Faut il regrouper de force les AAPPMA pour en faire des communautés d ‘AAPPMA ?
avatar

Mauvais-poilJe ne voudrais pas gâcher les fêtes de fin d’année aux responsables d’ AAPPMA mais s’ils se laissent  faire c’est bien ce qu’il risque de leur arriver à terme.

Le projet de regroupement d’ AAPPMA voir de fusion pourrait encore se comprendre en terme de gestion halieutique mais il oublie juste un truc : L’humain.

Ce petit coup de gueule me taraude depuis un certain temps, pour être plus précis depuis presque deux ans où j’ai eu connaissance de ce projet qui couvait dans les dossiers de nos fédés.

Sur le papier, ou presque, il est question de se regrouper au sein d’une structure à venir afin de prendre des décisions applicables d’autorité sur la gestion halieutique d’une rivière, d’un fleuve, voir d’un bassin versant.

lacher truite lucenay 2012 019Imaginez, une rivière en bonne santé piscicole dans laquelle toutes les AAPPMA auraient obligation d’effectuer une gestion patrimoniale, ou une autre où une grosse AAPPMA devrait aider la petite voisine s’il s’agit de procéder à des lâchers ou à de l’entretien.

Déjà je m’égare, je vois mal une AAPPMA nettoyer les lots des voisins….Allez, je redescend sur Terre !

Le but, bien évidemment est la gestion piscicole et surtout son harmonisation car les fédés ont compris que les rivières ou les territoires étaient différents selon les parties du département qu’elles géraient.  Imaginez un lac de barrage avec trois AAPPMA différentes qui auraient trois règlements différents, ça existe pourtant.  L’idée peut paraître bonne mais …..

nettoyage 2015 gaule lucenois03On a déjà un empilement de structures pour la pêche, pourquoi vouloir en rajouter ?  On a l’ AAPPMA qui historiquement fut la première structure, puis la fédé, puis les unions régionales, puis la FNPF, puis les ententes réciprocitaires…..Ça ne fait pas assez, car bien entendu chaque structure prend son obole sur la part du permis de pêche ?

Là où je suis très frileux sur ces communautés d’ AAPPMA c’est que la bonne idée de certains deviendra la mauvaise de tous. Si deux ou trois AAPPMA se sentent des points de convergences, rien ne les empêche de s’associer et de prendre des décisions en bonne intelligence sans besoin d’imposer leurs décisions à tous.

Imaginez ma petite AAPPMA de 100 cartes majeurs face à la grande d’à coté de 1000 cartes majeures, si une telle structure était crée elle le serait à l’identique des com com, donc plus d’élus pour celles qui représentent le plus de monde comme c’est déjà le cas lors des votes pour les CA des fédés.

En gros, la petite AAPPMA ne serait plus chez elle, on ferait fi de ses particularismes, de l’engagement de ses bénévoles.

Évidemment nombre de petites AAPPMA vivotent, ne font plus rien, voir même traînent des pieds et un tel projet pourrait les rebooster mais d’autres sont dynamiques avec des bénévoles qui s’investissent. Personnellement je ne me verrai pas m’investir autant dans une grande structure ingérable. Il faut savoir rester petit pour bien s’occuper de ses baux,  et ça ce sont les pêcheurs satisfaits de vos actions qui le disent.

tacons ternin 201431

On me répondra que la gestion halieutique demande une vision globale pour mieux appréhender les milieux.. Mon œil, c’est justement une vision précise d’un petit biotope qui permet de s’en occuper au mieux au bénéfice des pêcheurs mais pas à celui des poissons, c’est certain.

De là débouche cette seconde interrogation, nous associations de pêche, devons nous travailler pour les pêcheurs ou pour les milieux ? Cette dualité comprise dans notre nom d’ AAPPMA, pêche et protection des milieux aquatiques fait que souvent on s’égare. Je suis avant tout pêcheur et je défend la pêche et les milieux aquatiques car ils sont les supports de la pêche, pas le contraire.

ternin-027Associer de force des associations bénévoles avec quelquefois des inimités passées ne peux que conduire à une fuite éperdue des bénévoles et à un moins bon entretien des berges. Je prie pour que cela n’arrive jamais.

