Une semaine de pêche à Alqueva au Portugal

Cette année 2019 est à marquer d’une pierre blanche pour moi puisque j’ai battu mon record sandre à Alqueva au Portugal. Embarquez avec moi pour un reportage pour cette destination des plus prometteuses en regard d’une population de carnassiers en augmentation.

C’est à l’invitation de Pascal Besson, guide pêche installé sur Alqueva depuis deux ans que j’ai pu aller découvrir ce lac qui a toutes les chances de devenir le plus grand hot spot d’Europe du sandre et du bass dans quelques années. C’est en compagnie de Manu Gautheron que nous sommes partis samedi 22 juin de Lyon en avion pour la ville de Faro au sud du Portugal. Arrivés au village d’ Alquéva en milieu d’ après midi nous avons été accueillis par Pascal, 50 ans, guide de pêche et boss d’ Alqueva Prédator Fishing afin de faire connaissance et de mettre en place la stratégie de pêche de la semaine à venir.

 

Pour ces parties de pêche nous aurons la chance d’embarquer sur un Tracker Proteam 175 équipé d’un Mercury 115 ch et d’un Ulterra Minn Kota à l’ avant. Pascal va mettre à notre disposition des cannes Tenryu et megabass ainsi que des moulinets Shimano Stadic CI4+ montées en tresse 12 brins Daiwa. Nous allons chercher les sandres sur les tombants de hauts fonds noyés puis les bass dans les forêts d’olivier ou de chênes lièges noyés eux aussi.

 

Durant ce séjour notre PC sera le bar Costa do Sol tenu par Alvaro et localisé sur la route longeant le village d’ Alqueva. Un grand merci à Alvaro pour son accueil et sa bonne maîtrise du français.

 

Une fois les détails réglés Pascal nous a emmenés à la marina pour nous présenter les lieux ainsi que son bateau de location qu’il met à disposition de ses clients, il s’ agit d’un smartliner 5m équipé d’un 40 cv Mercury, d’un moteur avant Minn Kota et d’un sondeur humminbird Helix 7 Le parking et la mise à l’eau sont de bonne taille et des pontons en accès libre permettent d’embarquer confortablement. Le reste de la soirée sera constitué par la perception de notre chambre d’ hotel « Passagem do Sol » dans la ville de Moura située à 10 minutes du barrage. Un hôtel ou Pascal place ses clients pour son confort, sa propreté et le côté calme et reposant. Le reste de la soirée se passa au restaurant à parler pêche avant une bonne nuit de sommeil réparatrice.

 

Dimanche 7h30, notre Clio de location se stationne à la marina et Pascal est déjà là en action de pêche, il vient nous prendre au ponton puis nous nous dirigeons vers les innombrables postes qu’il a en mémoire dans son Helix 10. La pêche sur Alqueva est assez complexe du fait de sa taille, 25 000 ha tout de même, et du fait que ce lac est composé de secteurs vallonnés qui offrent beaucoup de plateaux et de hauts fonds pouvant accueillir les sandres. Pascal a passé un temps fou à cartographier cette partie du lac et sa stratégie est simple, en cette période de l’année, les poissons sont assez profonds et se nourrissent beaucoup d’écrevisses, nous allons les chercher au shad en verticale ou linéaire sur les pointes et les tombants des hauts fond entre 12 et 20 m.
Sur le chemin des repères de casiers sont disposés sur les tombants, il s’agit de casiers à écrevisses déposés par des pêcheurs pros. Vu le nombre d’écrevisses dans ces casiers on constate que la population d’écrevisses de Louisiane est bien présente et qu’elles doivent servir de garde-manger aux carnassiers.

 

Pascal nous donne un canne verticale eschée d’un One Up en coloris marron et une linéaire eschée d’un X layer Curly lui aussi en teinte marron pailleté. En quelques minutes de pêche Pascal nous démontre sa maîtrise de la pêche en piquant un joli sandre de 77 cm, ça commence très bien.

