Copie de leurres, le vrai du faux
avatar

Certaines copies et certains leurres soit disant originaux ne le sont pas plus que ça, la notion de copie est à mon sens non à mettre en regard d’un dépôt de brevet mais d’un leurre original  qui par son succès a été copié. On retrouve énormément de déclinaisons du terme contrefaçon, voyons ensemble cela, quelques lignes qui risquent fort de vous faire réfléchir.

 

On voit la plupart du temps des leurres de marques distributeurs sur notre marché, et une grande majorité de ces leurres distributeurs se retrouvent vendus sous une autre marque en Allemagne ou en Slovénie par ce que ces leurres sont des créations chinoises. Les Chinois on pris l’habitude depuis longtemps de copier mais aussi de faire des créations originales, d’ailleurs 90% des leurres durs sont faits en Chine.

Vous arrivez là bas à un salon professionnel et on vous propose un leurre, une bavette, des coloris, un armement…Le pack vous est proposé avec votre propre marque  sauf que ce leurre s’appellera machin en France et Bidule ailleurs, on vous fera même signer un contrat d’exclusivité pour la distribution sur le territoire, donc aucun autre concurrent ne pourra logiquement le vendre dans votre zone de commerce.

Si cela arrive, c’est là de la vraie contrefaçon punie par la loi mais en réalité le premier leurre de marque X française vendu sur le territoire et crée par les chinois n’est fondamentalement pas une création puisqu’on le retrouvera sur tout le globe avec X marques.

 

On retrouve aussi des leurres de grandes marques copiés et vendus dans de grandes chaines telle que Pacific Pêche. Celle ci sous la marque Bzone vend une copie du Crazy Cradle d’Evergreen, le Forever 38. Copie réussie qui nage pas mal mais dont l’angle de la bavette n’est pas le même (à quelques degrés!!) et dont le son de la bille bruiteuse est plus clair.  On ne peut pas parler de véritable contrefaçon car les leurres Evergreen ne sont quasiment pas distribués en France sauf justement par Pacific Pêche !

 

Prenons d’autres  exemples clairs :

Le griffon de Mégabass, leurre original crée au Japon, copié en chine et vendu sous des marques bidons en France via le net: Là il y a contrefaçon, si un dépôt de brevet à l’international à été posé. On retrouve énormément de copies du Cyclone de la même marque et d’autres leurres originaux qui poussent le culot jusqu’à franchement s’en inspirer et certains de ces leurres nagent comme des clés à molette.

Une copie de Griffon à 2,5 euros alors que le Griffon est vendu 25 euros, ça veut tout dire, l’un est vendu trop cher et l’autre est une daube sans nom.

 

Le Strout de Biwaa, leurre chinois adapté au marché français avec des coloris originaux, et retrouvé sous la marque Effzett DAM allemande : Ce n’est pas une copie ni une contrefaçon, mais le prix n’est pas le même. Seuls les accessoires, les coloris étaient différents et le leurre Effzet était distribué avant le Strout.

Idem pour le ASP Jigging Spinner de Spro dont les photos suivantes montrent que c’est le même que le modèle Effzett  lui aussi vendu légalement en France mais moins cher (5 euros contre 8,5 euros), la seule  différence se trouve dans la qualité de l’hameçon triple et dans la finition de la palette. Bien entendu les coloris sont différents, mais le leurre est exactement le même.

 

 

Vous comprenez dès lors que la « contrefaçon » qu’on nous vend comme le pire des fléau est un tantinet exagérée ou alors certains Français s’en servent.  Que dire aussi de la marque Jackall, célèbre marque nippone vendue en France sous la marque Illex, ce n’est absolument pas de la contrefaçon car ils ont acheté les droits mais c’est comme si on mettait une étiquette France Cola sur du Coca Cola.

Terminons ce petit tour avec le fameux duel One Up contre  Gambler….Deux leurres absolument identiques à d’infimes détails près.

 

Des commerciaux menteurs comme des arracheurs de dents vont jusqu’à dire que le One Up est une copie, sauf que Ultimate Fishing m’a fournit une copie du certificat de Sawamura attestant que le One up a été inventé en 2003, l’importateur du Gambler n’a même par répondu à mes sollicitations.

 

Qu’en découle t’il ? Le One Up est toujours trop cher, et le Gambler a augmenté !!! Bienfaits pervers de la contrefaçon où la copie acquière une notoriété par une manipulation.

