Les écolos du 71 partent en guerre contre l’ aménagement d’un réservoir de pêche à la mouche

com presse capen 100917Ca se passe dans les environs d’ Autun, en Saône et Loire, là où j’habite en plus….A croire qu’ autour de chez moi les emmerdeurs ont décidé de fonder une colonie ! On pourra me dire que je suis une Cassandre mais ce que je dénonce depuis des années et des années voit ici se réaliser ma prédiction : Les écolos se liguent contre les pêcheurs  afin d’empêcher la réalisation d’un réservoir fédéral de pêche à la mouche. Oui, vous ne rêvez pas, il ne veulent pas d’un réservoir mouche !!!!

Revenons donc à de ce projet et sa genèse  : La fédération 71 et l’ AAPPMA UGAPM d’ Autun travaillent de concert avec la ville d’ Autun afin d’ aménager un étang perdu au milieu des bois en un réservoir réservé à la pêche à la mouche. Si ce projet était en bonne voie c’était sans compter sur les écolos qui ont trouvé là un nouveau nonos à ronger !

J’ai connu cet étang tout gamin, j’y braconnais à l’ age des mobylettes. La pêche y était interdite car c’était une réserve d’ eau potable mais tous les gosses du coin et les bracos plus âgés y pêchaient sans vergogne et sans se cacher !

Le temps passa et cet étang ne servit plus à l’alimentation en eau potable puisqu’une usine de traitement toute neuve  utilisait l’ eau d’un lac voisin, sa gestion piscicole fut donc confié à l’ AAPPMA qui s’en servait comme étang de grossissement pour ses autres lots de pêche.

vue satellite cloix

 

Il y a quelques années, le vieux projet de réservoir mouche fut ressorti des oubliettes puisque cet étang devint réserve ultime d’ eau potable (0,5 % de toutes les réserves), c’est à dire qu’une fois bu tous les lacs du coin, il ne resterait que celui ci. Autant dire que plus personne ne l’utilisera pour l’eau potable à moins que la France ne se transforme en désert saharien.

Le projet démarra avec le soutien de la municipalité, très orientée écologie, qui voyait un moyen de « verdir » tout un tas d’ activité sur le massif avec du VTT, de l’ accroc branche, de la randonnée et la pêche à la mouche.

Après les inévitables tracasseries administratives, les dizaines de réunions avec des fonctionnaires de l’ ARS et d’ autres services qu’y n’y pigeaient rien à la pêche à la mouche, ce projet semblait tout prêt  d’être finalisé. Il semblait contenter pêcheurs et autres usagers de ce coin de nature mais c’était sans compter avec les ayatollahs écolos du coin.

etang cloix

 

La naissance  de leur opposition semble récente, elle semble même parallèle au fait que l’édile local qui fut leur soutien n’est plus maire mais député ou alors c’est un simple hasard.

Ce coin de nature qui fut leur chasse gardée durant 15 ans puisque la jouissance de la  gestion agro-sylvo-cynégétique leur avait été confiée ainsi que le développement touristique  allait donc leur échapper avec l’ implantation de méchants pêcheurs piétineurs de fleufleurs qui deviendraient co-gestionnaires obligatoires.

Mais que nenni, l’ écolo intégriste ne veut personne sur son territoire et lorsqu’il a vu que le projet pouvait aboutir, la confédération des associations de protection de l’ environnement et de la nature ( CAPEN 71), qui fédère toutes les associations écolos  bouffe subventions du département et France nature Environnement (FNE) viennent de pondre un communiqué de presse  que je me fais plaisir à porter à votre connaissance (voir lien en bas de cet article).

vue satellite cloix2

 

En réalité ils n’y connaissent pas grand chose sur le sujet et sur l’ étang des Cloix. Il existe trois autres étangs distants de 500m à vol d’oiseau où on peut trouver les mêmes bebêttes super vachement rares !!!  Pour accéder à l’ étang il faut se garer 600 m avant et marcher 10 minutes sur un chemin où seuls un riverain et les services techniques peuvent rouler en véhicule. Sur place ce n’est pas le havre de quiétude sauvage mais le coin préféré des familles qui viennent s’ y promener, faire nager le chien, pique niquer, jeter des papiers gras, faire du VTT ou du quad….Loin du paradis pour espèces en danger.

Ces mêmes écolos qui grâce à des arguments fallacieux avaient réussi à imposer l’interdiction de la chasse du renard sur les terres qu’ils géraient, ce même renard qui venait nous dévorer nos poules alors que la pitié pour les chevreuils et sangliers n’étaient pas de mise chez eux. Ben oui ! Le chevreuil mange les pousses d’ arbres et le sanglier détruit les plantations ou les massifs dont ils tirent un substantifique revenu grâce à un groupement forestier qu’ils gèrent !!!!

cloix 220416 (3)

 

Et je vois des AAPPMA qui s’ associent aux associations écolos….et qui se se font mettre ensuite !  J’avais déjà dénoncé cela lorsque la FNPF s’était alliée à France Nature Environnement  et je pense à une AAPPMA  voisine et son combat contre un projet de mine.  S’associer au diable fut’il vert n’a jamais été une bonne idée, le diable n’a pas d’ ami il n’a que des serviteurs.

Ce projet a désormais beaucoup de plomb dans l’ aile, l’ AAPPMA et la fédé de Saône et Loire, même soutenues par la ville n’auront  pas la patience de résister à de longs recours au tribunal administratif.  Pourtant ce projet de réservoir est bien plus écolo et respectueux de la nature que tous les autres déjà en activité sur la région. En outre il apporte une présence halieutique et économique sur une zone oubliée qui n’est pas la propriété d’associations écologistes mais celle de tout le monde.

On verra ce que ça donnera, sûrement plus de revenus en dommages et intérêts à ces assocs que nous engraissons grâce à notre lâcheté.

cloix 230416 (12)

 

Ce qui me navre le plus dans tout cela, c’est que quelques dirigeants d’ AAPPMA  qui placent la protection du milieu aquatique au dessus de la pêche se feront réélire aux prochaines élections et continueront de s’ associer aux Khmers  verts, ce qui conduira inéluctablement à notre disparition. Alors on paiera tous des emplois aidés à ces assocs pour salarier des agents d’ entretien des rivières et des étang en nous remémorant les temps anciens où nous faisions ça bénévolement.

Voici la conclusion de ce communiqué de presse, explicite non ?

conclusion com presse capen 100917

 

Certains d’entre vous penseront que mon discours est à coté de la plaque, que l ‘écologie est indispensable à notre loisir mais après ce que vous venez de découvrir en lisant cet article, croyez vous encore qu’écologie et pêche sont miscibles ? Le pêcheur est un vrai écologiste qui sait prendre soin de la nature sans céder aux sirènes de l’intégrisme.

Gardez la pêche.

Relire cet article de 2016 dans lequel on découvre le financement honteux de France Nature Environnement :  Association FNE/FNPF, le mariage du loup et de la chèvre.

Lire la totalité du communiqué de presse de la CAPEN 71/ FNE BFC

 

About sylvain l'esoxiste

53 ans, habitant la région du Morvan, spécialiste de la pêche des carnassiers, auteur halieutique pour 1max2peche et Le Chasseur Français. Suivre esoxiste.com sur Facebook
This entry was posted in AAPPMA, Editorial - Coup de gueule, réflexions diverses, Tourisme pêche des carnassiers. Bookmark the permalink.

Comments are closed.