Un jour un leurre : Le Buriburi DR Aréa d’Illex
avatar

Illex a sorti cette année une gamme « aréa » destinée à la pêche ludique des truites en réservoir. Dans cette gamme très étoffée on retrouve un poisson nageur inconnu de la gamme classique : Le Buriburi

Le Buribri existe en deux modèles, un peu plongeant et le modèle qui nous intéresse, le Deep Runner ou très plongeant. Il s’agit du croisement d’un crank et d’un longbill minnow. La plupart des longbills minnow ont une bavette longue mais étroite, celle-ci est longue mais s’inspire des bavettes de cranks par sa largeur importante. En effet elle mesure 18mm de long soit la moitié de la taille du leurre et sa largeur au plus large est de 15,3 mm !

Cette bavette va faire descendre profondément le leurre, soit 1,5m pour ce modèle, ce qui pour un PN de 40 mm est déjà pas mal. De plus cette forme lui permettra de buter dans les obstacles sans s’accrocher.

Le Buriburi est disponible dans les 6 coloris UV Secret de la gamme Aréa, le modèle en photo est le coloris UV Secret Shrimp. Ces coloris réactifs aux UV, dont les truites arcs-en-ciel seraient friandes sont très flashys et peuvent étonner mais au japon là où cette pêche est développée ces coloris sont des classiques.

 

Ce leurre est équipé de deux hameçons simples sans ardillons et en taille 8, la plupart des aréas fishing ou réservoirs aux leurres obligent de ne pas avoir d’ ardillons pour éviter de blesser les poissons. Pourtant ce type d’armement pose toujours le même problème d’ emmêlage qu’on ne retrouve pas avec des triples.

 

Ce petit leurre ne pèse que 2,6 g, sans transfert de masse et avec cette grosse bavette il se lance à une vingtaine de mètres à condition d’utiliser une canne L ou UL de qualité. Sa taille est de 40 mm sans la bavette et son encombrement total est de 58 mm (bavette + anneau de fixation arrière).

Le corps possède une largeur de 11,5 mm pour une hauteur de 10,5 mm. Il possède une bille captive en tête qui le rendra bruiteur.

 

Ce leurre est flottant et va rapidement nager à 1,5m environ pour aller chercher les truites lorsqu’elles ne sont pas très actives en surface. L’armement en simple sans ardillon oblige à ne jamais lâcher la pression durant le combat sous peine de décroche, de même on limitera les décrochages en cas de saut en baissant sa canne sinon adieu la belle arc !

Les réservoirs pour la truite aux leurres vont énormément se développer dans les années à venir à l’image des carpodromes. Combattre de belles arcs avec des petits leurres et des cannes fines est très ludique pour autant cette pêche est plutôt technique. Elle  nous permet de pratiquer durant les mois de fermetures.  Le Buriburi est parfait pour cette pêche mais fonctionne aussi en rivière sur des arcs et sur des chevaines. C’est aussi un bon piège à perche en été.

Gardez la pêche

 

 

About sylvain l'esoxiste

52 ans, habitant la région du Morvan, spécialiste de la pêche des carnassiers, auteur halieutique pour Planète Carnassiers, 1max2peche et Le Chasseur Français. Suivre esoxiste.com sur Facebook
This entry was posted in Leurres carnassiers, leurres durs - Poissons nageurs and tagged . Bookmark the permalink.

One Response to Un jour un leurre : Le Buriburi DR Aréa d’Illex

  1. Yoann says:

    Superbe leurre que tu nous présente, j’aime bien le coloris présenter !

    Les coloris du japon, sont souvent trouver fantaisistes en france, et pas que dans la pêche, comme quoi les gouts et les couleurs, ça dépend de chacun ^^

    Tu m’as appris que les hameçons simples s’emmelaient sur des pn. Dommage que ces réservoirs à truites ne tolère pas l’hameçon à ardillon… c’ette façon d’ imposé quelques choses ne me plait pas, sans parler du fait que ça pêut décourager des novices qui eux n’y connaissent pas grand choses et veulent juste prendre du poissons… avec des ardillons si besoins x)

    Bonne vacance !

    @+
    Yoann