Ouverture Varoise en forme de bredouille…
avatar

 

Sylvain m’ayant laissé les clés du blog pendant son séjour au Bourget, je vais vous narrer rapidement ma piteuse ouverture carnassier 2013. Je dois avouer que j’ai rarement galéré comme ce matin sur le lac d’Esparron. Les conditions météo n’étaient pas top, et ma technique de traîne pas encore tout à fait au point ! Tout ça s’est soldé par une bonne bredouille comme on peut s’en douter. Le récit du fiasco en image…

Arrivé à l’aube, je suis confiant car le ciel est dégagé, alors que la météo annonçait des « pluies éparses », ou des orages. C’est d’ailleurs pour ça que j’ai choisi de faire l’ouverture à Esparron plutôt qu’à Sainte-Croix car le lac (dont je vous reparlerai plus en détail), situé dans les basses gorges du Verdon, est assez encaissé et mieux abrité du vent que son grand frère. Ceci dit le refroidissement brutal des températures de ces deux derniers jours n’est pas de bon augure. Il y a pourtant déjà une bonne dizaine de pêcheurs en barque, et ça commence à ratisser au leurre souple dans tous les sens !

  Un petit soleil réchauffe les âmes et c’est plein d’espoir que je mets mes deux cannes en action. Mon « potéquipier » n’étant pas là aujourd’hui, je gère comme je peux, impatient de tester tous mes nouveaux leurres rigolos qui font si jolis dans la boîte !

  Premier écueil, le fond du lac est tapissé d’algue de type charas très abondantes en eau calcaire. C’est à la fois une bénédiction pour le poisson fourrage qui y trouve le gîte et le couvert, et une malédiction pour tout ce qui porte hameçon… Toutes les deux minutes, je suis obligé de nettoyer les leurres, et ça me force également à pêcher trop haut.

  Vers le milieu de la matinée, le vent (glacial) se met à forcir, donnant de violentes rafales  par moment, ce qui gêne considérablement la navigation. Impossible de contrôler correctement la trajectoire du bateau, la précision de mes passages s’en ressent. Au bout d’un moment d’ailleurs, je ne pêche plus qu’avec une seule canne tenue à la main, ce qui n’est pas plus mal.

Vers 11h, de gros nuages gris commencent à envahir l’horizon, ça ne sent pas bon ! Les orages dans le Var sont généralement très violents, je préfère lâchement rentrer au port…

Je n’aurais pas eu une touche, mais j’ai l’impression que les autres n’étaient pas mieux lotis. J’ai néanmoins tiré des conclusions intéressantes de ce premier essai, il faudra que j’affine ma technique pour l’eau douce, je vous en reparlerai bientôt.

Je vous parlerai aussi de mon coup de cœur pour l’excellent Hamma de chez Halco, vraiment un leurre à part.

J’espère que Sylvain et la Team de l’Esoxiste auront eu plus de succès que moi ! J’ai hâte de lire ça !

Texte et photos: Jean-Paul Charles

[subscribe2]

About Jean Paul CHARLES

Pêcheur et artiste, je m'intéresse aussi aux "à-côtés" de la pêche, et notamment à la littérature et aux œuvres d'art qui lui sont consacrées.
This entry was posted in reportage de pêche. Bookmark the permalink.

Comments are closed.