Vif : Les montages à connaître
avatar

La pêche au vif demande de maîtriser quelques montages de bases qu’on pourra adapter au gré de ses envies ou en fonction des conditions de pêche rencontrées.

Bien entendu on ne pêchera pas de la même manière le brochet que le sandre et pour cela quelques notions qui se sont un peu perdues dans l’ oubli collectif sont à rappeler.

Le classique vif au bouchon

C’est la pêche la plus classique pour laquelle on trouve encore quelques montages tout prêts avec flotteur et guides que plus personne n’utilise.  Sur une pêche au bouchon fixe, on enfile un bouchon de 20g de portance puis une olive de 15g terminée par un avançon en tresse inox se finissant avec un triple n° 2 à 0.

 

Sachant qu’au printemps et en été on n’aura pas besoin de pêcher les brochets profonds, au maximum 3m, on peut se servir d’un montage fixe qui va demander une canne longue ou un montage coulissant qui permettra l’usage d’une canne de 3,5m à 4,2m car essayez de lancer un montage fixe avec 3m de fond sur une canne de 3,5m….

Pour le montage coulissant, rien de bien extraordinaire mis à part un stop fil à placer en plus en amont du bouchon pour régler la hauteur d’évolution du montage.

 

Le vif en pater noster

Cette technique qui reste ma préférée puisqu’elle va maintenir le vif sur une zone restreinte est là aussi une technique ancestrale. Elle se pratique avec un émerillon spécial à trois branches dit « pater noster ». A cet émerillon on aboutera le corps de ligne supportant bouchon et plombée, sur l’anneau latéral le bas de ligne avec le vif et sur l’anneau de dessous un brin de nylon cassant supportant une  plombée type bombe d’ Arlesey suffisamment lourde pour ne pas être entraînée par le courant ou par le vif.

La principale difficulté de ce montage sera de régler pile poil le fond pour ne pas noyer ou au contraire pêcher avec un flotteur à plat.

 

Le pater noster coulissant avec ou sans bouchon

Le montage que j’utilise depuis que j’ai une vingtaine d’années combine les effets d’un vif captif sur une zone mais qui peut évoluer dans toute la hauteur d’eau. Il est composé de (dans l’ordre) :

Un stop fil, un bouchon, un émerillon coulissant, une olive inférieure en poids de 5 g à la  portance du bouchon, une bille caoutchouc, un émerillon classique à agrafe, un brin de cassant d’1,2 m et un plomb d’Arlesey.

Sur l’émerillon coulissant je fixe un bas de ligne composé d’une tresse armée et terminée par un montage à deux hameçons pour le vif. Si le vif est gros ou que l’on vise un gros brochet on aura tout intérêt à changer l’émerillon coulissant (toujours de petite taille car mis au point pour la pêche à l’anglaise des blancs) par un émerillon baril plus solide auquel on nouera le bas de ligne.

On peut fort bien, pour les pêches les plus fines (perches et sandres) ne pas utiliser de bouchon et pêcher canne piquée presque debout et tenue par un support.

Lors du transport on peut ôter le bas de ligne et le cassant pour les stocker dans sa boite et laisser le reste sur la canne, on utilisera le dernier émerillon qu’on prendra sur un élastique.

 

Le vif en plombée

Encore un grand classique qu’on peut simplifier au maximum avec une olive, une bille caoutchouc, un émerillon et un bas de ligne. Comme on va s’adresser en majorité au sandre on utilisera un bas de ligne en nylon ou fluoro dont le diamètre pourra aller de 20 à 25 centièmes. On terminera par un hameçon simple ou par un montage à deux hameçons. La longueur du bas de ligne pour le sandre sera au minimum de 50 cm mais 1 m n’est pas de trop pour déjouer sa méfiance.

Pour plus de discrétion et éviter les emmêlages, on peut utiliser un montage coulissant de carpiste  avec une gaine pas trop longue et un plomb mimétique entre 10 et 20g.

 

L’anglaise

Cette technique s’adresse aux petits carnassiers comme la perche par exemple, le montage reprend le montage anglais au waggler qui permet de lancer assez loin de petits poids.

A titre personnel sur un waggler de 10 à 15 g je monte une ligne capable de maintenir un vairon ou un petit dos vert sur les postes à perches soit fin d’automne ou en hiver. Ce montage permet de pêcher profond mais son avantage est de pouvoir pêcher très fin avec des petites proies.

 

La plombée en feeder

Terminons cet article sur les montages au vif avec un montage simple mais efficace pour le sandre. Il ne s’agit que de remplacer le lest sur un montage en plombée sur montage coulissant anglais par une cage feeder qu’on remplira d’amorce. Elle rameutera le fretin et ainsi avec un peu de chance rameutera aussi les sandres.

Sur mes vieilles encyclopédies de pêche on découvrait des pater noster inversé pour la pêche en canal ou en rivière navigable ou d’autres montages astucieux qui ne se pratiquent plus mais que nos amis siluristes emploient encore avec pas mal de réussite.

Le mois prochain nous découvrirons la pêche en plombée au vif décollé, un montage que notre ami Manu Gautheron a eu la gentillesse de partager.

Gardez la pêche.

 

About sylvain l'esoxiste

51 ans, habitant la région du Morvan, spécialiste de la pêche des carnassiers, auteur halieutique pour Planète Carnassiers, 1max2peche et Le Chasseur Français. Suivre L'Esoxiste sur Google+ et esoxiste.com sur Facebook
This entry was posted in Techniques classiques, Techniques et astuces and tagged , , . Bookmark the permalink.

One Response to Vif : Les montages à connaître

  1. Le regulateur says:

    Bonjour, Merci de tout ces bons conseils! Je pêche régulièrement au vif, je prends brochets et perches, et malheureusement moins de sandres! C’est pourquoi je lis avec attention toutes les techniques de pêche du sandre au vif! A plus! !!☺.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.