotes. Allez à bientôt.

    • Lesfilmu. says:

      Il ne faut pas demander aux technocrates de savoir ce quoi ils parlent, ils ne sont pas là pour çà. Le sujet, c’est le lobbying. Les pêcheurs pros financent un cabinet depuis des années, pas la FNPF. C’est simple…

  16. il y as un gros loup dans votre article JACKI MARQUET , n’est pas pêcheur professionnel , mais le président de la federation d’Indre et Loire , revoyez votre copie , ou alors , contrôlez vos sources

  17. Merci mille fois…ça avance on ne lâche rien.

  18. Diogène says:

    Heureusement qu »il nous reste les PCB …

  19. Anto says:

    C aberrant
    Ils veulent vraiment que la pêche de loisir meurt et pourtant vu le pognon que cela leur emmene .
    Entre ce que j ai lu sur cette article et ce qu ils veulent faire chez nous c est à dire enlever toutes les chaussées et les pelles mécaniques , on est vraiment mal barré .

  20. Lilian says:

    Hello Sylvain
    Et oui tristement…
    Je suppose du coup que tu as « apprécié » le décret 2016 n°417 en vigueur dès aujourd’hui….
    Renforcement de la pêche pro d’un côté, augmentation de la maille broc et quota pour les amateurs de l’autre (ce que je trouve perso très bien). Au final, aucune cohérence dans la logique de gestion…. (si ce n’est une cohérence économique et politique vicieuse)

    == il est là: https://www.legifrance.gouv.fr/eli/decret/2016/4/7/DEVL1512629D/jo/texte/fr