Une sortie Aspes de Loire avec Guilhem Cognet
avatar

C’est à l’invitation de Guilhem Cognet de Carnablog que je me suis rendu ce matin à Nevers sur la Loire afin d’y tenter de prendre mon premier aspe.

Ce poisson me fait fantasmer depuis l’annonce de sa présence pas très loin de chez moi et cette sortie fut plutôt réussie, jugez en vous même.

Ce matin le réveil m’a sorti de ma torpeur post barbecue arrosé à 3h00 du matin, après deux bons cafés et une douche direction Nevers à 1h45 de chez moi où Guilhem m’attendait.  Arrivé sur place à 05h30 passée, à l’heure où les amateurs de fête de la musique rentraient chez eux, j’ai retrouvé Guilhem au pied du pont de la Loire à Nevers.

 

Il m’a expliqué brièvement la technique, les leurres et hop dans les waders pour pêcher. Nous avons attaqué par l’aval du pont avec quelquefois de l’eau jusqu’à la taille, une eau qui pousse assez fort et qui oblige à avoir de bons appuis. On rencontre de tout dans la Loire, de vieilles mobylettes….

 

Dans le premier quart d’heure alors que le soleil n’est pas encore levé, Guilhem attèle son Aspe  en plein courant. le combat ne dure que quelques secondes et ce poisson puissant se décroche.

Perso j’applique avec rigueur les consignes de mon maitre de stage, lancer dans le courant et ramener à fond….Evidemment on accroche le fond et si on ne peut pas accéder au plus profond on y laisse un leurre.

 

Guilhem en grand spécialiste du lieu me donne une leçon en en prenant un second, c’est puissant, bagarreur et on croit que ça ne se rend jamais. Une fois enfin dans l’épuisette je peux admirer ce magnifique combattant. Un dos large tout en muscle, une gueule puissante mais ne contenant pas de dents.

 

Il mesure 65 cm et après les quelques photos repart vite à l’eau.

 

Le temps passe et durant une heure rien ne se passe. Alors que je change de leurre pour un vieux D Squirrel Illex  c’est la touche au premier lancer. Une touche hyper violente à vous arracher la canne des bras. Le poisson s’appuie sur le courant, vient dix fois et repart 10 fois. J’ai le temps de me l’amener au pied ou je l’évalue à 55/60 cm mais il refuse l’épuisette et dans un dernier rush m’ouvre le triple de mon leurre.

 

Tchao l’Aspe, tu m’as donné un combat exceptionnel que je n’oublierai jamais. Guilhem me glisse que j’ai certainement chopé le virus de l’ Aspe, je le crois, je n’ai qu’une envie en prendre un autre à nouveau.

Pour terminer la partie Loire c’est Guilhem, encore lui, avec une cuiller ondulante, qui prendra un nouvel Aspe de 60 cm. Un beau combat avec des chandelles en surface !

 

 

Nous quittons la zone pour découvrir l’Allier et la zone sous le pont canal, auparavant petite halte au bec d’ Allier pour admirer ces paysages sauvages.

 

Sous le pont canal du Guétin, où passent les bateaux…et oui, le canal  latéral à la Loire passe au dessus de l’ Allier.. j’aurai quelques tapes de chevesnes mais rien d’exceptionnel sauf le paysage qui m’incite à revenir pendant mes vacances. la Loire et l’ Allier regorgent  de goujons, de vairons et d’ablette et pêcher les pieds dans l’eau est un réel bonheur.

 

Je rentre fourbu en début d’après midi, fourbu mais avec la joie d’avoir eu au bout de ma ligne un poisson incroyablement costaud pour sa taille. Heureux sont ceux qui peuvent le pêcher régulièrement car le combat avec un aspe de 60 cm vaut largement celui avec un brochet de 80.

C’est promis j’y retourne au plus vite, merci Guilhem de cette découverte. Retrouvez ce spécialiste de l’ Aspe sur son célèbre blog: Carnablog

Gardez la pêche.

 

About sylvain l'esoxiste

53 ans, habitant la région du Morvan, spécialiste de la pêche des carnassiers, auteur halieutique pour 1max2peche et Le Chasseur Français. Suivre esoxiste.com sur Facebook
This entry was posted in reportage de pêche and tagged . Bookmark the permalink.

Comments are closed.