 

Je passe en verticale et je me prends une belle chataigne dans la canne, un Tenryu Injection SPV MH (je connais, je pêche avec car j’en ai une) . Le poisson est très très lourd mais finit par monter doucement. Pour éviter tout accident de décompression Pascal nous invite à le monter par paliers mais le mien en profite pour se décrocher au bout d’une minute. Je ne saurais jamais sa taille mais c’était un beau !

Une demi-heure plus tard sur une autre touche canon au One Up je me prends la même punition avec un poisson qui tient le fond mais cette fois ci il est bien piqué. Après un combat de quelques minutes c’est un énorme sandre qui glisse en surface, mon record de 77 cm est pulvérisé avec ce poisson qui mesure 85 cm. Je suis aux anges, je pêche à peine depuis deux heures et je tombe un nouveau record. Je ne prendrai qu’un autre poisson sur cette journée, un petit de 50 cm alors que Manu piquera 3 poissons dont un de 65 cm et Pascal en prendra 5 dont deux de plus de 70.

 

Le soir à l’ apéro nous serons aux anges et décideront de continuer sur ce secteur en profondeur. Le lendemain je piquerai un sandre de 40 cm sur ces points puis Pascal prendra un 70 avant que la matinée se termine avec un joli 73 pour moi. l’après midi sera ponctué par le décrochage d’un beau sandre par Manu puis nous rejoindront la rive pour un problème de moteur. Une journée dure à 5 poissons et quelques touches loupées.

 

Mardi direction le secteur de Monsaraz avec un arrêt au Belvédère pour contempler une vue à plus de 180 ° sur ce lac immense avant de nous rendre à la base nautique. Là aussi les équipements sont neufs et pléthoriques avec une plage pour la baignade, un restaurant, un parking immense et une mise à l’eau bétonnée bien large. Cet endroit est plus touristique avec des bateaux de locations nombreux.
Nous attaquons par une pêche du bass sur une zone située en Espagne car nous sommes à la frontière. Nous tentons une zone de tombants et je passe au crank, bien m’en prend puisque je pique un sandre de 55/55 avant de me faire atteler par un truc hyper puissant qui me tordra mon triple sur mon B Switcher. Soit un gros bass, soit un barbeau comizo de belle taille, je ne le saurai jamais.

Plus tard nous trouvons enfin les bass à proximité d’un herbier, au moins 20 bass de 20 à 40 cm qui n’en ont rien à faire de nos leurres. j’en piquerai un tout petit, Pascal un peu plus gros puis je constaterai que mon chatterbait les réveille. Nous voyons un bass dans des branches, Manu à l’avant lance son leurre souple, rien, Pascal suit, rien, je jette mon chatterbait et le bass se reveille, il suit mon leurre et tape sur la jupe avant que Pascal sur un nouveau passage de son leurre souple ne se le fasse happer. Un petit 35 cm qui fera bien plaisir avant le repas du midi que nous prendrons au restaurant de la plage après nous être beaché.

L’après midi sera consacré au sandre avec la pêche des piles du gigantesque pont qui traverse le lac. Manu montera un leurre joker, le Cannibal Shad et piquera un joli sandre avant d’en piquer un petit sur un poste plus loin. Les sandres étant sur Off, nous quittons les lieux et en profitons pour visiter un gîte avec lequel Pascal travaille et où les clients avec famille peuvent loger. Ce gîte se nomme « Monte de Santa Catarina » et propose un décor superbe avec piscine et mini zoo comme vous pouvez le constater dans les photos suivantes :

Un lien en fin d’ article vous permettra d’ aller voir les tarifs très corrects, nous sommes au Portugal !

 

Mercredi, nous attaquons les derniers jours de notre séjour et la plus dure journée car je serai le seul à tenir un poisson estimé à 60/70 mais qui se décrochera. Le temps était très venteux rendant la pêche difficile tant en verticale qu’en bordure sur les bass, ceux-ci étaient aussi sur off malgré la beauté somptueuse de certains postes. Nous pêcherons au milieu d’une forêt noyée en slalomant entre les arbres et les tortues d’eau très farouches.

