Les tresses haut de gamme
avatar

Sur le marché français, trois marques tiennent le haut du pavé en ce qui concerne les tresses : Varivas, YGK et Gosen.

Avec des tarifs supérieurs à la concurrence et une réputation de très bons produits, je me suis demandé si la différence valait vraiment le coup.

J’ai donc testé la Varivas High Grade PE distribuée par Way of Fishing, la Tresse YGK G Soul distribuée par Ultimate Fishing et la Gosen XSW distribuée par Smith Europe.

Mon test ne sera peut être pas très fiable car il ne s’agit que d’un test en action de pêche, d’autre part j’ai essayé l’YGK seulement durant une journée en mer, je n’en ai pas acheté une bobine. Il faut dire qu’elle n’est franchement pas donnée.

 

La Varivas est montée sur un moulinet Big Bait depuis un an et la Gosen sur mon Rarenium monté sur ma canne M, celle qui est de toutes les sorties depuis plus d’un an.

J’avoue avoir du mal à les départager. L’YGK s’est révélée avec moi une excellente tresse qui ne perruque pas et qui résiste bien aux éléments. Par contre je n’ai aucune idée de ce qu’elle donne au bout de quelques mois d’utilisation. Malheureusement je ne pousserai pas plus loin le test d’un produit qui coûte près de 84 euros, presque le double des autres que je cite.

 

Voyons donc les deux suivantes que sont la Gosen et la Varivas :

La high grade PE de Varivas est de couleur bleue claire, très discrète dans l’eau et très visible dans l’air pour le pêcheur. Elle est marquée tous les 25m, ce marquage peut vous servir pour couper les derniers mètres de votre tresse au bout d’une année de pêche. Les bobines mesurant entre 110 et 135 m vous pouvez largement, pour un usage courant, couper les 50 premiers mètres tout en gardant assez pour la pêche.

 

Je n’ai jamais eu avec la varivas de soucis avec le noeud de jonction  tresse fluoro. J’ai pris l’habitude de faire un nœud Allbright en enroulant 6 fois vers la droite puis six fois vers la gauche en recouvrant ma première ligature, ensuite je serre et je tasse avec l’ongle avant de resserrer une dernière fois. Plus aucun soucis de nœud qui glisse comme avec l’Albright mal réalisé si on ne revient pas sur ses pas.

 

Regardez cette petite animation vidéo d’un nœud Allbright, le plus facile, rapide à faire en action de pêche et tout autant solide que les autres.

 

Seul soucis avec la Varivas, une relative fragilité (j’insiste sur le terme relative ) qui m’a fait casser trois fois en jetant de très gros leurres et pas casser au nœud de jonction tresse/tête de ligne  mais  n’importe où. Son prix moyen est de 43 euros.

Dernière tresse de mon test des hauts de gamme, la Gosen XSW. Cette excellente tresse est distribuée par SMITH Europe mais de façon confidentielle. C’est un peu difficile de s’en procurer car peu de détaillants en possèdent.

 

Gosen est l’inventeur de la tresse pour la pêche, c’est en 1951 que ce fabricant japonais à mis au point une tresse pour la pêche sportive. Gosen en fait pas que la pêche mais aussi les filets à bagage, les ceintures de sécurité, les cordages pour le tennis…etc, etc.

La XSW est une tresse tissée très serrée et à laquelle on a ajouté une imprégnation pour éviter que l’eau stagne entre les fibres.

La XSW est d’un bleu clair plus pâle que la Varivas, le tressage se voit plus mais au niveau sensation elle paraît plus douce que la Varivas. J’utilise cette tresse pour le tout venant sur une canne médium. En plus d’un an elle a tout attrapé et m’a toujours donné satisfaction. Zéro foisonnement, zéro nœud et excellente tenue dans le temps font que je donne ma meilleure note à ce produit. Cette tresse coute environ 45 euros.

 

La majorité des tresses 8 brins actuelles coutent environ 30/35 euros, donc celles que j’ai cité sont bien plus chères. Valent elle cet écart de prix ? Peut être il y a deux trois ans  mais désormais les nouvelles huit brins sorties par de grandes marques les talonnent pour bien moins cher.

Vous aurez remarqué que les tresses japonaise n’utilisent pas nos codes pour renseigner le client. Chez eux pas de diamètre en centième de millimètre mais le PE. Ce qui correspond à peu près à :

PE 0,6 = 12,8 centièmes ; PE 0,8 = 14,8 cent ; PE 1= 16,5 cent ; PE 1,2 = 18,5 cent…etc. Question résistance aucune indication souvent sur ces tresses, ce qui ne semble pas choquer les japonais.

 

J’attends avec impatience que Parallelium, fabricant de matériel aéronautique, spécialiste du tressage hyper fin pour la défense et l’aéronautique se lance dans la fabrication de ses propres tresses avec la même qualité que son fluorocarbone !

Gardez la pêche.

 

 

About sylvain l'esoxiste

53 ans, habitant la région du Morvan, spécialiste de la pêche des carnassiers, auteur halieutique pour 1max2peche et Le Chasseur Français. Suivre esoxiste.com sur Facebook
This entry was posted in Fils, tresses et fluoros and tagged , , . Bookmark the permalink.

Comments are closed.