L’homme a une tendance à ne jamais s’appuyer sur le passé car ça fait ringard mais regardez l’exemple des com com.. Avant on payait moins d’impôts pour plus de services locaux, maintenant on paye beaucoup mais on ne voit plus rien et on ne peut plus se plaindre car on a plus d’interlocuteur identifié.

J’espère que ce projet restera un projet jusqu’à la fin des temps, depuis que les CA d’ AAPPMA ont vu le nombre obligatoire de membres passer à 7, de toutes petites AAPPMA sont mortes et ce sont les voisines qui ont récupéré les lots. Une partie du village y a perdu son âme et la rivière ou l’étang  à votre avis sont mieux entretenus ?

Gardez la pêche

 

About sylvain l'esoxiste

50 ans, habitant la région du Morvan, spécialiste de la pêche des carnassiers, auteur halieutique pour Planète Carnassiers, 1max2peche et Le Chasseur Français. Suivre L'Esoxiste sur Google+ et esoxiste.com sur Facebook
This entry was posted in Editorial - Coup de gueule. Bookmark the permalink.

3 Responses to Faut il regrouper de force les AAPPMA pour en faire des communautés d ‘AAPPMA ?

  1. le regulateur says:

    salut sylvain, entièrement d’accord pour que les petites AAPPMA restent indépendantes, elles ont leur âme et leur propre gestion, tu connais ça a Lucenay, par contre pourquoi ne pas faire certaines gestions communes , genre des rivières comme le ternin, la canche, la chaloire, etc, à salmonidés dominants, et d’autres comme l’arroux, la drée, certains plans d’eau avec d’autres intérêts halieutiques. Qu’en pense tu?
    En attendant restons lucides et conservons intacte notre passion de la pêche dans notre belle région du morvan.

  2. JACQUES says:

    Autant je suis d’accord avec la notion de proximité, encore que techniquement la logique de gestion d’un cours d’eau se fait par bassin versant ou au moins sur une portion conséquente, autant je me permet d’amender vos propos sur les com.com.
    En effet elles ont permis gérer un certains nombre de dossiers: crèches , piscines , espaces sportifs, déchets qui ne sont plus à la portée de petites communes.
    (Remarque: comme les réunions du conseil municipal, celles du conseil communautaire sont publiques et vous pouvez rencontrez vos élus puisqu’ils sont ceux de vos communes.)
    Elles sont aussi ce qu’en font leurs élus.
    La réforme en cours va clarifier les compétences de chacun mais aussi par les regroupements créer de l’éloignement et des charges nouvelles par le désengagement de l’état.
    Il est vrai que les petites communes sont souvent les laissés-pour – compte du système

  3. Lesfilmu says:

    Sujet très vaste, dont la réponse n’est bien évidemment pas binaire, ni, surtout, simple…

    Pour ce qui me concerne, je pense qu’il est impossible de gérer le milieu aquatique autrement que globalement, soit au niveau du plan d’eau, soit du bassin versant (selon les cas). Les poissons ne s’arrêtent pas à la « frontière » du lot et si une AAPPMA déverse (par exemple) de l’ARC en masse quand celle d’à côté veut faire une vraie gestion patrimoniale, c’est la cata.

    Je pense aussi que la législation actuelle est inadaptée sur beaucoup de points et que beaucoup trop de « règlements locaux » souvent dénués de tout bon sens rendent « illisible » pour le commun des pêcheurs qui ne sait pas où il a droit de pêcher quoi, comment et avec quelle maille. Ce qui est un parcours du combatant est forcément contre-productif.

    « small is beautiful », oui, peut-être, sur certains sujets, mais çà peut devenir un cauchemar dans d’autres cas. La seule chose qui soit parfaitement évidente, c’est que le panachage actuel est inefficace et produit des résultats globalement assez faibles si on regarde la gestion de la pêche dans son ensemble. Et fatalement, les roles respectifs et donc le nombre, des AAPPMA fait partie intégrante de l’équation.