 

Jeudi, avant-dernier jour, nous retournons sur le secteur du barrage où la aussi ce sera difficile, les poissons ont la gueule fermée malgré les échos découverts au sondeur sur la dizaine de postes exploités. Malgré le fait d’avoir commencé à 07h15, je serai le seul de la journée à piquer un poisson, un sandre de 60/65 au One Up. Quelques touches rapides et décrochés pour les autres mais rien de notable sur cette journée.

 

Vendredi, c’est le dernier jour, nous prenons l’ avion ce soir et nous avons prévu d’arrêter à midi ? Pas de découverte de nouveaux postes ce matin mais une exploration de ceux qui avaient bien donné dimanche dernier. Ca démarre plutôt bien puisque pascal loup deux touches en peu de temps. C’est enfin Manu qui décapote avec un sandre de 55/60 puis Pascal en prendra deux autres. Personnellement j’ai tenté le tout pour le tout en pêchant avec une écrevisse, juste pour voir. J’aurai une touche suivie d’un décroché avec ce crustacé. Nous arrêtons à l’heure prévue avant de se retrouver à notre base arrière chez Alvaro pour une dernière bière avant la route.

 

Qu’aurais-je retenu de ce séjour . Des paysages somptueux, arides mais boisés, des gens accueillants, une nourriture que j’adore dont les charcuteries locales exceptionnelles et le poulet au barbecue !!

Je retiendrai aussi la Super Bock, la Sagres, le poulpe, le fromage, les sardines grillées, le vin local, les orangers dans les rues, les supermarchés qui ferment à 21h00 dimanche compris, des bistrots partout, la douceur de vivre, la gentillesse des Portugais et leur plaisir de parler français. Mais je retiendrai surtout les sandres, superbes et colorés comme dans les eaux acides du Morvan.

 

Si Alqueva fut dur, c’est en raison de la période qui annonce les fortes chaleurs estivales, c’est le moment où les sandres mordent moins et les bass pas encore…. Mais à partir de septembre tout sera sur On et les pêcheurs qui en profiteront feront de fameuses pêches dans ce lac immense.
Au vu des tailles de poissons pris, on peut en déduire que la pyramide des âges est bien représentée et que le lac est en phase d’ expansion piscicole, dans 10 ans ce sera blindé de sandres, entre autres. Je retournerai y voir d’ici quelques années, juste comme ça, pour me boire une Sagres en mangeant un poulet au barbecue.

 

Un très grand merci à Pascal Besson pour son accueil et sa disponibilité, ce séjour restera à jamais gravé dans ma mémoire.

Gardez la pêche et réservez-vous un séjour chez Alqueva Predator Fishing, cliquez sur l’image pour accéder au site




 

Visitez le site de notre hotel: Passagem do sol

Retrouvez le récit de notre séjour sur le blog de Manu: gauthmanu.over-blog.com

 

About sylvain l'esoxiste

52 ans, habitant la région du Morvan, spécialiste de la pêche des carnassiers, auteur halieutique pour Planète Carnassiers, 1max2peche et Le Chasseur Français. Suivre esoxiste.com sur Facebook
This entry was posted in reportage de pêche, Tourisme pêche des carnassiers and tagged , , , . Bookmark the permalink.

5 Responses to Une semaine de pêche à Alqueva au Portugal

  1. Oui c’est bien 25000 hectares pour 85 km de long.
    C’est impressionnant, parfois des largeurs de 1 km +

  2. Bravo à toi et à Manu
    J’y suis passé avec Caroline, la peche était difficile en avril mais nous avons fait quelques sandres
    Comme toi je suis persuadé que le potentiel est énorme et j’y retourne fin septembre
    Au plaisir de te revoir à Garabit

  3. Bonjour, beau séjour je vois! Mais que sandres et bass sur ce plan d’eau? Ni broc , ni perches? La super bock déjà goûté, bonne bière! Par contre tu marque , lac d’al que va, 25000 ha, c’est sûrement moins de zéros! c’est le lac ontario autrement! ☺.