 

Tout ceci pourquoi ? La contrefaçon dans la pêche et sa multitude de visages ou d’arrangements satisfait en réalité presque tout le monde, sauf un importateur qui paye très fort des droits d’exclusivité lui permettant ensuite de pratiquer des tarifs qui s’envolent. Si cette exclusivité était interdite, ce que les lois de la concurrence devrait permettre, on retrouverait plus de leurres originaux mais moins chers, donc moins de copies bas de gamme ! Et toc !

Relire l’article One Up vs Gambler

Gardez la pêche.

 

 

About sylvain l'esoxiste

52 ans, habitant la région du Morvan, spécialiste de la pêche des carnassiers, auteur halieutique pour Planète Carnassiers, 1max2peche et Le Chasseur Français. Suivre esoxiste.com sur Facebook
This entry was posted in informations diverses pêche, Leurres carnassiers and tagged , , , , , . Bookmark the permalink.

7 Responses to Copie de leurres, le vrai du faux

  1. stef says:

    Tu te prend vraiment bien la tête, jusqu’à aller chercher une copie du certif… wahouuu, chapeau bas…

  2. pluggin'fab says:

    Comment s’y retrouver dans cette jungle de marques et de copies de produits copié eux-même inspirés par des prototypes oubliés…
    En fait on s’en fout !! Force est de constater qu’on pêche mieux avec un leurre pas cher qu’avec un leurre cher (moins peur de le perdre), on risque plus de choses avec lui et du coup il est rendu plus pêchant que le joli leurre très cher et très bien fini et qui « ne peut pas être une copie à ce prix là » avec lequel on pêche timidement pour ne pas le perdre ni l’abimer…
    Certains leurres méritent le prix qu’ils sont vendus, parce que leur développement est abouti ou leur fabrication est particulière, mais tous les leurres prennent du poisson, tous !!
    Cher ou pas cher, copie ou pas, quelquefois j’ai fait et vu faire des cartons avec des leurres chers qui semblaient supérieurs à tous les autres, et d’autres fois, c’est avec des copies à 2€ que ces mêmes cartons ont eu lieu en étant bien supérieurs à tous les leurres de marque de mes boîtes… Alors laissons le marketing aux marketeurs, la pêche est une histoire de pêcheurs 😉
    Et merci pour cet article Sylvain 😉

  3. Hervé says:

    Ca me rappelle qu au moment de la seconde guerre mondiale Coca cola vendait sa boisson en Europe sous le nom  » Fanta  » aux Allemands !!! J avais vu ca dans un documentaire sur cette marque !

  4. Jean-Paul Charles says:

    Les véritables contrefaçons sont finalement assez rares: la tactique Chinoise est de vendre le même produit sous des appellations différentes à plusieurs distributeurs, comme tu l’as dit.
    C’est le cas par exemple pour un crankbait que l’on retrouve sous différents noms:
    -Cranky 90 chez Autain, pour 7,60€
    -Hi Dep crank chez River 2 Sea, pour 9,20€
    -Fighting dog chez volkien, pour 6,80€
    Pour les avoir acheté tous les trois, je peux te dire qu’ils sont strictement identiques! ce sont des leurres corrects, mais je préfèrerai autant les voir sous une seule appellation, et au même prix…

    Plus subtil, les moulinets Chinois sont proposés aux distributeurs avec une cosmétique adaptée selon les désirs chacun. Ce n’est plus de la contrefaçon, c’est du camouflage…ou de l’enfumage! Bref, on brouille les pistes pour pigeonner le pékin! (Ouarf! trop drôle polo!)
    Exemple récent, le soit-disant nouveau Dam Quick Royal, avec sont frein à 30kg, vendu aux alentours de 220€, n’est autre que le Hart Custom 2, vendu lui 280€, qui n’est lui-même que le fameux Canyon Spinning, dont Alan Hawk a fait le compte rendu peu glorieux… A première vue, on dirait vraiment des moulinets différents (couleur, bobines, poignées, bouton de frein) mais à l’intérieur, c’est la même mécanique approximative.

    Autre exemple, le (nouveau!) Cormoran Big Cat giant X (pardonnez la modestie de l’engin), qui n’est autre que le vieux Grauvell Molokoï, qui n’est lui même que ce bon gros vieux Ryobi Carnelian, qui ne dure guère qu’un mois en utilisation intensive en eau salée. Ces moulins sont également vendus autour de 200 €, ce qui est bien trop cher pour des daubes pareilles.

    Et il y en a d’autres…

    Donc qui est fautif ? Les producteurs ou les distributeurs? J’aurai tendance à dire les seconds, pour tromperie sur la marchandise. Après tout, les Chinois sont plus créatifs que les occidentaux, et surtout plus malins que les Japonais!